URSOLVAN 200 mg gél

Mise à jour : 21 Janvier 2019
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Gastro - Entéro - Hépatologie : Cirrhose biliaire primitive : Acide ursodésoxycholique : Métabolisme - Diabète - Nutrition - Mucoviscidose : Atteinte hépatique : acide ursodésoxycholique (Lithiases biliaires : acide biliaire)
Classification ATC :
VOIES DIGESTIVES ET METABOLISME : THERAPEUTIQUE HEPATIQUE ET BILIAIRE - THERAPEUTIQUE BILIAIRE : ACIDES BILIAIRES ET DERIVES (URSODESOXYCHOLIQUE ACIDE)
Statut
Commercialisé
Excipients : magnésium stéarate, talc, amijel, amidon de maïs
Colorant (gélule) : titane dioxyde, indigotine
Enveloppe de la gélule : gélatine
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : soufre dioxyde
AMM3234075
Présentation(s)URSOLVAN 200 mg Gél Plq/30
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Gélule (bleu clair) :  Boîte de 30, sous plaquettes thermoformées.

Composition


COMPOSITION 
 p gélule
Acide ursodésoxycholique 
200 mg
Excipients : stéarate de magnésium, talc, amijel, amidon de maïs. Enveloppe de la gélule : gélatine, dioxyde de titane, indigotine (E132), anhydride sulfureux.

Indications


DCINDICATIONS 
Lithiase biliaire cholestérolique :
Lithiases vésiculaires pauci ou asymptomatiques, radiotransparentes, d'un diamètre inférieur à 15 mm, au sein d'une vésicule fonctionnelle (attestée par cholécystographie orale), chez les patients présentant une contre-indication majeure à la chirurgie.
Hépatopathies cholestatiques chroniques :
En particulier cholangite biliaire primitive, cholangite sclérosante, atteinte hépatique de la mucoviscidose.
Population pédiatrique :
Troubles hépatobiliaires associés à la mucoviscidose chez les enfants âgés de 6 ans à moins de 18 ans.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Fertilité :

Les études chez l'animal n'ont montré aucun effet de l'acide ursodésoxycholique sur la fertilité (cf Sécurité préclinique). Aucune donnée concernant les effets sur la fertilité humaine après un traitement par l'acide ursodésoxycholique n'est disponible.


Grossesse :

Les études chez l'animal ont montré une toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique).

En raison des données cliniques limitées chez les femmes enceintes surtout au cours du premier trimestre, Ursolvan est déconseillé sauf si l'absence de traitement met en jeu le pronostic hépatique.

Au cours des 2e et 3e trimestres, les données cliniques sont plus nombreuses. Cependant, il est recommandé d'utiliser l'acide ursodésoxycholique uniquement en cas de réelle nécessité.


Allaitement :

Selon les quelques cas documentés de femmes allaitant, les taux d'acide ursodésoxycholique dans le lait maternel sont très faibles. Ainsi, probablement aucun effet indésirable chez les nouveau-nés n'est attendu.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Ursolvan n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 
En cas de surdosage, une diarrhée peut survenir. En général, d'autres symptômes de surdosage sont peu probables car l'absorption de l'acide ursodésoxycholique diminue lorsque la dose est augmentée et par conséquent, l'excrétion dans les selles est beaucoup plus importante.
Aucune mesure corrective spécifique n'est nécessaire et les conséquences de la diarrhée doivent être traitées symptomatiquement avec restauration de l'équilibre hydrique et électrolytique. Cependant, il peut être conseillé également d'administrer de la colestyramine, capable de chélater les acides biliaires.
Informations supplémentaires sur des populations spéciales :
Un traitement à long terme, à fortes doses, par l'acide ursodésoxycholique (28-30 mg/kg/jour) chez des patients atteints d'une cholangite sclérosante primitive a été associé à des taux plus élevés d'effets indésirables graves.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Traitement des troubles biliaires et hépatiques, Code ATC : A05AA02.

(A : appareil digestif et métabolisme).

L'acide ursodésoxycholique est le 7-béta épimère de l'acide chénodésoxycholique. C'est un acide biliaire physiologiquement présent dans la bile humaine, où il représente un faible pourcentage des acides biliaires totaux.

L'acide ursodésoxycholique augmente la capacité de solubilisation du cholestérol par la bile chez l'homme, transformant la bile lithogénique en bile non lithogénique. Plusieurs mécanismes d'action sont connus pour expliquer cette action de l'acide ursodésoxycholique : diminution de la sécrétion de cholestérol dans la bile par réduction de l'absorption intestinale du cholestérol lui-même et de sa synthèse hépatique ; augmentation de la quantité totale d'acides biliaires favorisant la solubilisation micellaire du cholestérol ; dissolution améliorée des calculs biliaires en favorisant la formation d'une mésophase cristalline liquide enrichie en vésicules et en améliorant la régularité du flux biliaire et la vidange de la vésicule biliaire.

Population pédiatrique :
Troubles hépatobiliaires associés à la mucoviscidose :
Des données sur une utilisation à long terme supérieure à 10 ans, issues de rapports cliniques, concernant le traitement par l'acide ursodésoxycholique de la population pédiatrique souffrant de troubles hépatobiliaires associés à la mucoviscidose sont disponibles.
Ces données montrent que le traitement par l'acide ursodésoxycholique peut diminuer la prolifération des canaux biliaires, stopper la progression de l'atteinte histologique et même inverser les modifications hépato-biliaires si administré à un stade précoce de la maladie.
Le traitement par l'acide ursodésoxycholique doit être débuté dès que le diagnostic est fait afin d'optimiser l'efficacité du traitement.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Lorsqu'il est administré par voie orale, l'acide ursodésoxycholique est facilement absorbé au niveau de l'intestin puis extrait par le foie. Il est lié à 96-98 % aux protéines plasmatiques. Il est ensuite excrété dans la bile sous forme glycoconjuguée (avec la glycine et la taurine), entrant ainsi dans la circulation entéro-hépatique. Il est partiellement métabolisé par la flore intestinale et ses métabolites sont excrétés dans les fèces.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les études de toxicité subchronique chez le singe ont mis en évidence des effets hépatotoxiques dans les groupes recevant de fortes doses, y compris des changements fonctionnels (par ex., modifications des concentrations des enzymes hépatiques) et des modifications morphologiques comme une prolifération au niveau des canaux biliaires, des foyers inflammatoires portaux et une nécrose hépatocellulaire. Ces effets toxiques sont très vraisemblablement imputables à l'acide lithocholique, un métabolite de l'acide ursodésoxycholique, qui, chez le singe - contrairement à l'Homme - n'est pas détoxifié. L'expérience clinique confirme que les effets hépatotoxiques décrits ne semblent pas pertinents chez l'Homme. La toxicité expérimentale de l'acide ursodésoxycholique est généralement très faible. La DL50 par voie orale était de 10 g/kg chez le rat, de 5740 mg/kg chez la souris mâle, et de 6000 mg/kg chez la souris femelle. Le traitement chronique pendant 28 semaines chez le rat à des doses allant jusqu'à 2000 mg/kg administrées par voie orale n'a montré aucun changement pathologique des paramètres histologiques étudiés. Les traitements pendant un an chez le chien avec des doses allant jusqu'à 100 mg/kg administrés par voie orale ont également été bien tolérés sans réaction indésirable. En particulier, on n'a observé aucun effet nocif important sur le foie, ou carcinogène, et aucune lésion de la muqueuse gastrique.

Dans des études réalisées chez le rat, des malformations de la queue sont apparues après l'administration d'une dose de 2000 mg/kg d'acide ursodésoxycholique. Chez le lapin, aucun effet tératogène n'a été observé, bien qu'il existait des effets embryotoxiques (à partir d'une dose de 100 mg/kg). L'acide ursodésoxycholique n'a aucun effet sur la fertilité chez le rat et n'affecte pas le développement péri-/post-natal des portées.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
3 ans.

Ce médicament est à conserver à une température inférieure à 25 °C.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
AMM3400932340750 (1980, RCP rév 11.12.2017).
  
Prix :9,08 euros (30 gélules).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Titulaire de l'AMM : Cheplapharm Arzneimittel GmbH, Bahnhofstr. 1A, 17498 Mesekenhagen, Allemagne.

Exploitant :

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
Il n'y a pas de produit équivalent identifié