ONCOVIN 1 mg sol inj

Mise à jour : 21 Janvier 2019
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Cancérologie - Hématologie : Antinéoplasiques : Chimiothérapie cytotoxique - Agents du fuseau : Poisons du fuseau : vinca-alcaloïdes et analogues (Vincristine)
Classification ATC :
ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS : ANTINEOPLASIQUES - ALCALOÏDES VEGETAUX ET AUTRES MEDICAMENTS D'ORIGINE NATURELLE : VINCAALCALOÏDES ET ANALOGUES (VINCRISTINE)
Statut
Commercialisé
Excipients : acide acétique, sodium acétate, eau ppi, mannitol
Excipients à effet notoire :
Excipient à effet notoire : p-hydroxybenzoate de méthyle, p-hydroxybenzoate de propyle
AMM3264998
Présentation(s)ONCOVIN 1 mg S inj Fl/1ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Remboursement : 100%

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable IV à 1 mg (limpide, incolore) :  Flacon de 1 ml, boîte unitaire.

Composition


COMPOSITION 
 p flacon
Vincristine sulfate 
1 mg
Excipients : mannitol, parahydroxybenzoate de méthyle (E218), parahydroxybenzoate de propyle (E216), acide acétique 0,2 M, acétate de sodium 0,2 M, eau pour préparations injectables.

Excipients à effet notoire : parahydroxybenzoate de méthyle (1,3 mg/ml), parahydroxybenzoate de propyle (0,2 mg/ml).

Indications


DCINDICATIONS 
La vincristine est généralement utilisée en polychimiothérapie dans les indications suivantes :
  • Induction et consolidation de la rémission de la leucémie aiguë lymphoblastique.
  • Maladie de Hodgkin.
  • Lymphomes non hodgkiniens.
  • Cancer du sein métastatique (traitement palliatif des cas résistants aux traitements usuels).
  • Cancer bronchique à petites cellules.
  • Sarcomes (sarcome ostéogénique, sarcome d'Ewing, rhabdomyosarcome).
  • Tumeur de Wilms.
  • Neuroblastome.
Monothérapie :
  • Purpura thrombopénique idiopathique résistant aux traitements usuels (maladie de Werlhof).

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 

Le sulfate de vincristine peut avoir des effets génotoxiques et tératogènes.

Les hommes traités par la vincristine ne doivent pas avoir d'enfant pendant le traitement et jusqu'à 6 mois après et ils doivent bénéficier de conseils sur la conservation des spermatozoïdes avant le traitement en raison de la possibilité d'une stérilité irréversible due au traitement par la vincristine.

La vincristine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse. En cas d'indication vitale du traitement par vincristine pendant la grossesse, la patiente doit être informée des dangers potentiels du traitement pour l'enfant à naître.

Les femmes ne doivent pas devenir enceintes pendant le traitement par la vincristine et jusqu'à 6 mois après. Un conseil génétique est donc recommandé si une grossesse survient pendant le traitement.

L'allaitement n'est pas autorisé pendant le traitement.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
La vincristine peut entraîner des effets indésirables sur le système nerveux et le tractus gastro-intestinal, elle pourrait donc influer sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 
Symptômes de surdosage :
Les effets indésirables de la vincristine sont habituellement dose-dépendants. Le surdosage de vincristine se traduit donc par une exacerbation des effets indésirables habituellement rencontrés. Des symptômes graves sont possibles à des doses de seulement 3 mg/m2 de surface corporelle. Chez les enfants âgés de moins de 13 ans, un surdosage par 10 fois la dose de vincristine recommandée a eu un effet fatal.
Les principaux symptômes cliniques du surdosage sont des douleurs abdominales, des effets neurotoxiques tels qu'une aréflexie, des troubles sensoriels et moteurs, une somnolence, une thrombocytopénie, une leucopénie, un iléus paralytique.
Traitement du surdosage :
Il n'existe pas d'antidote connu au sulfate de vincristine. Un traitement symptomatique de soutien doit donc être administré. Les mesures suivantes doivent être envisagées :
  1. Restriction hydrique afin de prévenir les effets indésirables résultant du syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique.
  2. Administration d'anticonvulsivants pendant au moins 1 semaine après le surdosage.
  3. Recours à des lavements en prévention de l'iléus.
  4. Surveillance du système cardio-vasculaire.
  5. Si nécessaire, détermination journalière de l'hématocrite ou de l'hémoglobine pour suivre les besoins transfusionnels.
Seules de très petites quantités du sulfate de vincristine étant dialysées, il est probable que l'hémodialyse ne soit pas efficace en cas de surdosage.
Dans un seul cas, les effets indésirables d'un surdosage de vincristine ont été atténués par une plasmaphérèse.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Antinéoplasiques, vinca-alcaloïdes et analogues, code ATC : L01CA02.

La vincristine est un alcaloïde extrait de la pervenche de Madagascar ou Catharanthus roseus (Vinca rosea) avec un effet antinéoplasique.

La vincristine se lie aux protéines microtubulaires, induisant leur dépolymérisation. La plus touchée est la tubuline, la protéine microtubulaire la plus importante dans les cellules eucaryotes. Le dysfonctionnement tubulaire dû à la dépolymérisation inhibe la formation du fuseau mitotique et entraîne un arrêt de la mitose en métaphase. En ce sens, la vincristine agit comme inhibiteur mitotique.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Après administration orale, la vincristine n'est pratiquement pas absorbée. Dès les premières minutes qui suivent une injection intraveineuse, seules de faibles concentrations de la dose de vincristine administrée sont détectables dans le plasma. Dans les 15 à 30 minutes suivant l'injection, plus de 90 % du médicament sont distribués dans les tissus.

Après injection intraveineuse de vincristine, la cinétique plasmatique est triphasique. Les demi-vies initiale, intermédiaire et terminale sont respectivement de 5 minutes, 2,3 heures et 85 heures (intervalle allant de 19 à 155 heures).

Après injection intraveineuse, seules des concentrations très faibles, inefficaces au plan thérapeutique, sont détectables dans le liquide céphalo-rachidien. La liaison de la vincristine aux protéines plasmatiques est de 44 %. L'élimination de la vincristine est essentiellement biliaire, à hauteur de 80 % environ. Au maximum 20 % de la dose injectée sont excrétés dans les urines en 24 heures sous forme inchangée ou sous forme de métabolites.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 
Toxicité aiguë :
DL50 en mg/kg de poids corporel :
Espèce animale Voie d'administration
  IntrapéritonéaleIntraveineuse
Souris 4,7 - 5,22,1 - 3,0
Rat 1,21,0 - 1,3
Les effets toxiques ont été une faiblesse musculaire et une paralysie de l'arrière-train chez la souris, une diarrhée, une anorexie, une inactivité locomotrice, une diurèse, une perte de poids et une dyspnée chez le rat.
Une dose intraveineuse unique de 1 mg/kg de poids corporel a été tolérée chez le singe, essentiellement sans symptômes. Huit jours après une injection intraveineuse de 2 mg/kg de poids corporel, une leucopénie et une thrombocytopénie se sont produites. Un singe mâle est mort 30 heures après une injection intraveineuse de 4 mg/kg de poids corporel. Les observations histopathologiques ont révélé des effets cytotoxiques sévères sur les lignées granulocytaires et érythrocytaires de la moelle osseuse.
Toxicité chronique/toxicité subchronique :
L'une des propriétés caractéristiques de la vincristine est un effet inhibiteur sur la formation de microtubules du fuseau mitotique et, de ce fait, les cellules en division mitotique restent en métaphase.
Après administration chronique de vincristine, les effets neurotoxiques sont les effets les plus importants chez le primate, le poulet et le chat ; l'atteinte intestinale et la myélosuppression prédominent chez le chien.
De plus, des chiens ont développé des troubles de la maturation des spermatocytes après l'injection intraveineuse de 0,08 mg/kg de poids corporel par semaine ; après l'injection intraveineuse de 0,08 à 0,32 mg/kg de poids corporel par semaine, des singes ont développé une leucopénie, une anémie et une réticulocytose dose-dépendantes.
Chez le rat (Harlan-Wistar), la dose sans effet toxique (NOEL) a été de 0,1 mg/kg. Après l'administration de doses plus fortes, une leucocytopénie transitoire et une atrophie du thymus ont été observées. Il n'a pas été observé d'effets neurotoxiques chez le rongeur (souris, cobaye), y compris après l'administration de doses létales.
Potentiel mutagène et cancérogène :
Dans des systèmes modèles, le sulfate de vincristine s'est révélé mutagène in vitro et in vivo. La perturbation de la fonction du fuseau mitotique au cours de la division cellulaire induit une mauvaise distribution des chromosomes (aneuploïdie). On peut s'attendre à ce que ces effets se produisent également chez l'Homme.
Les études à long terme chez le rat et la souris (voie intrapéritonéale), toutefois insuffisamment documentées, n'ont montré aucun signe d'un potentiel cancérogène de la vincristine.
Chez l'Homme, la chimiothérapie intensive est associée à un risque accru de syndromes myélodysplasiques/leucémie aiguë myéloblastique. Dans le cadre d'un traitement en association avec des rayonnements ionisants et autres cytostatiques (en partie cancérogènes dans les études effectuées chez l'animal), le potentiel cancérogène de la vincristine ne peut être prouvé.
Toxicité pour la reproduction :
Dans les études effectuées chez l'animal (souris, hamster, singe Rhésus), des effets embryolétaux et tératogènes se sont produits au cours de l'organogenèse après l'administration de vincristine. Les données disponibles concernant l'utilisation de vincristine chez la femme enceinte sont insuffisantes. Environ 20 cas d'exposition à la vincristine (en association à d'autres antinéoplasiques) ont été décrits. Dans 6 cas seulement, l'exposition a eu lieu au cours du premier trimestre de la grossesse et un seul des enfants a montré des malformations des reins. Après l'exposition lors de la période fœtale, un cas de pancytopénie a été décrit.
On ne sait pas si la vincristine est excrétée dans le lait maternel.

Incompatibilités


DPINCOMPATIBILITÉS 

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique Modalités de manipulation et d'élimination.

La vincristine ne doit pas être diluée dans des solutions qui augmentent ou qui diminuent le pH en dehors de l'intervalle de 3,5 à 5 et elle ne doit pas être mélangée avec d'autres médicaments.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
2 ans.

A conserver à une température comprise entre 2 °C et 8 °C (au réfrigérateur).

Après ouverture/reconstitution/dilution : le produit doit être utilisé immédiatement.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Le personnel qui manipule la vincristine doit porter des vêtements de protection.

Tout contact avec la peau et les muqueuses doit être évité (porter des gants !). En cas de contact de la vincristine avec la peau, les muqueuses ou les yeux, laver immédiatement et abondamment à l'eau. Du savon peut être utilisé pour nettoyer la peau.

Tout médicament non utilisé ou tout produit entré en contact avec la vincristine doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur pour l'élimination des agents cytostatiques.

Les dépôts accumulés lors de la manipulation de la solution de vincristine avec l'acide sulfurique n'étaient plus mutagènes in vitro.

Avant d'être administrée, la solution injectable doit faire l'objet d'une inspection visuelle pour détecter la présence éventuelle de particules ou d'une décoloration.

La vincristine doit uniquement être diluée dans du chlorure de sodium à 0,9 % ou dans une solution de glucose à 5 %.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Médicament soumis à prescription hospitalière.
Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie.
Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMM3400932649983 (1983/97, RCP rév 09.10.2017).
  
Prix : 11,16 euros (boîte de 1 flacon).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
VINCRISTINE HOSPIRA 2 mg/2 ml sol inj I 100%
VINCRISTINE TEVA 1 mg/ml sol inj I 100% Générique