ERIVEDGE 150 mg gél

Mise à jour : Lundi 15 février 2021
VISMODEGIB 150 mg gél (ERIVEDGE)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 4

  • Guide Affection de Longue Durée
  • Synthèse d'avis HAS
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (2)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Cancérologie - Hématologie : Antinéoplasiques - Autres antinéoplasiques : Inhibiteur de la voie Hedgehog (Vismodégib)
Classification ATC : ANTINEOPLASIQUES ET IMMUNOMODULATEURS : ANTINEOPLASIQUES - AUTRES ANTINEOPLASIQUES : INHIBITEURS DE LA VOIE HEDGEHOG (VISMODEGIB)
Substance
vismodégib
Excipients :
cellulose microcristalline, sodium laurylsulfate, povidone K 29/32, sodium carboxyméthylamidon, talc, magnésium stéarate

colorant (gélule) :  fer noir oxyde, fer rouge oxyde, titane dioxyde

enveloppe de la gélule :  gélatine

encre d'impression :  encre noire, gomme laque

Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  lactose monohydrate

Présentation
ERIVEDGE 150 mg Gél Fl/28

Cip : 3400927476778

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 100%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Gélule à 150 mg (corps portant l'inscription « 150 mg », rose opaque ; coiffe portant l'inscription « VISMO » à l'encre noire, gris opaque ; taille n° 1 (dimensions : 19,0 x 6,6 mm)) : Flacon de 28, avec une fermeture sécurité enfant, boîte unitaire.

COMPOSITION

 p gélule
Vismodegib 
150 mg
Excipients : Contenu de la gélule : cellulose microcristalline, lactose monohydraté, laurilsulfate de sodium, povidone (K29/32), carboxyméthylamidon sodique (type A), talc, stéarate de magnésium. Enveloppe de la gélule : oxyde de fer noir (E172), oxyde de fer rouge (E172), dioxyde de titane (E171), gélatine. Encre d'impression : gomme laque, oxyde de fer noir (E172).

Excipient à effet notoire : lactose monohydraté (71,5 mg/gélule).

DC

INDICATIONS

Erivedge est indiqué pour le traitement des patients adultes atteints de :
  • carcinome basocellulaire métastatique symptomatique,
  • carcinome basocellulaire localement avancé pour lequel la chirurgie ou la radiothérapie ne sont pas appropriées (cf Pharmacodynamie).

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Mort embryofœtale ou anomalies congénitales sévères :
Erivedge peut entraîner la mort embryofœtale ou des anomalies congénitales sévères s'il est administré à une femme enceinte (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement). Il a été démontré que les inhibiteurs de la voie Hedgehog (cf Pharmacodynamie) tels que le vismodegib sont embryotoxiques et/ou tératogènes chez de nombreuses espèces animales et peuvent entraîner des malformations sévères, y compris des anomalies craniofaciales, de la ligne médiane et des membres (cf Sécurité préclinique). Erivedge ne doit pas être utilisé pendant la grossesse.
Critères définissant une femme en âge de procréer :
Une femme en âge de procréer est définie dans le programme de prévention de la grossesse de Erivedge comme une femme sexuellement mature qui :
  • a eu des menstruations à n'importe quel moment durant les 12 derniers mois consécutifs ;
  • n'a pas subi d'hystérectomie ou d'ovariectomie bilatérale ou qui n'est pas atteinte d'insuffisance ovarienne précoce médicalement confirmée ;
  • n'a pas de génotype XY, de syndrome de Turner, ou d'agénésie utérine ;
  • est en aménorrhée suite à un traitement anticancéreux, comprenant le traitement par Erivedge.
Information des patients :
Pour une femme en âge de procréer :
Erivedge est contre-indiqué chez la femme en âge de procréer ne respectant pas le programme de prévention de la grossesse de Erivedge.
Une femme en âge de procréer doit comprendre que :
  • Erivedge expose l'enfant à naître à un risque tératogène ;
  • elle ne doit pas prendre Erivedge si elle est enceinte ou envisage une grossesse ;
  • elle doit avoir un test de grossesse négatif, effectué par un professionnel de santé, dans les 7 jours précédant le début du traitement par Erivedge ;
  • elle doit avoir un test de grossesse négatif tous les mois durant le traitement, même si elle est en aménorrhée ;
  • elle ne doit pas être enceinte durant le traitement par Erivedge et pendant les 24 mois qui suivent sa dose finale ;
  • elle doit être capable de se conformer à des mesures de contraception efficaces ;
  • elle doit utiliser 2 méthodes de contraception recommandées (cf « Contraception » ci-dessous et rubrique Fertilité/Grossesse/Allaitement) pendant son traitement par Erivedge, à moins qu'elle ne s'engage à ne pas avoir de rapports sexuels (abstinence) ;
  • elle doit informer son professionnel de santé si l'un des événements suivants survient pendant le traitement et au cours des 24 mois qui suivent sa dose finale :
    • si elle est enceinte ou pense que, pour n'importe quelle raison, elle peut l'être,
    • si elle n'a pas ses règles,
    • si elle arrête sa méthode de contraception, sauf si elle s'engage à ne pas avoir de rapports sexuels (abstinence),
    • si elle a besoin de changer de méthode de contraception durant le traitement ;
  • elle ne doit pas allaiter pendant son traitement par Erivedge et pendant les 24 mois qui suivent sa dose finale.
Pour les hommes :
Le vismodegib est présent dans le sperme. Pour éviter toute exposition potentielle du fœtus pendant la grossesse, le patient de sexe masculin doit comprendre que :
  • Erivedge expose l'enfant à naître à un risque tératogène en cas de rapports sexuels non protégés avec une femme enceinte ;
  • il doit toujours utiliser la contraception recommandée (cf « Contraception » ci-dessous et rubrique Fertilité/Grossesse/Allaitement) ;
  • il informera son professionnel de santé si sa partenaire est enceinte pendant le traitement par Erivedge ou pendant les 2 mois qui suivent sa dose finale.
Pour les professionnels de santé :
Les professionnels de santé doivent former les patients afin qu'ils comprennent et reconnaissent toutes les conditions du programme de prévention de la grossesse de Erivedge.
Contraception :
Femmes en âge de procréer :
Les patientes doivent utiliser deux méthodes de contraception recommandées, dont une méthode très efficace et une méthode barrière durant le traitement par Erivedge et pendant les 24 mois qui suivent la dose finale (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Hommes :
Les patients de sexe masculin doivent toujours utiliser un préservatif (avec spermicide, si possible), même après une vasectomie, lors des rapports sexuels avec une partenaire pendant leur traitement par Erivedge et pendant les 2 mois qui suivent la dose finale (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).
Test de grossesse :
Chez la femme en âge de procréer, un test de grossesse médicalement supervisé, réalisé par un professionnel de santé, doit être effectué dans les 7 jours précédant l'initiation du traitement puis tous les mois durant le traitement. Les tests de grossesse doivent avoir une sensibilité minimale de 25 mUI/ml selon la disponibilité locale. Les patientes qui présentent une aménorrhée au cours du traitement par Erivedge doivent continuer à effectuer un test de grossesse tous les mois durant leur traitement.
Restrictions de prescription et de délivrance pour les femmes en âge de procréer :
La prescription et la délivrance initiales de Erivedge doivent avoir lieu dans un délai maximum de 7 jours suivant un test de grossesse négatif (jour du test de grossesse = jour 1). Les prescriptions de Erivedge doivent être limitées à 28 jours de traitement et la poursuite du traitement nécessite une nouvelle prescription.
Matériel éducationnel :
Afin d'aider les professionnels de santé et les patients à éviter toute exposition embryonnaire et fœtale à Erivedge, le titulaire de l'autorisation de mise sur le marché fournira un matériel éducationnel (programme de prévention de la grossesse de Erivedge) afin de renforcer les mises en garde relatives aux risques potentiels associés à l'utilisation de Erivedge.
Effets sur le développement postnatal :
Une fusion prématurée des épiphyses et une puberté précoce ont été rapportées chez des enfants exposés à Erivedge. En raison de la longue demi-vie d'élimination du médicament, ces évènements peuvent survenir ou progresser après l'arrêt du traitement. Chez des espèces animales, le vismodegib a entraîné la survenue de modifications sévères irréversibles sur les dents en croissance (dégénérescence/nécrose des odontoblastes, formation de kystes liquidiens dans la pulpe dentaire, ossification du canal radiculaire et hémorragie) et la fermeture de la plaque de croissance épiphysaire. Ces données sur la fusion prématurée des épiphyses indiquent un risque potentiel de petite taille et de malformations dentaires pour les nourrissons et les enfants (cf Sécurité préclinique).
Don du sang :
Les patients ne doivent pas effectuer de dons de sang durant leur traitement avec Erivedge et au cours des 24 mois qui suivent la dose finale.
Don de sperme :
Les patients de sexe masculin ne doivent pas effectuer de dons de sperme durant leur traitement par Erivedge et au cours des 2 mois qui suivent la dose finale.
Interactions :
Le traitement concomitant par des inducteurs forts des CYP (exemple : rifampicine, carbamazépine ou phenytoïne) doit être évité, car un risque de diminution des concentrations plasmatiques et de diminution de l'efficacité du vismodegib ne peut être exclu (cf Interactions).
Effets indésirables cutanés sévères :
Des effets indésirables cutanés sévères incluant des cas de syndrome de Stevens-Johnson/Nécrolyse Epidermique Toxique (SSJ/NET), de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse systémique avec éosinophilie (Syndrome DRESS) et de pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG), pouvant menacer le pronostic vital, ont été rapportés depuis la commercialisation (cf Effets indésirables). Si le patient a présenté l'une de ces réactions lors de l'utilisation de vismodegib, celui-ci ne doit plus jamais être réintroduit chez ce patient.
Précautions complémentaires :
Les patients doivent être formés à ne jamais donner ce médicament à une autre personne. Toute gélule non utilisée à la fin du traitement doit être éliminée immédiatement par le patient conformément à la réglementation en vigueur (le cas échéant, par exemple, en rapportant les gélules à son pharmacien ou médecin).
Excipients :
Les gélules de Erivedge contiennent du lactose monohydraté. Les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit total en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies héréditaires rares) ne doivent pas prendre ce médicament.
Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose, c'est-à-dire essentiellement « sans sodium ».

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Femmes en âge de procréer :

Compte tenu du risque de mort embryofœtale ou d'anomalies congénitales sévères causé par le vismodegib, les femmes traitées par Erivedge ne doivent pas être enceintes ou le devenir durant le traitement et pendant les 24 mois qui suivent la dose finale (cf Contre-indications, Mises en garde et Précautions d'emploi).

Erivedge est contre-indiqué chez les femmes en âge de procréer ne respectant pas le programme de prévention de la grossesse de Erivedge.

En cas de grossesse ou d'absence de menstruations :
Si la patiente est enceinte, a une absence de menstruations, ou est suspecte pour n'importe quelle raison d'être enceinte, elle doit en aviser immédiatement son médecin traitant.
L'absence persistante de menstruations au cours du traitement par Erivedge doit être considérée comme indiquant une grossesse, jusqu'à évaluation médicale et confirmation.

Contraception chez les hommes et les femmes :
Femmes en âge de procréer :
Une femme en âge de procréer doit être capable de se conformer à des mesures de contraception efficaces. Elle doit utiliser deux méthodes de contraception recommandées, dont une méthode très efficace et une méthode barrière durant le traitement par Erivedge et pendant les 24 mois qui suivent la dose finale. Les femmes en âge de procréer, dont les menstruations sont irrégulières ou interrompues, doivent suivre toutes les recommandations de contraception efficace.
Hommes :
Le vismodegib est présent dans le sperme. Afin d'éviter toute exposition potentielle du fœtus pendant la grossesse, les patients de sexe masculin doivent toujours utiliser un préservatif (avec spermicide, si possible), même après une vasectomie, lors des rapports sexuels avec une partenaire durant leur traitement par Erivedge et pendant les 2 mois qui suivent la dose finale.
Les formes suivantes sont des formes recommandées de méthodes très efficaces :
  • l'injection hormonale à forme retard ;
  • la stérilisation tubaire ;
  • la vasectomie ;
  • le dispositif intra-utérin (DIU).
Les formes suivantes sont des formes recommandées de méthodes barrières :
  • tout préservatif masculin (avec un spermicide si possible) ;
  • le diaphragme (avec spermicide si possible).

Grossesse :

Erivedge peut entraîner la mort embryofœtale ou des anomalies congénitales sévères s'il est administré à une femme enceinte (cf Mises en garde et Précautions d'emploi). Il a été démontré que les inhibiteurs de la voie Hedgehog (cf Pharmacodynamie) tels que le vismodegib sont embryotoxiques et/ou tératogènes chez de nombreuses espèces animales et peuvent entraîner des malformations sévères, y compris des anomalies craniofaciales, de la ligne médiane et des membres (cf Sécurité préclinique). En cas de grossesse chez une femme traitée par Erivedge, le traitement doit être arrêté immédiatement.


Allaitement :

Le taux de passage de vismodegib excrété dans le lait maternel n'est pas connu. En raison du risque potentiel d'entrainer des anomalies sévères du développement, les femmes ne doivent pas allaiter durant le traitement avec Erivedge et pendant les 24 mois qui suivent la dose finale (cf Contre-indications, Sécurité préclinique).

Fertilité :

La fertilité féminine peut être compromise lors d'un traitement par Erivedge (cf Sécurité préclinique). La réversibilité en cas d'altération de la fertilité n'est pas connue. De plus, des aménorrhées ont été observées dans des essais cliniques chez des femmes en âge de procréer (cf Effets indésirables). Des stratégies de préservation de la fertilité doivent être discutées avec les femmes en âge de procréer, avant de démarrer un traitement par Erivedge.

Il n'est pas attendu d'altération de la fertilité masculine (cf Sécurité préclinique).


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Erivedge n'a aucun effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Erivedge a été administré à des doses 3,6 fois supérieures à la dose recommandée de 150 mg par jour. Il n'a été observé aucune augmentation des concentrations plasmatiques de vismodegib ni aucune toxicité au cours de ces essais cliniques.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Le profil de sécurité préclinique de Erivedge a été évalué chez la souris, le rat et le chien.

Toxicité à doses répétées :
En général, la tolérance de Erivedge dans les études de toxicité en doses répétées chez le rat et le chien était limitée par des manifestations non spécifiques de toxicité incluant la perte de poids et d'appétit. Des résultats complémentaires, à des expositions cliniquement pertinentes, indiquaient des modifications des fèces, des spasmes ou des tremblements musculaires, une alopécie, des œdèmes, une hyperkératose folliculaire et une inflammation des coussinets des pattes, et une augmentation du LDL et HDL cholestérol. Une diminution de l'hématocrite ou du nombre de plaquettes a été observée chez certains chiens à des expositions cliniquement pertinentes ; cependant il n'a pas été mis en évidence d'effet primitif sur la moelle osseuse chez les animaux concernés.
Carcinogénicité :
Des études de carcinogénicité ont été menées chez la souris et le rat. Un potentiel carcinogène a été identifié chez le rat uniquement et s'est limité à des tumeurs bénignes du follicule pileux, y compris des pilomatricomes et des kératoacanthomes à respectivement ≥ 0,1 fois et ≥ 0,6 fois l'AUC (0-24 h) à l'état d'équilibre de la dose recommandée chez l'homme. Aucune tumeur maligne n'a été identifiée chez les deux espèces testées. Aucun cas de tumeur bénigne du follicule pileux n'a été rapporté dans les essais cliniques menés avec Erivedge et la pertinence de cette observation chez l'homme est incertaine.
Mutagénicité :
Aucune preuve de génotoxicité n'a été identifiée lors de tests in vitro (mutations bactériennes [test d'Ames], aberrations chromosomiques sur lymphocytes humains) ni lors du test des micronoyaux in vivo sur la moelle osseuse de rat.
Fertilité :
Dans une étude spécifique de fertilité chez le rat traité pendant 26 semaines par vismodegib, une augmentation significative du poids absolu des vésicules séminales et une réduction du poids absolu de la prostate ont été observées. De plus, le rapport entre le poids des organes et le poids corporel a été significativement augmenté pour l'épididyme, la queue de l'épididyme, les testicules et les vésicules séminales. Dans la même étude, aucune observation histopathologique n'a été relevée sur les organes reproducteurs mâles et aucun effet sur les critères d'évaluation de la fertilité masculine, y compris le pourcentage de spermatozoïdes mobiles, n'a été observé à la dose de 100 mg/kg/jour à la fin de l'administration ou de la phase de récupération (correspondant à 1,3 fois l'AUC0 - 24h de l'état d'équilibre à la dose recommandée chez l'homme). En outre, dans les études de toxicité générales chez le rat et le chien sexuellement matures traités jusqu'à 26 semaines par vismodegib, aucun effet sur les organes reproducteurs mâles n'a été observé. La relation entre l'augmentation du nombre de cellules germinales dégénérescentes ainsi que l'hypospermie observées chez le chien sexuellement immature à des doses ≥ 50 mg/kg/jour dans l'étude de toxicité générale de 4 semaines et le vismodegib n'a pas été établie.
Dans une étude spécifique de fertilité chez le rat traité pendant 26 semaines, des effets reliés au vismodegib ont été observés à 100 mg/kg/jour immédiatement après l'arrêt du traitement sur les organes reproducteurs femelles, incluant une diminution des implantations, une augmentation du pourcentage de perte pré-implantatoire et une diminution du nombre de femelles porteuses d'embryons viables. Ces résultats n'étaient pas observés après une période de récupération de 16 semaines. Aucune corrélation histopathologique n'a été observée. L'exposition chez la rate à 100 mg/kg correspond à 1,2 fois l'AUC0 - 24h de l'état d'équilibre à la dose recommandée chez l'homme. En outre, dans l'étude de toxicité générale de 26 semaines de vismodegib, une diminution du nombre de corps jaunes a été observée à la dose de 100 mg/kg/jour ; l'effet n'était pas inversé après la période de récupération de 8 semaines.
Tératogénicité :
Dans une étude de développement embryofœtal au cours de laquelle des rates en gestation ont reçu du vismodegib quotidiennement durant l'organogenèse, le vismodegib a traversé le placenta et a été très toxique pour le fœtus. Des malformations, comprenant des anomalies craniofaciales, une ouverture du périnée, une absence ou une fusion de doigts ont été observées chez les fœtus des femelles ayant reçu une dose qui correspondait à 20 % de l'exposition équivalente à l'état d'équilibre chez l'homme. Une incidence de 100 % de mort fœtale a été observée à des doses plus élevées.
Développement postnatal :
Des études évaluant le potentiel du vismodegib à affecter le développement postnatal n'ont pas été conduites. Cependant, des anomalies irréversibles sur les dents en croissance et une soudure prématurée du cartilage de conjugaison fémoral, observées lors des études de toxicité chez le rat à des expositions cliniquement pertinentes, représentent un risque sur le développement postnatal.
DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
4 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.

Conserver le flacon soigneusement fermé à l'abri de l'humidité.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Tout médicament non utilisé doit être éliminé immédiatement à la fin du traitement par le patient, conformément à la réglementation en vigueur (si applicable, par exemple, en rapportant les gélules au pharmacien ou au médecin).

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Médicament soumis à prescription hospitalière.
Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie.
Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement :
  • pour tous les patients : la prescription nécessite la signature de l'accord de soins ;
  • pour les femmes susceptibles de procréer :
    • la prescription est limitée à 1 mois de traitement ;
    • un test de grossesse doit être réalisé tous les mois, dans les 7 jours précédant l'initiation du traitement, puis tous les mois durant le traitement ;
    • la délivrance doit être effectuée au plus tard 7 jours après la prescription et après avoir vérifié la date et le résultat du test de grossesse.
AMMEU/1/13/848/001 ; CIP 3400927476778 (2013 RCP rév 03.09.2020).
  
Prix :4363,91 euros (28 gélules).
Remb Séc soc à 100 %. Collect.

Titulaire de l'AMM : Roche Registration GmbH, Emil-Barell-Strasse 1, 79639 Grenzach-Wyhlen, Allemagne.

Informations laboratoire

ROCHE
4, cours de l'île Seguin. 92650 Boulogne-Billancourt cdx
Tél : 01 47 61 40 00
Fax : 01 47 61 77 00
Info médic et pharma : Tél : 01 47 61 47 61
Pharmacovigilance :
Tél : 01 47 61 47 00
Fax : 01 47 61 77 77
Logistique produits et approvisionnement d'urgence :
Tél : 01 47 61 61 61
Fax : 01 47 61 77 44
E-mail : france.macommande@roche.com

Voir la fiche laboratoire
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster