NEXPLANON 68 mg implant pour usage sous-cutané

Mise à jour : Jeudi 29 juillet 2021
ETONOGESTREL 68 mg implant (NEXPLANON)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A PGR N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Gynécologie - Obstétrique : Contraception : Contraceptifs hormonaux - Progestatifs seuls : Implant (Etonogestrel)
Classification ATC : SYSTEME GENITO URINAIRE ET HORMONES SEXUELLES : HORMONES SEXUELLES ET MODULATEURS DE LA FONCTION GENITALE - CONTRACEPTIFS HORMONAUX A USAGE SYSTEMIQUE : PROGESTATIFS (ETONOGESTREL)
Substance
étonogestrel
Excipients :
copolymère d'éthylène d'acétate de vinyle, baryum sulfate, magnésium stéarate
Présentation
NEXPLANON 68 mg Implant pour usage sous-cutané Fl+aig

Cip : 3400935154439

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Implant pour usage sous-cutané à 68 mg (bâtonnet flexible, souple, non biodégradable, radio-opaque, de 4 cm de long et de 2 mm de diamètre, blanc à blanc cassé) :  Boîte de 1 implant préchargé dans l'aiguille d'un applicateur stérile, prêt à l'emploi, jetable, sous plaquette thermoformée.

COMPOSITION

 p implant
Étonogestrel (DCI) 
68 mg
Excipients : Noyau : copolymère éthylène/acétate de vinyle (28 % d'acétate de vinyle, 43 mg), sulfate de baryum (15 mg), stéarate de magnésium (0,1 mg). Enveloppe : copolymère éthylène/acétate de vinyle (15 % d'acétate de vinyle, 15 mg).

Nexplanon est un implant purement progestatif.

Le taux de libération de l'étonogestrel est approximativement de 60 à 70 µg/jour en 5 à 6 semaines, puis diminue pour atteindre approximativement 35 à 45 µg/jour à la fin de la 1re année, environ 30 à 40 µg/jour à la fin de la 2e année et environ 25 à 30 µg/jour à la fin de la 3e année. La conception de l'applicateur permet une utilisation avec une seule main et facilite une insertion sous-cutanée correcte de l'implant.

DC

INDICATIONS

Contraception.
La sécurité et l'efficacité ont été établies chez les femmes entre 18 et 40 ans.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

En présence de l'une des conditions ou de l'un des facteurs de risque mentionnés ci-dessous, la balance bénéfice/risque de l'utilisation d'un progestatif doit être évaluée individuellement et discutée avec la patiente avant qu'elle ne décide d'utiliser Nexplanon. En cas d'aggravation, d'exacerbation ou de première apparition d'une de ces conditions, la femme doit contacter un médecin ou le professionnel de santé qui lui a prescrit Nexplanon. Celui-ci doit alors décider de l'arrêt éventuel de l'utilisation de Nexplanon.

Cancer du sein :
Le risque de cancer du sein augmente généralement avec l'âge. Pendant l'utilisation de contraceptifs oraux (combinés) [CO], le risque de diagnostic d'un cancer du sein est légèrement augmenté. L'augmentation de ce risque disparaît progressivement au cours des 10 ans suivant l'arrêt de l'utilisation de CO et n'est pas liée à la durée d'utilisation, mais à l'âge de la femme au moment de l'utilisation du CO. Le nombre attendu de cas diagnostiqués pour 10 000 femmes qui utilisent des CO combinés (jusqu'à 10 ans après l'arrêt) comparativement à celles ne les ayant jamais utilisés pendant la même période a été calculé pour les groupes d'âge respectifs comme étant : 4,5/4 (16-19 ans), 17,5/16 (20-24 ans), 48,7/44 (25-29 ans), 110/100 (30-34 ans), 180/160 (35-39 ans) et 260/230 (40-44 ans). Le risque chez les utilisatrices de méthodes contraceptives uniquement progestatives est peut-être du même ordre que celui associé aux CO combinés. Cependant, pour ces méthodes, la preuve est moins concluante. Comparativement au risque de cancer du sein au cours d'une vie, l'augmentation du risque associé aux CO est faible.
Les cas de cancers du sein diagnostiqués chez les utilisatrices de CO tendent à être moins avancés que chez les non-utilisatrices de CO. L'augmentation du risque observé chez les utilisatrices de CO peut être liée à un diagnostic plus précoce, aux effets biologiques des CO ou à l'association des deux.
Troubles hépatiques :
En cas de troubles hépatiques aigus ou chroniques, la femme doit être adressée à un spécialiste pour examen et conseils.
Événements thrombotiques et vasculaires :
Des études épidémiologiques ont associé l'utilisation des contraceptifs oraux combinés (estrogène + progestatif) à une augmentation de l'incidence d'accidents thromboemboliques veineux (TEV, thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire) et d'accidents thromboemboliques artériels (TEA, infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral ischémique). La pertinence clinique de ces résultats pour l'étonogestrel (le métabolite actif du désogestrel), utilisé comme contraceptif purement progestatif en l'absence d'un composant estrogénique, n'est pas connue.
Des données épidémiologiques limitées ne suggèrent pas d'augmentation du risque de TEV ou de TEA chez les femmes utilisant l'implant ; cependant, des TEV et des TEA ont été rapportés depuis la commercialisation chez les femmes utilisant des implants à l'étonogestrel.
Il est recommandé d'évaluer les facteurs de risque connus pour augmenter le risque de TEV et de TEA. Les femmes ayant des antécédents d'accidents thromboemboliques doivent être averties de la possibilité d'une récidive. L'implant doit être retiré en cas de thrombose. Le retrait de l'implant doit aussi être considéré en cas d'immobilisation de longue durée liée à une intervention chirurgicale ou à une maladie.
Pression artérielle élevée :
Si une hypertension artérielle prolongée se développe pendant l'utilisation de Nexplanon, ou si une augmentation significative de la pression artérielle ne répond pas convenablement à une thérapeutique antihypertensive, l'utilisation de Nexplanon doit être arrêtée.
Effet sur le métabolisme des glucides :
L'utilisation de contraceptifs contenant des progestatifs peut avoir un effet sur la résistance périphérique à l'insuline et sur la tolérance au glucose. Par conséquent, les femmes diabétiques doivent être attentivement suivies au cours des premiers mois d'utilisation de Nexplanon.
Chloasma :
Un chloasma peut occasionnellement apparaître, notamment chez les femmes ayant des antécédents de chloasma gravidique. Les femmes ayant des prédispositions au chloasma doivent éviter de s'exposer au soleil ou aux ultraviolets au cours de l'utilisation de Nexplanon.
Poids corporel :
L'effet contraceptif de Nexplanon est lié aux concentrations plasmatiques d'étonogestrel, qui sont inversement proportionnelles au poids corporel, et qui diminuent avec le temps après l'insertion. L'expérience clinique chez les femmes en surpoids au cours de la 3e année d'utilisation est limitée. Il ne peut donc être exclu que l'effet contraceptif chez ces femmes au cours de la 3e année d'utilisation puisse être inférieur à celui observé chez les femmes de poids normal. Les professionnels de santé habilités à prescrire Nexplanon doivent donc envisager de remplacer plus tôt l'implant chez les femmes en surpoids.
Complications d'insertion :
Des cas de migration de l'implant dans le bras depuis le site d'insertion ont été rapportés, pouvant être liés à une insertion profonde (cf Posologie et Mode d'administration : « Comment insérer Nexplanon ») ou à des pressions extérieures (ex : manipulation de l'implant ou sports de contact). Depuis la commercialisation, de rares cas d'implants localisés dans les vaisseaux du bras et dans l'artère pulmonaire ont également été rapportés, pouvant être liés à des insertions profondes ou à une insertion intravasculaire. Dans les cas où l'implant a migré dans le bras depuis le site d'insertion, la localisation de l'implant peut être rendue plus difficile et le retrait peut nécessiter une intervention chirurgicale mineure avec une incision plus large ou une intervention chirurgicale dans une salle d'opération. Dans les cas où l'implant a migré dans l'artère pulmonaire, une intervention endovasculaire ou chirurgicale peut être nécessaire pour le retrait (cf Posologie et Mode d'administration : « Comment retirer Nexplanon »). Si, à tout moment, l'implant ne peut être palpé, il doit être localisé et le retrait est recommandé dès que médicalement approprié. Si l'implant n'est pas retiré, son effet contraceptif et le risque d'effets indésirables liés au progestatif pourront persister au-delà de la durée désirée par la femme.
Une expulsion peut survenir en particulier si l'implant n'a pas été inséré conformément aux instructions données à la rubrique Posologie et Mode d'administration : « Comment insérer Nexplanon », ou à la suite d'une réaction inflammatoire locale.
Kystes ovariens :
Avec tous les contraceptifs hormonaux faiblement dosés, le développement folliculaire persiste et, occasionnellement, un follicule peut continuer à croître, dépassant la taille qu'il atteindrait au cours d'un cycle normal. En général, ces follicules hypertrophiés disparaissent spontanément. Ils sont souvent asymptomatiques ; dans certains cas, ils sont associés à de légères douleurs abdominales. Ils nécessitent rarement une intervention chirurgicale.
Grossesses extra-utérines :
Avec les pilules uniquement progestatives traditionnelles, la protection vis-à-vis des grossesses extra-utérines n'est pas aussi bonne qu'avec les CO combinés, en raison de la survenue fréquente d'ovulations au cours de leur utilisation. Bien que Nexplanon inhibe l'ovulation, une grossesse extra-utérine doit être envisagée au cours d'un diagnostic différentiel si la femme présente une aménorrhée ou des douleurs abdominales.
Troubles psychiatriques :
L'état dépressif et la dépression sont des effets indésirables bien connus liés à l'utilisation de contraceptifs hormonaux (cf Effets indésirables). La dépression peut être grave et constitue un facteur de risque bien connu de comportement suicidaire et de suicide. Il convient de conseiller aux femmes de contacter leur médecin en cas de changements d'humeur et de symptômes dépressifs, y compris peu de temps après le début du traitement.
Autres événements :
Les événements suivants ont été rapportés à la fois lors d'une grossesse et lors de l'utilisation de stéroïdes sexuels, mais l'imputabilité de ces manifestations à l'utilisation de progestatifs n'a pas été démontrée : ictère et/ou prurit lié à une cholestase ; formation de lithiase biliaire ; porphyrie ; lupus érythémateux disséminé ; syndrome hémolytique et urémique ; chorée de Sydenham ; herpès gestationnel ; perte d'audition liée à une otosclérose et angiœdème (héréditaire).
Examen/consultation médical(e) :
Avant l'insertion ou la réinsertion de Nexplanon, un interrogatoire médical complet (incluant les antécédents médicaux familiaux) doit être fait et une grossesse doit être exclue. La pression artérielle doit être mesurée et un examen physique doit être réalisé, avec recherche des contre-indications (cf Contre-indications) et des mises en garde (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Il est recommandé que la femme revienne pour un contrôle médical trois mois après l'insertion de Nexplanon. Au cours de ce contrôle, le professionnel de santé devra mesurer la pression artérielle et vérifier si la femme a des questions, des plaintes ou si des effets indésirables sont apparus. La fréquence et la nature des examens médicaux réguliers futurs doivent être adaptées à chaque femme, en fonction de l'avis médical. L'implant doit être palpé à chaque visite de contrôle. La patiente doit être informée de contacter son médecin dès que possible si elle ne sent plus son implant à la palpation à tout moment entre chaque visite de contrôle.
Les femmes seront informées que Nexplanon ne protège pas du VIH (sida) ni des autres infections sexuellement transmissibles.
Diminution de l'efficacité avec des traitements concomitants :
L'efficacité de Nexplanon peut être réduite lors de l'utilisation de traitements concomitants qui diminuent la concentration plasmatique de l'étonogestrel (cf Interactions).
Changements du profil de saignement vaginal :
Pendant l'utilisation de Nexplanon, il est probable que les femmes observent des changements de leur profil de saignement vaginal qui seront imprédictibles. Ceux-ci peuvent inclure l'apparition de saignements vaginaux irréguliers (absents, moins fréquents, plus fréquents ou continus) et des changements de l'intensité des saignements (réduits ou augmentés) ou de leur durée. Des aménorrhées ont été rapportées chez environ 1 femme sur 5 tandis que chez d'autres femmes (1 femme sur 5), il a été rapporté des saignements fréquents et/ou prolongés. Chez beaucoup de femmes, le profil de saignement observé au cours des trois premiers mois est généralement prédictif du futur profil de saignement.
Une information, des conseils et l'utilisation d'un calendrier des saignements peuvent améliorer l'adhésion de la femme à son profil de saignement. L'évaluation des saignements vaginaux doit être faite au cas par cas et peut inclure un examen visant à éliminer une pathologie gynécologique ou une grossesse.
Implant cassé ou plié in situ
Des cas d'implants cassés ou pliés dans le bras des patientes ont été rapportés. Sur la base des données in vitro, lorsque l'implant est cassé ou plié, le taux de diffusion de l'étonogestrel peut être légèrement augmenté. Il n'est pas attendu d'effet cliniquement significatif avec ce changement. Lorsque l'implant est retiré, il est important de l'enlever dans son intégralité (cf Posologie et Mode d'administration : « Comment retirer Nexplanon »).

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Nexplanon n'est pas indiqué pendant la grossesse. Si une grossesse survient au cours de l'utilisation de Nexplanon, l'implant doit être retiré. Les études chez l'animal ont montré que des doses très élevées de substances progestatives peuvent causer une masculinisation des fœtus féminins. De vastes études épidémiologiques n'ont mis en évidence ni d'augmentation du risque de malformations chez les enfants nés de femmes ayant utilisé des CO avant leur grossesse, ni d'effet tératogène lors de l'utilisation de CO par inadvertance au cours de la grossesse. Bien que cela soit probablement le cas pour tous les CO, il n'est pas démontré qu'il en soit de même pour Nexplanon.

Les données de pharmacovigilance de différents médicaments contenant de l'étonogestrel et du désogestrel (l'étonogestrel est un métabolite du désogestrel) n'indiquent pas non plus de risque augmenté.


Allaitement :

Des données cliniques indiquent que Nexplanon ne modifie pas la production ou la qualité (concentrations en protéines, lactose ou lipides) du lait maternel. Cependant, de faibles quantités d'étonogestrel sont excrétées dans le lait maternel. En se basant sur une ingestion moyenne quotidienne de lait de 150 ml/kg, la dose moyenne d'étonogestrel reçue par l'enfant est estimée à 27 ng/kg/jour après un mois. Ceci correspond approximativement à 2,2 % de la dose quotidienne maternelle moyenne ajustée au poids et approximativement à 0,2 % de la dose maternelle quotidienne estimée en valeur absolue. Par la suite, la concentration en étonogestrel dans le lait diminue avec le temps pendant la période d'allaitement.

Des données à long terme, limitées, sont disponibles chez 38 enfants, dont les mères ont commencé à utiliser l'implant entre la 4e et la 8e semaine après l'accouchement. Ils ont été allaités pendant une période moyenne de 14 mois et un suivi a été effectué jusqu'à l'âge de 36 mois. L'évaluation de la croissance, du développement physique et psychomoteur n'a montré aucune différence par rapport aux enfants allaités dont les mères avaient un DIU (n = 33). Néanmoins, le développement et la croissance de l'enfant devront être suivis avec précaution. En se basant sur les données disponibles, Nexplanon peut être utilisé pendant l'allaitement et doit être inséré après la 4e semaine suivant l'accouchement.

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Compte tenu du profil pharmacodynamique, Nexplanon n'a aucun effet, ou qu'un effet négligeable, sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Un implant doit toujours être retiré avant d'en insérer un nouveau. Aucune donnée n'est disponible sur un surdosage avec l'étonogestrel. Il n'a pas été rapporté d'effet délétère grave lié à un surdosage avec les contraceptifs en général.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les études de toxicologie n'ont pas révélé d'effets autres que ceux qui peuvent être expliqués par les propriétés hormonales de l'étonogestrel, sans tenir compte de la voie d'administration.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation : 5 ans.

Nexplanon ne doit pas être inséré après la date de péremption mentionnée sur le conditionnement extérieur.

Ce médicament ne nécessite pas de conditions particulières de conservation.

A conserver dans le conditionnement primaire d'origine.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Cf Posologie et Mode d'administration.

L'applicateur est à usage unique.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMM3400935154439 (1999, RCP rév 20.04.2020).
  
Prix :98,82 euros (1 implant).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Informations laboratoire

Organon France
106, Boulevard Haussmann. 75008 Paris
Tél Information médicale, Pharmacovigilance, Réclamations qualité, Qualité et Déontologie de l'information promotionnelle :
01 57 77 32 00
E-mail : info.medicale.fr@organon.com

Voir la fiche laboratoire
Document utile1
Outils de réduction des risques2
VIDAL Recos 1
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster