KEPPRA 500 mg cp pellic

Mise à jour : Mardi 01 juin 2021
LEVETIRACETAM 500 mg cp (KEPPRA)
Commercialisé
N/A Soyez très prudent N/A N/A N/A N/A N/A
Référent N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 7

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (7)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Neurologie : Antiépileptiques (Lévétiracétam)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANTIEPILEPTIQUES - ANTIEPILEPTIQUES : AUTRES ANTIEPILEPTIQUES (LEVETIRACETAM)
Substance
lévétiracétam
Excipients :
croscarmellose sel de Na, macrogol 6000, silice colloïdale anhydre, magnésium stéarate

pelliculage :  alcool polyvinylique partiellement hydrolysé, macrogol 3350, talc

colorant (pelliculage) :  titane dioxyde, fer jaune oxyde

Présentations
KEPPRA 500 mg Cpr pell Plq/60

Cip : 3400935601650

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé
KEPPRA 500 mg Cpr pell Plq préd/100

Cip : 3400955005346

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé à 250 mg (de couleur bleue, de forme oblongue de 13 mm, avec la mention « ucb » et « 250 » gravée sur une face), à 500 mg (de couleur jaune, de forme oblongue de 16 mm, avec la mention « ucb » et « 500 » gravée sur une face) ou à 1000 mg (de couleur blanche, de forme oblongue de 19 mm, avec la mention « ucb » et « 1000 » gravée sur une face) :  
Étuis de 60, sous plaquettes thermoformées.
Une barre de cassure est présente pour faciliter la prise du comprimé, elle ne le divise pas en doses égales.

Modèles hospitaliers (comprimés à 250 mg, et à 500 mg) : Étuis de 100 x 1 comprimé, sous plaquettes thermoformées prédécoupées pour délivrance à l'unité.
Solution buvable à 100 mg/ml (incolore) :  
Flacon de 300 ml muni d'un bouchon de sécurité enfant avec seringue doseuse de 10 ml graduée tous les 0,25 ml. Cette présentation doit être prescrite chez les enfants de 4 ans et plus, les adolescents et les adultes.
Flacon de 150 ml muni d'un bouchon de sécurité enfant avec seringue doseuse de 3 ml graduée tous les 0,1 ml. Cette présentation doit être prescrite chez le nourrisson et le jeune enfant de 6 mois à moins de 4 ans.
Flacon de 150 ml muni d'un bouchon de sécurité enfant avec seringue doseuse de 1 ml graduée tous les 0,05 ml. Cette présentation doit être prescrite chez le nourrisson de 1 mois à moins de 6 mois.
(Cf Posologie et Mode d'administration.)

COMPOSITION

Comprimé :p cp
Lévétiracétam 
250 mg
ou500 mg
ou1000 mg
Excipients (communs) : croscarmellose sodique, macrogol 6000, silice colloïdale anhydre, stéarate de magnésium. Pelliculage : alcool polyvinyl en partie hydrolysé, macrogol 3350, dioxyde de titane E 171, talc, laque indigo carmin en aluminium E 132 (cp 250 mg) ou oxyde de fer jaune E 172 (cp 500 mg).
Solution buvable :p ml
Lévétiracétam 
100 mg
Excipients : citrate de sodium, acide citrique monohydraté, glycyrrhizinate d'ammonium, glycérol (E 422), maltitol liquide (E 965), acésulfame de potassium (E 950), eau purifiée. Arôme : raisin. Conservateurs : parahydroxybenzoate de méthyle (E 218), parahydroxybenzoate de propyle (E 216).

Excipients à effet notoire : parahydroxybenzoate de méthyle (2,7 mg/ml) ; parahydroxybenzoate de propyle (0,3 mg/ml) ; maltitol liquide (300 mg/ml).

DC

INDICATIONS

Keppra est indiqué en monothérapie dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte et l'adolescent à partir de 16 ans présentant une épilepsie nouvellement diagnostiquée.
Keppra est indiqué en association :
  • dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte, l'adolescent, l'enfant et le nourrisson à partir de 1 mois présentant une épilepsie ;
  • dans le traitement des crises myocloniques de l'adulte et de l'adolescent à partir de 12 ans présentant une épilepsie myoclonique juvénile ;
  • dans le traitement des crises généralisées tonicocloniques primaires de l'adulte et de l'adolescent à partir de 12 ans présentant une épilepsie généralisée idiopathique.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Insuffisance rénale :
L'administration de lévétiracétam à l'insuffisant rénal peut nécessiter une adaptation de la dose. Chez le patient atteint d'insuffisance hépatique sévère, l'évaluation de la fonction rénale est recommandée avant de déterminer la dose à administrer (cf Posologie et Mode d'administration).
Insuffisance rénale aiguë :
L'utilisation du lévétiracétam a été très rarement associée à une insuffisance rénale aiguë, avec un temps d'apparition allant de quelques jours à plusieurs mois.
Numération de la formule sanguine :
De rares cas d'altération de la numération de la formule sanguine (neutropénie, agranulocytose, leucopénie, thrombocytopénie et pancytopénie) ont été décrits en association avec l'administration de lévétiracétam, généralement en début du traitement. Une numération de la formule sanguine complète est conseillée chez les patients souffrant de faiblesse importante, de fièvre, d'infections récurrentes ou de troubles de la coagulation (cf Effets indésirables).
Suicide :
Des cas de suicide, tentative de suicide, idées et comportement suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par des antiépileptiques (y compris le lévétiracétam). Une méta-analyse des essais randomisés, contrôlés versus placebo portant sur des médicaments antiépileptiques a montré une légère augmentation du risque de pensées et comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n'est pas connu.
Par conséquent, les patients présentant des signes de dépression et/ou des idées et comportements suicidaires devront être surveillés et un traitement approprié devra être envisagé. Il devra être recommandé aux patients (et à leur personnel soignant) de demander un avis médical si des signes de dépression et/ou des idées et comportements suicidaires surviennent.
Comportements anormaux et agressifs :
Le lévétiracétam peut provoquer des symptômes psychotiques et des troubles du comportement, y compris une irritabilité et une agressivité. Les patients traités par du lévétiracétam doivent être surveillés afin de détecter l'apparition de signes psychiatriques symptomatiques d'importants changements d'humeur et/ou de la personnalité. Si de tels comportements sont observés, l'adaptation au traitement ou l'arrêt progressif du traitement doivent être envisagés. Si une interruption du traitement est envisagée, veuillez vous référer à la rubrique Posologie et Mode d'administration.
Aggravation des crises convulsives :
Comme avec d'autres types d'antiépileptiques, le lévétiracétam peut, dans de rares cas, accroître la fréquence ou la gravité des crises convulsives. Cet effet paradoxal, principalement signalé au cours du premier mois suivant l'instauration du lévétiracétam ou l'augmentation de la dose, était réversible après l'arrêt du médicament ou la diminution de la dose. Il doit être conseillé aux patients de consulter immédiatement leur médecin en cas d'aggravation des crises convulsives.
Allongement de l'intervalle QT à l'électrocardiogramme :
De rares cas d'allongement de l'intervalle QT à l'ECG ont été observés au cours de la surveillance post-commercialisation. Le lévétiracétam doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant un allongement de l'intervalle QTc, chez les patients traités en association avec des médicaments modifiant l'intervalle QTc ou chez les patients présentant une pathologie cardiaque pré-existante ou des troubles électrolytiques.
Population pédiatrique :
La forme comprimé n'est pas adaptée aux nourrissons et aux enfants de moins de 6 ans.
Les données disponibles chez l'enfant ne suggèrent pas d'effet sur la croissance et la puberté.
Toutefois, des effets à long terme chez l'enfant sur l'apprentissage, le développement intellectuel, la croissance, les fonctions endocrines, la puberté et la capacité à avoir des enfants demeurent inconnus.
Excipients (solution buvable) :
Keppra 100 mg/ml solution buvable contient du parahydroxybenzoate de méthyle (E 218) et du parahydroxybenzoate de propyle (E 216) qui peuvent entraîner des réactions allergiques (pouvant être retardées).
Elle contient également du maltitol liquide ; les patients souffrant d'intolérance au fructose (maladie métabolique héréditaire rare) ne doivent pas prendre ce médicament.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Femmes en âge de procréer :

Un avis médical spécialisé doit être donné aux femmes en âge de procréer. Le traitement par lévétiracétam doit être réévalué lorsqu'une femme envisage une grossesse. Comme avec tous les médicaments antiépileptiques, l'arrêt brutal du lévétiracétam doit être évité car cela peut entraîner des crises d'épilepsie dont les conséquences pour la femme et l'enfant à naître peuvent être graves. La monothérapie doit être privilégiée dans la mesure du possible, car le traitement par plusieurs médicaments antiépileptiques pourrait être associé à un risque plus élevé de malformations congénitales par rapport à une monothérapie en fonction des antiépileptiques associés.


Grossesse :

Un grand nombre de données post-commercialisation concernant les femmes enceintes exposées au lévétiracétam en monothérapie (plus de 1800, dont plus de 1500 expositions au cours du 1er trimestre) ne suggère pas d'augmentation du risque de malformations congénitales majeures. Seules des données limitées sur le neurodéveloppement des enfants exposés in utero à Keppra en monothérapie sont disponibles. Cependant, les études épidémiologiques actuelles (sur environ 100 enfants) ne suggèrent pas d'augmentation du risque de troubles ou retards neurodéveloppementaux.

Si après une évaluation attentive le traitement est considéré comme cliniquement nécessaire, le lévétiracétam peut être utilisé au cours de la grossesse. Dans ce cas, la dose efficace la plus faible est recommandée.

Des changements physiologiques pendant la grossesse peuvent affecter la concentration en lévétiracétam. Une diminution des concentrations plasmatiques en lévétiracétam a été observée pendant la grossesse. Cette diminution est plus prononcée pendant le troisième trimestre (jusqu'à 60 % de la concentration de base avant grossesse). Une prise en charge clinique appropriée des femmes enceintes traitées par le lévétiracétam devra être assurée.


Allaitement :

Le lévétiracétam est excrété dans le lait maternel. Par conséquent, l'allaitement n'est pas recommandé.

Toutefois, si un traitement par le lévétiracétam est nécessaire pendant l'allaitement, le rapport bénéfice/risque du traitement devra être évalué en considérant l'importance de l'allaitement.

Fertilité :

Aucun impact sur la fertilité n'a été détecté lors des études sur l'animal (cf Sécurité préclinique). Aucune donnée clinique n'est disponible, le risque potentiel pour l'homme est inconnu.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Le lévétiracétam a une influence mineure ou modérée sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.
En raison de la possibilité de différences individuelles en matière de sensibilité, certains patients sont susceptibles de présenter, particulièrement en début de traitement ou après une augmentation de la dose, une somnolence ou d'autres symptômes impliquant le système nerveux central. Il est donc recommandé à ces patients d'être prudents lors de l'exécution de tâches délicates telles que la conduite d'un véhicule ou l'utilisation de machines. Il est conseillé aux patients de ne pas conduire ou de ne pas utiliser de machines tant qu'il n'a pas été établi que leurs capacités pour de telles activités ne sont pas affectées.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Symptômes :
Somnolence, agitation, agressivité, diminution du niveau de conscience, dépression respiratoire et coma ont été observés lors de surdosage avec Keppra.
Conduite à tenir :
Après un surdosage important, des vomissements peuvent être provoqués ou un lavage gastrique réalisé. Il n'existe aucun antidote spécifique du lévétiracétam. Le traitement du surdosage sera symptomatique et pourra comporter une hémodialyse. Le taux d'élimination par dialyse est de 60 % pour le lévétiracétam et de 74 % pour le métabolite principal.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l'homme sur la base des études styleiques de tolérance pharmacologique, de génotoxicité ou du potentiel de carcinogénicité.

Les effets indésirables pouvant avoir une pertinence en clinique, bien que n'ayant pas été observés dans les études cliniques mais rapportés chez le rat, et dans une moindre proportion chez la souris, à des niveaux d'exposition identiques à ceux utilisés chez l'homme, étaient des modifications hépatiques indiquant une réponse d'adaptation comme augmentation du poids, hypertrophie centrolobulaire, infiltration adipeuse et élévation des enzymes hépatiques dans le plasma.

Aucun effet indésirable n'a été observé chez le rat mâle ou femelle, sur la fertilité, ni sur le taux de reproduction, à des doses allant jusqu'à 1800 mg/kg/jour (6 × la MRHD évaluée en fonction de la surface corporelle en mg/m2 ou de l'exposition) administrées aux parents et à la génération F1.

Deux études du développement fœto-embryonnaire (DFE) ont été réalisées chez le rat à 400, 1200 et 3600 mg/kg/jour. A 3600 mg/kg/jour, dans une seule des études de DFE, une légère diminution du poids fœtal associée à une augmentation marginale des variations/anomalies mineures du squelette ont été observées. Il n'y a eu aucun effet sur la mortalité embryonnaire et aucune augmentation de l'incidence des malformations. Le NOAEL (niveau sans effet indésirable observé) était de 3600 mg/kg/jour pour les rates gravides (12 × la MRHD évaluée en fonction de la surface corporelle en mg/m2) et de 1200 mg/kg/jour pour les fœtus.

Quatre études du développement embryofœtal ont été réalisées chez le lapin, couvrant les doses de 200, 600, 800, 1200 et 1800 mg/kg/jour. Le niveau de dose de 1800 mg/kg/jour a induit une toxicité maternelle marquée et une diminution du poids fœtal, associées à une augmentation des anomalies cardiovasculaires/squelettiques chez les fœtus. Le NOAEL était < 200 mg/kg/jour pour les mères et de 200 mg/kg/jour pour les fœtus (égal à la MRHD évaluée en mg/m2).

Une étude du développement périnatal et postnatal a été réalisée chez le rat avec des doses de lévétiracétam de 70, 350 et 1800 mg/kg/jour. Le NOAEL était ≥ 1800 mg/kg/jour pour les femelles F0 et pour la survie, la croissance et le développement de la descendance F1 jusqu'au sevrage (6 × la MRHD évaluée en mg/m2).

Des études réalisées sur des rats et des chiens nouveau-nés et juvéniles ont démontré l'absence d'effets indésirables sur les paramètres standards d'évaluation du développement ou de la maturation à des doses allant jusqu'à 1800 mg/kg/jour (6 à 17 fois la MRHD évaluée en mg/m2).

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Comprimés :
Durée de conservation :
3 ans.
Ce médicament ne nécessite pas de précaution particulière de conservation.
Solution buvable :
Durée de conservation :
3 ans.
A conserver dans le flacon d'origine afin de le protéger de la lumière.
Après première ouverture :
7 mois.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMMEU/1/00/146/004 ; CIP 3400935601360 (RCP rév 17.12.2020) 60 cp à 250 mg.
EU/1/00/146/034 ; CIP 3400955005339 (2012, RCP rév 17.12.2020) 100 cp à 250 mg, délivrance à l'unité.
EU/1/00/146/010 ; CIP 3400935601650 (RCP rév 17.12.2020) 60 cp à 500 mg.
EU/1/00/146/035 ; CIP 3400955005346 (2012, RCP rév 17.12.2020) 100 cp à 500 mg, délivrance à l'unité.
EU/1/00/146/024 ; CIP 3400935602251 (RCP rév 17.12.2020) 60 cp à 1000 mg.
EU/1/00/146/027 ; CIP 3400937023818 (2003, RCP rév 17.12.2020) sol buv (fl 300 ml + ser 10 ml).
EU/1/00/146/031 ; CIP 3400939827599 (2009, RCP rév 17.12.2020) sol buv (fl 150 ml + ser 3 ml).
EU/1/00/146/032 ; CIP 3400939827650 (2009, RCP rév 17.12.2020) sol buv (fl 150 ml + ser 1 ml).
  
Prix :19,32 euros (60 comprimés à 250 mg).
25,18 euros (60 comprimés à 500 mg).
25,18 euros (60 comprimés à 1000 mg).
53,52 euros (flacon de 300 ml, seringue de 10 ml).
26,97 euros (flacon de 150 ml, seringue de 3 ml).
26,97 euros (flacon de 150 ml, seringue de 1 ml).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Flacons de 150 ml : Remb Séc soc à 65 % dans la seule indication « en association, dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez le nourrisson à partir de 1 mois et chez l'enfant de moins de 4 ans présentant une épilepsie ».

Modèles hospitaliers : Collect.


Titulaire de l'AMM : UCB Pharma SA, allée de la Recherche, 60, B-1070 Bruxelles, Belgique.

Informations laboratoire

UCB Pharma SA
420, rue d'Estienne-d'Orves. 92700 Colombes
Tél : 01 47 29 44 35
UCBCares® (Pharmacovigilance/Information médicale) :
Tél : 01 47 29 45 55
Site web : http://www.ucb-france.fr
Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster