ORGALUTRAN 0,25 mg/0,5 ml sol inj

Mise à jour : 03 Septembre 2019
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Gynécologie - Obstétrique : Infertilité - Analogues de la GnRH : Antagonistes (Ganirelix)
Classification ATC :
HORMONES SYSTEMIQUES, HORMONES SEXUELLES EXCLUES : HORMONES HYPOPHYSAIRES, HYPOTHALAMIQUES ET ANALOGUES - HORMONES HYPOTHALAMIQUES : ANTI-HORMONES ENTRAINANT LA LIBERATION DE GONADOTROPHINE (GANIRELIX)
Statut
Commercialisé
Excipients : acide acétique, mannitol, eau ppi, sodium hydroxyde
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : caoutchouc naturel
AMM3553024
Présentation(s)ORGALUTRAN 0,25 mg/0,5 ml S inj 5Ser/0,5ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 100%
AMM3553024
Présentation(s)ORGALUTRAN 0,25 mg/0,5 ml S inj 5Ser/0,5ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 100%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable SC à 0,25 mg/0,5 mL (aqueuse, stérile, prête à l'emploi ; limpide et incolore) :  Seringue préremplie à usage unique de 0,5 mL avec aiguille munie d'un capuchon en caoutchouc naturel sec/latex qui entre en contact avec l'aiguille (cf Mises en garde et Précautions d'emploi), boîtes de 1 et de 5.

Composition


COMPOSITION 
 p seringue
Ganirélix* (DCI) 
0,25 mg
Excipients : acide acétique, mannitol, eau ppi. Le pH peut avoir été ajusté avec de l'hydroxyde de sodium et de l'acide acétique.

Excipient à effet notoire : ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par injection, c'est-à-dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».


*  Le ganirélix est un décapeptide synthétique doté d'une haute activité antagoniste de l'hormone naturelle de libération des gonadotrophines (GnRH). Les acides aminés en position 1, 2, 3, 6, 8 et 10 du décapeptide naturel GnRH ont été substitués, donnant le [N-Ac-D-Nal(2)1, D-pClPhe2, D-Pal(3)3, D-hArg(Et2)6, L-hArg(Et2)8, D-Ala10]-GnRH d'un poids moléculaire de 1570,4.

Indications


DCINDICATIONS 
Orgalutran est indiqué dans la prévention des pics prématurés d'hormone lutéinisante (LH) chez les femmes en cours d'hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) dans le cadre des techniques d'assistance médicale à la procréation (AMP).
Dans les études cliniques, Orgalutran a été utilisé en association avec une hormone folliculo-stimulante humaine recombinante (FSH) ou la corifollitropine alfa, stimulant folliculaire à action prolongée.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Il n'existe pas de données pertinentes concernant l'utilisation du ganirélix chez la femme enceinte.

Chez les animaux, une exposition au ganirélix au moment de l'implantation a abouti à une résorption de la portée (cf Sécurité préclinique). On ignore la pertinence de ces données chez l'homme.


Allaitement :

On ignore si le ganirélix est excrété dans le lait maternel.

L'utilisation d'Orgalutran est contre-indiquée pendant la grossesse et l'allaitement (cf Contre-indications).

Fertilité :

Le ganirélix est utilisé pour traiter les femmes sous hyperstimulation ovarienne contrôlée dans le cadre des programmes de procréation médicalement assistée. Le ganirélix est utilisé pour prévenir les pics prématurés de LH qui pourraient autrement survenir chez ces femmes pendant la stimulation ovarienne.

Pour la posologie et la méthode d'administration, cf Posologie et Mode d'administration.


Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

Un surdosage peut aboutir à une durée d'action prolongée.

Aucune donnée sur la toxicité aiguë d'Orgalutran chez l'homme n'est disponible. Les études cliniques avec administration sous-cutanée d'Orgalutran à des doses uniques allant jusqu'à 12 mg n'ont pas révélé d'effet indésirable systémique. Il a été seulement observé au cours des études de toxicité aiguë chez les rats et les singes, des symptômes de toxicité non spécifique, tels qu'hypotension et bradycardie, après administration intraveineuse de ganirélix avec, respectivement, plus de 1 et 3 mg/kg.

En cas de surdosage, le traitement par Orgalutran doit être (temporairement) arrêté.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Hormones hypophysaires, de l'hypothalamus et analogues, antagoniste de l'hormone de libération des gonadotrophines (code ATC : H01CC01).

Mécanisme d'action :
Orgalutran est un antagoniste de la GnRH, qui module l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique en se liant de façon compétitive aux récepteurs de la GnRH dans l'hypophyse. De ce fait, une suppression rapide, profonde et réversible des gonadotrophines endogènes survient, sans la stimulation initiale que l'on constate avec les agonistes de la GnRH.
A la suite de l'administration de multiples doses de 0,25 mg d'Orgalutran à des femmes volontaires, les concentrations sériques en LH diminuaient au maximum de 74 %, 4 heures après l'injection et celles en FSH et E2 respectivement de 32 % et 25 %, 16 heures après l'injection. Les taux sériques hormonaux revenaient aux valeurs de prétraitement dans les 2 jours suivant la dernière injection.
Effets pharmacodynamiques :
Chez les patientes en cours de stimulation ovarienne contrôlée, la durée médiane du traitement avec Orgalutran était de 5 jours. Pendant le traitement par Orgalutran, l'incidence moyenne des élévations de LH (> 10 UI/L) avec une élévation concomitante de la progestérone (> 1 ng/mL) a été de 0,3 à 1,2 % comparée à 0,8 %, pendant le traitement par agoniste de la GnRH. On a observé une tendance à l'augmentation de l'incidence des élévations de LH et de la progestérone chez les femmes présentant un poids corporel élevé (> 80 kg), mais aucun effet sur les résultats cliniques n'a été observé. Cependant, étant donné le faible nombre de patientes traitées à ce jour, un effet ne peut pas être exclu. En cas de réponse ovarienne importante, résultant soit d'une forte exposition aux gonadotrophines au début de la phase folliculaire soit d'une haute réactivité ovarienne, des pics prématurés de LH peuvent survenir plus tôt que le 6e jour de stimulation. L'initiation du traitement par Orgalutran au 5e jour de la stimulation peut empêcher ces pics prématurés de LH sans compromettre les résultats cliniques.
Efficacité et sécurité cliniques :
Dans les études contrôlées avec Orgalutran associé à la FSH, utilisant un protocole long avec un agoniste de la GnRH comme référence, le traitement par Orgalutran a permis une croissance folliculaire plus rapide pendant les premiers jours de stimulation, mais la cohorte de follicules en voie de maturation finale était légèrement plus réduite et a sécrété en moyenne des taux moindres d'estradiol. Ce profil différent de la croissance folliculaire nécessite que les ajustements des doses de FSH soient basés sur le nombre et la taille des follicules en voie de maturation, plutôt que sur le taux d'estradiol circulant. Des études cliniques comparatives similaires avec la corifollitropine alfa, utilisant soit un antagoniste de la GnRH soit un protocole agoniste long, n'ont pas été réalisées.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Les paramètres pharmacocinétiques après administrations sous-cutanées répétées d'Orgalutran (une injection quotidienne) sont comparables à ceux observés après une dose unique sous-cutanée. Des taux plasmatiques à l'équilibre d'environ 0,6 ng/mL sont atteints en 2 à 3 jours, après administration répétée de 0,25 mg/j.

L'analyse pharmacocinétique indique une relation inverse entre le poids corporel et les concentrations sériques d'Orgalutran.

Absorption :
Après une administration unique sous-cutanée de 0,25 mg, les taux sériques de ganirélix augmentent rapidement et atteignent leurs niveaux maximum (Cmax) approximativement de 15 ng/mL en 1 à 2 heures (Tmax). La biodisponibilité d'Orgalutran après administration sous-cutanée est d'environ 91 %.
Biotransformation :
Le composant principal circulant dans le plasma est le ganirélix. Le ganirélix est aussi le composant principal trouvé dans l'urine. Les fèces ne contiennent que des métabolites. Les métabolites sont des petits fragments peptidiques formés par hydrolyse enzymatique du ganirélix survenant en des sites limités. Le profil métabolique d'Orgalutran chez l'homme est semblable à celui trouvé chez l'animal.
Élimination :
La demi-vie d'élimination (t½) est d'environ 13 heures et la clairance est d'environ 2,4 l/h. L'excrétion se fait par les fèces (environ 75 %) et l'urine (environ 22 %).

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les données précliniques, basées sur des études de sécurité pharmacologique, de toxicité et de génotoxicité à doses répétées, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Des études de reproduction réalisées avec le ganirélix chez le rat à des doses allant de 0,1 à 10 µg/kg/jour par voie sous-cutanée et chez le lapin à des doses allant de 0,1 à 50 µg/kg/jour par voie sous-cutanée ont montré une augmentation du taux de résorption des portées dans les groupes de doses les plus élevées.

Aucun effet tératogène n'a été observé.

Incompatibilités


DPINCOMPATIBILITÉS 

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
3 ans.

Ne pas congeler.

A conserver dans l'emballage extérieur d'origine, à l'abri de la lumière.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Examiner la seringue avant utilisation. Utiliser la seringue uniquement si la solution est limpide, ne contient pas de particules et si son conditionnement n'a pas été endommagé.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Médicament soumis à surveillance particulière.
Médicament soumis à une prescription réservée aux spécialistes en gynécologie et/ou en gynécologie-obstétrique et/ou en endocrinologie et métabolisme.
AMMEU/1/00/130/001 ; CIP 3400935530189 (RCP rév 26.04.2019) 1 ser.
EU/1/00/130/002 ; CIP 3400935530240 (RCP rév 26.04.2019) 5 ser.
  
Prix : 33,96 euros (boîte de 1).
163,54 euros (boîte de 5).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.
Titulaire de l'AMM européenne : Merck Sharp & Dohme BV, Waarderweg 39, 2031 BN Haarlem, Pays-Bas.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
FYREMADEL 0,25 mg/0,5 ml sol inj en seringue préremplie I 100% Générique