GENTAMICINE PANPHARMA 160 mg sol inj

Mise à jour : 27 Janvier 2020
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Infectiologie - Parasitologie - Aminosides et apparentés : Gentamicine (Gentamicine dose unitaire)
Classification ATC :
ANTIINFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE : ANTIBACTERIENS A USAGE SYSTEMIQUE - AMINOSIDES ANTIBACTERIENS : AUTRES AMINOSIDES (GENTAMICINE)
Statut
Commercialisé
Excipients : eau ppi
Conservateur (excipient) : acide édétique sel de Na
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : p-hydroxybenzoate de méthyle, p-hydroxybenzoate de propyle, sodium disulfite
AMM3269518
Présentation(s)GENTAMICINE PANPHARMA 160 mg S inj Amp/2ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%
AMM3269518
Présentation(s)GENTAMICINE PANPHARMA 160 mg S inj Amp/2ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable à 10 mg :  Ampoule de 1 ml, boîte unitaire.
Modèle hospitalier : Boîte de 10.
Solution injectable à 40 mg, à 80 mg et à 160 mg :  Ampoules de 2 ml, boîtes unitaires.
Modèles hospitaliers : Boîtes de 10.

Composition


COMPOSITION 
 p ampoule
Gentamicine sulfate exprimé en gentamicine 
10 mg
ou40 mg
ou80 mg
ou160 mg
Excipients : parahydroxybenzoate de méthyle, parahydroxybenzoate de propyle, hydrogénosulfite de sodium en solution, édétate de sodium, eau pour préparations injectables.

Excipients à effet notoire :

Indications


DCINDICATIONS 
Gentamicine Panpharma est indiqué chez l'adulte et chez l'enfant (cf Mises en garde et Précautions d'emploi, Pharmacodynamie) :
La gentamicine est généralement utilisée en traitement curatif en association à d'autres antibiotiques, en particulier avec des bêta-lactamines. Elle peut cependant être prescrite en monothérapie dans certaines situations cliniques, notamment dans le traitement d'infections urinaires.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Les indications doivent être limitées aux tableaux cliniques sévères en l'absence d'alternative. Dans le cas d'une exposition en cours de grossesse, il est souhaitable d'évaluer la fonction auditive du nouveau-né (oto-émissions).


Allaitement :

L'allaitement est possible en cas de traitement par la gentamicine.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Aucune étude des effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'a été réalisée.
Comme ce traitement est susceptible d'entraîner des troubles de l'équilibre, il convient d'avertir de ce risque potentiel les conducteurs de véhicules et les utilisateurs de machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

La gentamicine a une marge thérapeutique étroite. En cas d'accumulation, des lésions rénales et des lésions des nerfs vestibulo-cochléaires peuvent apparaître.

Traitement en cas de surdosage :

Arrêter le traitement. Il n'y a pas d'antidote spécifique. La gentamicine peut être éliminée du sang par dialyse.

Traitement des blocages neuromusculaires :

En cas de blocage neuromusculaire, l'administration de chlorure de calcium est recommandée ainsi que le recours à la ventilation artificielle si nécessaire.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Autres aminosides, code ATC : J01GB03.

Mécanisme d'action :

La gentamicine est un antibiotique de la famille des aminosides.

La gentamicine a un effet bactéricide à la fois sur la prolifération et sur l'état de latence des bactéries. Elle forme une liaison avec les sous-unités 30 S des ribosomes bactériens, ce qui entraîne une « fausse lecture » de l'ARNm.

Effets pharmacodynamiques :

La bactéricidie des aminosides est in vitro « concentration-dépendante ». Cette bactéricidie s'accompagne d'un effet post-antibiotique (EPA) prolongé et d'une résistance adaptative à la première dose (diminution de la vitesse de bactéricidie, augmentation des CMI et diminution de la durée de l'EPA).

En termes de pharmacocinétique-pharmacodynamie (PK/PD), l'efficacité est liée à la relation qui existe entre la concentration maximale obtenue après une injection (Cmax) et la CMI pour le germe impliqué.

L'effet thérapeutique est maximal si le ratio Cmax/CMI est ≥ 8 à 10 ; la posologie utilisée doit permettre d'obtenir des pics de concentration plasmatique d'une valeur au moins égale à 8-10 fois la CMI du germe.

La gentamicine étant le plus souvent prescrite en probabiliste (germe et/ou sensibilité non connus), pour atteindre les objectifs de PK/PD, compte tenu des concentrations critiques de gentamicine (concentration critique supérieure à 4 mg/l), le pic plasmatique maximum ciblé est de 30 à 40 mg/l.

Les objectifs de PK/PD restent les mêmes quel que soit le terrain (insuffisant rénal, sujet âgé > 75 ans, obèse, femme enceinte et allaitante).

L'efficacité des aminosides n'est pas influencée par la densité bactérienne (absence d'effet inoculum).

Mécanismes de résistance :

Les mécanismes de résistances acquises aux aminosides sont très variés. Les plus fréquents sont d'origine plasmidique, par l'intermédiaire de gènes codant des enzymes qui modifient, de façon variable, les différents aminosides.

Les autres mécanismes de résistance acquise sont l'efflux, une imperméabilité ou une mutation des protéines ribosomales. Ils affectent également de façon variable les différents aminosides. L'enzyme AAC(6')-lb-cr est le premier capable d'inactiver à la fois les aminosides et les quinolones par acétylation.

La fréquence des résistances dans la flore intestinale lors de traitements systémiques est négligeable car ces molécules ne sont pas éliminées par voie digestive.

Concentrations critiques :

Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire, et ces dernières des résistantes :

Recommandations EUCAST (version 2.0, 2.012-01-01) :


Micro-organismes Sensible Résistant
Enterobacteriaceae S ≤ 2 mg/l R > 4 mg/l
Pseudomonas spp. S ≤ 4 mg/l R > 4 mg/l
Acinetobacter spp. S ≤ 4 mg/l R > 4 mg/l
Staphylococcus (S. aureus, staphylocoques à coagulase négative) S ≤ 1 mg/l R > 1 mg/l
Concentrations critiques non liées aux espèces S ≤ 2 mg/l R > 4 mg/l

Spectre d'activité anti-bactérienne :

La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Si nécessaire, il est souhaitable d'obtenir un avis spécialisé principalement lorsque l'intérêt du médicament dans certaines infections peut être mis en cause du fait du niveau de prévalence de la résistance locale.

Espèces habituellement sensibles : Espèces inconstamment sensibles (résistance acquise ≥ 10 %) : Espèces naturellement résistantes :

Associations à d'autres antibiotiques :

L'association des aminosides aux bêta-lactamines est synergique in vitro et montre un intérêt dans les modèles animaux en termes d'efficacité et de limitation d'émergence des résistances.

Les aminosides sont utilisés dans le cadre d'une association dans le but de rechercher une synergie bactéricide (essentiellement démontrée in vitro), prévenir l'émergence de résistances et élargir le spectre d'activité du traitement.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Distribution :

Concentrations sériques :

Demi-vies :

La demi-vie de la gentamicine est d'un peu plus de 2 heures chez l'adulte normo-rénal.

Elle est de 3,0-3,30 h chez le nourrisson et de 5,25-5,50 h chez le nouveau-né.

En présence d'un déficit de la fonction rénale, cette demi-vie est d'autant plus allongée que le déficit est plus important.

Diffusion tissulaire et humorale :

Après administration par voie parentérale, la gentamicine est retrouvée dans la plupart des tissus et liquides biologiques.

Des taux thérapeutiques sont présents dans le sérum.

Les concentrations dans le parenchyme rénal sont très supérieures aux taux plasmatiques.

Des concentrations de l'ordre de 40 pour cent et plus sont retrouvées dans les sécrétions bronchiques, l'os infecté, le liquide et le tissu synovial, la peau, la plèvre, le péricarde, la cavité péritonéale et le liquide d'ascite.

La gentamicine ne pénètre pas dans la prostate.

Elle traverse la barrière fœto-placentaire.

Par contre, elle ne franchit pratiquement pas la barrière hémo-méningée

Le passage dans le lait maternel est négligeable.

La gentamicine diffuse à travers les membranes utilisées dans les hémodialyses.

Liaison aux protéines plasmatiques :

Aux taux thérapeutiques et dans des conditions physiologiques normales, la liaison de la gentamicine aux protéines plasmatiques est faible, comprise entre 0 et 3 pour cent.

Biotransformation :

La gentamicine ne subit pas de transformation métabolique.

Élimination :

L'excrétion de l'antibiotique est essentiellement rénale par filtration glomérulaire sous forme non métabolisée et, par conséquent, active. Il existe une petite réabsorption tubulaire. En moyenne, 60 pour cent de la dose injectée sont éliminés dans les urines au cours des 6 premières heures et 85 pour cent au bout de 24 heures.

Après une injection de 160 mg de gentamicine, les taux urinaires sont, en moyenne, de 188 µg/ml pendant les 8 heures qui suivent l'injection, de 60 µg/ml de la 8e à la 16e heure et de 34 µg/ml de la 16e à la 24e heure.

L'élimination urinaire décroît parallèlement au degré de l'insuffisance rénale.

Cependant, chez les insuffisants rénaux non anuriques, les concentrations urinaires obtenues dans les échantillons recueillis de 12 à 24 heures après l'injection (8 à 10 µg/ml) restent supérieures à la C.M.I. des germes sensibles.

La clairance rénale de la gentamicine décroît au prorata de l'insuffisance rénale, mais sans modification significative du rapport clairance rénale/clairance de la créatinine qui reste voisin de 60 à 70 pour cent.

Les concentrations biliaires sont généralement basses reflétant une élimination biliaire faible.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Toxicité chronique :

Au cours des études de toxicité chronique réalisées chez le rat et le chien, des effets néphrotoxiques et ototoxiques ont été observés.

Potentiel génotoxique et cancérogenèse :

Le potentiel mutagène de la gentamicine n'a pas été étudié selon les exigences réglementaires. Aucune donnée de cancérogenèse n'est nécessaire du fait de la courte durée d'utilisation du médicament.

Toxicité sur la reproduction :

Comme observé dans la famille des aminosides, il existe avec la gentamicine un risque potentiel d'atteintes rénales et auditives (oreille interne) pour le fœtus.

Des anomalies rénales ont été documentées chez les rats et les cobayes après administration de gentamicine chez les femelles.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 

Durée de conservation : 3 ans.

Pas de précautions particulières de conservation.

Après ouverture : Le produit doit être utilisé immédiatement.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
AMM3400932695300 (1984, RCP rév 04.05.2018) 1 amp 10 mg.
3400935120250 (1984, RCP rév 04.05.2018) 10 amp 10 mg.
3400932695249 (1984, RCP rév 04.05.2018) 1 amp 40 mg.
3400935120311 (1984, RCP rév 04.05.2018) 10 amp 40 mg.
3400932695010 (1984, RCP rév 04.05.2018) 1 amp 80 mg.
3400935120489 (1984, RCP rév 04.05.2018) 10 amp 80 mg.
3400932695188 (1984, RCP rév 04.05.2018) 1 amp 160 mg.
3400935120540 (1984, RCP rév 04.05.2018) 10 amp 160 mg.
  
Prix :1,55 euros (1 ampoule à 10 mg).
2,57 euros (1 ampoule à 40 mg).
3,88 euros (1 ampoule à 80 mg).
5,95 euros (1 ampoule à 160 mg).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.
Modèle hospitalier : Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
Il n'y a pas de produit équivalent identifié