NEORECORMON 6000 UI sol inj en seringue préremplie

Mise à jour : 06 Septembre 2019
Classification pharmacothérapeutique VIDAL :
Urologie - Néphrologie : Insuffisance rénale : Antianémiques : Époétine : Cancérologie - Hématologie : Traitements associés : Stimulants de l'hématopoïèse : Facteurs de croissance érythrocytaire : époétine - Hémostase - Hématopoïèse - Hémoglobinopathies : Stimulants de l'hématopoïèse (Facteurs de croissance érythrocytaire : époétine)
Classification ATC :
SANG ET ORGANES HEMATOPOIETIQUES : PREPARATIONS ANTIANEMIQUES - AUTRES PREPARATIONS ANTIANEMIQUES : AUTRES PREPARATIONS ANTIANEMIQUES (ERYTHROPOÏETINE)
Statut
Commercialisé
Excipients : urée, sodium chlorure, polysorbate 20, phosphate monosodique dihydrate, phosphate disodique dodécahydrate, calcium chlorure dihydrate, glycine, leucine, isoleucine, thréonine, acide glutamique, eau ppi
Excipients à effet notoire :
EEN sans dose seuil : phénylalanine
AMM3531092
Présentation(s)NEORECORMON 6000 UI S inj en seringue préremplie Ser prér/0,3ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Modèle hospitalier
AMM3531092
Présentation(s)NEORECORMON 6000 UI S inj en seringue préremplie Ser prér/0,3ml
Conservation
Agréé aux Collectivités
Modèle hospitalier

Formes et présentations


FORMES et PRÉSENTATIONS 
Solution injectable SC ou IV à 500 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringue préremplie de 0,3 ml + aiguille 30G½, boîte unitaire ; modèle hospitalier.
Solution injectable SC ou IV à 2000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,3 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 3000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,3 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 4000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,3 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 5000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,3 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 6000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,3 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 10 000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,6 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 20 000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,6 ml + aiguilles 27G½, boîte de 6.
Solution injectable SC ou IV à 30 000 UI (incolore, transparente à légèrement opalescente) :  Seringues préremplies de 0,6 ml + aiguilles 27G½, boîte de 4.

Modèles hospitaliers (tous dosages) : Boîtes unitaires.

Composition


COMPOSITION 
 p seringuep ml
 en UIen µgen UI
Époétine bêta* 
5004,151667
ou
200016,66667
ou
300024,910 000
ou
400033,213 333
ou
500041,516 667
ou
600049,820 000
ou
10 0008316 667
ou
20 00016633 333
ou
30 00025050 000
Excipients (communs) : urée, chlorure de sodium, polysorbate 20, phosphate monosodique dihydraté, phosphate disodique dodécahydraté, chlorure de calcium dihydraté, glycine, L-leucine, L-isoleucine, L-thréonine, L-acide glutamique, L-phénylalanine, eau ppi.

Excipients à effet notoire : phénylalanine (jusqu'à 0,3 mg/seringue), sodium (moins de 1 mmol/seringue).


* Ou érythropoïétine humaine recombinante, produite par la technique de l'ADN recombinante sur une lignée de cellules d'ovaire de hamster chinois (CHO).

Indications


DCINDICATIONS 
NeoRecormon est indiqué dans :

Fertilité / grossesse / allaitement


DCFERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT 
Fertilité :

Les études chez l'animal n'ont pas montré d'effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryonnaire ou fœtal, l'accouchement ou le développement postnatal (cf Sécurité préclinique).


Grossesse :

Il n'existe pas de donnée sur l'utilisation de ce médicament chez la femme enceinte.

L'époétine bêta ne sera prescrit qu'avec prudence chez la femme enceinte.


Allaitement :

Aucune donnée n'est disponible. La décision de continuer/interrompre l'allaitement ou de continuer/interrompre le traitement par l'époétine bêta doit être prise en tenant compte du bénéfice de l'allaitement pour l'enfant au regard du bénéfice du traitement pour la mère.

Conduite et utilisation de machines


DCCONDUITE et UTILISATION DE MACHINES 
NeoRecormon n'a aucun effet sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Surdosage


DCSURDOSAGE 

La marge thérapeutique de NeoRecormon est très large. Même à des taux sériques très élevés, il n'a pas été observé de manifestations en rapport avec un surdosage.

Pharmacodynamie


PPPHARMACODYNAMIE 

Classe pharmacothérapeutique : Antianémique (code  ATC : B03XA01).

Mécanisme d'action :

L'érythropoïétine est une glycoprotéine qui stimule la formation des globules rouges à partir de leurs précurseurs spécifiques. Elle agit comme un facteur stimulant la mitose et comme une hormone de différenciation.

La composition en hydrates de carbone et en acides aminés de l'époétine bêta, la substance active de NeoRecormon, est identique à celle de l'érythropoïétine isolée à partir de l'urine des malades anémiques.

L'efficacité biologique de l'époétine bêta a été démontrée dans divers modèles animaux in vivo (rat normal et urémique, souris polycythémique, chien), après administration intraveineuse et sous-cutanée. Après administration d'époétine bêta, une augmentation du nombre d'hématies, de l'hémoglobine et des réticulocytes est observée ainsi qu'une augmentation du taux d'incorporation du 59Fe.

In vitro, une augmentation de l'incorporation de 3H-thymidine dans la rate érythronuclée (culture de cellules spléniques de la souris) a été rapportée après incubation avec l'époétine bêta. L'examen des cultures cellulaires de la moelle osseuse humaine a montré que l'époétine bêta stimule particulièrement l'érythropoïèse sans effet sur la leucopoïèse. Des actions cytotoxiques de l'époétine bêta sur la moelle osseuse ou les cellules de la peau humaine n'ont pas été détectées.

Après l'administration d'une dose unique d'époétine bêta, aucun effet sur le comportement ou l'activité locomotrice chez la souris ni sur les fonctions circulatoires ou respiratoires chez le chien n'a été observé.

Efficacité et sécurité clinique :

Dans une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo menée chez 4038 patients atteints d'insuffisance rénale chronique non dialysés et ayant un diabète de type II avec des taux d'hémoglobine ≤ 11 g/dl, les patients recevaient soit un traitement par darbepoetin alfa pour atteindre un taux d'hémoglobine de 13 g/dl soit un placebo (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).

L'objectif principal visant à démontrer une diminution du risque de mortalité de toutes causes, de la morbidité cardiovasculaire ou de l'insuffisance rénale terminale (IRT) n'a pas été atteint. L'analyse des composantes individuelles des critères d'évaluation composites a montré les HR (IC 95 %) suivants : décès 1,05 (0,92-1,21), accident vasculaire cérébral 1,92 (1,38-2,68), insuffisance cardiaque congestive 0,89 (0,74-1,08), infarctus du myocarde 0,96 (0,75-1,23), hospitalisation pour une ischémie du myocarde 0,84 (0,55-1,27), IRT 1,02 (0,87-1,18).

Des analyses post-hoc poolées d'études cliniques réalisées avec les ASEs ont été conduites chez des patients atteints d'insuffisance rénale chronique (dialysés, non dialysés, chez des patients diabétiques et non-diabétiques). Une tendance à l'augmentation des risques estimés de mortalité toutes causes, d'évènements cardiovasculaires et cérébrovasculaires a été observée en association à des doses cumulées d'ASE plus importantes, indépendamment du statut diabétique ou dialysé (cf Posologie et Mode d'administration, Mises en garde et Précautions d'emploi).

L'érythropoïétine est un facteur de croissance qui stimule essentiellement la production des érythrocytes. Des récepteurs à l'érythropoïétine peuvent être exprimés à la surface de diverses cellules tumorales.

La survie et la progression tumorale ont été évaluées dans cinq grandes études contrôlées impliquant 2833 patients au total. Parmi ces études, quatre étaient en double aveugle contrôlées versus placebo et une étude était en ouvert. Deux de ces études ont recruté des patients traités par chimiothérapie. Le taux d'hémoglobine cible était > 13 g/dl dans deux des études, et de 12 à 14 g/dl dans les trois autres études. Dans l'étude en ouvert, il n'y a pas eu de différence sur la survie globale entre les patients traités avec l'érythropoïétine humaine recombinante et le groupe contrôle. Dans les quatre études contrôlées versus placebo, le risque relatif pour la survie globale était compris entre 1,25 et 2,47 en faveur du groupe contrôle. Ces études ont montré une surmortalité inexpliquée, statistiquement significative par rapport au groupe contrôle chez les patients ayant une anémie associée à différents cancers fréquents et traités par une érythropoïétine humaine recombinante. Le résultat sur la survie globale dans ces études n'a pas pu être expliqué de façon satisfaisante par les différences d'incidence des thromboses et autres complications liées entre les patients ayant reçu une érythropoïétine humaine recombinante et ceux du groupe contrôle.

Une méta-analyse incluant les données individuelles de l'ensemble des 12 études cliniques contrôlées conduites avec NeoRecormon chez des patients cancéreux anémiques (n = 2301), a montré un risque relatif estimé pour la survie globale de 1,13 en faveur du groupe contrôle (IC 95 % : 0,87-1,46). Chez les patients ayant une hémoglobine initiale ≤ 10 g/dl (n = 899), le risque relatif estimé pour la survie était de 0,98 (IC 95 % : 0,68 à 1,40). Une augmentation du risque relatif d'événements thromboemboliques était observée dans la population globale (RR 1,62, IC 95 % : 1,13-2,31).

Une analyse des données patients a également été menée sur plus de 13 900 patients atteints de cancer (traités par chimiothérapie, radiothérapie, chimioradiothérapie, ou sans traitement) et participant à 53 études cliniques contrôlées impliquant plusieurs époétines. La méta-analyse des données de survie globale a conduit à un hazard ratio estimé à 1,06 en faveur des contrôles (IC 95 % : 1,00-1,12 ; 53 études et 13 933 patients) et pour les patients atteints de cancer recevant une chimiothérapie, le hazard ratio de la survie globale était de 1,04 (IC 95 % : 0,97-1,11 ; 38 études et 10 441 patients). De la même manière, la méta-analyse a indiqué une augmentation significative du risque relatif d'événements thromboemboliques chez les patients atteints de cancer et recevant une érythropoïétine recombinante humaine (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).

Dans de très rares cas, des anticorps anti-érythropoïétine neutralisants avec ou sans aplasie de la lignée rouge (PRCA) peuvent survenir au cours du traitement rHuEPO.

Pharmacocinétique


PPPHARMACOCINÉTIQUE 

Des études pharmacocinétiques chez des volontaires sains et chez l'insuffisant rénal ont montré que la demi-vie de l'époétine bêta après administration intraveineuse est de 4 à 12 heures et que le volume de distribution est égal à 1 à 2 fois le volume plasmatique. Des résultats comparables ont été trouvés dans les études chez le rat normal ou urémique.

Après administration sous-cutanée d'époétine bêta chez l'insuffisant rénal, l'absorption retardée aboutit à une concentration sérique en plateau, le pic étant observé en moyenne entre 12 et 28 heures. La demi-vie terminale est plus longue par voie sous-cutanée qu'après administration intraveineuse, avec une moyenne entre 13 et 28 heures.

La biodisponibilité de l'époétine bêta par voie sous-cutanée se situe entre 23 et 42 % par rapport à l'administration intraveineuse.

Sécurité préclinique


PPSÉCURITÉ PRÉCLINIQUE 

Sur la base des études classiques de tolérance pharmacologique, de toxicité après administration répétée, de génotoxicité et de toxicité sur la reproduction, les données non cliniques n'ont montré aucun risque particulier pour l'homme. Une étude de carcinogénicité chez la souris traitée par érythropoïétine homologue n'a montré aucun signe de potentiel prolifératif ou carcinogène.

Incompatibilités


DPINCOMPATIBILITÉS 

En l'absence d'études de compatibilité, NeoRecormon en seringue préremplie ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.

Modalités de conservation


DPMODALITÉS DE CONSERVATION 
Durée de conservation :
2 ans.

A conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

Conserver la seringue préremplie dans son emballage extérieur à l'abri de la lumière.

Pour l'usage en ambulatoire, le patient peut conserver le médicament en dehors du réfrigérateur et à température ambiante (ne dépassant pas + 25 °C) durant une période unique pouvant aller jusqu'à 3 jours.

Modalités manipulation / élimination


DPMODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION 

Se laver les mains.

Ce médicament est à usage unique. Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Prescription / délivrance / prise en charge


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE 
LISTE I
Médicament soumis à une prescription initiale hospitalière annuelle. La prescription initiale par un médecin exerçant dans un service de dialyse à domicile est également autorisée.
AMMEU/1/97/031/025 ; CIP 3400934984662 (500 UI/1 ser).
EU/1/97/031/029 ; CIP 3400935002754 (2000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/030 ; CIP 3400935002815 (2000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/031 ; CIP 3400935002983 (3000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/032 ; CIP 3400935003065 (3000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/041 ; CIP 3400935310637 (4000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/042 ; CIP 3400935310866 (4000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/033 ; CIP 3400935003126 (5000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/034 ; CIP 3400935003294 (5000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/043 ; CIP 3400935310927 (6000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/044 ; CIP 3400935311009 (6000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/035 ; CIP 3400935003355 (10 000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/036 ; CIP 3400935003416 (10 000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/037 ; CIP 3400935003584 (20 000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/038 ; CIP 3400935003645 (20 000 UI/6 ser).
EU/1/97/031/045 ; CIP 3400936346567 (30 000 UI/1 ser).
EU/1/97/031/046 ; CIP 3400936346628 (30 000 UI/4 ser).
RCP révisés le 15.03.2018.
  
Prix :77,00 euros (2000 UI/6 seringues).
114,70 euros (3000 UI/6 seringues).
152,40 euros (4000 UI/6 seringues).
190,13 euros (5000 UI/6 seringues).
227,84 euros (6000 UI/6 seringues).
378,68 euros (10 000 UI/6 seringues).
741,77 euros (20 000 UI/6 seringues).
741,77 euros (30 000 UI/4 seringues).

Médicament d'exception : prescription en conformité avec la fiche d'information thérapeutique.

Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Modèles hospitaliers (boîtes de 1 seringue) : Collect.


Titulaire de l'AMM : Roche Registration GmbH, Emil-Barell-Strasse 1, 79639 Grenzach-Wyhlen, Allemagne.

Médicament(s) proche(s)

Désignation Liste % Remb Type
Il n'y a pas de produit équivalent identifié