DIPROLENE 0,05 % pom

Mise à jour : Jeudi 29 juillet 2021
BETAMETHASONE (dipropionate) 0,05 % pom (DIPROLENE)
Commercialisé
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 3

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (3)

SYNTHÈSE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Dermatologie : Dermocorticoïdes : Dermocorticoïdes non associés : Corticoïdes d'activité très forte : Psoriasis - Voie locale : Corticoïdes (Corticoïdes d'activité très forte)
Classification ATC : MEDICAMENTS DERMATOLOGIQUES : CORTICOIDES, PREPARATIONS DERMATOLOGIQUES - CORTICOIDES NON ASSOCIES : CORTICOIDES D'ACTIVITE FORTE (GROUPE III) (BETAMETHASONE)
Excipients :
propylèneglycol stéarate, cire blanche, vaseline blanche
Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  propylèneglycol

Présentation
DIPROLENE 0,05 % Pom T/15g

Cip : 3400932758265

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 65%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Pommade à 0,05 % :  Tube de 15 g.

COMPOSITION

 p 100 g
Bétaméthasone 
0,05 g
(soit en dipropionate de bétaméthasone micronisé : 0,064 g)
Excipients : propylèneglycol (E1520), cire blanche, stéarate de propylèneglycol (E477), vaseline blanche.

Excipient à effet notoire : ce médicament contient 100,0 mg de propylène glycol (E1520) et 20,0 mg de stéarate de propylène glycol (E477) dans chaque gramme de pommade, ce qui équivaut à 1566 mg de propylène glycol par unité (tube de 15 g).

DC

INDICATIONS

  • Lésions cortico-sensibles, limitées en surface, ayant résisté à un corticoïde de la catégorie inférieure.
  • Plaques limitées et résistantes de psoriasis, particulièrement dans leurs localisations palmo-plantaires, de lichénifications (névrodermites), de lupus érythémateux discoïde, de lichens.
  • Cicatrices hypertrophiques.
Remarque : après un traitement d'attaque généralement bref, le relais est éventuellement assuré par un corticoïde d'une classe inférieure.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI


Mises en garde :
  • L'utilisation prolongée sur le visage des corticoïdes de classe I, II et III expose à la survenue d'une dermite cortico-induite et paradoxalement cortico-sensible, avec rebond après chaque arrêt. Un sevrage progressif, particulièrement difficile, est alors nécessaire.
  • En raison de la force d'action de ce corticoïde, en cas d'utilisation sur de grandes surfaces ou sous occlusion, une absorption importante du produit avec un passage dans la circulation peut se produire entraînant les effets systémiques d'une corticothérapie par voie buccale ou parentérale (particulièrement chez le nourrisson et l'enfant en bas âge : cf Contre-indications), et notamment une freination passagère de la fonction surrénalienne (syndrome cushingoïde et ralentissement de la croissance) ; ces accidents disparaissent à l'arrêt du traitement, mais un arrêt brutal peut être suivi d'une insuffisance surrénale aiguë.
  • Chez l'enfant, le traitement ne peut être qu'exceptionnel et sous une stricte surveillance.
Précautions d'emploi :
  • Il faut se méfier particulièrement des phénomènes d'occlusion spontanés pouvant survenir dans les plis ou sous les culottes imperméables.
  • En cas d'infection bactérienne ou mycosique d'une dermatose corticosensible, il convient soit de faire précéder l'utilisation du corticoïde d'un traitement spécifique, soit éventuellement, et dans certains cas seulement, d'utiliser une association corticoïde et traitement spécifique.
  • Si une intolérance locale apparaît, le traitement doit être interrompu et la cause doit en être recherchée.
  • En cas d'application palpébrale, la durée du traitement doit être limitée. Une application prolongée expose en effet à des risques de ptosis par atteinte musculaire du releveur de la paupière, de glaucome, d'effet rebond.

Des troubles visuels peuvent apparaître lors d'une corticothérapie par voie systémique ou locale (notamment par voie nasale, inhalée et intra-oculaire). En cas de vision floue ou d'apparition de tout autre symptôme visuel apparaissant au cours d'une corticothérapie, un examen ophtalmologique est requis à la recherche de troubles visuels notamment d'une cataracte, d'un glaucome, ou d'une lésion plus rare telle qu'une choriorétinopathie séreuse centrale, décrits avec l'administration de corticostéroïdes par voie systémique ou locale.

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

L'innocuité de ce médicament au cours de la grossesse n'a pas été établie ; l'emploi est donc déconseillé au cours des trois premiers mois de la grossesse.


Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation avant ouverture :
3 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 30 °C.

Après ouverture : 3 mois.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMM3400932758265 (1985, RCP rév 04.11.2020).
  
Prix :1,77 euros (tube de 15 g).
Remb Séc soc à 65 %. Collect.

Informations laboratoire

Organon France
106, Boulevard Haussmann. 75008 Paris
Tél Information médicale, Pharmacovigilance, Réclamations qualité, Qualité et Déontologie de l'information promotionnelle :
01 57 77 32 00
E-mail : info.medicale.fr@organon.com

Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster