L-THYROXIN HENNING 150 µg cp séc

Mise à jour : 16 Juin 2020
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Endocrinologie : Médicaments de l'axe hypophyso-thyroïdien - Hormones thyroïdiennes : Lévothyroxine LT4 (Voie orale)
Classification ATC :
HORMONES SYSTEMIQUES, HORMONES SEXUELLES EXCLUES : MEDICAMENTS DE LA THYROIDE - PREPARATIONS THYROIDIENNES : HORMONES THYROIDIENNES (LEVOTHYROXINE SODIQUE)
Statut
Commercialisé
Excipients : amidon de maïs, amidon de maïs modifié, cellulose microcristalline, sodium carbonate anhydre, sodium thiosulfate, silice colloïdale anhydre
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : ricin huile hydrogénée
AMM
Présentation(s)L-THYROXIN HENNING 150 µg Cpr séc Plq PVC/Alu/100
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Comprimé sécable (blanc, rond, avec chanfrein, comportant une barre de cassure* sur une face et la mention « 1L », « 2L », « 3L », « 4L », « 5L », « 6L », « 7L » ou « 8L » gravée sur les deux faces) à 25 µg, à 50 µg, à 75 µg, à 100 µg, à 125 µg, à 150 µg, à 175 µg et à 200 µg : Boîtes de 100, sous plaquettes.

*  Le comprimé peut être divisé en doses égales.



Composition


COMPOSITION 
 p comprimé
Lévothyroxine sodique 
25 µg
ou50 µg
ou75 µg
ou100 µg
ou125 µg
ou150 µg
ou175 µg
ou200 µg
Excipients (communs) : amidon de maïs, amidon (de maïs) prégélatinisé, cellulose microcristalline, carbonate de sodium anhydre, thiosulfate de sodium, silice colloïdale anhydre, huile de ricin hydrogénée.Excipient à effet notoire : huile de ricin hydrogénée (0,75 mg/cp) (cf Mises en garde et Précautions d'emploi), sodium.

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par comprimé, c'est-à-dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».

Indications


DCINDICATIONS 
L-Thyroxin Henning 25/50/75/100/125/150/175/200 est indiqué dans les cas suivants :
Pour L-Thyroxin Henning 25/50/75/100 uniquement :
Pour L-Thyroxin Henning 100/150/200 uniquement :

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 

Le traitement par hormones thyroïdiennes doit être administré de manière régulière, notamment lors de la grossesse et de l'allaitement. Il est essentiel de maintenir les concentrations des hormones thyroïdiennes dans les valeurs de référence chez la femme enceinte afin d'assurer un état de santé optimal pour la mère et le fœtus.

À ce jour et malgré le recul important chez la femme enceinte, aucun effet indésirable de la lévothyroxine sur la grossesse ou la santé du fœtus/nouveau-né n'a été observé. Même en cas d'administration de doses élevées de lévothyroxine, la quantité d'hormones thyroïdiennes sécrétée dans le lait maternel est insuffisante pour provoquer une hyperthyroïdie ou freiner la sécrétion de TSH chez le nourrisson.

Au cours de la grossesse, les œstrogènes peuvent induire une augmentation des besoins en lévothyroxine. Un suivi de la fonction thyroïdienne doit donc être assuré durant et après la grossesse afin d'adapter la dose des hormones thyroïdiennes dès que nécessaire.

Pendant la grossesse, la lévothyroxine sodique est contre-indiquée en traitement adjuvant de l'hyperthyroïdie traitée par des médicaments antithyroïdiens. L'administration supplémentaire de lévothyroxine peut conduire à une augmentation de la posologie nécessaire des médicaments antithyroïdiens.

Contrairement à la lévothyroxine, les médicaments antithyroïdiens passent la barrière placentaire à des doses suffisamment efficaces pour induire une hypothyroïdie chez le fœtus. De ce fait, l'hyperthyroïdie pendant la grossesse doit être traitée par l'administration d'un seul agent antithyroïdien à faible dose.

Aucun test de suppression thyroïdienne ne doit être effectué durant la grossesse et l'allaitement.

L'hypothyroïdie ou l'hyperthyroïdie sont susceptibles d'avoir un effet sur la fertilité. Le traitement de l'hypothyroïdie par L-Thyroxin Henning doit être ajusté en fonction du contrôle des paramètres de laboratoire, car une dose insuffisante n'améliorera probablement pas l'hypothyroïdie et un surdosage peut conduire à une hyperthyroïdie.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

Une élévation du taux de T3 représente un indicateur de surdosage plus fiable que l'augmentation des taux de T4 ou T4-L.

En cas de surdosage ou d'intoxication, le patient présente des symptômes d'augmentation du métabolisme d'intensité modérée à sévère (cf Effets indésirables).

Selon l'importance du surdosage, il est recommandé d'interrompre le traitement et de procéder à des examens.

Lors d'intoxications (tentatives de suicide) chez l'Homme, des doses de 10 mg de lévothyroxine ont été tolérées sans complications. Aucune complication sévère engageant les fonctions vitales (respiratoires et circulatoires) n'est attendue, excepté en cas de coronaropathie. Cependant, des cas de crise thyrotoxique, de crampes, d'insuffisance cardiaque et de coma ont été rapportés. Des cas isolés de mort subite d'origine cardiaque ont été rapportés chez des patients ayant utilisé la lévothyroxine de manière abusive pendant de nombreuses années.

En cas de surdosage aigu, l'absorption digestive peut être diminuée par l'administration de charbon médicinal. La prise en charge comprend généralement un traitement symptomatique et des mesures de maintien des fonctions vitales. Des bêta-bloquants peuvent être administrés en cas de survenue de symptômes bêta-sympathomimétiques sévères à type de tachycardie, anxiété, agitation et hyperkinésie. L'utilisation de médicaments antithyroïdiens n'est pas appropriée en raison de l'inactivation complète de la thyroïde.

En cas d'intoxication par de très fortes doses (tentative de suicide), une plasmaphérèse peut s'avérer utile.

Un surdosage en lévothyroxine impose une surveillance au long cours du patient. En raison de la transformation progressive de la lévothyroxine en liothyronine, les symptômes peuvent survenir dans un délai allant jusqu'à 6 jours.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Hormones thyroïdiennes.

Code ATC : H03AA01.

La lévothyroxine de synthèse contenue dans L-Thyroxin Henning exerce un effet identique à celui de la principale hormone sécrétée par la thyroïde. L'organisme est incapable de distinguer la lévothyroxine exogène de son homologue endogène.

Suite à sa conversion partielle en liothyronine (T3), essentiellement dans le foie et les reins, et à son passage dans les cellules de l'organisme, la lévothyroxine exerce les effets caractéristiques des hormones thyroïdiennes sur le développement, la croissance et le métabolisme via l'activation des récepteurs de la T3.

Le traitement hormonal substitutif thyroïdien entraîne une normalisation des processus métaboliques. Par exemple, une augmentation de la cholestérolémie induite par une hypothyroïdie sera significativement réduite par l'administration de lévothyroxine.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Administrée à jeun par voie orale, la lévothyroxine est absorbée dans la partie proximale de l'intestin grêle. En fonction de la formulation utilisée, le taux d'absorption peut aller jusqu'à 80 %. En cas d'administration au cours d'un repas, l'absorption est significativement réduite.

La concentration plasmatique maximale est atteinte en 2 à 3 heures environ après administration orale.

Les effets de la lévothyroxine apparaissent 3 à 5 jours après instauration du traitement oral.

Le volume de distribution est d'environ 10 à 12 l. La liaison aux protéines de transport spécifiques est très forte, de l'ordre de 99,97 %. Cette liaison de l'hormone aux protéines n'étant pas covalente, l'hormone liée présente dans le plasma subit un processus constant et très rapide d'échange avec la fraction libre.

La clairance métabolique de la lévothyroxine est d'environ 1,2 l de plasma/jour. Sa métabolisation intervient essentiellement dans le foie, les reins, le cerveau et les muscles. Les métabolites sont excrétés dans l'urine et les fèces.

La demi-vie de la lévothyroxine est d'environ 7 jours ; elle est plus courte (3 à 4 jours) en cas d'hyperthyroïdie et prolongée en cas d'hypothyroïdie (env. 9 à 10 jours).

Seules de faibles quantités de lévothyroxine passent la barrière placentaire. Aux posologies habituelles, seules de faibles quantités de lévothyroxine passent dans le lait maternel.

En raison de sa forte liaison aux protéines, la lévothyroxine résiste aussi bien à l'hémodialyse qu'à l'hémoperfusion.

Biodisponibilité :

Une étude de biodisponibilité menée en 1998/1999 comparant différents dosages de la forme à une solution buvable de référence a mis en évidence une biodisponibilité comparable pour chacun des huit dosages étudiés.

Méthodologie de l'étude :

Doses étudiées :

La dose totale contenue dans chaque étui était de 600 microgrammes de lévothyroxine sodique pour les comprimés dosés à : 25, 50, 75, 100, 150 et 200 microgrammes. La dose totale pour les comprimés à 125 microgrammes et 175 microgrammes était respectivement de 625 microgrammes et 700 microgrammes.

Ces variations de la dose totale sont dues aux différents multiples des dosages respectifs de chaque comprimé. La dose totale de solution buvable de référence a été ajustée en fonction de chacune des doses étudiées.

Plan expérimental :

Étude prospective randomisée ouverte à dose unique avec comparaison croisée intra-individuelle du produit à l'étude et d'une solution buvable de référence.

Durée de l'étude :

Administration d'une dose unique suivie par une phase de désimprégnation d'au moins 6 semaines avant administration du deuxième médicament.


Biodisponibilité des différents dosages de L-Thyroxin Henning comparativement à une solution buvable de référence
Produit à l'étude (E)
Solution buvable de référence (R)
N*Concentration plasmatique maximale (Cmax) en ng/ml Délai d'obtention de la concentration plasmatique maximale (Tmax) en hAire sous la courbe de concentration par rapport au temps (ASC) en ng x h/ml
24 x 25 µg (E)
600 µg (R)
2450,86 ± 8,94
51,72 ± 7,36
2,17 ± 0,65
1,98 ± 1,42
1 389 ± 250
1 416 ± 262
12 x 50 µg (E)
600 µg (R)
2448,16 ± 8,04
50,38 ± 7,76
2,42 ± 0,89
2,00 ± 0,94
1 335 ± 287
1 439 ± 207
8 x 75 µg (E)
600 µg (R)
2648,43 ± 11,30
50,70 ± 11,17
2,55 ± 1,21
2,03 ± 1,29
1 387 ± 311
1 380 ± 280
6 x 100 µg (E)
600 µg (R)
2451,01 ± 10,38
54,53 ± 10,41
2,60 ± 1,12
1,88 ± 1,11
1 473 ± 317
1 532 ± 277
5 x 125 µg (E)
625 µg (R)
2654,62 ± 10,7
54,83 ± 13,35
2,63 ± 1,26
2,01 ± 0,856
1 541 ± 347
1 519 ± 426
4 x 150 µg (E)
600 µg (R)
2448,59 ± 10,29
50,60 ± 8,73
2,40 ± 0,86
1,98 ± 1,07
1 335 ± 319
1 424 ± 251
4 x 175 µg (E)
700 µg (R)
2656,53 ± 10,23
57,41 ± 13,88
2,40 ± 1,20
1,85 ± 1,04
1 596 ± 336
1 641 ± 418
3 x 200 µg (E)
600 µg (R)
2445,73 ± 9,67
49,48 ± 8,90
2,21 ± 0,85
1,781 ± 1,140
1 297 ± 287
1 320 ± 277

Valeurs exprimées sous forme de moyennes et d'écarts. N* = nombre de sujets.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Toxicité aiguë :

La toxicité aiguë de la lévothyroxine est très faible.

Toxicité chronique :

La toxicité chronique de la lévothyroxine a été étudiée chez diverses espèces animales (rat, chien). Aux doses élevées, des signes d'hépatopathie, une élévation de l'incidence des néphropathies spontanées et des variations de poids des organes ont été observés chez le rat.

Aucun effet indésirable notable n'a été observé chez le chien.

Mutagenèse :

Aucune donnée n'est disponible à ce sujet. À l'heure actuelle, aucun élément suggérant un effet nocif sur la descendance qui serait lié à des modifications du génome induites par les hormones thyroïdiennes n'a été observé.

Cancérogenèse :

Aucune étude à long terme du potentiel tumorigène de la lévothyroxine n'a été réalisée chez l'animal.

Toxicité sur les fonctions de reproduction :

Seules de faibles quantités d'hormones thyroïdiennes passent la barrière placentaire. Il n'existe aucune donnée concernant d'éventuels effets délétères sur la fertilité de l'homme ou de la femme. Aucun élément indiquant ce type d'effet n'a été observé.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
  • Comprimé à 25 µg : 18 mois.
  • Comprimés à 50 µg, 75 µg, 100 µg et 125 µg : 2 ans.
  • Comprimés à 150 µg, 175 µg et 200 µg : 3 ans.
À conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE II
AMM3400930119761 (2018) 100 cp 25 µg.
3400930119778 (2018) 100 cp 50 µg.
3400930119792 (2018) 100 cp 75 µg.
3400930119808 (2018) 100 cp 100 µg.
3400930119815 (2018) 100 cp 125 µg.
3400930119822 (2018) 100 cp 150 µg.
3400930119839 (2018) 100 cp 175 µg.
3400930119853 (2018) 100 cp 200 µg.
RCP révisés le 29.04.2020.
  
Prix :1,73 euros (100 comprimés à 25 µg).
3,02 euros (100 comprimés à 50 µg).
4,41 euros (100 comprimés à 75 µg).
5,75 euros (100 comprimés à 100 µg).
7,14 euros (100 comprimés à 125 µg).
8,57 euros (100 comprimés à 150 µg).
9,96 euros (100 comprimés à 175 µg).
11,40 euros (100 comprimés à 200 µg).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
LEVOTHYROX 150 µg cp séc II 65% Référent
LEVOTHYROXINE BIOGARAN 150 µg cp séc II 65% Générique
THYROFIX 150 µg cp II 65% Générique