SALVACYL LP 11,25 mg pdre/solv p susp inj LP

Mise à jour : Jeudi 20 mai 2021
TRIPTORELINE (embonate) 11,25 mg pdre/solv p susp inj LP (SALVACYL LP)
Commercialisé
Soyez prudent N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A Dopant N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 3

  • Synthèse d'avis HAS
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (2)

SYNTHÈSE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Psychiatrie : Déviances sexuelles (Triptoréline)
Classification ATC : ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS : THERAPEUTIQUE ENDOCRINE - HORMONES ET APPARENTES : ANALOGUES DE L'HORMONE ENTRAINANT LA LIBERATION DE GONADOTROPHINES (TRIPTORELINE)
Excipients :
polymère DL-lactide coglycolide, mannitol, carmellose sodique, polysorbate 80

excipient du solvant :  eau ppi

Présentation
SALVACYL LP 11,25 mg Pdr & solv susp inj LP Fl+Amp/2ml+Ser+Aig

Cip : 3400938081459

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 100%

Commercialisé
Image SALVACYL LP 11,25 mg Pdr & solv susp inj LP 1Fl+1Amp/2ml+Ser+Aig

FORMES et PRÉSENTATIONS

Poudre (blanche à jaunâtre) et solvant (solution limpide) pour suspension injectable à libération prolongée à 11,25 mg :  Flacon de poudre + ampoule de solvant de 2 ml + 1 seringue et 2 aiguilles (une avec un système de sécurité pour l'injection et une sans système de sécurité pour la reconstitution), boîte unitaire.

COMPOSITION

 p flacon
Triptoréline embonate exprimé en triptoréline 
11,25 mg
Excipients : polymère-d, l-lactide-co-glycolide, mannitol, carmellose sodique, polysorbate 80.

Solvant : eau ppi.

Excipient à effet notoire : ce médicament contient du sodium, mais moins de 1 mmol (23 mg) par flacon.

Après reconstitution dans 2 ml de solvant, la suspension reconstituée contient 11,25 mg de triptoréline sous forme d'embonate de triptoréline.

DC

INDICATIONS

Salvacyl est indiqué pour la réduction majeure et réversible des taux de testostérone afin de diminuer les pulsions sexuelles chez l'homme adulte ayant des déviances sexuelles sévères.
Le traitement par Salvacyl doit être instauré et contrôlé par un psychiatre. Le traitement doit être associé à une psychothérapie dans le but de diminuer le comportement sexuel déviant.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

  • Le traitement par Salvacyl doit faire l'objet d'une évaluation individuelle et doit être initié uniquement si les bénéfices du traitement l'emportent sur les risques associés, après une évaluation très prudente.
  • Au début du traitement, la triptoréline peut entraîner une augmentation transitoire du taux de testostérone sérique. Ainsi, lors de la phase initiale du traitement, le patient sera suivi attentivement par le médecin traitant et l'administration additionnelle d'un anti-androgène adapté sera envisagée si nécessaire, ceci afin de neutraliser l'augmentation initiale du taux sérique de testostérone et ainsi la possible augmentation des pulsions sexuelles.
  • A l'arrêt du traitement, il existe un risque d'augmentation de la sensibilité à la testostérone, ce qui peut conduire à une forte augmentation des pulsions sexuelles. Dès lors, l'administration additionnelle d'un anti-androgène adapté avant l'arrêt de Salvacyl doit être envisagée.
  • Une fois le taux de castration de la testostérone atteint à la fin du premier mois, ce taux est maintenu aussi longtemps que les patients reçoivent leur injection toutes les douze semaines.
  • L'évaluation de l'efficacité du traitement est essentiellement clinique. Une évaluation clinique de l'efficacité sera faite régulièrement, par exemple avant chaque injection trimestrielle. En cas de doute sur l'efficacité du traitement, cette dernière pouvant être liée à l'observance du traitement ou à un problème technique lors de l'injection, les taux sériques de testostérone peuvent être mesurés.
  • La prudence est requise chez les patients traités par des anticoagulants, en raison du risque potentiel d'hématome au site d'injection.
  • L'administration de triptoréline aux doses thérapeutiques conduit à une suppression du système hypophysogonadique. Un retour à la normale est généralement obtenu après l'interruption du traitement. Des tests diagnostiques de la fonction hypophysogonadique effectués pendant le traitement et après l'interruption de la thérapie avec un agoniste de la LH-RH peuvent donc être erronés.
  • L'inhibition prolongée de la sécrétion androgénique, qu'elle soit induite par orchidectomie bilatérale ou par administration d'analogue de la GnRH, est associée à un risque élevé de perte osseuse et peut conduire à une ostéoporose et à un risque accru de fracture osseuse.
    Des données préliminaires suggèrent que l'utilisation d'un bisphosphonate en association avec un analogue de la GnRH pourrait réduire le risque de déminéralisation osseuse. Des précautions particulières sont nécessaires pour la prise en charge des patients présentant des facteurs de risque d'ostéoporose (alcoolisme chronique, tabagisme, traitement au long cours par des médicaments responsables d'une diminution de la densité minérale osseuse, tels qu'anticonvulsivants ou corticoïdes, antécédent familial d'ostéoporose, malnutrition).
    La densité minérale osseuse peut être mesurée avant le début du traitement et suivie régulièrement pendant le traitement.
    Afin de prévenir la perte osseuse liée au traitement, un changement du mode de vie, comprenant l'arrêt du tabac, une consommation modérée d'alcool et des exercices physiques réguliers entraînant une charge sur le squelette, est recommandé. Un régime alimentaire adéquat en calcium et en vitamine D est également recommandé.
  • Dans de rares cas, le traitement par des analogues de la LH-RH peut révéler la présence jusque-là inconnue d'un adénome hypophysaire gonadotrope. Les patients concernés peuvent présenter une apoplexie pituitaire qui se caractérise par des céphalées d'apparition brutale, des vomissements, une altération de la vision et une ophtalmoplégie.
  • Une augmentation des lymphocytes a été rapportée chez des patients traités par des analogues de la LH-RH. Cette lymphocytose secondaire est apparemment liée à la castration induite par la LH-RH et semble indiquer que les hormones gonadiques sont impliquées dans l'involution thymique.
  • Il y a un risque accru de survenue d'une dépression (potentiellement sévère) chez les patients traités par les agonistes de la GnRH, comme la triptoréline. Les patients doivent être informés en conséquence et traités de manière appropriée si des symptômes apparaissent.
  • Les patients présentant une dépression connue doivent être surveillés de près pendant le traitement.
  • Le traitement par suppression androgénique peut provoquer un allongement de l'intervalle QT.
    Chez les patients avec des antécédents ou présentant des facteurs de risque d'allongement de l'intervalle QT et chez les patients traités par un médicament susceptible de prolonger l'intervalle QT (cf Interactions), le rapport bénéfice/risque incluant le risque de torsades de pointe devra être évalué par le médecin avant l'initiation d'un traitement par Salvacyl.
  • De plus, des données épidémiologiques ont mis en évidence que les patients pouvaient présenter des changements métaboliques (ex : intolérance au glucose), ou un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires pendant le traitement inhibant la sécrétion androgénique. Cependant, les données prospectives ne confirment pas le lien entre le traitement par analogue de la GnRH et l'augmentation de la mortalité cardiovasculaire. Les patients présentant un risque élevé de maladies métaboliques ou cardiovasculaires doivent faire l'objet d'une évaluation attentive avant d'instaurer le traitement et doivent faire l'objet d'un suivi adapté pendant le traitement inhibant la sécrétion androgénique.
  • Salvacyl contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c'est-à-dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Salvacyl n'est pas indiqué chez la femme.

Des études chez l'animal ont mis en évidence des effets sur les paramètres de l'appareil reproducteur (cf Sécurité préclinique).

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Aucune étude n'a été réalisée sur les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et utiliser des machines.
Cependant, l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines peut être altérée si le patient se plaint de sensations vertigineuses, de somnolence ou de troubles de la vision qui peuvent être des effets indésirables du traitement.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

La forme pharmaceutique de Salvacyl et son mode d'administration rendent le risque de surdosage accidentel ou intentionnel improbable. Des tests réalisés chez l'animal suggèrent qu'aucun autre effet que les effets thérapeutiques sur la concentration d'hormones sexuelles et sur l'appareil reproducteur n'est attendu avec des doses plus élevées de Salvacyl. En cas de surdosage, une prise en charge symptomatique est recommandée.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

La toxicité de la triptoréline sur les organes extragénitaux est faible.

Les effets observés sont principalement liés à une exacerbation des effets pharmacologiques de la triptoréline.

Lors d'études de toxicologie chronique, la triptoréline induit à doses cliniques des changements macro et microscopiques sur les organes de la reproduction chez les rats, les chiens et les singes mâles. Ceux-ci sont considérés comme reflétant la suppression de la fonction gonadique due à l'activité pharmacologique du principe actif. Ces changements sont partiellement réversibles pendant la période de récupération. Après administration chez le rat par voie sous cutanée de 10 µg/kg du jour 6 à 15 de la gestation, la triptoréline n'a pas démontré d'embryotoxicité, de tératogénicité, ou d'effet sur le développement de la progéniture (génération F1) ou sur leur performance reproductrice. Une diminution de l'augmentation du poids maternel et une augmentation des résorptions ont été observées à 100 µg/kg.

La triptoréline n'est pas mutagénique in vitro ou in vivo. Aucun effet oncogénique n'a été observé chez la souris à des doses de triptoréline allant jusqu'à 6000 µg/kg, après 18 mois de traitement. Une étude de carcinogénicité conduite chez le rat pendant 23 mois, a montré une incidence de près de 100 % des tumeurs bénignes pituitaires à chaque dose, conduisant à une mort prématurée. L'augmentation de l'incidence des tumeurs pituitaires chez le rat est un effet fréquemment associé au traitement par les agonistes de la LH-RH. La pertinence clinique de cette observation n'est pas connue.

DP

INCOMPATIBILITÉS

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
3 ans.
A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.
Après reconstitution :
La stabilité physicochimique de la suspension reconstituée a été démontrée pendant 24 heures à 25 °C. D'un point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement. En cas d'utilisation non immédiate, les durées et conditions de conservation après reconstitution et avant utilisation relèvent de la seule responsabilité de l'utilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures à une température comprise entre 2 et 8 °C.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

La suspension pour injection doit être reconstituée en conditions aseptiques et en utilisant exclusivement l'ampoule de solvant pour injection.

Il faut suivre strictement les instructions pour la reconstitution mentionnées ci-après et dans la notice.

La totalité du solvant doit être aspirée dans la seringue fournie en utilisant l'aiguille pour la reconstitution (20G, sans système de sécurité) et transférée dans le flacon contenant la poudre. La suspension doit être reconstituée en agitant le flacon doucement d'un mouvement circulaire assez longtemps pour obtenir une suspension laiteuse et homogène. Ne pas retourner le flacon.

Il est important de vérifier qu'il n'y a pas d'agglomérats dans le flacon. La suspension obtenue doit être aspirée dans la seringue sans retourner le flacon. L'aiguille pour la reconstitution doit être remplacée par l'aiguille pour injection (20G avec système de sécurité) utilisée pour l'administration du produit.

Le produit est sous la forme d'une suspension, il doit être injecté immédiatement après la reconstitution pour éviter sa précipitation.

Pour administration unique seulement. Après utilisation, le système de sécurité doit être activé d'une seule main, soit en poussant le butoir avec le doigt, soit en poussant la gaine de protection sur une surface plane. Dans les deux cas, appuyer avec un mouvement ferme rapide jusqu'à l'audition d'un clic. Il doit être vérifié visuellement que l'aiguille est complètement prise dans le manchon de protection.

Les aiguilles utilisées, toute suspension non utilisée ou déchet doivent être éliminés conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Médicament à prescription réservée aux spécialistes en psychiatrie.
AMM3400938081459 (2007, RCP rév 08.12.2016).
  
Prix :338,24 euros (1 flacon).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.

Informations laboratoire

IPSEN Pharma
65, quai Georges-Gorse
92100 Boulogne-Billancourt
Tél : 01 58 33 50 00
Fax : 01 58 33 50 01
Info médic : Tél : 01 58 33 58 20
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster