AIMOVIG 70 mg sol inj en stylo prérempli

Mise à jour : 24 Février 2020
▼ Ce médicament fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique Effets indésirables pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Neurologie : Antimigraineux - Traitement de fond : Anticorps monoclonaux (Erénumab)
Classification ATC :
SYSTEME NERVEUX : ANALGESIQUES - ANTIMIGRAINEUX : AUTRES ANTIMIGRAINEUX (ERENUMAB)
Statut
Non Commercialisé
érénumab
Excipients : saccharose, polysorbate 80, sodium hydroxyde, acide acétique, eau ppi
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : caoutchouc naturel
AMM
Présentation(s)AIMOVIG 70 mg S inj en stylo prérempli Stylo/1ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Modèle hospitalier

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable à 70 mg et à 140 mg (limpide à opalescente, incolore à jaune pâle) : Stylo prérempli avec une aiguille protégée par un capuchon (caoutchouc contenant du latex), boîtes unitaires.

Composition


COMPOSITION 
 p stylo
Erenumab 
70 mg
ou140 mg
Excipients : saccharose, polysorbate 80, hydroxyde de sodium (pour l'ajustement du pH), acide acétique glacial, eau pour préparations injectables.

L'erenumab est un anticorps monoclonal de type IgG2 entièrement humain produit par la technologie de l'ADN recombinant dans des cellules d'ovaire de hamster chinois (CHO).

Indications


DCINDICATIONS 
Aimovig est indiqué dans la prophylaxie de la migraine chez l'adulte ayant au moins 4 jours de migraine par mois.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Il existe des données limitées sur l'utilisation d'Aimovig chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets délétères directs ou indirects sur la reproduction (cf Sécurité préclinique). Par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser Aimovig pendant la grossesse.


Allaitement :

On ne sait pas si l'erenumab est excrété dans le lait maternel. Les IgG humaines sont excrétées dans le lait maternel pendant les premiers jours après la naissance, suivi ultérieurement d'une diminution rapide des concentrations. Par conséquent, un risque pour l'enfant allaité ne peut être exclu durant cette courte période. Ensuite, l'utilisation d'Aimovig pendant l'allaitement peut être envisagée seulement en cas de besoin clinique.

Fertilité :

Les études effectuées chez l'animal n'ont pas montré d'impact sur la fertilité masculine ou féminine (cf Sécurité préclinique).


Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Aimovig n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté lors des études cliniques.

Des doses allant jusqu'à 280 mg ont été administrées par voie sous-cutanée dans les études cliniques, sans signe de toxicité dose-limitante.

En cas de surdosage, le patient doit recevoir un traitement symptomatique et des mesures de soutien seront utilisées selon les besoins.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Analgésiques, médicaments antimigraineux, code ATC : N02CX07.

Mécanisme d'action :
L'erenumab est un anticorps monoclonal humain qui se fixe au récepteur du Calcitonin Gene-Related Peptide (CGRP). Le récepteur du CGRP se trouve dans des sites impliqués dans la physiopathologie de la migraine, tels que le ganglion trigéminal. L'erenumab se lie de manière compétitive et spécifique au CGRP, inhibe sa fonction au niveau du récepteur du CGRP et n'a pas d'activité significative sur les autres récepteurs de la famille des calcitonines.
Le CGRP est un neuropeptide qui module le signal nociceptif et un vasodilatateur qui a été associé à la physiopathologie de la migraine. A la différence des autres neuropeptides, il a été montré que les taux de CGRP augmentent significativement durant la crise de migraine et reviennent à la normale avec le soulagement des céphalées. La perfusion intraveineuse de CGRP induit des céphalées de type migraine chez les patients.
L'inhibition des effets du CGRP pourrait théoriquement atténuer la vasodilatation compensatrice en cas d'ischémie. Une étude a évalué l'effet d'une dose unique de 140 mg d'Aimovig par voie intraveineuse chez des patients présentant un angor stable lors d'un test d'effort contrôlé. La durée de l'effort est similaire par rapport au placebo et Aimovig n'a pas aggravé l'ischémie myocardique chez ces patients.
Efficacité et sécurité cliniques :

Aimovig (erenumab) a été évalué dans la prophylaxie de la migraine dans deux études pivots dans la migraine chronique et épisodique. Dans les deux études, les patients inclus souffraient de migraines (avec ou sans aura) depuis au moins 12 mois selon les critères diagnostiques de la classification internationale des céphalées (International Classification of Headache Disorders, ICHD-III). Les patients âgés (> 65 ans), les patients avec un abus d'opiacés dans l'étude dans la migraine chronique, et également les patients ayant présenté un infarctus du myocarde, un AVC, un accident ischémique transitoire, un angor instable préexistants, ayant subi un pontage coronarien ou d'autres procédures de revascularisation dans les 12 mois précédents la sélection ont été exclus. Les patients ayant une hypertension mal contrôlée ou un IMC > 40 ont été exclus de l'Etude 1.

Migraine chronique :

Etude 1 :

Aimovig (erenumab) a été évalué en monothérapie dans la prophylaxie de la migraine chronique dans une étude randomisée, en double aveugle, multicentrique, sur 12 semaines, contrôlée versus placebo, chez des patients souffrant de migraine avec ou sans aura (≥ 15 jours de céphalées par mois avec ≥ 8 jours de migraine par mois).

667 patients ont été randomisés avec un ratio 3/2/2 pour recevoir le placebo (n = 286) ou 70 mg (n = 191) ou 140 mg (n = 190) d'erenumab, stratifiés en fonction de la présence d'un abus médicamenteux (présent chez 41 % de la totalité des patients). Pendant l'étude, les patients étaient autorisés à prendre un traitement de secours pour leur crise de migraine.

Les données démographiques et les caractéristiques de la maladie à l'inclusion étaient équilibrées et comparables entre les bras de l'étude. L'âge médian des patients était de 43 ans, 83 % étaient des femmes et 94 % étaient caucasiens. La fréquence moyenne des migraines à l'inclusion était d'environ 18 jours de migraine par mois. D'une manière générale, 68 % étaient en échec d'un ou plusieurs traitements prophylactiques antérieurs en raison d'un manque d'efficacité ou d'une mauvaise tolérance et 49 % étaient en échec d'au moins deux traitements prophylactiques antérieurs en raison d'un manque d'efficacité ou d'une mauvaise tolérance. Un total de 366 (96 %) patients dans les bras erenumab et de 265 (93 %) patients dans le bras placebo ont terminé l'étude (c'est-à-dire que l'évaluation à la Semaine 12 a été réalisée).

La réduction du nombre moyen de jours de migraine par mois par rapport au placebo a été observée dans une analyse mensuelle dès le Mois 1 et dans une analyse hebdomadaire de suivi ; l'apparition de l'effet d'erenumab a été observée dès la première semaine d'administration.


Figure 1 : Variation du nombre de jours de migraine par mois par rapport à l'inclusion en fonction du temps dans l'Etude 1 (y compris critère d'évaluation principal au Mois 3)
Schéma

Tableau 2 : Variation par rapport à l'inclusion de l'efficacité et des résultats rapportés par les patients à la Semaine 12 dans l'Etude 1
  Aimovig (erenumab) 140 mg (n = 187) Aimovig (erenumab) 70 mg (n = 188) Placebo (n = 281) Différence de traitement (IC à 95 %) Valeur de p
Résultats d'efficacité
JMM
Variation moyenne -6,6-6,6-4,2Tous deux -2,5
(-3,5 ; -1,4)
Tous deux < 0,001
(IC à 95 %) (-7,5 ; -5,8)(-7,5 ; -5,8)(-4,9 ; -3,5)
Etat initial (ET)17,8 (4,7)17,9 (4,4)18,2 (4,7)
Répondeurs ≥ 50 % JMM
Pourcentage [%]41,2 %39,9 %23,5 %n/aTous deux < 0,001 (a)(d)
Répondeurs ≥ 75 % JMM
Pourcentage [%]20,9 %17,0 %7,8 %n/an/a(b)
Jours de traitement spécifique de la crise de migraine par mois
Variation moyenne-4,1-3,5-1,670 mg : -1,9 (-2,6 ; -1,1)
140 mg : -2,6 (-3,3 ; -1,8)
Tous deux < 0,001 (a)
(IC à 95 %) (-4,7 ; -3,6) (-4,0 ; -2,9)(-2,1 ; -1,1)
Etat initial (ET)9,7 (7,0)8,8 (7,2)9,5 (7,6)
Mesures des résultats rapportés par les patients
HIT-6
Variation moyenne(c)-5,6-5,6-3,170 mg : -2,5 (-3,7 ; -1,2)
140 mg : -2,5 (-3,7 ; -1,2)
n/a(b)
(IC à 95 %)(-6,5 ; -4,6)(-6,5 ; -4,6)(-3,9 ; -2,3)
MIDAS total
Variation moyenne(c)-19,8-19,4-7,570 mg : -11,9 (-19,3 ; -4,4)
140 mg : -12,2 (-19,7 ; -4,8)
n/a(b)
(IC à 95 %)(-25,6 ; -14,0)(-25,2 ; -13,6)(-12,4 ; -2,7)

IC = intervalle de confiance ; JMM = jours de migraine par mois ; HIT-6 = Headache Impact Test ; MIDAS = Migraine Disability Assessment ; n/a = non applicable.

(a)  Pour les critères d'évaluation secondaires, toutes les valeurs de p sont fournies comme des valeurs de p non ajustées et sont statistiquement significatives après ajustement pour comparaisons multiples.
(b)  Pour les critères d'évaluation exploratoires, aucune valeur de p n'a été présentée.
(c)  Pour HIT-6 : la variation et la réduction par rapport à l'inclusion ont été évaluées au cours des 4 dernières semaines de la phase de traitement en double aveugle. Pour MIDAS : la variation et la réduction par rapport à l'inclusion ont été évaluées sur 12 semaines. Pour la collecte des données, une période de rappel de 3 mois a été utilisée.
(d)  La valeur de p a été calculée sur la base des odds ratio.

Chez les patients en échec d'un ou plusieurs traitements prophylactiques, la différence de traitement sur la réduction du nombre de jours de migraine par mois (JMM) observée entre l'erenumab 140 mg et le placebo était de -3,3 jours (IC à 95 % : -4,6 ; -2,1) et entre l'erenumab 70 mg et le placebo de -2,5 jours (IC à 95 % : -3,8 ; -1,2). Chez les patients en échec de deux ou plusieurs traitements prophylactiques, la différence de traitement était de -4,3 jours (IC à 95 % : -5,8 ; -2,8) entre l'erenumab 140 mg et le placebo et de -2,7 jours (IC à 95 % : -4,2 ; -1,2) entre l'erenumab 70 mg et le placebo. Dans les groupes traités par l'erenumab, la proportion de sujets ayant obtenu une réduction des JMM d'au moins 50 % était plus importante chez les patients en échec d'un ou plusieurs traitements prophylactiques que dans le groupe placebo (40,8 % pour le 140 mg, 34,7 % pour le 70 mg versus 17,3 % pour le placebo), avec un odds ratio de 3,3 (IC à 95 % : 2,0 ; 5,5) pour le 140 mg et de 2,6 (IC à 95 % : 1,6 ; 4,5) pour le 70 mg. Chez les patients en échec de deux ou plusieurs traitements prophylactiques, la proportion était de 41,3 % pour le 140 mg et 35,6 % pour le 70 mg versus 14,2 % pour le placebo avec un odds ratio respectivement de 4,2 (IC à 95 % : 2,2 ; 7,9) et de 3,5 (IC à 95 % : 1,8 ; 6,6).

Un abus médicamenteux été observé chez approximativement 41 % des patients de l'étude. La différence de traitement observée entre l'erenumab 140 mg et le placebo et entre l'erenumab 70 mg et le placebo sur la réduction des JMM chez ces patients était de -3,1 jours (IC à 95 % : -4,8 ; -1,4) dans les deux cas et de -2,8 (IC à 95 % : -4,2 ; -1,4) pour le 140 mg et de -3,3 (IC à 95 % : -4,7 ; -1,9) pour le 70 mg sur la réduction du nombre de jours de prise de médicaments spécifiques dans le traitement de crise de la migraine. Dans le groupe traité par l'erenumab, la proportion de patients ayant obtenu une réduction des JMM d'au moins 50 % était plus importante que dans le groupe placebo (34,6 % pour le 140 mg ; 36,4 % pour le 70 mg versus 17,7 % pour le placebo), avec un odds ratio respectivement de 2,5 (IC à 95 % : 1,3 ; 4,9) et de 2,7 (IC à 95 % : 1,4 ; 5,2).

L'efficacité était maintenue jusqu'à 1 an dans la phase d'extension en ouvert de l'Etude 1 dans laquelle les patients ont reçu 70 mg et/ou 140 mg d'erenumab. 74,1 % des patients ont terminé l'extension de 52 semaines. Avec les 2 doses poolées, une réduction de -9,3 JMM a été observée après 52 semaines par rapport à l'inclusion de l'étude principale. 59 % des patients ayant terminé l'étude ont atteint une réponse à 50 % dans le dernier mois de l'étude.

Migraine épisodique :

Etude 2

Aimovig (erenumab) a été évalué dans la prophylaxie de la migraine épisodique dans une étude randomisée, en double aveugle, multicentrique, sur 24 semaines, contrôlée versus placebo, menée chez des patients souffrant de migraine avec ou sans aura (4 à 14 jours de migraine par mois).

955 patients ont été randomisés avec un ratio de 1/1/1 pour recevoir 140 mg (n = 319) ou 70 mg (n = 317) d'erenumab ou le placebo (n = 319). Pendant l'étude, les patients étaient autorisés à utiliser un traitement de secours pour leur crise de migraine.

Les données démographiques et les caractéristiques de la maladie à l'inclusion étaient équilibrées et comparables entre les bras de l'étude. L'âge médian des patients était de 42 ans, 85 % étaient des femmes et 89 % étaient caucasiens. La fréquence moyenne des migraines à l'inclusion était d'environ 8 jours de migraine par mois. Dans l'ensemble, 39 % étaient en échec d'un ou plusieurs traitements prophylactiques antérieurs en raison d'un manque d'efficacité ou d'une mauvaise tolérance. Un total de 294 patients (92 %) pour le bras 140 mg, 287 patients (91 %) pour le bras 70 mg et 284 patients (89 %) pour le bras placebo ont terminé la phase de traitement en double aveugle.

Les patients traités par l'erenumab ont présenté une réduction de la fréquence des jours de migraine statistiquement significative et cliniquement pertinente entre l'inclusion et les Mois 4 à 6 (Figure 2) comparativement aux patients recevant un placebo. Des différences par rapport au placebo ont été observées dès le Mois 1.


Figure 2 : Variation du nombre de jours de migraine par mois par rapport à l'inclusion en fonction du temps dans l'Etude 2 (y compris critère d'évaluation principal aux Mois 4, 5 et 6)
Schéma

Tableau 3 : Variation par rapport à l'inclusion de l'efficacité et des résultats rapportés par les patients aux Semaines 13 à 24 dans l'Etude 2
  Aimovig (erenumab) 140 mg (n = 318) Aimovig (erenumab) 70 mg (n = 312) Placebo (n = 316) Différence de traitement (IC à 95 %) Valeur de p
Résultats d'efficacité
JMM
Variation moyenne -3,7-3,2-1,870 mg : -1,4 (-1,9 ; -0,9)
140 mg : -1,9 (-2,3 ; -1,4)
Tous deux < 0,001 (a)
(IC à 95 %) (-4,0 ; -3,3)(-3,6 ; -2,9)(-2,2 ; -1,5)
Etat initial (ET)8,3 (2,5)8,3 (2,5)8,2 (2,5)
Répondeurs ≥ 50 % JMM
Pourcentage [%]50,0 %43,3 %26,6 %n/aTous deux < 0,001 (a)(d)
Répondeurs ≥ 75 % JMM
Pourcentage [%]22,0 %20,8 %7,9 %n/an/a(b)
Jours de traitement spécifique de la crise de migraine par mois
Variation moyenne-1,6-1,1-0,270 mg : -0,9 (-1,2 ; -0,6)
140 mg : -1,4 (-1,7 ; -1,1)
Tous deux < 0,001 (a)
(IC à 95 %) (-1,8 ; -1,4) (-1,3 ; -0,9)(-0,4 ; 0,0)
Etat initial (ET)3,4 (3,5)3,2 (3,4)3,4 (3,4)
Mesures des résultats rapportés par les patients
HIT-6
Variation moyenne(c)-6,9-6,7-4,670 mg : -2,1 (-3,0 ; -1,1)
140 mg : -2,3 (-3,2 ; -1,3)
n/a(b)
(IC à 95 %)(-7,6 ; -6,3)(-7,4 ; -6,0)(-5,3 ; -4,0)
MIDAS (modifié) total
Variation moyenne(c)-7,5-6,7-4,670 mg : -2,1 (-3,3 ; -0,9)
140 mg : -2,8 (-4,0 ; -1,7)
n/a(b)
(IC à 95 %)(-8,3 ; -6,6)(-7,6 ; -5,9)(-5,5 ; -3,8)

IC = intervalle de confiance ; JMM = jours de migraine par mois ; HIT-6 = Headache Impact Test ; MIDAS = Migraine Disability Assessment ; n/a = non applicable.

(a)  Pour les critères d'évaluation secondaires, toutes les valeurs de p sont fournies comme des valeurs de p non ajustées et sont statistiquement significatives après ajustement pour comparaisons multiples.
(b)  Pour les critères d'évaluation exploratoires, aucune valeur de p n'a été présentée.
(c)  Pour HIT-6 : La variation et la réduction par rapport à l'inclusion ont été évaluées au cours des 4 dernières semaines de la phase de traitement en double aveugle de 12 semaines. Pour MIDAS : La variation et la réduction par rapport à l'inclusion ont été évaluées sur 24 semaines. Pour la collecte des données, une période de rappel de 1 mois a été utilisée.
(d)  La valeur de p a été calculée sur la base des odds ratio.


Chez les patients en échec d'un ou plusieurs traitements prophylactiques, la différence de traitement sur la réduction des JMM observée entre l'erenumab 140 mg et le placebo était de -2,5 (IC à 95 % : -3,4 ; -1,7) et entre l'erenumab 70 mg et le placebo de -2,0 (IC à 95 % : -2,8 ; -1,2). La proportion de sujets traités par l'erenumab ayant obtenu une réduction des JMM d'au moins 50 % était plus importante que dans le groupe placebo (39,7 % pour le 140 mg et 38,6 % pour le 70 mg, avec un odds ratio respectivement de 3,1 [IC à 95 % : 1,7 ; 5,5] et de 2,9 [IC à 95 % : 1,6 ; 5,3]).

L'efficacité était maintenue jusqu'à 1 an dans la partie de la re-randomisation active de l'Etude 2. Les patients étaient re-randomisés dans la phase de traitement actif (PTA) à 70 mg ou 140 mg d'erenumab. 79,8 % ont terminé la totalité de l'étude de 52 semaines. La réduction des nombres de jours de migraine par mois entre l'inclusion et la Semaine 52 était de -4,22 dans le groupe PTA 70 mg et de -4,64 jours dans le groupe PTA 140 mg. A la Semaine 52, la proportion de sujets ayant atteint une réduction des JMM ≥ 50 % depuis l'inclusion était de 61,0 % dans le groupe PTA 70 mg et de 64,9 % dans le groupe PTA 140 mg.

Population pédiatrique :
L'Agence européenne des médicaments a différé l'obligation de soumettre les résultats d'études réalisées avec Aimovig dans la prévention de la migraine dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique (cf Posologie et Mode d'administration pour les informations concernant l'usage pédiatrique).

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

L'erenumab présente une cinétique non linéaire résultant du lien au récepteur CGRP-R. Cependant, aux doses thérapeutiques efficaces, la pharmacocinétique de l'erenumab après administration sous-cutanée toutes les 4 semaines est essentiellement linéaire en raison de la saturation de la liaison au CGRP-R. L'administration sous-cutanée d'une dose mensuelle de 140 mg et d'une dose mensuelle de 70 mg chez des volontaires sains a conduit à une Cmax moyenne (écart type [ET]) respectivement de 15,8 (4,8) µg/ml et de 6,1 (2,1) µg/ml et une ASClast moyenne (ET) respectivement de 505 (139) jour*µg/ml et de 159 (58) jour*µg/ml.

Un facteur d'accumulation inférieur à 2 a été observé pour les concentrations sériques après des doses de 140 mg administrées par voie sous-cutanée toutes les 4 semaines et les concentrations sériques approchaient de l'état d'équilibre environ 12 semaines après l'administration.

Absorption :
Après une dose sous-cutanée unique de 140 mg ou de 70 mg d'erenumab administrée à des adultes sains, les concentrations médianes sériques au pic étaient atteintes en 4 à 6 jours et la biodisponibilité absolue estimée était de 82 %.
Distribution :
Après une dose intraveineuse unique de 140 mg, le volume de distribution moyen (ET) au cours de la phase terminale (Vz) était estimé à 3,86 (0,77) l.
Biotransformation/Elimination :
Deux phases d'élimination ont été observées pour l'erenumab. Aux faibles concentrations, l'élimination se fait essentiellement par liaison saturable à la cible (CGRP-R), tandis qu'aux concentrations plus élevées, l'erenumab est largement éliminé via une voie protéolytique non spécifique. Tout au long de la période d'administration, l'erenumab est principalement éliminé via une voie protéolytique non spécifique avec une demi-vie effective de 28 jours.
Populations particulières :
Insuffisance rénale :
Les patients présentant une insuffisance rénale sévère (DFGe < 30 ml/min/1,73 m2) n'ont pas été étudiés. L'analyse pharmacocinétique de population des données intégrées fournies par les études cliniques sur Aimovig n'a pas révélé de différence de pharmacocinétique de l'erenumab chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée comparativement à ceux ayant une fonction rénale normale (cf Posologie et Mode d'administration).
Insuffisance hépatique :
Aucune étude n'a été menée chez des patients atteints d'insuffisance hépatique. L'erenumab, en tant qu'anticorps monoclonal humain, n'est pas métabolisé par les enzymes du cytochrome P450 et la clairance hépatique n'est pas une voie de clairance majeure pour l'erenumab (cf Posologie et Mode d'administration).

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicité en administration répétée et des fonctions de reproduction et de développement, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Aucune étude de carcinogénicité n'a été conduite avec l'erenumab. L'erenumab n'est pas pharmacologiquement actif chez les rongeurs. Il possède une activité biologique chez les singes cynomolgus, mais cette espèce n'est pas un modèle approprié pour l'évaluation du risque de développement de tumeurs. Le potentiel mutagène de l'erenumab n'a pas été évalué ; toutefois, il est peu probable que les anticorps monoclonaux modifient l'ADN ou les chromosomes.

Dans les études de toxicité à doses répétées, il n'a pas été observé d'effets toxiques chez des singes sexuellement matures ayant reçu jusqu'à 150 mg/kg par voie sous-cutanée deux fois par semaine pendant une durée allant jusqu'à 6 mois, à des expositions systémiques jusqu'à 123 fois et 246 fois plus élevées que la dose clinique de 140 mg et de 70 mg respectivement, toutes les 4 semaines, sur la base de l'ASC sérique. Il n'a pas non plus été observé d'effets toxiques sur les marqueurs de la fertilité (modifications anatomopathologiques ou histopathologiques dans les organes reproducteurs) dans ces études.

Dans une étude sur la reproduction chez des singes cynomolgus, il n'a pas été observé d'effets sur la grossesse, le développement embryo-fœtal ou le développement post-natal (jusqu'à l'âge de 6 mois) lorsque l'erenumab était administré tout au long de la grossesse à des niveaux d'exposition approximativement 17 fois et 34 fois supérieurs à ceux atteints chez des patients recevant l'erenumab 140 mg et 70 mg respectivement, toutes les 4 semaines, sur la base de l'ASC. Des concentrations sériques mesurables d'erenumab ont été observées chez les singes à la naissance, ce qui confirme que l'erenumab, comme les autres anticorps de type IgG, traverse la barrière placentaire.

Incompatibilités


DPINCOMPATIBILITÉS 

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
2 ans.

A conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). Ne pas congeler.

Conserver le stylo prérempli dans l'emballage extérieur à l'abri de la lumière.

Après avoir été sorti du réfrigérateur, Aimovig doit être utilisé dans les 14 jours lorsqu'il est conservé à température ambiante (jusqu'à 25 °C) ou jeté. S'il est conservé à une température supérieure ou sur une période plus longue il doit être jeté.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Avant administration, la solution doit être inspectée visuellement. La solution ne doit pas être injectée si elle est trouble, jaune, ou elle contient des flocons ou particules.

Afin d'éviter tout inconfort au site d'injection, le/les stylo(s) prérempli(s) doit/doivent être laissé(s) à température ambiante (jusqu'à 25 °C) pendant au moins 30 minutes avant l'injection. Il(s) doit/doivent également être conservé(s) à l'abri de la lumière directe du soleil. La totalité du contenu du/des stylo(s) prérempli(s) doit être injectée. Le(s) stylo(s) ne doit/doivent pas être chauffé(s) en utilisant une source de chaleur telle que de l'eau chaude ou un four à micro-ondes et il(s) ne doit/doivent pas être agité(s).

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Médicament à prescription réservée aux spécialistes en neurologie.
AMMEU/1/18/1293/001 ; CIP 3400930152546 (2018, RCP rév 13.02.2020) 1 stylo prérempli de 70 mg.
EU/1/18/1293/004 ; CIP 3400930177891 (2018, RCP rév 13.02.2020) 1 stylo prérempli de 140 mg.
Stylo prérempli 70 mg : Collect uniquement chez « les patients atteints de migraine sévère avec au moins 8 jours de migraine par mois, en échec à au moins deux traitements prophylactiques, et sans atteinte cardiovasculaire (patients ayant eu un infarctus du myocarde, AVC, AIT, angor instable ou pontage coronarien) ».
Stylo prérempli 140 mg : non agréé Collect à la date du 13.02.2020 (demandes à l'étude).

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l'Agence européenne des médicaments (http://www.ema.europa.eu/).

Titulaire de l'AMM : Novartis Europharm Limited, Vista Building, Elm Park, Merrion Road, Dublin 4, Irlande.

Représentant local :

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
Il n'y a pas de produit équivalent identifié