DUODOPA 20 mg/ml + 5 mg/ml gel intestin

Mise à jour : Lundi 03 janvier 2022
CARBIDOPA 5 mg/ml + LEVODOPA 20 mg/ml gel intestin (DUODOPA)
Commercialisé

MONOGRAPHIE

Documents de référence 5

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (5)

SYNTHÈSE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Neurologie - Antiparkinsoniens : Dopaminergiques (Lévodopa + inhibiteur de la dopadécarboxylase)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANTIPARKINSONIENS - DOPAMINERGIQUES : DOPA ET DERIVES (LEVODOPA ET INHIBITEUR DE LA DECARBOXYLASE)
Substances
lévodopa
carbidopa monohydrate
Excipients :
carmellose sodique, eau purifiée
Présentation
DUODOPA 20 mg/ml + 5 mg/ml Gel intestinal 7Sach/100ml

Cip : 3400936511002

Modalités de conservation : Avant ouverture : 2° < t < 8° durant 15 semaines (Conserver à l'abri de la lumière, Conserver dans son emballage, Conserver au réfrigérateur)

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Gel intestinal (blanc cassé à légèrement jaune) : Sachets de 100 ml contenus dans une cassette protectrice, boîte de 7.

COMPOSITION

 p ml
Lévodopa 
20 mg
Carbidopa monohydratée exprimée en carbidopa 
5 mg
Excipients : carmellose sodique, eau purifiée.

100 ml de gel contiennent 2000 mg de lévodopa et 500 mg de carbidopa (sous forme monohydratée).

DC

INDICATIONS

Traitement de la maladie de Parkinson à un stade avancé avec fluctuations motrices et hyperkinésie ou dyskinésie sévères et répondant à la lévodopa, lorsque les associations disponibles d'antiparkinsoniens n'ont pas donné de résultats satisfaisants.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

CONTRE-INDICATIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Les mises en garde et précautions applicables à Duodopa sont les mêmes que pour les autres formes pharmaceutiques de lévodopa.

  • Duodopa n'est pas recommandé pour le traitement des syndromes extrapyramidaux induits par les médicaments.
  • Le traitement par Duodopa doit être administré avec précaution chez les patients présentant une maladie cardiovasculaire ou pulmonaire sévère, un asthme bronchique, une maladie rénale, hépatique ou endocrinienne, ou des antécédents d'ulcère gastro-duodénal ou de convulsions.
  • Chez les patients présentant des antécédents d'infarctus du myocarde avec des arythmies nodales ou ventriculaires résiduelles, la fonction cardiaque doit être surveillée avec un soin particulier pendant la période d'ajustement de la posologie initiale.
  • Tous les patients traités par Duodopa doivent être étroitement surveillés afin de déceler le développement éventuel d'altérations de l'état mental, de dépression avec tendances suicidaires, ou d'autres changements psychiques graves. Les patients présentant des antécédents ou des symptômes de psychose doivent être traités avec précaution.
  • L'administration concomitante de neuroleptiques inhibiteurs des récepteurs de la dopamine, en particulier les antagonistes des récepteurs D2, doit être effectuée avec précaution, et le patient doit être surveillé étroitement afin de contrôler l'apparition éventuelle d'une perte de l'effet antiparkinsonien ou d'une aggravation des symptômes parkinsoniens (cf également Interactions).
  • Des patients souffrant de glaucome chronique à angle ouvert peuvent être traités par Duodopa avec précaution, à condition que la pression intraoculaire soit convenablement contrôlée et surveillée afin de détecter les éventuels changements de la pression intraoculaire.
  • Duodopa peut induire une hypotension orthostatique. Par conséquent, Duodopa sera administré avec précaution chez les patients recevant d'autres médicaments susceptibles de provoquer une hypotension orthostatique (cf Interactions).
  • La lévodopa a été associée à une somnolence ainsi qu'à des épisodes d'endormissement soudain chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, par conséquent la conduite d'un véhicule ou l'utilisation de machines doit être effectuée avec précaution chez ces patients (cf Conduite et Utilisation de machines).
  • Un symptôme complexe évoquant le syndrome malin des neuroleptiques, comprenant une rigidité musculaire, une augmentation de la température corporelle, des changements psychiques (par exemple agitation, confusion, coma) et une augmentation des concentrations sériques de créatine phosphokinase, a été notifié lors de l'arrêt brutal de médicaments antiparkinsoniens. Une rhabdomyolyse secondaire à un syndrome malin des neuroleptiques ou une dyskinésie sévère ont été observées rarement chez des patients souffrant de la maladie de Parkinson. Par conséquent, les patients doivent être étroitement observés lorsque la posologie des associations lévodopa/carbidopa est brutalement réduite ou interrompue, en particulier si le patient est traité par des neuroleptiques. Il n'a été rapporté ni syndrome malin des neuroleptiques ni rhabdomyolyse en association avec Duodopa.
  • Les patients doivent être régulièrement surveillés afin de déceler le développement éventuel d'un trouble du contrôle des pulsions. Les patients et les soignants doivent être informés que chez des patients traités par des agonistes dopaminergiques et/ou des traitements dopaminergiques contenant de la lévodopa, dont Duodopa, il est possible que surviennent des symptômes comportementaux liés à un trouble du contrôle des pulsions tels que jeu pathologique, augmentation de la libido, hypersexualité, dépenses ou achats compulsifs, consommation excessive de nourriture et alimentation compulsive. Il est recommandé de revoir le traitement si de tels symptômes apparaissent.
  • Des études épidémiologiques ont montré que les patients atteints de la maladie de Parkinson ont un risque plus élevé de développer un mélanome que la population générale. On ne sait pas si l'augmentation observée du risque est due à la maladie de Parkinson ou à d'autres facteurs, tels que les médicaments utilisés pour traiter cette maladie. Les patients et les médecins devront donc surveiller régulièrement la survenue éventuelle de mélanomes pendant l'utilisation de Duodopa, quelle que soit l'indication. Idéalement, des examens cutanés périodiques devront être réalisés par des personnes dûment qualifiées (dermatologues, par exemple).
  • Si une anesthésie générale est nécessaire, le traitement par Duodopa peut être poursuivi aussi longtemps que le patient est autorisé à prendre des liquides et des médicaments par voie orale. Si le traitement doit être interrompu temporairement, Duodopa peut être repris à la même dose qu'auparavant dès que la prise orale de liquides est autorisée.
  • La dose de Duodopa peut devoir être réduite afin d'éviter la dyskinésie induite par la lévodopa.
  • Une évaluation périodique des fonctions hépatique, hématopoïétique, cardiovasculaire et rénale est recommandée au cours d'un traitement prolongé par Duodopa.
  • Duodopa contient de l'hydrazine, un produit de dégradation de la carbidopa qui peut être génotoxique et éventuellement carcinogène. La dose journalière moyenne recommandée de Duodopa est de 100 ml, soit 2 g de lévodopa et 0,5 g de carbidopa. La dose journalière maximale recommandée est de 200 ml. Ceci correspond à une exposition à l'hydrazine allant jusqu'à 4 mg/j en moyenne, et 8 mg/j au maximum. Les conséquences cliniques de cette exposition à l'hydrazine ne sont pas connues.
  • En cas d'antécédent de chirurgie dans la partie supérieure de l'abdomen, des difficultés peuvent être rencontrées pour effectuer une gastrostomie ou une jéjunostomie.
  • Les complications rapportées dans les études cliniques et observées après la mise sur le marché incluent : abcès, bézoard, iléus, érosion/ulcère du site d'implantation, hémorragie intestinale, ischémie intestinale, obstruction intestinale, perforation intestinale, invagination intestinale, pancréatite, péritonite, pneumonie (incluant pneumopathie d'inhalation), pneumopéritoine, infection de la plaie postopératoire et septicémie. Les bézoards sont des concrétions d'aliments indigestes (tels que des fibres non digestibles émanant de légumes ou de fruits) retenus dans le tractus digestif. La plupart des bézoards sont retrouvés dans l'estomac mais les bézoards peuvent être rencontrés n'importe où dans le tractus digestif. Un bézoard situé près de l'extrémité du jéjunum peut être à l'origine d'une obstruction intestinale ou de la formation d'une invagination intestinale. Une douleur abdominale peut être un symptôme des complications mentionnées ci-dessus. Certains événements peuvent avoir des conséquences graves, comme la nécessité d'une intervention chirurgicale et/ou le décès. Les patients doivent informer leur médecin s'ils présentent l'un quelconque des symptômes associés aux événements ci-dessus.
  • Une diminution de la capacité à manipuler le système (pompe, connexions tubulaires) peut entraîner des complications. Chez ces patients, un prestataire de soins (par exemple une infirmière, une aide-soignante ou un parent proche) doit assister le patient.
  • Une aggravation brutale ou graduelle de la bradykinésie peut indiquer une obstruction du dispositif pour une raison quelconque, et nécessiter une investigation.
  • Le Syndrome de Dysrégulation Dopaminergique (SDD) est un trouble addictif résultant en une utilisation abusive du produit, observé chez certains patients traités par carbidopa/lévodopa. Avant l'initiation du traitement, les patients et les soignants doivent être avertis du risque potentiel de développer un SDD (cf aussi Effets indésirables).
  • Une polyneuropathie a été rapportée chez des patients traités par le gel intestinal de lévodopa/carbidopa. Avant et régulièrement après avoir débuté le traitement, les patients doivent être évalués à la recherche d'antécédents ou de signes d'une polyneuropathie et de facteurs de risque connus.
DC

INTERACTIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Il n'existe pas de données, ou il existe des données limitées, sur l'utilisation de l'association lévodopa/carbidopa chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique). Duodopa n'est pas recommandé pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de contraception sauf si les bénéfices pour la mère dépassent les risques éventuels pour le fœtus.


Allaitement :

La lévodopa et peut-être les métabolites de la lévodopa sont excrétés dans le lait maternel. Des données montrent que la lactation est supprimée au cours d'un traitement par la lévodopa.

On ne sait pas si la carbidopa ou ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel. Les études chez l'animal ont mis en évidence l'excrétion de la carbidopa dans le lait.

Il n'y a pas de données suffisantes sur les effets de l'association lévodopa/carbidopa ou de leurs métabolites chez les nouveau-nés/nourrissons. L'allaitement doit être interrompu au cours du traitement par Duodopa.

Fertilité :

Aucun effet indésirable sur la fertilité n'a été observé lors des études précliniques avec la carbidopa ou la lévodopa non combinée. Les études de fertilité menées chez les animaux n'ont pas été conduites avec l'association lévodopa et carbidopa.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Duodopa peut avoir une influence importante sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. La lévodopa et la carbidopa peuvent provoquer des vertiges et une hypotension orthostatique. Par conséquent, la conduite de véhicules et l'utilisation de machines doivent être effectuées avec précaution. Aussi, il doit être conseillé aux patients traités par Duodopa présentant une somnolence et/ou des épisodes d'endormissement soudain de s'abstenir de conduire ou d'exercer une activité (par exemple utiliser des machines) où une altération de la vigilance pourrait les exposer eux-mêmes ou exposer d'autres personnes à un risque d'accident grave ou de décès, jusqu'à ce que ces épisodes ou cette somnolence à répétition aient disparu (cf également Mises en garde et Précautions d'emploi).
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

DC

SURDOSAGE

Les principaux symptômes d'un surdosage de lévodopa/carbidopa sont les dystonies et les dyskinésies. Le blépharospasme peut être un signe précoce de surdosage.

Le traitement d'un surdosage aigu de Duodopa est généralement le même que celui d'un surdosage aigu de lévodopa. Cependant, la pyridoxine n'a aucun effet antagoniste sur l'action de Duodopa.

Une surveillance électrocardiographique doit être utilisée et le patient doit faire l'objet d'un suivi attentif afin de déceler l'éventuel développement d'arythmies cardiaques ; le cas échéant, un traitement antiarythmique approprié doit être mis en place. La possibilité d'association médicamenteuse doit être prise en considération. Actuellement, aucune expérience de traitement par dialyse n'a été rapportée, par conséquent son intérêt dans le traitement d'un surdosage n'est pas connu.

PP

PHARMACODYNAMIE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Les données précliniques n'ont montré aucun risque particulier chez l'homme sur la base d'études standards portant sur la sécurité d'emploi et la pharmacologie, la toxicité à doses répétées, la génotoxicité et le potentiel carcinogène. Au cours des études sur la toxicité sur la reproduction, la lévodopa comme l'association carbidopa/lévodopa ont provoqué des malformations viscérales et squelettiques chez le lapin.

L'hydrazine est un produit de dégradation de la carbidopa. Au cours des études chez l'animal, l'hydrazine a montré une toxicité systémique notable, en particulier en cas d'exposition par inhalation. Ces études ont mis en évidence une hépatotoxicité de l'hydrazine, une toxicité au niveau du système nerveux central (bien que non retrouvée après traitement par voie orale), et une génotoxicité ainsi qu'un pouvoir carcinogène (cf également rubrique Mises en garde et Précautions d'emploi).

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation avant ouverture : 15 semaines.

A conserver et transporter réfrigéré (entre 2 °C et 8 °C).

Conserver la cassette dans l'emballage extérieur, à l'abri de la lumière.

Après ouverture : Utiliser immédiatement. Le produit doit être utilisé pendant 24 heures au maximum une fois sorti du réfrigérateur. Éliminer tout produit non utilisé.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Cassettes à usage unique.

Ne pas réutiliser une cassette ouverte.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Les cassettes vides/utilisées devront être restituées à la pharmacie pour destruction.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMM3400936511002 (2004, RCP rév 04.01.2021).
Collect.
Prix ou tarif de responsabilité (HT) par UCD :UCD 3400892680002 (sachet) : 73,338 euros.
Inscrit sur la liste de rétrocession, avec prise en charge à 65 %.

Informations laboratoire

AbbVie
10, rue d'Arcueil. 94528 Rungis cdx
Tél : 01 45 60 13 00
Information Médicale et Scientifique :
0 800 00 12 89 : Service & appel gratuits
Pharmacovigilance :
Tél : 01 45 60 27 12
Voir la fiche laboratoire
Document utile1
VIDAL Recos 1
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster