eSanté
Nouveau design, nouvelle navigation, contenus enrichis
Désormais disponible sur vidal.fr

MIRCERA 150 µg/0,3 ml sol inj en seringue préremplie

Mise à jour : Mercredi 30 septembre 2020
METHOXY POLYETHYLENE GLYCOL-EPOETINE BETA 150 µg/0,3 ml sol inj ser préremplie (MIRCERA) Commercialisé
N/A N/A N/A N/A Attention, conditions de prescription / délivrance particulières N/A N/A
N/A N/A Dopant N/A N/A Conservation au frais N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Urologie - Néphrologie : Insuffisance rénale : Antianémiques : Époétine : Hémostase - Hématopoïèse - Hémoglobinopathies - Stimulants de l'hématopoïèse : Facteurs de croissance érythrocytaire (Méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta)
Classification ATC : SANG ET ORGANES HEMATOPOIETIQUES : PREPARATIONS ANTIANEMIQUES - AUTRES PREPARATIONS ANTIANEMIQUES : AUTRES PREPARATIONS ANTIANEMIQUES (METHOXY POLYETHYLENE GLYCOL EPOETINE BETA)
Excipients :
phosphate monosodique monohydrate, sodium sulfate, mannitol, méthionine, poloxamère 188, eau ppi
Présentation
MIRCERA 150 µg/0,3 ml S inj en seringue préremplie Ser/0,3ml

Cip : 3400938151800

Modalités de conservation : Avant ouverture : < 30° durant 1 mois (A utiliser une fois sorti du réfrigérateur), 2° < t < 8° durant 36 mois (Conserver à l'abri de la lumière, Conserver dans son emballage, Conserver au réfrigérateur, Ne pas congeler)

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS 

Solution injectable à 30 µg, à 50 µg, à 75 µg, à 100 µg, à 120 µg, à 150 µg, à 200 µg et à 250 µg (transparente et incolore à jaune pâle) :  Seringues préremplies de 0,3 ml de solution, avec aiguilles de 27 G½, boîtes unitaires.
Solution injectable à 360 µg (transparente et incolore à jaune pâle) :  Seringue préremplie de 0,6 ml de solution, avec aiguille de 27 G½, boîte unitaire.

COMPOSITION 

  p seringuep ml
Méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta* (DCI) 
30 µg100 µg
ou50 µg167 µg
ou75 µg250 µg
ou100 µg333 µg
ou120 µg400 µg
ou150 µg500 µg
ou200 µg667 µg
ou250 µg833 µg
ou360 µg600 µg
Excipients (communs) : phosphate monosodique monohydraté, sulfate de sodium, mannitol (E 421), méthionine, poloxamère 188, eau ppi.

Le dosage correspond à la quantité du fragment protéique de la molécule de méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta sans prendre en compte la glycosylation.

L'activité du méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta ne devrait pas être comparée à celle d'une autre protéine pégylée ou non pégylée de la même classe thérapeutique. Pour plus d'informations, cf Pharmacodynamie.

*  Conjugaison d'une protéine produite par la technique de l'ADN recombinant dans des cellules d'ovaire de hamster chinois et d'un méthoxy polyéthylène glycol (PEG) linéaire.


DC

INDICATIONS 

Traitement de l'anémie symptomatique associée à l'insuffisance rénale chronique (IRC) chez l'adulte (cf Pharmacodynamie).
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI 

  • La tolérance et l'efficacité d'un traitement par Mircera dans d'autres indications, notamment l'anémie des patients atteints de cancer, n'a pas été établie.
  • La prudence s'impose lors de l'escalade de dose de Mircera chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique car des doses cumulées élevées d'époétines peuvent être associées à un risque accru de mortalité, d'évènements graves cardiovasculaires et cérébrovasculaires. Chez les patients présentant une réponse faible du taux d'hémoglobine aux époétines, d'autres facteurs expliquant la faible réponse devront être envisagés (cf Posologie et Mode d'administration, Pharmacodynamie).
  • Une supplémentation martiale est recommandée chez tous les patients dont la ferritinémie est inférieure à 100 µg/l ou dont le coefficient de saturation de la transferrine est inférieur à 20 %. Afin d'assurer une érythropoïèse efficace, le statut martial doit être contrôlé chez tous les patients avant et pendant le traitement.
  • L'absence de réponse au traitement par Mircera doit conduire rapidement à en rechercher les causes. Des carences en fer, en acide folique ou en vitamine B12 diminuent l'efficacité des ASEs et par conséquent doivent alors être corrigées. Des infections intercurrentes, des épisodes inflammatoires ou traumatiques, une perte de sang occulte, une hémolyse, une intoxication sévère par l'aluminium, des insuffisances hématologiques sous-jacentes ou une myélofibrose peuvent aussi altérer la réponse érythropoïétique. La numération des réticulocytes est un élément de l'évaluation de l'activité médullaire. Si toutes les conditions mentionnées ont été exclues et si le patient présente une soudaine diminution du taux d'hémoglobine associée à une réticulocytopénie et à des anticorps antiérythropoïétine, un examen de la moelle osseuse à la recherche d'une érythroblastopénie doit être envisagé. En cas de diagnostic d'érythroblastopénie, l'administration de Mircera doit être impérativement arrêtée et le patient ne doit pas recevoir un autre ASE.
    Les médecins peuvent demander au titulaire de l'autorisation de mise sur le marché de tester ou de re-tester les échantillons de sérum dans un laboratoire de référence pour les cas suspectés ou confirmés d'érythroblastopénie due aux anticorps anti-érythropoïétine ou pour les cas de perte d'efficacité inexpliquée du traitement par Mircera (par exemple une perte d'efficacité observée cliniquement par une anémie sévère et un faible taux de réticulocytes).
  • Des cas d'érythroblastopénie dus à des anticorps antiérythropoïétine ont été rapportés lors de traitement par tous les ASEs, dont Mircera. Ces anticorps présentent une réaction croisée avec les autres ASEs et un traitement par Mircera ne doit pas être instauré chez un patient pour lequel la présence d'anticorps est suspectée ou confirmée (cf Effets indésirables).
  • Érythroblastopénie chez les patients atteints d'hépatite C : une diminution paradoxale du taux d'hémoglobine et l'apparition d'une anémie sévère associée à un faible nombre de réticulocytes doit inciter à interrompre le traitement par époétine et à effectuer une recherche d'anticorps antiérythropoïétine. Des cas ont été rapportés chez des patients atteints d'hépatite C traités de façon concomitante par interféron, ribavirine et époétines. Les époétines ne sont pas indiquées dans la prise en charge de l'anémie associée à l'hépatite C.
  • Surveillance de la pression artérielle : comme avec les autres ASEs, la pression artérielle peut augmenter lors d'un traitement par Mircera. La pression artérielle doit être correctement contrôlée chez tous les patients avant, à l'initiation et durant le traitement par Mircera. Si l'hypertension est difficile à contrôler par un traitement médicamenteux ou des mesures diététiques, la posologie de Mircera doit être réduite ou le traitement suspendu (cf Posologie et Mode d'administration).
  • Des réactions indésirables cutanées sévères (SCAR), dont le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et le syndrome de Lyell, pouvant engager le pronostic vital ou être fatales ont été signalées dans le cadre de traitements à base d'époétine (cf Effets indésirables). Des cas plus graves ont été observés lors de l'utilisation d'époétines à longue durée d'action. Au moment de la prescription, les patients doivent être informés des signes et symptômes et faire l'objet d'une surveillance étroite des réactions cutanées. Si des signes ou symptômes évoquant l'une de ces réactions apparaissent, Mircera doit être arrêté immédiatement et un traitement de substitution doit être envisagé. Si le patient a développé une réaction cutanée sévère telle que le SSJ ou le syndrome de Lyell en raison de l'utilisation de Mircera, il ne faut jamais réintroduire un traitement à base d'ASE chez ce patient.
  • Taux d'hémoglobine : chez les patients ayant une insuffisance rénale chronique, le taux d'hémoglobine atteint pendant la phase de maintien ne doit pas dépasser la limite supérieure du taux d'hémoglobine cible recommandé dans la rubrique Posologie et Mode d'administration. Lors des essais cliniques, un risque accru de décès, d'événements cardiovasculaires graves, dont des thromboses, ou d'événements vasculaires cérébraux graves, dont des accidents vasculaires cérébraux (AVC), a été observé lorsque l'administration des ASEs visait à obtenir un taux d'hémoglobine cible supérieur à 12 g/dl (7,5 mmol/l) : cf Effets indésirables.
    Les essais cliniques contrôlés n'ont pas montré de bénéfices significatifs attribuables à l'administration d'époétines lorsque le taux d'hémoglobine est augmenté au-delà du seuil nécessaire pour contrôler les symptômes de l'anémie et pour éviter une transfusion sanguine.
  • La tolérance et l'efficacité de Mircera n'ont pas été établies chez les patients présentant une hémoglobinopathie, des crises comitiales, une hémorragie ou un antécédent hémorragique récent nécessitant une transfusion ou un taux de plaquettes supérieur à 500 x 109/l. Par conséquent, la prudence est nécessaire chez ces patients.
  • Effets sur la croissance tumorale : Mircera, comme les autres ASEs, est un facteur de croissance qui stimule essentiellement la production des globules rouges. Des récepteurs à l'érythropoïétine pourraient s'exprimer à la surface de différents types de cellules tumorales. Comme tout facteur de croissance, les ASEs pourraient stimuler la croissance de tout type de tumeur maligne. Au cours de deux études cliniques contrôlées dans lesquelles des érythropoïétines ont été administrées à des patients atteints de différents types de cancers, dont le cancer de la tête et du cou et le cancer du sein, une augmentation inexpliquée de la mortalité a été observée.
  • Un usage détourné de Mircera chez des sujets sains peut entraîner une augmentation excessive du taux d'hémoglobine. Ceci peut être associé à des complications cardiovasculaires mettant en jeu le pronostic vital.
  • Traçabilité de Mircera : afin d'améliorer la traçabilité des ASEs, le nom de spécialité de l'ASE administré doit être clairement inscrit dans le dossier du patient.
  • Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par ml, c'est-à-dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».
DC

INTERACTIONS 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 

Grossesse :

Il n'y a pas de données sur l'utilisation de Mircera chez la femme enceinte.

Les études chez l'animal n'ont pas montré d'effets délétères directs sur la gestation, le développement embryonnaire ou fœtal, l'accouchement et le développement postnatal mais montrent une réduction réversible du poids fœtal liée à la classe thérapeutique (cf Sécurité préclinique). Mircera ne sera prescrit qu'avec prudence chez la femme enceinte.


Allaitement :

On ne sait pas si Mircera est excrété dans le lait maternel. Une étude animale a montré que le méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta passait dans le lait maternel. La décision de poursuivre ou d'arrêter l'allaitement ou le traitement par Mircera doit prendre en compte les bénéfices de l'allaitement maternel pour l'enfant et ceux de Mircera pour la mère.

Fécondité :

Aucune altération de la fécondité n'a été mise en évidence dans les études chez l'animal (cf Sécurité préclinique). Le risque potentiel chez l'homme est inconnu.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 

Mircera n'a aucun effet ou qu'un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE 

La marge thérapeutique de Mircera est large. La capacité individuelle de réponse doit être prise en compte lors de l'instauration du traitement. Un surdosage peut résulter en des manifestations dues à l'exagération de l'effet pharmacodynamique, par exemple une érythropoïèse excessive. Si le taux d'hémoglobine est trop élevé, le traitement par Mircera doit être interrompu temporairement (cf Posologie et Mode d'administration). Une phlébotomie peut être effectuée en cas de nécessité clinique.

PP

PHARMACODYNAMIE 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE 

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité cardiovasculaire, toxicologie en administration répétée, et des fonctions de reproduction, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Le potentiel carcinogène du méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta n'a pas été évalué par des études à long terme chez l'animal. Le produit n'a pas induit une réponse proliférative in vitro sur des lignées de cellules tumorales non hématologiques. Lors d'une étude de toxicité de six mois chez le rat, aucune réponse mitogène inattendue ou tumorigène n'a été observée dans des tissus non hématologiques. De plus, sur un échantillon de tissus humains, la liaison in vitro du méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta n'a été observée que sur les cellules cibles (progéniteurs médullaires). Il n'a pas été observé de passage transplacentaire significatif du méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta chez le rat et les études menées chez l'animal n'ont révélé aucun effet nocif sur la gestation, le développement embryonnaire et fœtal, la mise bas ou le développement postnatal. Cependant, il y avait une réduction réversible liée à la classe thérapeutique, du poids fœtal et une diminution de la prise du poids postnatal de la descendance à des doses provoquant des effets pharmacodynamiques exagérés chez les mères. Les développements physiques, cognitifs ou sexuels de la descendance de mères recevant du méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta pendant la gestation et l'allaitement n'ont pas été altérés. L'administration de Mircera par voie sous-cutanée chez des rats des deux sexes avant et pendant la période d'accouplement n'a pas altéré les capacités de reproduction, la fertilité et les paramètres spermatiques.

DP

INCOMPATIBILITÉS 

En l'absence d'étude de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION 

Durée de conservation : 3 ans.

A conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

Ne pas congeler.

Conserver la seringue préremplie dans l'emballage extérieur à l'abri de la lumière.

L'utilisateur final peut sortir le médicament du réfrigérateur et le conserver à température ambiante ne dépassant pas + 30 °C durant une période unique de 1 mois. Une fois sorti du réfrigérateur, le médicament doit être utilisé au cours de cette période.

La seringue préremplie est prête à l'emploi. La seringue stérile préremplie ne contient aucun conservateur et doit n'être utilisée que pour une seule injection. Une seule dose doit être administrée par seringue. Seules les solutions transparentes, incolores à jaune pâle et sans particules visibles peuvent être injectées.

Ne pas agiter.

Amener la seringue à température ambiante avant l'injection.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 

LISTE I
Médicament soumis à une prescription initiale hospitalière annuelle réservée aux spécialistes en néphrologie, en hématologie ou en médecine interne et aux médecins exerçant dans des services de dialyse à domicile.
AMMEU/1/07/400/017 ; CIP 3400939037257 (2008) 30 µg.
EU/1/07/400/008 ; CIP 3400938151459 (50 µg).
EU/1/07/400/009 ; CIP 3400938151510 (75 µg).
EU/1/07/400/010 ; CIP 3400938151749 (100 µg).
EU/1/07/400/020 ; CIP 3400939038087 (2008) 120 µg.
EU/1/07/400/011 ; CIP 3400938151800 (150 µg).
EU/1/07/400/012 ; CIP 3400938152050 (200 µg).
EU/1/07/400/013 ; CIP 3400938152111 (250 µg).
EU/1/07/400/021 ; CIP 3400939038148 (2008) 360 µg.
RCP révisés le 31.10.2019.
  
Prix : 46,17 euros (1 seringue préremplie à 30 µg).
76,70 euros (1 seringue préremplie à 50 µg).
114,84 euros (1 seringue préremplie à 75 µg).
152,98 euros (1 seringue préremplie à 100 µg).
183,44 euros (1 seringue préremplie à 120 µg).
229,02 euros (1 seringue préremplie à 150 µg).
304,96 euros (1 seringue préremplie à 200 µg).
380,92 euros (1 seringue préremplie à 250 µg).
547,99 euros (1 seringue préremplie à 360 µg).

Médicament d'exception : prescription en conformité avec la fiche d'information thérapeutique.

Remb Séc soc à 65 %. Collect.


Prix ou tarif de responsabilité (HT) par UCD :UCD 9324649 (seringue à 30 µg) : 51,75 euros.
UCD 9313918 (seringue à 50 µg) : 86,253 euros.
UCD 9313924 (seringue à 75 µg) : 129,383 euros.
UCD 9313870 (seringue à 100 µg) : 172,506 euros.
UCD 9324632 (seringue à 120 µg) : 207,007 euros.
UCD 9313887 (seringue à 150 µg) : 258,759 euros.
UCD 9313893 (seringue à 200 µg) : 345,011 euros.
UCD 9313901 (seringue à 250 µg) : 431,265 euros.
UCD 9324655 (seringue à 360 µg) : 621,021 euros.
Inscrit sur la liste des spécialités prises en charge en sus des GHS.

Titulaire de l'AMM : Roche Registration GmbH, Emil-Barell-Strasse 1, 79639 Grenzach-Wyhlen, Allemagne.

Informations laboratoire

ROCHE
4, cours de l'île Seguin. 92650 Boulogne-Billancourt cdx
Tél  : 01 47 61 40 00
Fax : 01 47 61 77 00
Info médic et pharma : Tél : 01 47 61 47 61
Pharmacovigilance :
Tél : 01 47 61 47 00
Fax : 01 47 61 77 77
Logistique produits et approvisionnement d'urgence :
Tél : 01 47 61 61 61
Fax : 01 47 61 77 44
E-mail : france.macommande@roche.com

Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Mentions légales - Contact webmaster