LIBTAYO 350 mg sol diluer p perf

Mise à jour : Mercredi 10 février 2021
CEMIPLIMAB 50 mg/ml sol diluer p perf (LIBTAYO)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A Non disponible en ville N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 4

SYNTHESE

▼ Ce médicament fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique Effets indésirables pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Cancérologie - Hématologie : Antinéoplasiques - Anticorps monoclonaux : AcM anti-PD-1 (Cémiplimab)
Classification ATC : ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS : ANTINEOPLASIQUES - AUTRES ANTINEOPLASIQUES : ANTICORPS MONOCLONAUX (CEMIPLIMAB)
Substance
cémiplimab
Excipients :
histidine, histidine chlorhydrate monohydrate, saccharose, proline, eau ppi
Présentation
LIBTAYO 350 mg S diluer perf Fl/7 ml (50 mg/ml)

Cip : 3400955067283

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Solution à diluer pour perfusion (IV) à 350 mg (stérile, limpide à légèrement opalescente, incolore à jaune pâle, peut contenir des traces de particules translucides à blanches) :  Flacon de 350 mg dans une solution de 7 ml, à usage unique, boîte unitaire.

COMPOSITION

 par flacon
Cémiplimab* 
350 mg
Excipients : L-histidine, chlorhydrate de L-histidine monohydraté, saccharose, L-proline, polysorbate 80, eau pour préparations injectables.

pH de 6,0.

Osmolalité comprise entre 300 et 360 mmol/kg.

Un ml de solution à diluer contient 50 mg de cémiplimab.

* Le cémiplimab est produit par la technologie de l'ADN recombinant dans des cellules ovariennes de hamster chinois (cellules CHO [Chinese hamster ovary]) en culture en suspension.

DC

INDICATIONS

LIBTAYO est indiqué en monothérapie pour le traitement de patients adultes atteints d'un carcinome épidermoïde cutané métastatique ou localement avancé (CECm ou CECla) qui ne sont pas candidats à une chirurgie curative ni à une radiothérapie curative.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Traçabilité

Afin d'améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom du produit administré et le numéro du lot doivent être clairement consignés.

Effets indésirables d'origine immunologique

Des effets indésirables d'origine immunologique graves et fatals ont été observés avec le cémiplimab (cf Posologie et Mode d'administration, Effets indésirables). Ces effets d'origine immunologique peuvent impliquer n'importe quel système d'organes. La plupart des réactions d'origine immunologique surviennent pendant le traitement par le cémiplimab. Cependant, des effets indésirables d'origine immunologique peuvent aussi apparaître après l'arrêt du cémiplimab.

Chez les patients traités par le cémiplimab ou par d'autres inhibiteurs du PD-1/PD-L1, des effets indésirables d'origine immunologique affectant plus d'un système d'organes peuvent survenir simultanément, tels que la myosite et la myocardite ou la myasthénie grave.

Surveiller les patients pour détecter tout signe et symptôme d'effets indésirables d'origine immunologique. Les effets indésirables d'origine immunologique doivent être pris en charge en adaptant le traitement par le cémiplimab, en instaurant un traitement hormonal substitutif (si cela est cliniquement indiqué) et en administrant une corticothérapie. En cas de suspicion d'effets indésirables d'origine immunologique, une évaluation appropriée doit être conduite afin de confirmer un effet indésirable d'origine immunologique et exclure d'autres causes, dont l'infection. En fonction de la gravité de l'effet indésirable, le traitement par le cémiplimab doit être suspendu ou définitivement arrêté (cf Posologie et Mode d'administration).

Pneumopathie inflammatoire d'origine immunologique

Des pneumopathies inflammatoires d'origine immunologique, définies comme nécessitant l'utilisation de corticoïdes en l'absence d'une étiologie alternative identifiée, parfois d'issue fatale, ont été observées chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter tout signe et symptôme de pneumopathie inflammatoire et les causes autres que la pneumopathie inflammatoire d'origine immunologique doivent être exclues. Les patients ayant une suspicion de pneumopathie inflammatoire doivent réaliser une évaluation radiologique en fonction de la clinique, leur traitement par le cémiplimab doit être adapté, et une corticothérapie doit leur être administrée. (Cf Posologie et Mode d'administration).

Colite d'origine immunologique

Une diarrhée ou une colite d'origine immunologique, définie comme nécessitant l'utilisation de corticoïdes en l'absence d'une étiologie alternative identifiée, a été observée chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter tout signe et symptôme de diarrhée ou de colite, leur traitement par le cémiplimab doit être adapté, et des anti-diarrhéiques ainsi qu'une corticothérapie doivent leur être administrés (cf Posologie et Mode d'administration).

Hépatite d'origine immunologique

Une hépatite d'origine immunologique, définie comme nécessitant l'utilisation de corticoïdes en l'absence d'une étiologie alternative identifiée, parfois fatale, a été observée chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter toute modification de la fonction hépatique, avant le traitement puis régulièrement par la suite en fonction de la clinique. Le traitement par le cémiplimab doit être adapté et une corticothérapie doit être administrée (cf Posologie et Mode d'administration).

Troubles endocriniens d'origine immunologique

Des troubles endocriniens d'origine immunologique, définis comme des endocrinopathies apparues sous traitement, en l'absence d'une étiologie alternative identifiée, ont été observés chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables).

Troubles thyroïdiens (hypothyroïdie/hyperthyroïdie)

Des troubles thyroïdiens d'origine immunologique ont été observés chez des patients recevant du cémiplimab. Les troubles thyroïdiens peuvent survenir à tout moment au cours du traitement. Les altérations de la fonction thyroïdienne doivent être surveillées chez les patients, au début du traitement puis régulièrement par la suite, en fonction de la clinique (cf Effets indésirables). Les patients doivent recevoir un traitement hormonal substitutif (si cela est indiqué) et leur traitement par cémiplimab doit être adapté. L'hyperthyroïdie doit être prise en charge selon les pratiques médicales standardisées (cf Posologie et Mode d'administration).

Hypophysite

Une hypophysite d'origine immunologique a été observée chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour déceler tout signe et symptôme d'hypophysite, leur traitement par le cémiplimab doit être adapté, une corticothérapie et un traitement hormonal substitutif doivent leur être administrés si cliniquement indiqué (cf Posologie et Mode d'administration).

Insuffisance surrénalienne

Une insuffisance surrénalienne a été observée chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter tout signe et symptôme d'insuffisance surrénalienne pendant et après le traitement, leur traitement par le cémiplimab doit être adapté, une corticothérapie et un traitement hormonal substitutif doivent leur être administrés si cliniquement indiqué (cf Posologie et Mode d'administration).

Diabète de type 1

Un diabète de type 1 d'origine immunologique, pouvant inclure des cas d'acidocétose diabétique, a été observé chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter les hyperglycémies et tout signe et symptôme de diabète. Un traitement par hypoglycémiants oraux ou insuline doit être instauré et leur traitement par le cémiplimab doit être adapté (cf Posologie et Mode d'administration).

Effets indésirables cutanés d'origine immunologique

Des effets indésirables cutanés d'origine immunologique, définis comme nécessitant l'utilisation de corticoïdes systémiques en l'absence d'une étiologie alternative identifiée, incluant des effets indésirables cutanés graves (EICG), comme le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et la nécrolyse épidermique toxique (NET) (dans certains cas avec une issue fatale), et d'autres réactions cutanées comme des éruptions cutanées, un érythème polymorphe, une pemphigoïde, ont été rapportés en association avec un traitement par le cémiplimab (cf Effets indésirables).

Les patients doivent être surveillés pour détecter toute manifestation de réactions cutanées sévères et exclure d'autres causes. Le traitement par le cémiplimab doit être adapté et une corticothérapie doit être administrée (cf Posologie et Mode d'administration). Pour les signes et symptômes de SSJ et NET, prendre en charge le patient avec une adaptation posologique (cf Posologie et Mode d'administration), et diriger le patient vers une unité spécialisée pour évaluation et traitement.

Des cas de SSJ, de NET fatale et de stomatite sont survenus après l'administration d'une dose unique de cémiplimab chez des patients précédemment exposés à l'idélalisib, qui participaient à un essai clinique évaluant le cémiplimab dans le lymphome non hodgkinien (LNH) et qui avaient récemment été exposés à des antibiotiques sulfamidés (cf Effets indésirables). Les patients doivent être pris en charge par une adaptation du traitement par le cémiplimab et une corticothérapie tel que décrit ci-dessus (cf Posologie et Mode d'administration).

Néphrite d'origine immunologique

Une néphrite d'origine immunologique, définie comme nécessitant l'utilisation de corticoïdes en l'absence d'une étiologie alternative, a été observée chez des patients recevant du cémiplimab (cf Effets indésirables). Surveiller les patients pour rechercher toute modification de la fonction rénale. Le traitement par le cémiplimab doit être adapté et une corticothérapie doit être administrée (cf Posologie et Mode d'administration).

Autres effets indésirables d'origine immunologique

D'autres effets indésirables d'origine immunologique, fatals ou mettant en jeu le pronostic vital, ont été observés chez des patients recevant du cémiplimab, notamment des cas d'encéphalomyélite paranéoplasique, de méningite, et de myosite (cf Effets indésirables pour les autres effets indésirables d'origine immunologique).

Evaluer les effets indésirables d'origine immunologique suspectés afin d'exclure les autres causes. Les patients doivent être surveillés afin de détecter tout signe et symptôme d'effets indésirables d'origine immunologique. Le traitement par le cémiplimab doit être adapté et une corticothérapie doit être administrée si cliniquement indiqué (cf Posologie et Mode d'administration, Effets indésirables).

Un rejet de greffe d'organe solide a été signalé après la mise sur le marché chez des patients traités par inhibiteurs du PD-1. Le traitement par cémiplimab est susceptible d'augmenter le risque de rejet chez les bénéficiaires d'une greffe d'organe solide. Il convient de prendre en considération le rapport entre les bénéfices du traitement par cémiplimab et le risque de rejet d'organe chez ces patients. Des cas de de maladie du greffon contre l'hôte (GVHD), ont été signalés après la mise sur le marché chez des patients traités par inhibiteurs du PD-1/PD-L1 en association à une greffe allogénique de cellules souches hématopoïétiques.

Réactions liées à la perfusion

Le cémiplimab peut entraîner des réactions liées à la perfusion sévères ou menaçant le pronostic vital (cf Effets indésirables). Les patients doivent être surveillés pour détecter tout signe et symptôme de réaction liée à la perfusion. Le traitement par le cémiplimab doit être adapté et une corticothérapie doit être administrée. Le traitement par le cémiplimab doit être interrompu ou le débit de la perfusion ralenti en cas de réactions liées à la perfusion d'intensité légère à modérée. La perfusion doit être arrêtée et le traitement par le cémiplimab définitivement arrêté en cas de réactions liées à la perfusion sévères (de grade 3) ou menaçant le pronostic vital (de grade 4) (cf Posologie et Mode d'administration).

Patients exclus des études cliniques

Les patients présentant des infections actives ou étant immunodéprimés n'ont pas été inclus dans l'étude principale. Pour la liste complète des patients exclus des essais cliniques, cf Pharmacodynamie.

En l'absence de données, le cémiplimab doit être utilisé avec précaution chez ces populations après évaluation approfondie du rapport bénéfice/risque pour le patient.

DC

INTERACTIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Femmes en âge de procréer

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement par le cémiplimab et au moins 4 mois après la dernière dose de cémiplimab.

Grossesse

Aucune étude sur la reproduction animale n'a été menée avec le cémiplimab. On ne dispose d'aucune donnée sur l'utilisation du cémiplimab chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l'animal ont démontré que l'inhibition de la voie PD-1/PD-L1 peut augmenter le risque de rejet immunologique du fœtus en développement et ainsi la mort du fœtus (cf Sécurité préclinique).

L'IgG4 humaine est connue pour traverser la barrière placentaire. Le cémiplimab étant une IgG4, il existe un risque potentiel de transmission de la mère au fœtus en développement. L'utilisation du cémiplimab n'est pas recommandé pendant la grossesse ni chez les femmes en âge de procréer qui n'utilisent pas une méthode de contraception efficace, sauf si le bénéfice clinique est évalué comme étant supérieur au risque potentiel.

Allaitement

On ne sait pas si le cémiplimab est excrété dans le lait maternel. Dans la mesure où il est connu que les anticorps (notamment l'IgG4) sont sécrétés dans le lait maternel, un risque pour les nouveau-nés/nourrissons allaités ne peut être exclu.

Si une femme décide d'être traitée par le cémiplimab, elle devra être informée de ne pas allaiter pendant son traitement par le cémiplimab et au moins 4 mois après la dernière dose de cémiplimab.

Fertilité

Il n'existe pas de donnée clinique sur les effets possibles de l'utilisation du cémiplimab sur la fertilité. Aucun effet n'a été observé sur les paramètres d'évaluation de la fertilité ou sur les organes de reproduction masculins ou féminins au cours d'une étude d'évaluation de la fertilité avec administration répétée de 3 mois menée chez des singes cynomolgus sexuellement matures.

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Le cémiplimab a un effet négligeable ou nul sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Des cas de fatigue ont été rapportés suite au traitement par le cémiplimab (cf Effets indésirables).
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

En cas de surdosage, les patients doivent être rigoureusement surveillés pour détecter tout signe ou symptôme d'effet indésirable, et un traitement symptomatique adapté doit être instauré.

PP

PHARMACODYNAMIE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Aucune étude évaluant le potentiel carcinogène ou génotoxique du cémiplimab n'a été réalisée. Aucune étude sur la reproduction animale n'a été menée avec le cémiplimab (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).

Comme indiqué dans la littérature, la voie de signalisation PD-1/PD-L1 joue un rôle dans le maintien de la grossesse en maintenant la tolérance immunologique et des études ont montré que le blocage des récepteurs PD-1 aboutissait à une interruption précoce de la grossesse. L'augmentation de l'avortement et/ou de la résorption spontanés chez les animaux à expression restreinte de PD-L1 (anticorps monoclonaux knock-out ou anti-PD1/PD-L1) a été démontrée chez la souris et le singe. Ces espèces animales ont une interface mère-fœtale similaire à celle des humains.

DP

INCOMPATIBILITÉS

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique Modalités de manipulation et d'élimination.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Flacon non ouvert

Durée de conservation : 30 mois.

À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

Ne pas congeler.

À conserver dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.

Après ouverture

Une fois ouvert, le médicament devra être dilué et perfusé immédiatement (cf Modalités de manipulation et d'élimination pour les instructions de dilution du médicament avant administration).

Après préparation de la perfusion

Une fois préparée, administrez immédiatement la solution diluée. Si la solution diluée n'est pas administrée immédiatement, elle peut être temporairement conservée :

  • à une température ambiante ne dépassant pas 25 °C pendant 8 heures maximum à compter de l'heure de la préparation de la perfusion jusqu'à la fin de la perfusion.
    ou
  • au réfrigérateur, entre 2 °C et 8 °C pendant 24 heures maximum à compter de l'heure de préparation de la perfusion jusqu'à la fin de la perfusion. Ne pas congeler. Laissez la solution diluée revenir à température ambiante avant administration.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Préparation et administration

  • Inspectez visuellement le médicament pour vérifier l'absence de particules ou de coloration anormale avant l'administration. LIBTAYO est une solution limpide à légèrement opalescente, incolore à jaune pâle pouvant contenir des traces de particules translucides à blanches.
  • Éliminez le flacon si vous remarquez que la solution est trouble, présente une coloration anormale ou contient des particules externes autres que quelques particules translucides à blanches.
  • Ne secouez pas le flacon.
  • Prélevez 7 ml (350 mg) du ou des flacons de LIBTAYO et transférez dans une poche de perfusion intraveineuse contenant 9 mg/ml de chlorure de sodium (0,9 %) injectable ou 50 mg/ml de glucose (5 %) injectable. Retournez délicatement afin de mélanger la solution diluée. Ne secouez pas la solution. La concentration finale de la solution diluée doit être comprise entre 1 mg/ml et 20 mg/ml.
  • LIBTAYO est administré par perfusion intraveineuse sur 30 minutes via une tubulure contenant un filtre stérile, apyrogène, à faible fixation protéique, en ligne ou additionnel (taille de pores de 0,2 micron à 5 microns).
  • N'administrez pas simultanément d'autres médicaments par la même ligne de perfusion.

LIBTAYO est réservé à un usage unique. Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Médicament réservé à l'usage hospitalier. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie.
Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMMEU/1/19/1376/001 ; CIP 3400955067283 (2019, RCP rév 31.07.2020).
Pris en charge selon les conditions définies à l'article L.162-16-5-2 du Code de la Sécurité sociale suite à l'ATU accordée du 08 avril 2019 au 09 octobre 2019.
Collect.

Titulaire de l'AMM : Regeneron Ireland Designated Activity Company (DAC), Europa House, Harcourt Centre, Harcourt Street, Dublin 2, Irlande.

Informations laboratoire

sanofi-aventis France
82, av Raspail. 94250 Gentilly
Information médicale, Pharmacovigilance, Réclamations qualité, Qualité de l'information et Déontologie de la visite médicale :
0 800 39 40 00 : Service & appel gratuits

Formulaire de contact
https://www.sanofi.fr/fr/nous-contacter
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster