DALACINE 900 mg sol inj

Mise à jour : 07 Mai 2019
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Infectiologie - Parasitologie : Macrolides et apparentés - Macrolides apparentés : Lincosamides (Clindamycine)
Classification ATC :
ANTIINFECTIEUX GENERAUX A USAGE SYSTEMIQUE : ANTIBACTERIENS A USAGE SYSTEMIQUE - MACROLIDES, LINCOSAMIDES ET STREPTOGRAMINES : LINCOSAMIDES (CLINDAMYCINE)
Statut
Commercialisé
Excipients : acide édétique sel de Na, eau ppi
Excipients à effet notoire :
EEN avec dose seuil : sodium
EEN sans dose seuil : alcool benzylique
AMM5619767
Présentation(s)DALACINE 900 mg S inj Amp/6ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Modèle hospitalier

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable IM et IV à 600 mg :  Ampoules de 4 ml, boîte unitaire.
Solution injectable IM et IV à 900 mg :  Ampoules de 6 ml, boîte unitaire.

Composition


COMPOSITION 
 p ampoule
 de 4 mlde 6 ml
Clindamycine phosphate exprimé en clindamycine 
600 mg900 mg
Excipients : alcool benzylique, édétate disodique, eau pour préparations injectables.

Excipients à effet notoire : alcool benzylique (37,8 mg/amp à 600 mg ; 56,7 mg/amp à 900 mg), sodium (2 mg/amp à 600 mg ; 3 mg/amp à 900 mg).

Indications


DCINDICATIONS 
Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de la clindamycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
En curatif :
Elles sont limitées aux infections sévères, dues à des germes définis comme sensibles, dans leurs manifestations :
  • ORL,
  • bronchopulmonaires,
  • stomatologiques,
  • cutanées,
  • génitales,
  • ostéoarticulaires,
  • abdominales post-chirurgicales,
  • septicémiques,
à l'exception des infections méningées, même à germes sensibles, en raison d'une diffusion insuffisante de cet antibiotique dans le LCR.
En prophylaxie :
Pour les patients allergiques aux bêta-lactamines, prophylaxie des infections post-opératoires en :
  • neurochirurgie ;
  • chirurgie digestive sous mésocolique en association avec un aminoside ;
  • chirurgie carcinologique ORL avec ouverture du tractus oropharyngé en association avec un aminoside ;
  • chirurgie gynécologique en association avec un aminoside ;
  • amputation de membre en association avec un aminoside.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Dans les études de développement embryo-fœtal réalisées (cf Sécurité préclinique), aucune toxicité n'a été observée sur le développement à l'exception des doses produisant une toxicité chez la mère.

La clindamycine traverse la barrière placentaire.

Les données d'exposition de la clindamycine par voie systémique ou topique chez la femme enceinte au premier trimestre de grossesse sont limitées.

Les données disponibles lors d'une exposition lors des seconds et troisièmes trimestres sont nombreuses et il n'a pas été signalé d'augmentation du risque fœtal.

Ainsi, compte tenu des données disponibles, il est préférable par mesure de prudence d'éviter d'utiliser la clindamycine au cours du premier trimestre de grossesse.

Lors du deuxième et troisième trimestre de grossesse, la clindamycine peut être utilisée si nécessaire.

L'alcool benzylique peut traverser la barrière placentaire (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).


Allaitement :

La clindamycine passe en faible quantité dans le lait maternel. Il existe un risque de troubles digestifs chez l'enfant allaité. En conséquence, par mesure de précaution, il convient d'éviter d'allaiter pendant la durée du traitement.

Fertilité :

Les études de fertilité menées chez le rat recevant de la clindamycine n'ont mis en évidence aucun effet sur la fertilité ou la capacité de reproduction.


Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Dalacine n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

L'hémodialyse et la dialyse péritonéale ne permettent pas d'éliminer efficacement la clindamycine du plasma.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Lincosamides, code ATC : J01FF01.

La clindamycine est un antibiotique de la famille des lincosamides.

Mécanisme d'action :
La clindamycine inhibe la synthèse des protéines bactériennes en se liant à la sous-unité 50S du ribosome bactérien. Aux doses habituelles, la clindamycine présente une activité bactériostatique in vitro.
Relation pharmacocinétique-pharmacodynamique :
Le pourcentage de temps pendant lequel la concentration de l'antibiotique se situe au-dessus de la concentration minimale inhibitrice (CMI) de la bactérie entre deux administrations (% T > CMI), est le paramètre le plus prédictif de l'efficacité de la clindamycine.
Résistance :
La résistance à la clindamycine est le plus souvent due aux mutations au site de fixation de l'antibiotique sur l'ARNr ou à la méthylation de nucléotides spécifiques de l'ARN 23S de la sous-unité 50S du ribosome. Ces altérations peuvent déterminer une résistance croisée in vitro aux macrolides et aux streptogramines B (phénotype MLSB).
Des mécanismes de résistance peuvent être dus à l'efflux actif.
La résistance à la clindamycine peut être inductible par des macrolides chez des souches bactériennes résistantes aux macrolides.
Il existe une résistance croisée entre la clindamycine et la lincomycine.
L'incidence de la résistance à la clindamycine est plus élevée parmi les souches de staphylocoques résistants à la méticilline et les souches de pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline.
Concentrations critiques :
Selon l'European Committee on Antimicrobial Susceptibility Testing (EUCAST), les concentrations critiques de la clindamycine qui séparent les souches sensibles (S) des souches résistantes (R), sont les suivantes :
      Concentrations critiques des CMI (mg/L)
Pathogène Sensible Résistant
Staphylococcus spp. S ≤ 0,25 mg/L R > 0,5 mg/L
Streptococcus Groupes A, B, C et G S ≤ 0,5 mg/L R > 0,5 mg/L
Streptococcus pneumoniae S ≤ 0,5 mg/L R > 0,5 mg/L
Streptocoques du groupe Viridans S ≤ 0,5 mg/L R > 0,5 mg/L
Anaérobies à Gram positif à l'exception de Clostridium difficile S ≤ 4 mg/L R > 4 mg/L
Anaérobies à Gram négatif S ≤ 4 mg/L R > 4 mg/L
Corynebacterium spp. S ≤ 0,5 mg/L R > 0,5 mg/L
Spectre d'activité antibactérienne :
La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d'informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d'infections sévères. Si nécessaire, il est souhaitable d'obtenir un avis spécialisé principalement lorsque l'intérêt du médicament dans certaines infections peut être mis en cause du fait du niveau de prévalence de la résistance locale.
Classes
Espèces habituellement sensibles
Aérobies à Gram positif
Bacillus cereus
Corynebacterium diphtheriae
Staphylococcus méticilline-sensible
Streptococcus agalactiae
Aérobies à Gram négatif
Campylobacter
Anaérobies
Actinomyces
Capnocytophaga
Clostridium perfringens
Eubacterium
Fusobacterium
Gardnerella vaginalis
Porphyromonas
Prevotella
Veillonella
Autres
Chlamydia trachomatis
Leptospires
Mycoplasma hominis
Mycoplasma pneumoniae
Espèces inconstamment sensibles
(Résistance acquise ≥ 10 %)
Aérobies à Gram positif
Enterococcus faecium
Erysipelothrix
Staphylococcus méticilline-résistant
Streptococcus pneumoniae
Streptococcus pyogenes
Streptocoques oraux
Anaérobies
Bacteroides
Clostridium (autres que difficile et perfringens)
Mobiluncus
Peptococcus
Peptostreptococcus
Propionibacterium acnes
Espèces naturellement résistantes
Aérobies à Gram positif
Corynebacterium jeikeium
Enterococcus spp. (autres que Enterococcus faecium)
Listeria
Nocardia asteroides
Rhodococcus equi
Aérobies à Gram négatif
Bacilles à Gram négatif non fermentaires
( Acinetobacter, Pseudomonas, ...)
Entérobactéries
Haemophilus
Legionella
Branhamella catarrhalis
Neisseria
Pasteurella
Anaérobies
Clostridium difficile
Autres
Mycobactéries
Ureaplasma urealyticum
Activité anti-parasitaire :
La clindamycine possède une activité in vitro et in vivo sur Toxoplasma gondii.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 
Distribution :
Le phosphate de clindamycine, inactif in vitro, est rapidement hydrolysé in vivo en clindamycine active.
  • Concentration sérique : différents facteurs influencent les concentrations sériques, notamment la voie d'administration, la dose et un éventuel état pathologique.
    Le tableau suivant illustre les pics de concentration atteints chez le sujet sain, après administration parentérale :

    VoieDose (mg)Tmax (heures)Cmax (µg/ml)
    IM60026,3 - 6,7
    IV600½ 17
    Chez les diabétiques, il a été signalé des concentrations sériques légèrement plus basses que chez le sujet sain.
    La demi-vie biologique moyenne est de 2,5 heures.
  • Liaison aux protéines plasmatiques : elle est importante : de l'ordre de 80 à 94 %.
  • Diffusion humorale et tissulaire : la clindamycine est distribuée dans les liquides extra et intracellulaires et a une très forte concentration tissulaire.
    La diffusion dans le liquide céphalo-rachidien est très faible.
Biotransformation :
Le métabolisme de la clindamycine est hépatique.
Des études in vitro sur le foie humain et les microsomes intestinaux indiquent que la clindamycine est principalement oxydée par le CYP3A4, avec une contribution mineure du CYP3A5, pour former le sulfoxyde de clindamycine ainsi qu'un métabolite mineur, la N-desméthylclindamycine.
Élimination :
La clindamycine est principalement éliminée par la bile : les concentrations obtenues sont 2 à 6 fois plus importantes que les concentrations sanguines.
L'excrétion urinaire de la clindamycine correspond à environ 6,4 % de la dose administrée. Les concentrations sériques de la clindamycine ne sont pas modifiées par l'hémodialyse ou la dialyse péritonéale.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Dans les études de développement embryo-fœtal oral chez les rats et dans les études de développement embryo-fœtal sous-cutané chez les rats et les lapins, aucune toxicité n'a été observée sur le développement à l'exception des doses produisant une toxicité chez la mère.

Les études de génotoxicité n'ont pas mis en évidence d'activité génotoxique. Aucune étude de cancérogenèse n'a été réalisée avec la clindamycine.

Incompatibilités


DPINCOMPATIBILITÉS 

Il existe une incompatibilité physicochimique avec les médicaments suivants : ampicilline, phénytoïne, barbituriques, aminophylline, gluconate de calcium, sulfate de magnésium.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
2 ans.

Ne pas congeler.

Avant ouverture :
A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.
Après ouverture/reconstitution et/ou dilution :
Le produit doit être utilisé immédiatement.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Réservé à l'usage hospitalier.
AMM3400956197736 (1982, RCP rév 29.03.2019) amp 600 mg.
3400956197675 (1982, RCP rév 29.03.2019) amp 900 mg.
Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
CLINDAMYCINE KABI 600 mg/4 ml sol inj I Générique
DALACINE 600 mg sol inj I Référent