GYDRELLE 0,1 % crème vagin

Mise à jour : Mardi 31 août 2021
ESTRIOL 1 mg/dose crème vagin (GYDRELLE)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Gynécologie - Obstétrique : Ménopause - Substitution d'hormones : Estrogènes (Voie vaginale)
Classification ATC : SYSTEME GENITO URINAIRE ET HORMONES SEXUELLES : HORMONES SEXUELLES ET MODULATEURS DE LA FONCTION GENITALE - ESTROGENES : ESTROGENES NATURELS ET HEMISYNTHETIQUES NON ASSOCIES (ESTRIOL)
Substance
estriol
Excipients :
vaseline, cire émulsionnable non ionique au cétomacrogol 1000, paraffine liquide, glycine, sodium hydroxyde solution concentré, eau purifiée
Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  acide sorbique

Présentation
GYDRELLE 0,1 % Cr vag T/30g av applic

Cip : 3400934125942

Liste 2

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 30%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Crème vaginale à 0,1 % :  Tube de 30 g avec applicateur doseur.

COMPOSITION

 pour 100 g de crème
Estriol 
0,1 g
Excipients : vaseline, cire émulsionnable non ionique au cétomacrogol 1000, paraffine liquide, glycine, solution concentrée d'hydroxyde de sodium, acide sorbique, eau purifiée.
Excipient à effet notoire : acide sorbique.
DC

INDICATIONS

Traitement des symptômes d'atrophie vaginale due à une déficience en œstrogènes chez les femmes ménopausées.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Une tension mammaire persistante ou la production excessive de glaire cervicale sont les signes d'une posologie trop élevée.

Durant un traitement prolongé par les œstrogènes, des examens médicaux périodiques sont recommandés portant essentiellement sur : seins, utérus, frottis cervico-vaginaux, poids.

Pour le traitement des symptômes post-ménopausiques, le traitement hormonal substitutif (THS) ne doit être instauré que si ces symptômes altèrent la qualité de vie de la patiente. Dans tous les cas, une évaluation minutieuse de la balance bénéfice/risque doit être effectuée au moins une fois par an. Le THS ne peut être poursuivi que tant que le bénéfice est supérieur aux risques encourus.

Examen médical/surveillance :

Avant d'initier ou de réinstaurer un traitement hormonal substitutif (THS), il convient de procéder à un examen complet des antécédents médicaux personnels et familiaux. Un examen clinique (avec examen pelvien et mammaire) doit être pratiqué, en tenant compte des antécédents médicaux de la patiente, ainsi que des contre-indications et des mises en garde. Il est recommandé d'effectuer des examens médicaux réguliers, pendant toute la durée du traitement, dont la nature et la fréquence seront adaptées à chaque femme. Les femmes doivent être informées du type d'anomalies mammaires à signaler à leur médecin ou à leur infirmière (voir « Cancer du sein » ci-dessous). Des examens, y compris d'imagerie appropriée comme la mammographie, doivent être pratiqués selon les recommandations en vigueur et adaptés aux besoins cliniques de chaque patiente.

Pathologies ou facteurs de risques nécessitant un contrôle particulier :

Si l'une des affections suivantes survient, est survenue antérieurement et/ou s'est aggravée au cours d'une grossesse ou d'un traitement hormonal antérieur, la patiente doit être étroitement surveillée. Il doit être pris en compte que ces affections puissent récidiver ou s'aggraver pendant le traitement par GYDRELLE 0,1 POUR CENT, en particulier :

  • le léiomyome (fibromes utérins) ou l'endométriose ;
  • les antécédents ou facteurs de risque de troubles thromboemboliques (voir ci-après, rubrique « Thromboembolie veineuse ») ;
  • les facteurs de risque de tumeurs dépendantes des œstrogènes, par exemple hérédité du 1er degré pour le cancer du sein ;
  • l'hypertension artérielle ;
  • les affections hépatiques (par exemple l'adénome hépatique) ;
  • le diabète sucré avec ou sans atteinte vasculaire ;
  • la lithiase biliaire ;
  • la migraine ou les céphalées (sévères) ;
  • le lupus érythémateux disséminé ;
  • les antécédents d'hyperplasie endométriale (voir ci-après rubrique « Hyperplasie de l'endomètre et carcinome ») ;
  • l'épilepsie ;
  • l'asthme ;
  • l'otosclérose ou l'otospongiose.

Cas justifiant une interruption immédiate du traitement :

Le traitement doit être interrompu en cas de découverte d'une contre-indication et dans les situations suivantes :

  • ictère ou détérioration de la fonction hépatique ;
  • augmentation significative de la pression artérielle ;
  • survenue de céphalées de type migraine inhabituelle ;
  • grossesse.

GYDRELLE 0,1 POUR CENT est une préparation d'estriol à faible dose et agissant localement. Par conséquent, la survenue des affections mentionnées ci-dessous est moins probable qu'avec un traitement systémique aux œstrogènes.

Hyperplasie de l'endomètre et carcinome :

  • Chez les femmes dont l'utérus est intact, le risque d'hyperplasie de l'endomètre et de carcinome est accru lorsque les œstrogènes systémiques sont administrés seuls pendant des périodes prolongées.
  • Pour les produits à base d'œstrogènes destinés à une application vaginale dont l'exposition systémique à l'œstrogène reste dans les valeurs normales de la ménopause, il n'est pas recommandé d'ajouter un progestatif.
  • La sécurité d'emploi pour l'endomètre des œstrogènes administrés par voie vaginale lors d'une utilisation à long terme (plus d'un an) ou répétée est incertaine. Par conséquent, en cas de traitement répété, il doit être réévalué au moins une fois par an.
  • Une stimulation œstrogénique « non opposée » (sans progestérone) peut entraîner une transformation prémaligne ou maligne dans des foyers résiduels d'endométriose. Par conséquent, la prudence est recommandée lors de l'utilisation de ce produit chez les femmes ayant subi une hystérectomie suite à une endométriose, en particulier si une endométriose résiduelle est connue.
  • Si des saignements ou « spotting » surviennent pendant le traitement à quelque moment que ce soit, il faut en rechercher la cause ; il peut être nécessaire de pratiquer une biopsie de l'endomètre afin d'exclure une affection endométriale maligne.

Les risques suivants ont été associés à un THS systémique et s'appliquent dans une moindre mesure aux produits à base d'œstrogènes avec application vaginale dont l'exposition systémique à l'œstrogène reste dans les valeurs normales de la ménopause. Cependant, ils doivent être pris en compte en cas d'utilisation à long terme ou répétée de ce produit.

Cancer du sein :

  • Les données globales suggèrent un risque accru de cancer du sein chez les femmes prenant un THS combiné œstrogène-progestatif, mais éventuellement aussi chez celles utilisant un THS systémique par œstrogènes seuls. Ce risque est dépendant de la durée d'utilisation du THS.
  • L'excès de risque devient apparent après quelques années d'utilisation, mais revient au niveau du risque de référence quelques années (cinq ans maximum) après l'arrêt du traitement.

Cancer ovarien :

Le cancer ovarien est beaucoup plus rare que le cancer du sein.

Les données épidémiologiques d'une importante méta-analyse suggèrent un risque légèrement accru chez les femmes prenant un THS systémique à base d'œstrogènes seuls qui apparaît dans les cinq années suivant le début de l'utilisation et diminue progressivement après l'arrêt du traitement.

Thromboembolie veineuse :

  • Le THS systémique est associé à un risque de 1,3 à 3 plus élevé d'accidents thromboemboliques veineux (TEV), c.-à-d. de thrombose veineuse profonde ou d'embolie pulmonaire. La survenue d'un tel évènement est plus probable au cours de la première année d'utilisation du THS (cf Effets indésirables).
  • Les patientes présentant des troubles thrombophiliques connus ont un risque accru de TEV et le THS peut augmenter ce risque. Le THS est donc contre-indiqué chez ces patientes (cf Contre-indications).
  • Les facteurs de risque généralement reconnus pour la TEV comprennent l'utilisation d'œstrogènes, un âge avancé, une chirurgie majeure, une immobilisation prolongée, l'obésité (IMC > 30 kg/m2), une grossesse/période post-partum, un lupus érythémateux systémique (LES) et un cancer. Il n'existe aucun consensus quant au rôle possible des varices dans la TEV.
  • Comme pour tous les patients en postopératoire, des mesures prophylactiques doivent être envisagées pour prévenir la survenue d'une TEV après une chirurgie. Si une immobilisation prolongée doit suivre une chirurgie programmée, il est recommandé d'arrêter temporairement le THS 4 à 6 semaines avant l'intervention. Le traitement ne doit être repris qu'après mobilisation complète de la patiente.
  • Chez les femmes sans antécédents personnels de TEV, mais dont un parent au premier degré a des antécédents de thrombose à un jeune âge, le dépistage peut être proposé après un conseil avisé concernant ses limites (seule une partie des troubles de thrombophilie peut être identifiée par le dépistage).
  • Si un trouble thrombophilique est identifié, en plus d'antécédents de thrombose chez des membres de la famille, ou si le trouble est « sévère » (par exemple carence en antithrombine, en protéine S ou en protéine C ou une combinaison de plusieurs troubles), le THS est contre-indiqué.
  • Les femmes qui suivent déjà un traitement anticoagulant chronique nécessitent un examen attentif de la balance bénéfice/risque d'un THS.
  • Si un TEV se développe après l'instauration du traitement, le médicament doit être arrêté. Les patientes doivent être informées de contacter immédiatement leurs médecins si elles remarquent les symptômes d'un éventuel TEV thromboembolique (par exemple tuméfaction douloureuse d'un membre inférieur, douleur thoracique soudaine, dyspnée).

Maladie des artères coronaires :

Œstrogènes seuls :

Les données issues d'études randomisées contrôlées n'ont révélé aucune augmentation du risque de maladie coronarienne chez les femmes hystérectomisées prenant un traitement systémique à base d'œstrogènes seuls.

Accident ischémique cérébral :

Le traitement systémique à base d'œstrogènes seuls est associé à une augmentation jusqu'à 1,5 fois supérieure au risque d'accident ischémique cérébral. Le risque relatif ne varie ni avec l'âge, ni avec le temps écoulé depuis la ménopause. Cependant, le risque de référence d'accident vasculaire cérébral étant fortement dépendant de l'âge, le risque global d'accident vasculaire cérébral chez les femmes sous THS augmentera avec l'âge (cf Effets indésirables).

Autres précautions d'emploi :

  • Les œstrogènes peuvent provoquer une rétention liquidienne ; les patientes atteintes d'insuffisance cardiaque ou rénale doivent, par conséquent, être surveillées de près.
  • Les femmes présentant une hypertriglycéridémie préexistante doivent être surveillées de près pendant la prise d'œstrogène substitutive ou d'un traitement hormonal substitutif ; en effet, de rares cas d'élévation importante des taux de triglycérides plasmatiques entraînant une pancréatite ont été rapportés.
  • Les œstrogènes augmentent la globuline liant la thyroxine (« thyroxine-binding globulin » ou « TBG »), ce qui entraîne une augmentation de l'hormone thyroïdienne circulante, telle que mesurée par l'iode lié aux protéines, les taux de T4 (par colonne ou par radio-immunodosage) ou les taux de T3 (par radio-immunodosage). L'absorption de la résine T3 est réduite, ce qui reflète l'augmentation de la TBG. Les concentrations de T4 libre et de T3 libre ne sont pas altérées. D'autres protéines de liaison peuvent être élevées dans le sérum, comme la globuline liant les corticoïdes (« corticoid-binding globulin » ou « CBG »), la protéine transporteuse d'hormones sexuelles (« sex-hormone-binding globulin » ou « SHBG »), conduisant à une augmentation respectivement des corticoïdes et des stéroïdes sexuels circulants. Les concentrations d'hormone libre ou biologiquement actives sont inchangées. D'autres protéines plasmatiques peuvent être augmentées (substrat de rénine/angiotensinogène, alpha-1-antitrypsine, céruloplasmine).
  • L'utilisation d'un THS n'améliore pas la fonction cognitive. Il existe des données d'augmentation du risque de démence probable chez les femmes qui commencent à utiliser un THS combiné ou THS par œstrogènes seuls après l'âge de 65 ans.

Ce médicament contient de l'acide sorbique et peut provoquer des réactions cutanées locales (par exemple : dermatite de contact).

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Ce médicament n'est pas indiqué pendant la grossesse. Si une grossesse survient pendant le traitement par GYDRELLE 0,1 POUR CENT, le traitement doit être interrompu immédiatement.

A ce jour, les résultats de la plupart des études épidémiologiques concernant l'exposition fœtale accidentelle aux œstrogènes n'indiquent aucun effet tératogène ou fœtotoxique.

En cas de prise accidentelle au cours d'une grossesse, interrompre le traitement sans autre mesure.


Allaitement :

GYDRELLE 0,1 POUR CENT n'est pas indiqué pendant l'allaitement.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

En cas de surdosage, les symptômes peuvent inclure des mastodynies, des nausées, et des métrorragies. Un lavage vaginal pourra être envisagé. Le traitement est symptomatique.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation : 3 ans.

Pas de précautions particulières de conservation.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE II
AMM3400934125942 (1996, RCP rév 19.07.2021).
  
Prix :3,18 euros (tube de 30 g).
Remb Séc soc à 30 %. Collect.

Informations laboratoire

Laboratoires IPRAD PHARMA
7 avenue Gallieni, 94250 Gentilly
Tél : 01 42 49 57 57
Fax : 01 42 49 59 49
Site web : http://www.laboratoiresiprad.com
Voir la fiche laboratoire
Document utile1
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster