SOMAVERT 20 mg pdre/solv p sol inj

Mise à jour : Lundi 29 mars 2021
PEGVISOMANT 20 mg pdre/solv p sol inj (SOMAVERT)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 5

  • Synthèse d'avis HAS (2)
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (3)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Endocrinologie : Hormone de croissance (Antagoniste de l'hormone de croissance : pegvisomant)
Classification ATC : HORMONES SYSTEMIQUES, HORMONES SEXUELLES EXCLUES : HORMONES HYPOPHYSAIRES, HYPOTHALAMIQUES ET ANALOGUES - HORMONES DE L'ANTE HYPOPHYSE ET ANALOGUES : AUTRES HORMONES DE L'ANTE-HYPOPHYSE ET ANALOGUES (PEGVISOMANT)
Substance
pegvisomant
Excipients :
glycine, mannitol, phosphate disodique anhydre, phosphate monosodique monohydrate

excipient du solvant :  eau ppi

Présentations
SOMAVERT 20 mg Pdre/solv p sol inj 30Fl+30Ser/1ml

Cip : 3400936118102

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 100%

Commercialisé
SOMAVERT 20 mg Pdre/solv p sol inj Fl+Ser/1ml

Cip : 3400936225060

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 100%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Poudre (blanche à légèrement blanche) et solvant pour solution injectable (SC) à 10 mg, et à 15 mg :  Flacons de poudre (verre flint de type I) munis d'un bouchon (caoutchouc chlorobutyl) + 1 ml de solvant (eau pour préparations injectables) dans une seringue préremplie (verre borosilicate de type I) munie d'un bouchon piston (caoutchouc bromobutyle) et d'un protège-embout (caoutchouc bromobutyle). Boîtes de 30 flacons avec seringues préremplies et aiguilles de sécurité.
La couleur du capuchon de protection en plastique est spécifique au dosage du produit.
Poudre (blanche à légèrement blanche) et solvant pour solution injectable (SC) à 20 mg :  Flacons de poudre (verre flint de type I) munis d'un bouchon (caoutchouc chlorobutyl) + 1 ml de solvant (eau pour préparations injectables) dans une seringue préremplie (verre borosilicate de type I) munie d'un bouchon piston (caoutchouc bromobutyle) et d'un protège-embout (caoutchouc bromobutyle). Boîtes de 1 ou de 30 flacons avec seringues préremplies et aiguilles de sécurité.
La couleur du capuchon de protection en plastique est spécifique au dosage du produit.

COMPOSITION

 p ml*
Pegvisomant** 
10 mg
ou15 mg
ou20 mg
Excipients : Poudre : glycine, mannitol (E421), phosphate disodique anhydre, dihydrogénophosphate de sodium monohydraté.

Solvant : eau pour préparations injectables.

Excipient à effet notoire : sodium (0,4 mg/flacon de poudre à 10 mg, 15 mg ou 20 mg).

* De solution reconstituée.
**  Produit dans des cellules d'Escherichia coli par la technique de l'ADN recombinant.


DC

INDICATIONS

Traitement de l'acromégalie chez des patients adultes qui ont eu une réponse insuffisante à la chirurgie et/ou la radiothérapie et chez lesquels un traitement médical approprié par les analogues de la somatostatine n'a pas normalisé les concentrations en IGF-1 ou n'a pas été toléré.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Traçabilité :
Afin d'améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement enregistrés.
Tumeurs sécrétant de l'hormone de croissance :
Étant donné que les tumeurs pituitaires sécrétant de l'hormone de croissance peuvent parfois se développer et engendrer des complications graves (p. ex., altération du champ visuel) : il est primordial de surveiller attentivement tous les patients. Si des signes d'expansion tumorale apparaissent, des alternatives thérapeutiques peuvent être envisagées.
Surveillance des concentrations d'IGF-1 sériques :
Le pegvisomant est un antagoniste puissant de l'hormone de croissance. L'administration de ce médicament peut entraîner un tableau de déficit en hormone de croissance, malgré la présence de taux sériques élevés d'hormone de croissance. Les concentrations d'IGF-1 sériques doivent être surveillées et maintenues dans la fourchette normale correspondant à l'âge du patient en adaptant la dose de pegvisomant.
Augmentations des concentrations d'ALAT ou d'ASAT :
Avant de débuter le traitement par SOMAVERT, les patients doivent faire l'objet d'une évaluation des tests de la fonction hépatique (TFH) initiaux [alanine aminotransférase (ALAT) sérique, aspartate aminotransférase (ASAT), bilirubine sérique totale (BILT) et phosphatase alcaline (PAL)].
Il faudra éliminer une pathologie obstructive des voies biliaires en cas d'augmentation des concentrations d'ALAT et d'ASAT ou en cas d'antécédents de traitement par tout analogue de la somatostatine. L'administration du pegvisomant devra être arrêtée si les signes ou symptômes de dysfonctionnement hépatique persistent.
Pour des recommandations relatives à l'instauration de SOMAVERT en fonction des tests de la fonction hépatique (TFH) initiaux et des recommandations relatives à la surveillance des tests de la fonction hépatique pendant le traitement par SOMAVERT, se reporter au tableau A.
Tableau A : Recommandations relatives à l'instauration du traitement par SOMAVERT en fonction des TFH initiaux et relatives à la surveillance périodique des TFH pendant le traitement par SOMAVERT
TFH initiaux Recommandations
Normaux
  • Traitement possible par SOMAVERT.
  • Les concentrations sériques d'ALAT et d'ASAT doivent être surveillées à des intervalles de 4 à 6 semaines pendant les 6 premiers mois de traitement par SOMAVERT, ou à tout moment chez les patients présentant des symptômes d'hépatite.
Élevés, mais inférieurs ou égaux à 3 fois la LSN
  • Traitement possible par SOMAVERT ; toutefois une surveillance mensuelle des THF doit être effectuée pendant au moins 1 an après l'instauration du traitement, puis deux fois par an l'année suivante.
Supérieurs à 3 fois la LSN
  • Ne pas traiter par SOMAVERT tant qu'un bilan complet n'a pas établi la cause du dysfonctionnement hépatique du patient.
  • Déterminer la présence d'une lithiase biliaire ou d'une cholédocholithiase, en particulier chez les patients ayant des antécédents de traitement par des analogues de la somatostatine.
  • En fonction du bilan hépatique, envisager l'instauration du
    traitement par SOMAVERT.
  • Si la décision d'instaurer le traitement est prise, les TFH et les symptômes cliniques doivent être étroitement surveillés.
Abréviations : ALAT = alanine aminotransférase ; ASAT = aspartate aminotransférase ; TFH = tests de la fonction hépatique ; LSN : limite supérieure à la normale.
Si un patient présente des élévations des TFH, ou tout autre signe ou symptôme de dysfonctionnement hépatique au cours de son traitement par SOMAVERT, la prise en charge suivante est recommandée (tableau B).
Tableau B : Recommandations cliniques en fonction des résultats anormaux des tests de la fonction hépatique pendant le traitement par SOMAVERT
TFH et signes/symptômes cliniques Recommandations
Élevés, mais inférieurs ou égaux à 3 fois la LSN
  • Poursuite possible du traitement par SOMAVERT. Toutefois, une surveillance mensuelle des TFH doit être effectuée, afin de déceler toute nouvelle hausse
Supérieurs à 3 mais inférieurs à 5 fois la LSN (sans signes/symptômes d'hépatite ou autre lésion hépatique, ou augmentation de la BILT sérique)
  • Poursuite possible du traitement par SOMAVERT. Toutefois, une surveillance hebdomadaire des TFH doit être effectuée, afin de déceler toute nouvelle hausse (voir ci-après).
  • Effectuer un bilan hépatique complet pour déterminer si un autre facteur pourrait expliquer le dysfonctionnement hépatique.
Au moins 5 fois la LSN ou élévations des transaminases d'au moins 3 fois la LSN associées à une augmentation de la BILT sérique (avec ou sans signes/symptômes d'hépatite ou autre lésion hépatique)
  • Interrompre immédiatement le traitement par SOMAVERT.
  • Effectuer un bilan hépatique complet, incluant des TFH en série, afin de déterminer si et quand les concentrations sériques reviendront à la normale.
  • Si les TFH se régularisent, envisager de reprendre avec précaution le traitement par SOMAVERT (indépendamment du fait qu'une autre cause de dysfonctionnement hépatique ait été découverte ou non), en surveillant régulièrement les TFH.
Signes ou symptômes évocateurs d'une hépatite ou d'une autre lésion hépatique (p. ex., ictère, bilirubinurie, fatigue, nausées, vomissements, douleur dans le quadrant supérieur droit, ascite, œdème inexpliqué, fragilité cutanée aux traumatismes)
  • Effectuer immédiatement un bilan hépatique complet.
  • En cas de lésion hépatique confirmée, cesser définitivement l'administration du médicament.
Hypoglycémie :
L'étude conduite avec le pegvisomant chez les patients diabétiques traités par insuline ou par hypoglycémiants oraux a révélé un risque d'hypoglycémie dans cette population. En conséquence, chez les patients acromégales et diabétiques, une réduction des doses d'insuline ou d'hypoglycémiants oraux pourra être nécessaire (cf Interactions).
Amélioration de la fertilité :
Les bénéfices thérapeutiques d'une réduction de la concentration d'IGF-1, conduisant à une amélioration de l'état clinique des patients, pourraient également améliorer la fertilité des patientes (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Grossesse :
Le contrôle de l'acromégalie peut s'améliorer pendant la grossesse. Le pegvisomant n'est pas recommandé pendant la grossesse (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement). Si le pegvisomant est utilisé pendant la grossesse, les taux d'IGF-I doivent être étroitement surveillés et il peut être nécessaire d'ajuster les doses de pegvisomant (cf Posologie et Mode d'administration) en fonction des valeurs d'IGF-I.
Teneur en sodium :
Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose. Les patients suivant un régime hyposodé peuvent être informés que ce médicament est « essentiellement sans sodium ».
DC

INTERACTIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Il existe des données limitées sur l'utilisation du pegvisomant chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l'animal sont insuffisantes pour permettre de conclure sur la toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique).

SOMAVERT n'est pas recommandé pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de contraception.

Si le pegvisomant est utilisé pendant la grossesse, les taux d'IGF-I doivent être étroitement surveillés, en particulier pendant le premier trimestre. Il peut être nécessaire d'ajuster la dose de pegvisomant pendant la grossesse (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).


Allaitement :

L'excrétion du pegvisomant dans le lait maternel n'a pas été étudiée chez l'animal. Les données cliniques sont trop limitées (un cas rapporté) pour conclure à l'excrétion de pegvisomant dans le lait maternel humain. Par conséquent, le pegvisomant ne devra pas être utilisé chez les femmes qui allaitent. Toutefois, l'allaitement peut être continué si ce médicament est arrêté : cette décision devra prendre en compte le bénéfice du traitement par pegvisomant pour la mère et le bénéfice de l'allaitement pour l'enfant.

Fertilité :

Aucune donnée sur la fertilité n'est disponible pour le pegvisomant.

Les bénéfices thérapeutiques d'une réduction de la concentration d'IGF-1, conduisant à une amélioration de l'état clinique des patients, pourraient également améliorer la fertilité des patientes.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

L'expérience d'un surdosage avec le pegvisomant est limitée. Un seul cas de surdosage aigu a été rapporté pour lequel un patient, ayant reçu 80 mg/jour pendant 7 jours, a présenté un léger surcroît de fatigue et une sécheresse de la bouche. Dans la semaine suivant l'arrêt du traitement, on a noté les effets indésirables suivants : insomnie, surcroît de fatigue, œdème périphérique, tremblements et prise de poids. Deux semaines après arrêt du traitement, une leucocytose et une hémorragie modérée au niveau des sites d'injection ou de ponction veineuse ont été observées, qui peuvent être considérées imputables au pegvisomant.

En cas de surdosage, l'administration de ce médicament doit être interrompue et ne doit pas être reprise avant que les taux d'IGF-1 ne soient revenus dans la fourchette normale ou au-dessus de celle-ci.

PP

PHARMACODYNAMIE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données non cliniques issues des études de toxicologie en administration répétée chez le rat et chez le singe n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme. Cependant, du fait de la réponse pharmacologique marquée chez le singe, les expositions systémiques supérieures à celles atteintes chez les patients traités à doses thérapeutiques n'ont pas été étudiées.

Dans l'étude de carcinogenèse chez le rat, des histiocytomes fibreux malins, associés à une fibrose et à une inflammation histiocytaire, ont été observés aux sites d'injection chez les mâles, et ce, à des niveaux d'exposition trois fois supérieurs à l'exposition chez l'homme sur la base des concentrations plasmatiques moyennes obtenues lors de deux études au long terme à une dose journalière de 30 mg. La pertinence clinique de cette observation pour l'homme n'est pas connue. L'incidence accrue des tumeurs au site d'injection a très probablement été causée par l'irritation et la grande sensibilité du rat aux injections sous-cutanées répétées.

Des études sur le développement embryonnaire précoce et le développement embryo-fœtal ont été menées chez des lapines gravides avec du pegvisomant à des doses sous-cutanées de 1, 3 et 10 mg/kg/jour. Il n'y a pas eu de preuve d'effets tératogènes associés à l'administration du pegvisomant pendant l'organogenèse. A la dose de 10 mg/kg/jour (6 fois la dose thérapeutique maximale chez l'Homme en fonction de la surface corporelle), une augmentation des pertes post-implantation a été observée dans les deux études. Aucune étude sur la fertilité n'a été menée.

DP

INCOMPATIBILITÉS

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation : 3 ans.

Conserver les flacons de poudre au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). Ne pas congeler. Conserver les flacons dans leurs emballages à l'abri de la lumière.

Les emballages contenant les flacons de poudre SOMAVERT peuvent être conservés à température ambiante jusqu'à un maximum de 25 °C pendant une seule période de 30 jours maximum. La date limite d'utilisation doit être inscrite sur l'emballage (jusqu'à 30 jours à partir de la date de sortie du réfrigérateur). Les flacons doivent être conservés à l'abri de la lumière et ne doivent pas être remis au réfrigérateur. Les flacons de poudre SOMAVERT doivent être jetés s'ils ne sont pas utilisés dans les 30 jours de conservation à température ambiante ou à la date de péremption imprimée sur l'emballage, selon la première occurrence.

Conserver les seringues préremplies à une température ne dépassant pas 30 °C ou au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). Ne pas congeler.

Après reconstitution : le produit doit être utilisé immédiatement.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

La seringue et l'aiguille de sécurité utilisées pour l'administration de l'injection sont fournies avec le médicament.

Retirer le capuchon de la seringue préremplie avant de monter l'aiguille de sécurité fournie en brisant le capuchon. La seringue doit être maintenue en position verticale pour éviter un écoulement. Éviter le contact de l'extrémité de la seringue avec quoi que ce soit.


Schéma

La poudre doit être reconstituée avec 1 ml de solvant. Pour l'ajout du solvant de la seringue, tenir le flacon et la seringue inclinés comme illustré dans la figure ci-dessous.


Schéma

Ajouter le solvant dans le flacon de poudre. Le solvant doit être transféré lentement dans le flacon afin d'éviter le risque de formation de mousse. Cela rendrait le médicament inutilisable. Dissoudre délicatement la poudre par un mouvement de rotation lent. Ne pas secouer vigoureusement car cela pourrait dénaturer la substance active.

Après reconstitution, la solution reconstituée doit être inspectée visuellement pour s'assurer de l'absence de particules externes (ou étrangères) et d'anomalies quelconques de l'aspect physique avant l'administration. Si ce n'est pas le cas, le médicament doit être détruit.

Avant de prélever le SOMAVERT dissous, retourner le flacon avec la seringue encore insérée dans le flacon, et s'assurer que l'échancrure du bouchon est visible comme illustré dans la figure ci-dessous :


Schéma

Reculer l'aiguille vers le bas de manière à ce que l'extrémité de l'aiguille soit positionnée au point le plus bas dans le liquide. Reculer lentement le piston de la seringue pour prélever le médicament du flacon. En cas de présence d'air dans la seringue, tapoter le cylindre de la seringue pour faire remonter les bulles, puis expulser délicatement les bulles dans le flacon.

Avant d'éliminer la seringue et l'aiguille, replier la protection d'aiguille sur l'aiguille et s'assurer qu'elle est correctement verrouillée (on entend un clic). Ne jamais réutiliser la seringue et l'aiguille.

Pour usage unique. Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Prescription initiale hospitalière annuelle réservée aux spécialistes en endocrinologie ou médecine interne.
Renouvellement non restreint.
AMMEU/1/02/240/001 ; CIP 3400936078376 (RCP rév 14.01.2021) 10 mg × 30.
EU/1/02/240/002 ; CIP 3400936078437 (RCP rév 14.01.2021) 15 mg × 30.
EU/1/02/240/003 ; CIP 3400936118102 (RCP rév 14.01.2021) 20 mg × 30.
EU/1/02/240/004 ; CIP 3400936225060 (RCP rév 14.01.2021) 20 mg × 1.
  
Prix :1895,44 euros (30 flacons à 10 mg).
2791,56 euros (30 flacons à 15 mg).
3677,78 euros (30 flacons à 20 mg).
133,26 euros (1 flacon à 20 mg).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.

Titulaire de l'AMM : Pfizer Europe MA EEIG, Boulevard de la Plaine 17, 1050 Bruxelles, Belgique.

Informations laboratoire

PFIZER
23-25, av du Dr-Lannelongue. 75014 Paris
Tél : 01 58 07 30 00
Info médic : Tél : 01 58 07 34 40
Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster