RENVELA 0,8 g pdre p susp buv

Mise à jour : Mercredi 03 février 2021
SEVELAMER CARBONATE 800 mg pdre p susp buv sach (RENVELA)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Urologie - Néphrologie - Insuffisance rénale : Chélateurs du phosphore (Sevelamer)
Classification ATC : DIVERS : TOUS AUTRES MEDICAMENTS - TOUS AUTRES MEDICAMENTS : MEDICAMENTS DE L'HYPERKALIEMIE ET DE L'HYPERPHOSPHATEMIE (SEVELAMER)
Excipients :
sodium chlorure, sucralose

aromatisant :  agrumes arôme

colorant (excipient) :  fer jaune oxyde

Excipients à effet notoire :

EEN avec dose seuil :  propylèneglycol alginate

Présentation
RENVELA 0,8 g Pdr susp buv 90sach+cuil

Cip : 3400930199640

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé à 800 mg (blanc à blanc cassé, portant la mention « RENVELA 800 » sur une face) :  Flacon de 180, boîte unitaire.
Poudre pour suspension buvable à 2,4 g (jaune pâle) :  Boîte de 90 sachets.
Poudre pour suspension buvable à 0,8 g (jaune pâle) :  Boîte de 90 sachets + cuillère doseuse pour mesurer 0,4 g de poudre.

COMPOSITION

Comprimé :par comprimé
Sévélamer carbonate 
800 mg
Excipients : cellulose microcristalline, chlorure de sodium, stéarate de zinc. Pelliculage : hypromellose (E464), monoglycérides diacétylés. Encre d'impression : oxyde de fer noir (E172), propylène glycol, alcool isopropylique, hypromellose (E464).
Suspension buvable :par sachet
Sévélamer carbonate 
2,4 g
ou0,8 g
Excipients (communs) : alginate de propylène glycol (E405), arôme crème d'agrumes, chlorure de sodium, sucralose, oxyde de fer jaune (E172).

Excipient à effet notoire : alginate de propylène glycol (E405) (25,27 mg/sach de 2,4 g, 8,42 mg/sach de 0,8 g).

DC

INDICATIONS

  • Comprimé et poudre pour suspension buvable :
    Renvela est indiqué dans le contrôle de l'hyperphosphorémie chez l'adulte hémodialysé ou en dialyse péritonéale.
    Renvela est également indiqué dans le contrôle de l'hyperphosphorémie chez l'adulte atteint d'insuffisance rénale chronique (IRC) non dialysé, dont le taux de phosphates sériques est supérieure ou égale à 1,78 mmol/l.
  • Poudre pour suspension buvable :
    Renvela est indiqué dans le contrôle de l'hyperphosphorémie chez la population pédiatrique (> à 6 ans et dont la surface corporelle (SC) est > à 0,75 m2) atteints d'insuffisance rénale chronique.
Renvela doit être utilisé dans le cadre d'une approche thérapeutique multiple, pouvant inclure un supplément calcique, de la vitamine 1,25-dihydroxy D3 ou un analogue, pour prévenir le développement d'une ostéodystrophie rénale.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

La sécurité et l'efficacité du carbonate de sévélamer n'ont pas été étudiées chez l'adulte atteint d'insuffisance rénale chronique non dialysé dont le taux de phosphates sériques est inférieur à 1,78 mmol/l. Par conséquent, il n'est actuellement pas recommandé chez ces patients.

La sécurité et l'efficacité du carbonate de sévélamer n'ont pas été établies chez les patients atteints des troubles suivants :
  • dysphagie ;
  • troubles de la déglutition ;
  • troubles sévères de la motilité gastro-intestinale dont gastroparésie non traitée ou sévère, rétention du contenu gastrique et selles anormales ou irrégulières ;
  • maladie intestinale inflammatoire évolutive ;
  • chirurgie gastro-intestinale lourde.

Le traitement de ces patients par Renvela doit être initié uniquement après une évaluation attentive du rapport bénéfice/risque. Si le traitement est initié, les patients souffrant de ces troubles doivent être surveillés. Le traitement par Renvela doit être réévalué chez les patients qui développent une constipation ou d'autres symptômes gastro-intestinaux sévères.

Occlusion intestinale et iléus/subiléus :
Dans de très rares cas, une occlusion intestinale et un iléus/subiléus ont été observés chez des patients sous chlorhydrate de sévélamer (gélules/comprimés), qui contient le même fragment moléculaire actif que le carbonate de sévélamer. La constipation peut être un symptôme précurseur. Les patients constipés doivent être attentivement suivis pendant le traitement par Renvela. Le traitement doit être réévalué chez les patients en cas de survenue de constipation ou de symptômes gastro-intestinaux sévères.
Vitamines liposolubles et carence en folates :
Les patients atteints d'insuffisance rénale chronique peuvent présenter de faibles taux de vitamines liposolubles A, D, E et K, dépendant des apports alimentaires et de la sévérité de leur maladie. Une fixation par le carbonate de sévélamer des vitamines liposolubles présentes dans l'alimentation ne peut pas être exclue. Chez les patients sous sévélamer qui ne prennent pas de compléments en vitamines, les concentrations de vitamines A, D, E et K sériques doivent être évaluées régulièrement. Il est recommandé de donner des compléments en vitamines, si nécessaire et de prescrire des compléments en vitamine D (environ 400 UI de vitamine D native par jour) aux patients atteints d'insuffisance rénale chronique non dialysés. Ces compléments peuvent être intégrés à une préparation multivitaminée à prendre à distance de la dose de carbonate de sévélamer. Chez les patients sous dialyse péritonéale, une surveillance supplémentaire des vitamines liposolubles et de l'acide folique est recommandée. En effet, les concentrations de vitamines A, D, E et K n'ont pas été mesurées chez ces patients lors des études cliniques.
Les données actuellement disponibles ne permettent pas d'exclure la possibilité d'une carence en folates durant un traitement à long terme par carbonate de sévélamer. Chez les patients sous sévélamer ne prenant pas de supplémentation en acide folique, le taux de folates doit être évalué régulièrement.
Hypocalcémie/hypercalcémie :
Les patients présentant une insuffisance rénale chronique risquent de développer une hypocalcémie ou une hypercalcémie. Le carbonate de sévélamer ne contient pas de calcium. La calcémie doit donc être surveillée à intervalles réguliers et une supplémentation calcique doit être administrée si nécessaire.
Acidose métabolique :
Les patients présentant une IRC sont susceptibles de développer une acidose métabolique. Les bonnes pratiques cliniques recommandent donc la surveillance des taux de bicarbonate sérique.
Péritonite :
Les patients dialysés sont sujets à certains risques d'infection inhérents à la technique de dialyse utilisée. La péritonite est une complication connue chez les patients sous dialyse péritonéale. Dans un essai clinique sur le chlorhydrate de sévélamer, un nombre plus important de cas de péritonite a été signalé dans le groupe sous sévélamer que dans le groupe témoin. Les patients sous dialyse péritonéale doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de s'assurer du respect des conditions d'asepsie ainsi que de l'identification et de la prise en charge rapide de tout signe et symptôme associés à une péritonite.
Difficultés de déglutition et risque d'étouffement (comprimé) :
Des cas peu fréquents de difficultés pour avaler les comprimés de Renvela ont été signalés. Pour la plupart, il s'agissait de patients avec une comorbidité, notamment des troubles de la déglutition ou des anomalies œsophagiennes. La capacité à déglutir correctement doit être suivie avec attention chez les patients ayant des comorbidités. L'administration de carbonate de sévélamer en poudre doit être envisagée chez les patients ayant un antécédent de difficultés de déglutition.
Hypothyroïdie :
Une surveillance plus étroite des patients atteints d'hypothyroïdie recevant conjointement du carbonate de sévélamer et de la lévothyroxine est recommandée (cf Interactions).
Hyperparathyroïdie :
Le carbonate de sévélamer n'est pas indiqué pour le contrôle de l'hyperparathyroïdie. Chez les patients souffrant d'une hyperparathyroïdie secondaire, le carbonate de sévélamer doit être utilisé dans le cadre d'une approche thérapeutique multiple, pouvant inclure des suppléments calciques, de la vitamine 1,25-dihydroxy D3 ou un analogue, pour réduire les taux d'hormone parathyroïdienne intacte (PTHi).
Troubles inflammatoires gastro-intestinaux :
Des cas de troubles inflammatoires graves affectant différentes parties du tractus gastro-intestinal (comprenant des complications graves telles que hémorragie, perforation, ulcération, nécrose, colites et masse colique/masse au niveau du cæcum) associés à la présence de cristaux de sévélamer ont été rapportés (cf Effets indésirables). Les troubles inflammatoires peuvent se résoudre à l'arrêt du sévélamer. Le traitement par carbonate de sévélamer devra être réévalué chez les patients présentant des symptômes gastro-intestinaux sévères.
Excipients :
  • Comprimé à 800 mg : ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par comprimé, c'est-à-dire qu'il est essentiellement sans sodium.
  • Poudre pour suspension buvable à 0,8 g et à 2,4 g : ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par sachet, c'est-à-dire qu'il est essentiellement sans sodium.
DC

INTERACTIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Il n'existe pas de données concernant l'utilisation de sévélamer chez la femme enceinte. Des études effectuées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction lorsque le sévélamer était administré à de fortes doses à des rats (cf Sécurité préclinique). Il a également été démontré que le sévélamer réduit l'absorption de plusieurs vitamines, dont l'acide folique (cf Mises en garde et Précautions d'emploi, Sécurité préclinique). Le risque potentiel en clinique n'est pas connu. Le carbonate de sévélamer ne doit être administré aux femmes enceintes qu'en cas de nécessité absolue, après une évaluation attentive du rapport bénéfice/risque, à la fois pour la mère et pour le fœtus.


Allaitement :

Il n'existe aucune donnée concernant l'excrétion du sévélamer dans le lait maternel. Le sévélamer n'étant pas absorbé, son excrétion dans le lait maternel est peu probable. La décision de poursuivre ou d'arrêter l'allaitement, ou de continuer ou d'interrompre le traitement par carbonate de sévélamer doit être prise en tenant compte du bénéfice de l'allaitement pour l'enfant et du bénéfice du traitement par carbonate de sévélamer pour la mère.

Fertilité :

Il n'existe aucune donnée concernant l'effet du sévélamer sur la fertilité chez l'être humain.

Des études chez l'animal ont montré que le sévélamer n'avait pas d'incidence sur la fertilité des rats mâles et femelles, exposés à des doses équivalentes chez l'homme à deux fois la dose maximale de 13 g/jour utilisée dans les essais cliniques, selon une comparaison des SC relatives.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Le sévélamer n'a qu'un effet négligeable, voire aucun effet, sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Le chlorhydrate de sévélamer, qui contient le même fragment moléculaire actif que le carbonate de sévélamer, a été administré à des volontaires sains à des doses allant jusqu'à 14 g par jour pendant 8 jours, sans effet indésirable. Chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique, la dose quotidienne moyenne maximale étudiée était de 14,4 g de carbonate de sévélamer en dose unique.

Les symptômes observés en cas de surdosage sont similaires aux effets indésirables listés à la rubrique Effets indésirables, incluant principalement la constipation et les autres affections gastro-intestinales connues.

Un traitement symptomatique approprié doit être mis en place.

PP

PHARMACODYNAMIE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données précliniques issues des études conventionnelles de sécurité pharmacologique, de toxicité à doses répétées ou de génotoxicité sur sévélamer, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Les études de carcinogénicité sur le chlorhydrate de sévélamer oral ont été réalisées sur la souris (doses allant jusqu'à 9 g/kg/jour) et chez le rat (0,3, 1 ou 3 g/kg/jour). Une augmentation de l'incidence des papillomes à cellules transitionnelles de la vessie chez le rat mâle a été observée dans le groupe recevant une forte dose (équivalente à une dose humaine deux fois supérieure à la dose maximale de 14,4 g utilisée lors des essais). Aucune augmentation de l'incidence des tumeurs n'a été observée chez la souris (dose équivalente à une dose humaine trois fois supérieure à la dose maximale utilisée lors de l'essai clinique).

Lors d'une épreuve cytogénétique in vitro sur cellules de mammifères avec activation métabolique, le chlorhydrate de sévélamer a provoqué une augmentation statistiquement significative du nombre d'aberrations chromosomiques structurales. Le chlorhydrate de sévélamer n'était pas mutagène lors du test d'Ames de mutation chez les bactéries.

Chez le rat et le chien, le sévélamer a réduit l'absorption des vitamines liposolubles D, E et K (facteurs de coagulation) et de l'acide folique.

Des déficits d'ossification squelettique ont été observés en plusieurs sites chez des fœtus de rats femelles ayant reçu des doses intermédiaires et élevées de sévélamer (dose équivalente à une dose humaine inférieure à la dose maximale de 14,4 g utilisée lors de l'essai clinique). Les effets peuvent résulter d'une déplétion en vitamine D.

Chez des femelles lapin gravides ayant reçu des doses orales de chlorhydrate de sévélamer par gavage pendant l'organogenèse, une augmentation de résorptions fœtales précoces s'est produite dans le groupe traité à forte dose (dose équivalente à une dose humaine deux fois supérieure à la dose maximale utilisée lors de l'essai clinique).

Le chlorhydrate de sévélamer n'a pas altéré la fertilité des rats mâles et femelles lors d'une étude d'administration alimentaire au cours de laquelle les femelles étaient traitées pendant 14 jours avant l'accouplement et pendant toute la période de gestation et les mâles, pendant les 28 jours qui ont précédé l'accouplement. La dose la plus élevée utilisée dans cette étude était de 4,5 g/kg/jour (dose équivalente chez l'homme à deux fois la dose maximale de 13 g/jour utilisée dans les essais cliniques, selon une comparaison des SC relatives).

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation : 3 ans.

Comprimé :

Conserver le flacon soigneusement fermé, à l'abri de l'humidité.

Pas de précaution particulière de conservation en matière de température.

Poudre pour suspension buvable :

Pas de précautions particulières de conservation.

Après reconstitution, la suspension orale doit être administrée dans les 30 minutes.

Jeter le sachet 24 heures après ouverture.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Poudre pour suspension buvable :
La poudre doit être versée dans 30 ml (poudre pour suspension buvable à 0,8 g) ou dans 60 ml (poudre pour suspension buvable à 2,4 g) d'eau par sachet avant administration. La suspension est jaune pâle et a un arôme d'agrumes.
La poudre peut aussi être mélangée au préalable avec une boisson froide ou de la nourriture non chauffée (cf Posologie et Mode d'administration). La poudre ne doit pas être chauffée (par exemple au micro-ondes).

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMMEU/1/09/521/003 ; CIP 3400939670270 (RCP rév 15.01.2020) comprimés à 800 mg.
EU/1/09/521/007 ; CIP 3400939670799 (RCP rév 12.11.2020) poudre pour suspension buvable à 2,4 g.
EU/1/09/521/009 ; CIP 3400930199640 (RCP rév 12.11.2020) poudre pour suspension buvable à 0,8 g + cuillère doseuse.
  
Prix :67,67 euros (180 comprimés à 800 mg).
173,97 euros (90 sachets à 2,4 g).
58,26 euros (90 sachets à 0,8 g + cuillère doseuse).
Comprimés : Remb Séc soc à 65 % sur la base du TFR : 68,02 euros  (180 cp). Collect.
Suspension buvable à 2,4 g (sachets) :
Remb Séc soc à 65 % et Collect dans le contrôle de l'hyperphosphorémie :
  • chez l'adulte hémodialysé ou en dialyse péritonéale ;
  • chez l'adulte atteint d'insuffisance rénale chronique (IRC) non dialysé, dont le taux de phosphates sériques est supérieur ou égal à 1,78 mmol/l ;
  • uniquement en 2e intention dans la population pédiatrique (enfants de plus de 6 ans et dont la surface corporelle est supérieure à 0,75 m2) atteinte d'insuffisance rénale chronique.
Suspension buvable à 0,8 g (sachets) :
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Titulaire de l'AMM : Genzyme Europe B.V., Paasheuvelweg 25, 1105 BP Amsterdam, Pays-Bas.

Informations laboratoire

sanofi-aventis France
82, av Raspail. 94250 Gentilly
Information médicale, Pharmacovigilance, Réclamations qualité, Qualité de l'information et Déontologie de la visite médicale :
0 800 39 40 00 : Service & appel gratuits

Formulaire de contact
https://www.sanofi.fr/fr/nous-contacter
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster