CONTRACNE 40 mg caps molle

Mise à jour : 30 Juillet 2019
▼ Ce médicament fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique Effets indésirables pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Dermatologie - Antiacnéiques : Voie générale (Isotrétinoïne)
Classification ATC :
MEDICAMENTS DERMATOLOGIQUES : PREPARATIONS ANTIACNEIQUES - PREPARATIONS ANTIACNEIQUES A USAGE SYSTEMIQUE : RETINOIDES POUR LE TRAITEMENT DE L'ACNE (ISOTRETINOÏNE)
Statut
Commercialisé
Excipients : alpha-tocophérol, acide édétique sel disodique, butylhydroxyanisole, cire d'abeille jaune
Colorant (capsule) : titane dioxyde
Excipient de la capsule : gélatine, glycérol, eau purifiée
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : soja huile raffinée, soja huile partiellement hydrogénée, soja huile hydrogénée, sorbitol liquide non cristallisable, jaune orangé S
AMM3678843
Présentation(s)CONTRACNE 40 mg Caps molle Plq PVC/PVDC/30
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Capsule molle à 5 mg (blanche), 10 mg (blanc nacré), 20 mg (rouge) ou 40 mg (orange) :  Boîtes de 30, sous plaquettes thermoformées.

Composition


COMPOSITION 
 p capsule
Isotrétinoïne 
5 mg
ou10 mg
ou20 mg
ou40 mg
Excipients :

Capsule à 5 mg : huile de soja raffinée, alpha-tocophérol, édétate disodique, butylhydroxyanisole, huile de soja partiellement hydrogénée, huiles végétales hydrogénées (mélange constitué pour l'essentiel d'huile de palme), cire d'abeille jaune. Enveloppe de la capsule : gélatine, glycérol, sorbitol (non cristallisable), eau purifiée, dioxyde de titane (E171).

Capsules à 10 mg et 20 mg : huile de soja, alphatocophérol, édétate disodique, butylhydroxyanisole, lipodan HP, huile de soja partiellement hydrogénée, cire d'abeille jaune. Enveloppe de la capsule : gélatine, glycérol, sorbitol à 70 % (non cristallisable), eau purifiée, rouge cochenille A (E 124), oxyde de fer noir (E 172) (capsule 10 mg), laque aluminique d'indigotine (E 132) (capsule 20 mg), dioxyde de titane (E 171).

Capsule à 40 mg : huile de soja raffinée, alphatocophérol, édétate disodique, butylhydroxyanisole, huile de soja partiellement hydrogénée, huile de soja hydrogénée, cire d'abeille jaune. Enveloppe de la capsule : gélatine, glycérol, sorbitol liquide (non cristallisable), eau purifiée, jaune orangé S (E 110), dioxyde de titane (E 171).


Excipients à effet notoire : huile de soja raffinée, huile de soja partiellement hydrogénée, sorbitol (capsule à 5 mg) ; huile de soja, huile de soja partiellement hydrogénée, sorbitol, rouge cochenille A [E124](capsules à 10 mg et à 20 mg) ; huile de soja raffinée, huile de soja partiellement hydrogénée, huile de soja hydrogénée, sorbitol, jaune orangé S [E110] (capsule à 40 mg).

Indications


DCINDICATIONS 
Acnés sévères (telles que acné nodulaire, acné conglobata ou acné susceptible d'entraîner des cicatrices définitives) résistantes à des cures appropriées de traitement classique comportant des antibiotiques systémiques et un traitement topique.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

La grossesse est une contre-indication absolue au traitement par isotrétinoïne (cf Contre-indications). La survenue, en dépit des mesures contraceptives, d'une grossesse au cours d'un traitement par isotrétinoïne ou dans le mois qui suit son arrêt, comporte un risque très élevé de malformations majeures chez le fœtus.


Les malformations fœtales associées au traitement par isotrétinoïne comportent des anomalies du système nerveux central (hydrocéphalie, malformations ou anomalies cérébelleuses, microcéphalie), des dysmorphies faciales, des fentes palatines, des anomalies de l'oreille externe (absence d'oreille externe, conduit auditif externe petit ou absent), des anomalies oculaires (microphtalmie), cardiovasculaires (anomalies conotruncales telles que tétralogie de Fallot, transposition des gros vaisseaux, communications interventriculaires), des anomalies du thymus et des glandes parathyroïdes. Il existe également une augmentation du risque d'avortement spontané.

En cas de survenue de grossesse chez une femme traitée par l'isotrétinoïne, le traitement doit être interrompu et la patiente doit être adressée à un médecin spécialiste ou compétent en tératologie pour évaluation et conseil.


Femmes en âge de procréer/Contraception :

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser au moins une méthode de contraception efficace, et ce pendant au moins 4 semaines avant l'initiation du traitement, pendant toute la durée du traitement et jusqu'à 4 semaines après la fin du traitement par isotrétinoïne (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).

De préférence, la patiente doit utiliser 2 méthodes de contraception complémentaires, incluant une méthode mécanique (préservatifs).


Allaitement :

Étant une molécule hautement lipophile, l'isotrétinoïne passe très probablement dans le lait maternel. Compte tenu des effets secondaires potentiels chez la mère et l'enfant exposés, l'isotrétinoïne est contre-indiquée au cours de l'allaitement.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Une baisse de la vision nocturne a été observée dans certains cas au cours du traitement par isotrétinoïne ; dans de rares cas elle persiste après l'arrêt du traitement (cf Mises en garde et Précautions d'emploi, Effets indésirables). Cet effet indésirable pouvant apparaître brutalement, les patients doivent être informés de ce risque potentiel qui impose la plus grande prudence en cas de conduite de véhicule ou d'utilisation de machines.
Des cas de somnolence, vertiges et troubles visuels ont été très rarement rapportés. Les patients présentant ces effets doivent être avertis de ne pas conduire un véhicule, utiliser une machine ou participer à une activité qui pourrait les exposer ou exposer d'autres personnes à un risque.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

L'isotrétinoïne est un dérivé de la vitamine A. Bien que sa toxicité aiguë soit faible, des signes d'hypervitaminose A pourraient survenir en cas de surdosage accidentel. Les symptômes d'hypervitaminose A comportent des céphalées intenses, des nausées ou vomissements, une somnolence, une irritabilité et un prurit. Les symptômes d'un surdosage accidentel ou intentionnel d'isotrétinoïne seraient probablement comparables ; on peut s'attendre à ce qu'ils soient réversibles et spontanément résolutifs.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Préparations antiacnéiques à usage systémique (code ATC : D10BA01).

Mécanisme d'action :
L'isotrétinoïne est un stéréo-isomère de l'acide tout-trans rétinoïque (trétinoïne). Le mécanisme d'action exact de l'isotrétinoïne n'est pas encore précisément élucidé, mais il a été établi que l'amélioration observée dans le tableau clinique de l'acné sévère est associée à une suppression de l'activité des glandes sébacées et à une diminution histologiquement prouvée de la taille de ces glandes. De plus, il a été démontré que l'isotrétinoïne exerçait un effet anti-inflammatoire au niveau du derme.
Effets pharmacodynamiques :
La constitution des comédons et éventuellement des lésions inflammatoires de l'acné passe par plusieurs étapes, dont une hyperkératinisation de l'épithélium du follicule pilosébacé puis une obstruction de l'infundibulum pilaire avec rétention de kératine et un excès de sébum. L'isotrétinoïne inhibe la prolifération des sébocytes et semble favoriser leur dé-différenciation en kératinocytes ; elle réduit donc la production de sébum, qui est le substrat essentiel à la croissance de Propionibacterium acnes, et de ce fait diminue la colonisation du canal pilaire par cette bactérie.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 
Absorption :
L'absorption digestive de l'isotrétinoïne est variable, proportionnelle à la posologie pour les doses thérapeutiques. Sa biodisponibilité absolue n'a pas été mesurée car le médicament n'est pas disponible pour la voie intraveineuse chez l'homme. Toutefois, l'extrapolation des résultats obtenus chez le chien suggère une biodisponibilité systémique variable et plutôt faible. Lorsque l'isotrétinoïne est prise au cours des repas, sa biodisponibilité est deux fois plus élevée qu'à jeun.
Distribution :
L'isotrétinoïne est fortement liée aux protéines plasmatiques, principalement l'albumine (99,9 %). Le volume de distribution d'isotrétinoïne chez l'homme n'a pas été déterminé, car l'isotrétinoïne n'est pas disponible sous forme intraveineuse pour l'homme. Peu d'informations sont disponibles concernant la distribution tissulaire de l'isotrétinoïne chez l'homme. Les concentrations d'isotrétinoïne dans l'épiderme représentent seulement la moitié des concentrations sériques. Les concentrations plasmatiques de l'isotrétinoïne sont approximativement 1,7 fois celles retrouvées dans le sang, en raison de la faible pénétration de l'isotrétinoïne dans les globules rouges.
Biotransformation :
Après administration orale d'isotrétinoïne, trois métabolites principaux ont été identifiés dans le plasma : la 4-oxo-isotrétinoïne, la trétinoïne (acide tout-trans rétinoïque) et la 4-oxotrétinoïne. Ces métabolites ont montré une activité biologique dans plusieurs tests in vitro. Un essai thérapeutique avec administration de 4-oxo-isotrétinoïne a confirmé l'importante contribution de cette molécule à l'efficacité thérapeutique de l'isotrétinoïne (réduction du taux d'excrétion sébacée malgré l'absence de modification des taux sanguins d'isotrétinoïne et de trétinoïne). D'autres métabolites mineurs comprennent des dérivés glycuroconjugués. La 4-oxo-isotrétinoïne est le métabolite majoritaire. A l'état d'équilibre, la concentration plasmatique de ce métabolite est de 2,5 fois supérieure à celle de la molécule mère.
La transformation de l'isotrétinoïne en trétinoïne (acide tout-trans rétinoïque) étant une réaction réversible (interconversion), le métabolisme de la trétinoïne est par conséquent lié avec celui de l'isotrétinoïne. On estime que 20 à 30 % de la dose d'isotrétinoïne sont métabolisés par isomérisation.
La circulation entérohépatique peut jouer un rôle significatif dans la pharmacocinétique de l'isotrétinoïne chez l'homme. Des études du métabolisme in vitro ont montré que plusieurs enzymes CYP sont impliquées dans le métabolisme de l'isotrétinoïne en 4-oxo-isotrétinoïne et en trétinoïne. Aucun isomère ne semble avoir un rôle prédominant. L'isotrétinoïne et ses métabolites n'ont pas d'influence significative sur l'activité CYP.
Élimination :
Après administration orale d'isotrétinoïne marquée, des quantités approximativement équivalentes sont retrouvées dans les urines et dans les fèces. Après une administration orale d'isotrétinoïne à des patients atteints d'acné, la demi-vie d'élimination de la substance inchangée est en moyenne de 19 heures. La demi-vie de la 4-oxo-isotrétinoïne est plus longue, avec une moyenne de 29 heures.
L'isotrétinoïne est présente dans l'organisme à l'état physiologique et le retour à des concentrations endogènes de rétinoïdes est atteint environ deux semaines après l'arrêt du traitement par isotrétinoïne.
Pharmacocinétique dans des situations cliniques particulières :
L'isotrétinoïne étant contre-indiquée chez les insuffisants hépatiques, peu de données sont disponibles sur la cinétique du médicament dans cette population de patients. L'insuffisance rénale ne réduit pas significativement la clairance plasmatique de l'isotrétinoïne ou de la 4-oxo-isotrétinoïne.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 
Toxicité aiguë :
La toxicité aiguë d'une dose orale d'isotrétinoïne a été déterminée chez plusieurs espèces animales. La DL50 est d'environ 2000 mg/kg chez le lapin, 3000 mg/kg chez la souris et plus de 4000 mg/kg chez le rat.
Toxicité chronique :
Les effets de l'administration prolongée d'isotrétinoïne à des rats pendant plus de deux ans (aux posologies de 2, 8 et 32 mg/kg/jour) consistaient en une chute partielle de poils et une augmentation des triglycérides plasmatiques dans le groupe traité à forte posologie. Le spectre des effets secondaires de l'isotrétinoïne chez les rongeurs ressemble étroitement à celui de la vitamine A, mais sans les calcifications massives observées avec la vitamine A chez le rat. Les altérations hépatocytaires observées avec la vitamine A n'ont pas été observées avec l'isotrétinoïne.
Tous les effets secondaires évocateurs d'hypervitaminose A ont été spontanément réversibles après interruption de l'isotrétinoïne. Même l'altération de l'état général observée chez certains animaux a largement régressé en 1 à 2 semaines.
Tératogénicité :
Comme d'autres dérivés de la vitamine A, l'isotrétinoïne a montré chez l'animal des propriétés tératogènes et embryotoxiques.
Il est fondamental de tenir compte du caractère tératogène de l'isotrétinoïne avant d'envisager la prescription de ce médicament à une femme en âge de procréer (cf Contre-indications, Mises en garde et Précautions d'emploi, Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Fertilité :
Aux doses thérapeutiques, l'isotrétinoïne n'affecte pas le nombre, ni la mobilité ni la morphologie des spermatozoïdes ; la prise d'isotrétinoïne par un homme n'affecte pas le développement embryonnaire.
Mutagénicité :
L'isotrétinoïne n'a pas montré chez l'animal d'effets mutagènes in vitro ni d'effets carcinogènes in vivo.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
3 ans.

Capsule à 5 mg : A conserver à une température ne dépassant pas + 25 °C.

Capsules à 10 et à 20 mg : A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.

Capsule à 40 mg : Pas de précautions particulières de conservation.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

A la fin du traitement, les patients et les patientes devront rapporter les capsules non utilisées à leur pharmacien.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Prescription initiale réservée aux spécialistes en dermatologie. Renouvellement non restreint.
Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
Pour les femmes en âge de procréer (voir « Programme de prévention de la grossesse ») :
  • la prescription nécessite préalablement le recueil de l'accord de soins et de contraception de la patiente et la remise d'un carnet-patiente complété ;
  • la prescription est limitée à 1 mois de traitement dont la poursuite nécessite une nouvelle prescription ; elle est subordonnée à l'obtention d'un résultat négatif de test de grossesse, qui doit être réalisé tous les mois, dans les 3 jours précédant la prescription ; la date et le résultat du test de grossesse doivent être mentionnés dans le carnet-patiente ;
  • la délivrance doit être effectuée au plus tard 7 jours après la prescription ;
  • la délivrance ne peut se faire qu'après avoir vérifié que toutes les mentions obligatoires suivantes figurent dans le carnet-patiente :
    • Lors de la première prescription :
      signature de l'accord de soins et de contraception ;
      mise en place d'au moins une méthode de contraception efficace depuis au moins 1 mois ;
      évaluation du niveau de compréhension de la patiente ;
      date du test de grossesse (hCG plasmatiques).
    • Lors des prescriptions suivantes :
      poursuite d'une contraception efficace ;
      évaluation du niveau de compréhension de la patiente ;
      date du test de grossesse (hCG plasmatiques) ;
AMM3400938260199 (2007, RCP rév 09.04.2019) 5 mg.
3400935812049 (2001, RCP rév 09.04.2019) 10 mg.
3400935811677 (2001, RCP rév 09.04.2019) 20 mg.
3400936788435 (2005, RCP rév 09.04.2019) 40 mg.
  
Prix :6,78 euros (30 capsules à 5 mg).
11,51 euros (30 capsules à 10 mg).
20,01 euros (30 capsules à 20 mg).
37,76 euros (30 capsules à 40 mg).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
ACNETRAIT 40 mg caps molle I 65%
CURACNE 40 mg caps molle I 65%
PROCUTA 40 mg caps molle I 65%