RECIVIT 800 µg cp subling

Mise à jour : 23 Janvier 2020
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Antalgiques - Antipyrétiques - Antispasmodiques - Antalgiques opioïdes de palier III : Fentanyl (Formes buccales)
Classification ATC :
SYSTEME NERVEUX : ANALGESIQUES - OPIOIDES : DERIVES DE LA PHENYLPIPERIDINE (FENTANYL)
Statut
Commercialisé
Excipients : phosphate dicalcique anhydre, cellulose microcristalline, phosphate disodique anhydre, hypromellose, macrogol 6000, magnésium stéarate, opadry blanc, maltodextrine, triacétine, macrogol 8000
Colorant (excipient) : titane dioxyde
Encre d'impression : encre noire, shellac, fer noir oxyde
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : glucose
AMM2766031
Présentation(s)RECIVIT 800 µg Cpr subl Plq PET/30
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 65%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Comprimé sublingual à 133 µg (convexe, triangulaire, de 5,6 mm de hauteur, avec une impression « 1 » en encre noire sur une face ; blanc) :  Boîtes de 15 et de 30, sous plaquette thermoformée, avec fermeture de sécurité enfant et opercule pelable.
Comprimé sublingual à 267 µg (convexe, triangulaire, de 5,6 mm de hauteur, avec une impression « 2 » en encre noire sur une face ; blanc) :  Boîte de 30, sous plaquette thermoformée, avec fermeture de sécurité enfant et opercule pelable.
Comprimé sublingual à 400 µg (convexe, triangulaire, de 5,6 mm de hauteur, avec une impression « 4 » en encre noire sur une face ; blanc) :  Boîte de 30, sous plaquette thermoformée, avec fermeture de sécurité enfant et opercule pelable.
Comprimé sublingual à 533 µg (convexe, triangulaire, de 5,6 mm de hauteur, avec une impression « 5 » en encre noire sur une face ; blanc) :  Boîte de 30, sous plaquette thermoformée, avec fermeture de sécurité enfant et opercule pelable.
Comprimé sublingual à 800 µg (convexe, triangulaire, de 5,6 mm de hauteur, avec une impression « 8 » en encre noire sur une face ; blanc) :  Boîte de 30, sous plaquette thermoformée, avec fermeture de sécurité enfant et opercule pelable.

Composition


COMPOSITION 
 p cp
Fentanyl 
133 µg
(sous forme de citrate : 210 µg)
ou267 µg
(sous forme de citrate : 420 µg)
ou400 µg
(sous forme de citrate : 630 µg)
ou533 µg
(sous forme de citrate : 840 µg)
ou800 µg
(sous forme de citrate : 1260 µg)
Excipients (communs) : hydrogénophosphate de calcium anhydre, cellulose microcristalline, phosphate disodique anhydre, hypromellose, macrogol, stéarate de magnésium, maltodextrine, dioxyde de titane (E171), triacétine. Encre d'impression : shellac, oxyde de fer noir (E172).

Excipient à effet notoire : sodium (0,651 mg/cp).

Indications


DCINDICATIONS 
Recivit est indiqué pour le traitement des accès douloureux paroxystiques (ADP) chez les patients adultes recevant déjà un traitement de fond opioïde pour les douleurs chroniques d'origine cancéreuse. L'accès douloureux paroxystique est une exacerbation passagère d'une douleur persistante par ailleurs contrôlée par un traitement de fond.
Les patients recevant un traitement de fond opioïde sont ceux prenant au moins 60 mg de morphine par voie orale par jour, au moins 25 microgrammes par heure de fentanyl transdermique, au moins 30 mg d'oxycodone par jour, au moins 8 mg d'hydromorphone par voie orale par jour ou une dose équianalgésique d'un autre opioïde pendant une durée d'au moins une semaine.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

Il n'existe pas de données pertinentes sur l'utilisation du fentanyl chez la femme enceinte. Les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique). Le risque potentiel chez l'homme n'est pas connu. Recivit ne doit être utilisé au cours de la grossesse qu'en cas de nécessité absolue.

Suite à un traitement prolongé, le fentanyl peut entraîner des symptômes de sevrage chez le nouveau-né. Il est recommandé de ne pas utiliser le fentanyl pendant le travail et l'accouchement (y compris en cas de césarienne), car il franchit la barrière placentaire et peut entraîner une dépression respiratoire chez le fœtus ou le nouveau-né. Si Recivit est administré, un antidote pour l'enfant doit être immédiatement disponible.


Allaitement :

Le fentanyl est excrété dans le lait maternel et peut entraîner une sédation et/ou une dépression respiratoire chez le nourrisson. Le fentanyl ne doit pas être utilisé pendant l'allaitement et celui-ci ne doit pas reprendre moins de 5 jours après la dernière administration du fentanyl.

Fertilité :

Il n'existe pas de données disponibles sur la fertilité chez l'homme. Lors des études chez l'animal, la fertilité des mâles et femelles était altérée à des doses sédatives (cf Sécurité préclinique).


Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Aucune étude n'a évalué les effets de Recivit sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Cependant, les analgésiques opioïdes sont connus pour altérer les capacités mentales et/ou physiques requises pour la réalisation de tâches potentiellement dangereuses (comme conduire des véhicules ou utiliser des machines). Il doit être conseillé aux patients de ne pas conduire ou utiliser des machines si le traitement par Recivit leur provoque une somnolence, des vertiges ou des troubles visuels.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

Les symptômes attendus en cas de surdosage de fentanyl sont de même nature que ceux observés après l'administration intraveineuse de fentanyl ou d'autres morphiniques, et résultent de son action pharmacologique. Les effets indésirables les plus graves sont l'altération des facultés mentales, la perte de connaissance, le coma, l'arrêt cardiorespiratoire, la dépression respiratoire, la détresse respiratoire et l'insuffisance respiratoire pouvant entraîner le décès.

Les mesures à prendre immédiatement en présence d'un surdosage morphinique consistent à retirer immédiatement les éventuels morceaux de Recivit de la bouche du patient en assurant la perméabilité des voies respiratoires, effectuer des stimulations physiques et verbales du patient et déterminer son niveau de conscience ainsi que son état ventilatoire et circulatoire. Instaurer, si nécessaire, une ventilation assistée (assistance respiratoire).

Le traitement d'une ingestion accidentelle chez une personne qui n'a jamais reçu de traitement morphinique, nécessite de mettre en place une voie d'abord veineuse et d'administrer de la naloxone ou un autre antagoniste opioïde selon l'état clinique. La durée de la dépression respiratoire suite au surdosage peut être plus longue que les effets de l'antagoniste morphinique (par exemple, la demi-vie de la naloxone est comprise entre 30 et 81 minutes) et il peut donc être nécessaire de répéter l'administration de l'antidote.

Pour plus de détails sur le mode d'emploi de l'antagoniste morphinique utilisé, se référer au Résumé des Caractéristiques du Produit en question.

Le traitement du surdosage chez les patients recevant un traitement morphinique de fond nécessite une voie intraveineuse. Dans certains cas, l'utilisation judicieuse de naloxone ou d'autres antagonistes des morphiniques peut être justifiée, mais elle est associée au risque de survenue d'un syndrome de sevrage aigu.

Une hypotension sévère ou persistante doit évoquer une hypovolémie, à prendre en charge par un apport liquidien approprié par voie parentérale.

Le fentanyl et d'autres morphiniques ont été associés à une rigidité musculaire inhibant la respiration.

Dans ce cas, une intubation endotrachéale, une ventilation assistée et l'administration d'un antagoniste des morphiniques ainsi que d'un relaxant musculaire, peuvent être nécessaires.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Analgésiques, opioïdes, dérivés de la phénylpipéridine. Code ATC : N02AB03.

Le fentanyl est un analgésique opioïde agissant principalement sur le récepteur morphinique µ. Son action thérapeutique principale est l'analgésie et la sédation. Les effets pharmacologiques secondaires sont la dépression respiratoire, la bradycardie, l'hypothermie, la constipation, le myosis, la dépendance physique et l'euphorie.

L'effet analgésique du fentanyl est lié à son taux plasmatique. En général, la concentration efficace et la concentration à laquelle une toxicité apparaît augmentent avec l'augmentation de l'accoutumance aux morphiniques. Le risque d'apparition d'une accoutumance varie fortement en fonction des individus.

Par conséquent, la dose de Recivit doit être adaptée individuellement afin d'obtenir l'effet désiré (cf Posologie et Mode d'administration).

L'efficacité et la tolérance de Recivit ont été évaluées dans une étude croisée, randomisée en double aveugle versus placebo, chez 91 patients cancéreux traités par morphiniques et présentant 1 à 4 épisodes d'accès douloureux paroxystiques par jour. Le critère principal d'évaluation qui était la somme des différences d'intensité de la douleur dans les 30 minutes (SDID 30) suivant la prise du traitement, était statistiquement différent comparativement au placebo (p < 0,0001).

Les sommes des différences d'intensité de la douleur des épisodes d'ADP traités par Recivit étaient aussi significativement différents comparativement au placebo dès la sixième minute après la prise du traitement et jusqu'à 60 minutes (respectivement p = 0,02 après 6 minutes et p < 0,0001 après 60 minutes) (voir figure ci-dessous).


Évolution du score moyen(+/- ES) des SDID en fonction du temps-population mITT :
Schéma

La différence moyenne d'intensité de la douleur était significativement supérieure pour les épisodes d'ADP traités par Recivit comparativement à ceux traités par placebo dès la sixième minute après la prise du traitement et jusqu'à 60 minutes (respectivement p = 0,003 et p < 0,0001) (voir figure ci-dessous).


Schéma

Le soulagement moyen de la douleur était significativement supérieur pour les épisodes d'ADP traités par Recivit comparativement à ceux traités par placebo dès la sixième minute après la prise du traitement et jusqu'à 60 minutes (respectivement p = 0,002 et p < 0,0001).

Tous les agonistes des récepteurs morphiniques µ, y compris le fentanyl, provoquent une dépression respiratoire dose-dépendante. Le risque de dépression respiratoire est moindre chez les patients sous traitement opioïde de fond étant donné que ces patients développent une accoutumance aux effets dépresseurs respiratoires.

Bien que les morphiniques augmentent en général la tonicité du muscle lisse urétral, l'effet global est variable, entraînant dans certains cas des urgences mictionnelles et dans d'autres cas une dysurie.

Les morphiniques augmentent la tonicité et réduisent les contractions péristaltiques du muscle lisse intestinal, prolongeant la durée du transit intestinal, pouvant ainsi être à l'origine de l'effet constipant du fentanyl.

Les opioïdes peuvent agir sur l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien ou l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique. Les modifications qui peuvent être observées sont notamment une augmentation de la prolactinémie et des diminutions des taux plasmatiques de cortisol et de testostérone. Des signes et symptômes cliniques dus à ces modifications hormonales peuvent se manifester.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Le fentanyl est une substance fortement lipophile qui est absorbé très rapidement par la muqueuse buccale et plus lentement par le tractus gastro-intestinal. Administré par voie orale, le fentanyl subit un métabolisme par effet de premier passage hépatique et intestinal prononcé et ses métabolites ne contribuent pas à ses effets thérapeutiques.

La forme galénique de Recivit repose sur une technologie permettant une libération rapide de fentanyl et augmente le taux et la proportion de fentanyl absorbé par la muqueuse buccale. La biodisponibilité absolue de Recivit n'a pas été déterminée mais est estimée à environ 70 %.

Absorption :
Les concentrations plasmatiques maximales moyennes varient de 360 à 2070 pg/ml (après administration de 133 à 800 µg de Recivit) et sont atteintes dans les 50 à 90 minutes.
Distribution :
Le fentanyl est une substance fortement lipophile qui présente une bonne distribution extravasculaire, avec un volume apparent de distribution important. Après administration sublinguale de Recivit, le fentanyl subit une distribution initiale rapide qui représente un équilibre du fentanyl entre le plasma et les tissus fortement vascularisés (cerveau, cœur et poumons). Par la suite, le fentanyl est redistribué entre le compartiment tissulaire profond (tissus musculaires et adipeux) et le plasma.
Le taux de liaison du fentanyl aux protéines plasmatiques est de 80 à 85 %. La principale protéine de liaison est l'alpha-1 glycoprotéine acide, mais l'albumine et les lipoprotéines sont également impliquées, dans une certaine mesure. L'acidose augmente la fraction libre de fentanyl.
Biotransformation et élimination :
Le fentanyl est métabolisé en norfentanyl dans le foie et la muqueuse intestinale sous l'effet du CYP3A4. Lors des expérimentations animales, le norfentanyl n'a pas montré d'effet pharmacologique. Plus de 90 % de la dose de fentanyl administrée est éliminé par biotransformation en métabolites N-désalkylés et hydroxylés inactifs.
Après administration intraveineuse de fentanyl, moins de 7 % de la dose administrée est excrétée sous forme inchangée dans les urines et 1 % environ est excrétée sous forme inchangée dans les selles. Les métabolites sont essentiellement excrétés par voie urinaire, l'excrétion fécale étant moins importante.
La phase terminale d'élimination du fentanyl résulte de la redistribution entre le plasma et le compartiment tissulaire profond. Après administration de Recivit, la demi-vie d'élimination terminale est d'environ 12 heures.
Linéarité/non-linéarité :
Une proportionnalité de la dose a été démontrée entre 133 microgrammes et 800 microgrammes.
Insuffisance rénale/hépatique :
Une insuffisance hépatique ou rénale peut provoquer une augmentation des concentrations sériques. La clairance du fentanyl pourrait être réduite chez les sujets âgés, cachectiques ou affaiblis, ce qui pourrait entraîner la prolongation de la demi-vie terminale du produit (cf Posologie et Mode d'administration, Mises en garde et Précautions d'emploi).

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie, de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité, cancérogenèse n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Les études de toxicité sur le développement embryo-fœtal conduites chez le rat et le lapin n'ont révélé aucune malformation ou modification du développement lors de l'administration de Recivit pendant la période d'organogenèse. Dans une étude de fertilité et de développement embryonnaire précoce chez le rat et le lapin, un effet médié par les mâles a été observé à forte doses (300 µg/kg/jour, voie sous-cutanée) qui concordait avec les effets sédatifs du fentanyl dans les expérimentations animales. De plus, les études chez les rats femelles ont révélé une fertilité réduite et une mortalité embryonnaire accrue.

Dans les études de développement pré et postnatal chez le rat, le taux de survie de la descendance était significativement réduit à des doses entraînant une toxicité maternelle sévère. Les effets des doses toxiques maternelles sur la première génération sont un retard du développement physique, des fonctions sensorielles, des réflexes et du comportement. Ces effets peuvent être des effets indirects de négligence maternelle et/ou de diminution de l'allaitement ou un effet direct du fentanyl sur la descendance.

Les études de carcinogénicité (test alternatif par voie cutanée chez la souris transgénique Tg.AC durant 26 semaines, étude de cancérogenèse par voie sous-cutanée chez le rat durant deux ans) avec le fentanyl n'ont pas révélé de résultats suggérant un potentiel oncogène. L'analyse de coupes de cerveau provenant de l'étude de cancérogenèse réalisée chez le rat a montré des lésions cérébrales chez les animaux ayant reçu des doses élevées de citrate de fentanyl. La pertinence clinique de ces résultats n'est pas connue.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
4 ans.

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation concernant la température.

A conserver dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Les comprimés sublinguaux contenant une substance active ne doivent pas être jetés avec les ordures ménagères. Les déchets doivent être éliminés en toute sécurité. Les patients et le personnel soignant doivent être incités à éliminer tout produit inutilisé conformément à la réglementation nationale et locale en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
STUPÉFIANTS 
Prescription limitée à 28 jours.
Délivrance fractionnée à 7 jours.
Prescription sur ordonnance répondant aux spécifications fixées par l'arrêté du 31 mars 1999.
AMM3400927656750 (2014, RCP rév 29.05.2019) 15 cp à 133 µg.
3400927656989 (2014, RCP rév 29.05.2019) 30 cp à 133 µg.
3400927657702 (2014, RCP rév 29.05.2019) 30 cp à 267 µg.
3400927658532 (2014, RCP rév 29.05.2019) 30 cp à 400 µg.
3400927659591 (2014, RCP rév 29.05.2019) 30 cp à 533 µg.
3400927660313 (2014, RCP rév 29.05.2019) 30 cp à 800 µg.
  
Prix :89,23 euros (15 comprimés à 133 µg).
178,03 euros (30 comprimés à 133 µg).
178,03 euros (30 comprimés à 267 µg).
178,03 euros (30 comprimés à 400 µg).
178,03 euros (30 comprimés à 533 µg).
178,03 euros (30 comprimés à 800 µg).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
ABSTRAL 800 µg cp subling NARCOTIC 65%