VESICARE 5 mg cp pellic

Mise à jour : 20 Janvier 2020
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Urologie - Néphrologie : Vessie instable (Solifénacine)
Classification ATC :
SYSTEME GENITO URINAIRE ET HORMONES SEXUELLES : MEDICAMENTS UROLOGIQUES - MEDICAMENTS UROLOGIQUES : MEDICAMENTS DE L'INCONTINENCE URINAIRE (SOLIFENACINE)
Statut
Commercialisé
Excipients : amidon de maïs, hypromellose, magnésium stéarate
Colorant (pelliculage) : titane dioxyde, fer jaune oxyde
Pelliculage : opadry jaune, talc, macrogol 8000
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : lactose monohydrate
AMM3655150
Présentation(s)VESICARE 5 mg Cpr pell Plq/30
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 30%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Comprimé pelliculé à 5 mg (rond, portant le logo de Yamanouchi et la mention « 150 » sur la même face ; jaune clair) ou à 10 mg (rond, portant le logo de Yamanouchi et la mention « 151 » sur la même face ; rose clair) :  Boîtes de 30, sous plaquettes thermoformées.

Composition


COMPOSITION 
 p cp
Solifénacine (DCI) succinate 
5 mg
ou10 mg
(soit en solifénacine : 3,8 mg/cp à 5 mg ou 7,5 mg/cp à 10 mg).
Excipients (communs) : Noyau : amidon de maïs, lactose monohydraté, hypromellose, stéarate de magnésium. Pelliculage : macrogol 8000, talc, hypromellose, dioxyde de titane (E 171), oxyde de fer jaune (E 172 ; cp 5 mg) ou rouge (E 172 ; cp 10 mg).

Excipient à effet notoire : lactose monohydraté (107,5 mg/cp à 5 mg ; 102,5 mg/cp à 10 mg).

Indications


DCINDICATIONS 
Traitement symptomatique de l'incontinence urinaire par impériosité et/ou de la pollakiurie et de l'impériosité urinaire pouvant s'observer chez les patients souffrant d'hyperactivité vésicale.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Il n'existe pas de données cliniques concernant des patientes ayant débuté une grossesse sous traitement par la solifénacine. Les expérimentations animales n'ont pas montré d'effets nocifs directs sur la fertilité, le développement embryonnaire/fœtal ou la mise bas (cf Sécurité préclinique). Le risque éventuel chez la femme est inconnu. La solifénacine doit être prescrite avec prudence chez la femme enceinte.


Allaitement :

Il n'existe pas de données concernant l'excrétion de la solifénacine dans le lait maternel. Chez la souris, la solifénacine et/ou ses métabolites ont été excrétés dans le lait et ont entraîné des anomalies du développement des nouveau-nés proportionnellement à la dose (cf Sécurité préclinique). L'utilisation de Vesicare doit être évitée pendant l'allaitement.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Le traitement peut altérer l'aptitude à la conduite automobile et à l'utilisation de machines, la solifénacine, comme les autres anticholinergiques, pouvant provoquer des troubles de la vision et, plus rarement, une somnolence et une fatigue (cf Effets indésirables).

Surdosage


DCSURDOSAGE 
Symptômes :
Un surdosage avec le succinate de solifénacine peut potentiellement aboutir à des effets anticholinergiques sévères. Une dose maximale de 280 mg de succinate de solifénacine, suite à une administration accidentelle chez un seul patient sur une période de 5 heures, a abouti à des troubles des fonctions supérieures n'entraînant pas d'hospitalisation.
Traitement :
En cas de surdosage en succinate de solifénacine, utiliser du charbon activé. Un lavage d'estomac est utile s'il est effectué dans l'heure, mais ne pas provoquer de vomissements.
Comme pour les autres anticholinergiques, les symptômes peuvent être traités comme suit :
  • effets anticholinergiques centraux sévères tels qu'hallucinations ou excitation importante : par la physostigmine ou le carbachol ;
  • convulsions ou excitation importante : par des benzodiazépines ;
  • insuffisance respiratoire : par ventilation artificielle ;
  • tachycardie : par des bêtabloquants ;
  • rétention urinaire : par sondage ;
  • mydriase : par un collyre de pilocarpine et/ou placer le patient dans une pièce sombre.
Comme avec les autres antimuscariniques, en cas de surdosage, une surveillance spécifique est nécessaire chez les patients présentant un risque de prolongation de QT (par exemple en cas d'hypokaliémie, de bradycardie et de traitement concomitant par des médicaments prolongeant l'intervalle QT) ou ayant une cardiopathie préexistante significative (par exemple une ischémie myocardique, des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque congestive).

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Antispasmodiques urinaires (code ATC : G04BD08).

Mécanisme d'action :
La solifénacine est un antagoniste compétitif spécifique des récepteurs cholinergiques.
La vessie est innervée par des nerfs parasympathiques cholinergiques. L'acétylcholine contracte le détrusor, muscle lisse, en agissant sur les récepteurs muscariniques, principalement sur leur sous-type M3. Des études pharmacologiques in vitro et in vivo ont montré que la solifénacine était un inhibiteur compétitif des récepteurs muscariniques appartenant au sous-type M3. De plus, la solifénacine a une activité antagoniste spécifique sur les récepteurs muscariniques, son affinité pour d'autres récepteurs et canaux ioniques étudiés étant faible ou nulle.
Effets pharmacodynamiques :
Les effets d'un traitement par Vesicare aux doses de 5 mg et 10 mg ont été étudiés au cours de plusieurs essais cliniques randomisés et contrôlés menés en double insu chez des patients des deux sexes souffrant d'hyperactivité vésicale.
Les doses de 5 mg et 10 mg de Vesicare ont entraîné des améliorations statistiquement significatives du critère principal et des critères secondaires, comparativement au placebo (voir tableau ci-dessous). L'efficacité a été observée dès la première semaine de traitement pour se stabiliser sur une période de 12 semaines. Une étude en ouvert à long terme a montré que l'efficacité persistait au moins 12 mois. Au bout de 12 semaines de traitement, environ 50 % des patients souffrant d'incontinence urinaire avant le traitement ne présentaient plus d'épisodes d'incontinence. De plus, 35 % des patients présentaient moins de 8 mictions par jour. Le traitement des symptômes d'hyperactivité vésicale a également amélioré un certain nombre de paramètres mesurant la qualité de vie, tels que : perception de l'état de santé général, impact de l'incontinence, limitation dans les activités quotidiennes, limitations dans les activités physiques ou sociales, émotions, perception de la sévérité des symptômes, critères de sévérité et impact sur le sommeil et sur la vitalité (énergie).
Résultats (données regroupées) de quatre essais contrôlés de phase III ; traitement de 12 semaines :
     PlaceboVesicare 5 mg 1 fois/jourVesicare 10 mg 1 fois/jourToltérodine 2 mg 2 fois/jour
Nombre de mictions par 24 heures :
- Valeur initiale moyenne
11,912,111,912,1
- Réduction moyenne par rapport à la valeur initiale
1,42,32,71,9
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(12 %)(19 %)(23 %)(16 %)
- n
11385521158250
- Valeur de p*
     < 0,001< 0,0010,004
Nombre d'épisodes de miction impérieuse par 24 heures :
- Valeur initiale moyenne
6,35,96,25,4
- Réduction moyenne par rapport à la valeur initiale
2,02,93,42,1
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(32 %)(49 %)(55 %)(39 %)
- n
11245481151250
- Valeur de p*
     < 0,001< 0,0010,031
Nombre d'épisodes d'incontinence par 24 heures :
- Valeur initiale moyenne
2,92,62,92,3
- Réduction moyenne par rapport à la valeur initiale
1,11,51,81,1
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(38 %)(58 %)(62 %)(48 %)
- n
781314778157
- Valeur de p*
     < 0,001< 0,0010,009
Nombre d'épisodes de nycturie par 24 heures :
- Valeur initiale moyenne
1,82,01,81,9
- Réduction moyenne par rapport à la valeur initiale
0,40,60,60,5
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(22 %)(30 %)(33 %)(26 %)
- n
10054941035232
- Valeur de p*
     0,025< 0,0010,199
Volume évacué par miction :
- Valeur initiale moyenne
166 ml146 ml163 ml147 ml
- Augmentation moyenne par rapport à la valeur initiale
9 ml32 ml43 ml24 ml
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(5 %)(21 %)(26 %)(16 %)
- n
11355521156250
- Valeur de p*
     < 0,001< 0,001< 0,001
Nombre de protections utilisées par 24 heures :
- Valeur initiale moyenne
32,82,72,7
- Réduction moyenne par rapport à la valeur initiale
0,81,31,31,0
- Modification (en %) par rapport à la valeur initiale
(27 %)(46 %)(48 %)(37 %)
- n
238236242250
- Valeur de p*
     < 0,001< 0,0010,010
*  Valeur de p pour la comparaison au placebo.

Note : Vesicare 10 mg et le placebo ont été utilisés dans les 4 études pivots. Vesicare 5 mg a été également utilisé dans 2 études et la toltérodine à la dose de 2 mg deux fois par jour dans une étude.
Comme tous les paramètres et tous les groupes n'ont pas été étudiés dans chacune des études, le nombre de patients indiqué varie suivant le paramètre et le groupe.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 
Absorption :
Après la prise des comprimés de Vesicare, les concentrations plasmatiques maximales de solifénacine (Cmax) sont atteintes au bout de 3 à 8 heures. La valeur de tmax est indépendante de la dose. La valeur de Cmax et celle de l'aire sous la courbe (ASC) augmentent proportionnellement à la dose dans la fourchette de doses allant de 5 à 40 mg.
La biodisponibilité absolue est d'environ 90 %.
La prise d'aliments ne modifie pas la concentration maximale ni l'ASC de la solifénacine.
Distribution :
Après administration intraveineuse, le volume apparent de distribution de la solifénacine est d'environ 600 litres. La solifénacine est fortement (environ 98 %) liée aux protéines plasmatiques, essentiellement à l'α1-glycoprotéine acide.
Biotransformation :
La solifénacine est largement métabolisée dans le foie, essentiellement par l'iso-enzyme 3A4 du cytochrome P450 (CYP3A4). Il existe cependant d'autres voies métaboliques qui peuvent contribuer au métabolisme de la solifénacine. La clairance systémique de la solifénacine est d'environ 9,5 l/h et la demi-vie d'élimination de la solifénacine est de 45 à 68 heures. Après administration orale, un métabolite pharmacologiquement actif (4R-hydroxy solifénacine) et trois métabolites inactifs (N-glycuronide, N-oxyde et 4R-hydroxy-N-oxyde de solifénacine) ont été identifiés dans le plasma, en plus de la solifénacine.
Élimination :
Après une administration unique de 10 mg de solifénacine marquée par le 14C, on a retrouvé environ 70 % de la radioactivité dans les urines et 23 % dans les selles en l'espace de 26 jours. Dans les urines, environ 11 % de la radioactivité sont retrouvés sous forme de substance active inchangée ; environ 18 % sous la forme du métabolite N-oxyde, 9 % sous la forme du métabolite 4R-hydroxy-N-oxyde et 8 % sous la forme du métabolite 4R-hydroxy (métabolite actif).
Linéarité/non-linéarité :
La pharmacocinétique est linéaire dans la fourchette des doses thérapeutiques.
Autres populations particulières :
  • Personnes âgées :
    Aucun ajustement posologique n'est nécessaire en fonction de l'âge. Des études ont montré qu'après l'administration de succinate de solifénacine (5 mg et 10 mg une fois par jour), l'exposition à la solifénacine (exprimée par l'ASC) était comparable chez les sujets âgés en bonne santé (entre 65 et 80 ans) et les sujets jeunes en bonne santé (moins de 55 ans). Chez les personnes âgées, la vitesse moyenne d'absorption, exprimée par le tmax, était légèrement plus lente et la demi-vie d'élimination était augmentée d'environ 20 %. Ces différences, peu importantes, ont été considérées comme cliniquement négligeables.
    La pharmacocinétique de la solifénacine n'a pas été étudiée chez l'enfant et l'adolescent.
  • Sexe : la pharmacocinétique de la solifénacine n'est pas modifiée par le sexe.
  • Appartenance ethnique : la pharmacocinétique de la solifénacine n'est pas modifiée par la race.
  • Insuffisance rénale :
    Chez des patients souffrant d'insuffisance rénale légère à modérée, l'ASC et la Cmax de la solifénacine ne sont pas significativement différentes de celles observées chez des sujets sains.
    Chez des patients souffrant d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine ≤ 30 ml/min), l'exposition à la solifénacine était significativement plus importante que chez les témoins, avec des augmentations de Cmax d'environ 30 %, de l'ASC de plus de 100 % et de t½ de plus de 60 %. Il existe une relation statistiquement significative entre la clairance de la créatinine et la clairance de la solifénacine.
    La pharmacocinétique de la solifénacine n'a pas été étudiée chez les patients hémodialysés.
  • Insuffisance hépatique : en cas d'insuffisance hépatique modérée (score de Child-Pugh de 7 à 9), la valeur de Cmax est inchangée, l'ASC augmente de 60 % et t½ est doublée. La pharmacocinétique de la solifénacine n'a pas été étudiée chez des patients souffrant d'insuffisance hépatique sévère.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les données précliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicité en administration répétée, fertilité, développement embryofœtal, génotoxicité et cancérogénicité, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'Homme. Lors d'une étude du développement pré et postnatal chez la souris, l'administration de solifénacine aux mères pendant l'allaitement a entraîné une diminution dose-dépendante du taux de survie en post-partum et du poids des petits ainsi qu'un ralentissement du développement staturopondéral à des degrés cliniquement pertinents. Une augmentation de la mortalité liée à la dose, sans signes cliniques précurseurs, s'est produite chez des jeunes souris traitées à partir du 10e ou du 21e jour après leur naissance avec des doses atteignant un effet pharmacologique ; les deux groupes avaient une mortalité plus élevée par rapport à des souris adultes. Chez les jeunes souris traitées à partir du 10e jour après leur naissance, l'exposition plasmatique était plus élevée que chez les souris adultes ; à partir du 21e jour après leur naissance, l'exposition systémique était comparable à celle des souris adultes. Les implications cliniques de l'augmentation de la mortalité chez les jeunes souris ne sont pas connues.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
3 ans.

Après première ouverture des flacons, les comprimés peuvent être conservés pendant 6 mois. Maintenir le flacon hermétiquement fermé.

Pas de précautions particulières de conservation.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE II
AMM3400936551503 (2004, RCP rév 07.08.2014) cp 5 mg.
3400936551671 (2004, RCP rév 07.08.2014) cp 10 mg.
  
Prix :14,01 euros (30 comprimés à 5 mg).
14,01 euros (30 comprimés à 10 mg).
Remb Séc soc à 30 %. Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
SOLIFENACINE ARROW 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE BESINS 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE BIOGARAN 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE CRISTERS 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE EG 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE EVOLUGEN 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE HCS 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE MYLAN 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE SANDOZ 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE TEVA 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE ZENTIVA 5 mg cp pellic II 30% Générique
SOLIFENACINE ZYDUS 5 mg cp pellic II 30% Générique