ADVIL 400 mg cpr enr

Mise à jour : 05 Juin 2020
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Antalgiques - Antipyrétiques - Antispasmodiques : Antalgiques non opioïdes - Antalgiques non opioïdes seuls : AINS et dérivés (Ibuprofène)
Neurologie : Antimigraineux - Traitement de la crise : Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ibuprofène)
Classification ATC :
MUSCLE ET SQUELETTE : ANTIINFLAMMATOIRES ET ANTIRHUMATISMAUX - ANTIINFLAMMATOIRES ET ANTIRHUMATISMAUX, NON STEROIDIENS : DERIVES DE L'ACIDE PROPIONIQUE (IBUPROFENE)
Statut
Commercialisé
Excipients : amidon de maïs, amidon prégélatinisé, silice colloïdale anhydre, acide stéarique
Colorant (enrobage) : fer rouge oxyde, titane dioxyde
Encre d'impression : opacode noir, gomme laque, fer noir oxyde, alcool butylique, eau purifiée, propylèneglycol, alcool isopropylique, ammonium hydroxyde
Enrobage : amidon de pomme de terre oxydé, polysorbate 80, macrogol 6000, povidone, calcium carbonate, talc, cire de carnauba
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : saccharose
AMM3817115
Présentation(s)ADVIL 400 mg Cpr enr Plq/14
Conservation
Non agréé aux Collectivités
Remboursement : NR

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 

Advil :
Comprimé enrobé à 400 mg : Boîte de 14, sous plaquettes thermoformées.



Advilcaps :
Capsule molle à 400 mg : Boîte de 14, sous plaquettes thermoformées.

Composition


COMPOSITION 

Advil :
 p comprimé
Ibuprofène 
400 mg
Excipients : Noyau : amidon de maïs, amidon prégélatinisé, silice colloïdale anhydre, acide stéarique. Enrobage : saccharose, amidon de pomme de terre oxydé (perfectamyl 45), polysorbate 80, macrogol 6000, povidone, oxyde de fer rouge (E 172), dioxyde de titane (E 171), carbonate de calcium, talc, cire de carnauba. Encre d'impression noire : Opacode S-1-17823 (gomme laque, oxyde de fer noir [E 172], N-butylalcool, eau purifiée, propylène glycol, alcool isopropylique, hydroxyde d'ammonium).

Excipient à effet notoire : saccharose.


Advilcaps :
 p capsule
Ibuprofène 
400 mg
Excipients : macrogol 600, solution à 50 % d'hydroxyde de potassium. Enveloppe de la capsule : sorbitol liquide partiellement déshydraté (sorbitol, maltitol, 1,4-sorbitan, sorbitans, eau purifiée), gélatine, eau purifiée. Encre pour impression : Opacode NSP-78-17827 (alcool SDA 35A [éthanol et acétate d'éthyle], propylène glycol, oxyde de fer noir [E 172], acétate phtalate de polyvinyle, eau purifiée, alcool isopropylique, macrogol 400, hydroxyde d'ammonium 28 %).

Excipients à effet notoire : sorbitol (E420), maltitol (E965).

Indications


DCINDICATIONS 
Ce médicament contient un anti-inflammatoire non stéroïdien : l'ibuprofène.
Adulte et enfant de plus de 30 kg (soit environ 11 à 12 ans) :
Il est indiqué dans le traitement de courte durée de la fièvre et/ou des douleurs telles que maux de tête, états grippaux, douleurs dentaires, courbatures et règles douloureuses.
Adulte :
Il est indiqué dans la crise de migraine, légère à modérée, avec ou sans aura, après au moins un avis médical.

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Grossesse :

L'inhibition de la synthèse des prostaglandines par les AINS peut affecter le déroulement de la grossesse et/ou le développement de l'embryon ou du fœtus.

Risques associés à l'utilisation au cours du 1er trimestre :

Les données des études épidémiologiques suggèrent une augmentation du risque de fausse-couche, de malformations cardiaques et de gastroschisis, après traitement par un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines en début de grossesse. Le risque absolu de malformation cardiovasculaire est passé de moins de 1 % dans la population générale, à approximativement 1,5 % chez les personnes exposées aux AINS. Le risque paraît augmenter en fonction de la dose et de la durée du traitement. Chez l'animal, il a été montré que l'administration d'un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines provoquait une perte pré et post-implantatoire accrue et une augmentation de la létalité embryo-fœtale. De plus, une incidence supérieure de certaines malformations, y compris cardiovasculaires, a été rapportée chez des animaux ayant reçu un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines au cours de la phase d'organogenèse de la gestation.

Risques associés à l'utilisation à partir de la 12ème semaine d'aménorrhée et jusqu'à la naissance :

Risques associés à l'utilisation au-delà de la 24ème semaine d'aménorrhée et jusqu'à la naissance :

Au-delà de la 24ème semaine d'aménorrhée, les AINS peuvent exposer le fœtus à une toxicité cardio-pulmonaire (fermeture prématurée du canal artériel et hypertension artérielle pulmonaire). La constriction du canal artériel peut survenir à partir du début du 6ème mois (au-delà de la 24ème semaine d'aménorrhée) et peut conduire à une insuffisance cardiaque droite fœtale ou néonatale, voire à une mort fœtale in utero. Ce risque est d'autant plus important que la prise est proche du terme (moindre réversibilité). Cet effet existe même pour une prise ponctuelle.

En fin de grossesse, la mère et le nouveau-né peuvent présenter :

En conséquence :

Sauf nécessité absolue, ce médicament ne doit pas être prescrit chez une femme qui envisage une grossesse ou au cours des 5 premiers mois de grossesse (24 premières semaines d'aménorrhée). Si ce médicament est administré chez une femme souhaitant être enceinte ou enceinte de moins de 6 mois, la dose devra être la plus faible possible et la durée du traitement la plus courte possible. Une prise prolongée est fortement déconseillée.

A partir du début du 6ème mois (au-delà de 24 semaines d'aménorrhée) : toute prise de ce médicament, même ponctuelle, est contre-indiquée. Une prise par mégarde à partir de cette date justifie une surveillance cardiaque et rénale, fœtale et/ou néonatale selon le terme d'exposition. La durée de cette surveillance sera adaptée à la demi-vie d'élimination de la molécule.


Allaitement :

Les AINS passant dans le lait maternel, ce médicament est déconseillé chez la femme qui allaite.

Fertilité :

Comme tous les AINS, l'utilisation de ce médicament peut temporairement altérer la fertilité féminine en agissant sur l'ovulation ; il est donc déconseillé chez les femmes souhaitant concevoir un enfant. Chez les femmes rencontrant des difficultés pour concevoir ou réalisant des tests de fertilité, l'arrêt du traitement doit être envisagé.


Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
Prévenir les patients de l'apparition possible de vertiges et de troubles de la vue.

Surdosage


DCSURDOSAGE 
Signes :
  • vertiges,
  • douleur abdominale, nausées, vomissements,
  • anomalies du bilan hépatique,
  • hyperkaliémie, acidose métabolique,
  • sensation vertigineuse, somnolence, céphalée, perte de conscience, convulsions,
  • insuffisance rénale,
  • dyspnée, dépression respiratoire,
  • hypotension.
En cas d'intoxication grave, une acidose métabolique peut survenir.
Conduite à tenir :
  • Transfert immédiat en milieu hospitalier.
  • Évacuation rapide du produit ingéré par lavage gastrique.
  • Charbon activé pour diminuer l'absorption de l'ibuprofène.
  • Traitement symptomatique.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Autre analgésique et antipyrétique (code ATC : N02B).

Mécanisme d'action :
L'ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien, appartenant au groupe des propioniques, dérivé de l'acide arylcarboxylique.
Il possède les propriétés suivantes :
  • antalgique ;
  • antipyrétique ;
  • anti-inflammatoire ;
  • inhibition de courte durée des fonctions plaquettaires.
L'ensemble de ces propriétés est lié à une inhibition de la synthèse des prostaglandines.
Effets pharmacodynamiques :
Des données expérimentales suggèrent que l'ibuprofène peut inhiber de façon compétitive l'effet antiagrégant plaquettaire d'une faible dose d'acide acétylsalicylique lorsqu'ils sont pris de façon concomitante. Des études pharmacodynamiques ont montré une diminution de l'effet de l'acide acétylsalicylique sur la formation du thromboxane ou sur l'agrégation plaquettaire lorsque l'ibuprofène à la dose de 400 mg était pris dans les 8 heures qui précédaient la prise de 81 mg d'acide acétylsalicylique à libération immédiate, ou dans les 30 minutes qui suivaient. Toutefois, les incertitudes quant à leur extrapolation en clinique ne peuvent pas exclure que l'usage régulier, à long terme de l'ibuprofène puisse réduire l'effet cardioprotecteur de faibles doses d'acide acétylsalicylique. En ce qui concerne l'ibuprofène utilisé de façon occasionnelle, la survenue d'un effet cliniquement pertinent apparaît peu probable (cf Interactions).

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

La pharmacocinétique de l'ibuprofène est linéaire aux doses thérapeutiques.

Advilcaps renferme 400 mg d'ibuprofène sous forme de solution enfermée dans une capsule de gélatine.

Absorption :

L'alimentation retarde l'absorption de l'ibuprofène.

Distribution :

L'administration de l'ibuprofène ne donne pas lieu à des phénomènes d'accumulation. Il est lié aux protéines plasmatiques dans la proportion de 99 %.

Dans le liquide synovial, on retrouve l'ibuprofène avec des concentrations stables entre la deuxième et la huitième heure après la prise, la Cmax synoviale étant environ égale au tiers de la Cmax plasmatique. Après la prise de 400 mg d'ibuprofène toutes les 6 heures par les femmes qui allaitent, la quantité d'ibuprofène retrouvée dans leur lait est inférieure à 1 mg par 24 heures.

Biotransformation :

L'ibuprofène n'a pas d'effet inducteur enzymatique. Il est métabolisé pour 90 % sous forme de métabolites inactifs.

Élimination :

L'élimination est essentiellement urinaire. Elle est totale en 24 heures, à raison de 10 % sous forme inchangée et de 90 % sous forme de métabolites inactifs, essentiellement glucuroconjugués.

La demi-vie d'élimination est de 1 à 2 heures environ (Advil 400 mg) ou de 2 heures environ (Advilcaps 400 mg).

Les paramètres cinétiques de l'ibuprofène sont peu modifiés chez l'insuffisant rénal et chez l'insuffisant hépatique. Les perturbations observées ne justifient pas une modification de la posologie.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
3 ans.
Advil 400 mg :
Pas de précautions particulières de conservation.
Advilcaps 400 mg :
A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Pas d'exigences particulières.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
AMM3400938171150 (2003, RCP rév 21.04.2020) Advil cp.
3400938286625 (2004, RCP rév 21.04.2020) Advilcaps caps.
Non remb Séc soc.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
ADVILMED 400 mg cp enr II 65% Référent
ANTARENE 400 mg cp pellic II 65% Générique
BRUFEN 400 mg cp pellic II 65% Référent
IBUPRADOLL 400 mg cp pellic NR NR Générique
IBUPROFENE ALMUS 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE ARROW 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE ARROW CONSEIL 400 mg cp pellic NR NR Générique
IBUPROFENE BIOGARAN 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE BIOGARAN CONSEIL 400 mg cp pellic NR NR Générique
IBUPROFENE CRISTERS 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE EG 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE EG LABO CONSEIL 400 mg cp pellic NR NR
IBUPROFENE EVOLUGEN 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE MYLAN 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE NEPENTHES 400 mg cp pellic NR NR
IBUPROFENE PHR LAB 400 mg cp pellic NR NR Générique
IBUPROFENE RANBAXY MEDICATION OFFICINALE 400 mg cp pellic NR NR
IBUPROFENE RPG 400 mg cp pellic II 65%
IBUPROFENE SANDOZ 400 mg cp enr II 65% Générique
IBUPROFENE SANDOZ 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE SANDOZ CONSEIL 400 mg cp pellic NR NR
IBUPROFENE SET 400 mg cp pellic NR NR
IBUPROFENE TEVA 400 mg cp pellic II 65% Générique
IBUPROFENE TEVA CONSEIL 400 mg cp pellic NR NR Générique