DIPRIVAN 20 mg/ml émuls inj seringue préremplie

Mise à jour : Jeudi 04 février 2021
PROPOFOL 2 % émuls inj/p perf ser préremplie (DIPRIVAN)
Commercialisé
N/A N/A Attention, danger : ne pas conduire N/A N/A N/A N/A
Référent N/A N/A N/A Non disponible en ville N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Anesthésie - Réanimation : Anesthésie générale - Anesthésiques injectables : Non barbituriques (Propofol)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : ANESTHESIQUES - ANESTHESIQUES GENERAUX : AUTRES ANESTHESIQUES GENERAUX (PROPOFOL)
Substance
propofol
Excipients :
oeuf phosphatides purifiés, glycérol, acide édétique sel disodique, sodium hydroxyde, eau ppi
Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  soja huile raffinée

Présentation
DIPRIVAN 20 mg/ml Emuls inj seringue préremplie Ser/50ml

Cip : 3400956361168

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Émulsion injectable IV à 20 mg/ml :  Seringue pré-remplie (verre) de 50 ml + bouchon (chlorobutyle) + piston (caoutchouc) + capsule (aluminium) + unité de connexion (PE) et aiguille (acier inox).

COMPOSITION

 p ml
Propofol 
20 mg
Une seringue pré-remplie de 50 ml contient 1 g de propofol
Excipients : huile de soja raffinée, phosphatide d'œuf purifié, glycérol, édétate disodique, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.

Excipients à effet notoire : huile de soja raffinée, sodium.

DC

INDICATIONS

Anesthésie :
  • Le propofol est un agent anesthésique intraveineux d'action rapide, utilisable pour l'induction et l'entretien de l'anesthésie générale.
  • Le propofol peut être administré chez l'adulte et chez l'enfant de plus de 3 ans.
Sédation :
Le propofol peut être utilisé :
  • pour la sédation lors de gestes chirurgicaux ou de procédures diagnostiques, seul ou associé à une anesthésie locale ou régionale chez l'adulte et l'enfant de plus de 3 ans ;
  • pour la sédation des patients de plus de 16 ans ventilés en unité de réanimation chirurgicale ou médicale.
DC

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

CONTRE-INDICATIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

  • La sédation n'est pas recommandée avec le dispositif Diprifusor-TCI.
  • L'utilisation du propofol en émulsion injectable pour la sédation en Unités de Soins intensifs a été associée à un ensemble de troubles métaboliques et de défaillances organiques pouvant entraîner la mort.
  • Chez certains patients, les événements suivants, dont l'association est caractéristique du syndrome de perfusion du propofol, ont été rapportés : acidose métabolique, rhabdomyolyse, hyperkaliémie, hépatomégalie, insuffisance rénale, hyperlipidémie, arythmie cardiaque, syndrome de Brugada (ECG de type sus-décalage du segment ST avec aspect en dôme), insuffisance cardiaque d'évolution rapide ne répondant généralement pas à un traitement par un agent inotrope. Ces effets ont été le plus souvent observés chez des patients présentant de graves lésions à la tête et chez des enfants atteints d'infections des voies respiratoires ayant reçu des doses supérieures à celles conseillées chez les adultes, pour la sédation en Unité de Soins Intensifs.
  • Les facteurs de risques qui paraissent les plus importants dans la survenue de ces événements sont les suivants : diminution de l'apport tissulaire en oxygène, lésion neurologique grave et/ou sepsis, fortes doses d'un ou de plusieurs des agents pharmacologiques suivants - vasoconstricteurs, stéroïdes, inotropes et/ou propofol (généralement à des doses supérieures à 4 mg/kg/h durant plus de 48 h).
  • Dans la mesure du possible, il est rappelé aux prescripteurs de ne pas dépasser la dose de 4 mg/kg/h. Les prescripteurs doivent être attentifs à ces événements indésirables chez les patients ayant les facteurs de risque décrits ci-dessus et doivent arrêter immédiatement l'utilisation du propofol dès l'apparition des signes décrits précédemment. Tous les sédatifs et agents thérapeutiques utilisés en Unité de Soins Intensifs doivent être titrés pour assurer une délivrance optimale de l'oxygène et le maintien des paramètres hémodynamiques. Les patients présentant une pression intracrânienne élevée devront recevoir un traitement approprié pour assurer le maintien de la pression de perfusion cérébrale lors des modifications du traitement.
  • Des cas d'abus et de pharmacodépendance au propofol ont été rapportés notamment chez les professionnels de santé. Comme pour d'autres anesthésiques généraux, l'administration de propofol sans contrôle des voies aériennes peut entraîner des complications respiratoires fatales.
  • On observe lors de l'induction une chute de la pression artérielle qui peut être plus marquée qu'avec les anesthésiques usuels, notamment chez les sujets de plus de 60 ans. Cette chute de la pression artérielle est d'autant plus marquée dans le cas d'une association avec des morphiniques intraveineux.
  • On observe fréquemment une apnée transitoire.
  • Comme avec d'autres anesthésiques intraveineux, il y aura lieu d'être prudent chez les patients présentant une défaillance cardiaque, respiratoire, rénale ou hépatique, ainsi qu'en cas d'hypovolémie ou d'altération sévère de l'état général.
  • La clairance du propofol est dépendante du débit sanguin ; en conséquence, l'administration concomitante de médicaments ralentissant le débit cardiaque diminuera également la clairance du propofol.
  • L'utilisation du propofol est déconseillée chez les patients classés ASA IV compte tenu des effets dépresseurs cardiovasculaires.
  • Épilepsie : s'assurer qu'avant l'anesthésie, tout patient épileptique a bien reçu son traitement anti-comitial habituel. L'administration de propofol à des patients épileptiques connus peut augmenter le risque de survenue de crises convulsives.
  • Très rarement, l'utilisation de Diprivan peut s'accompagner en postopératoire d'un retard de réveil ou d'une phase de ré-endormissement pouvant elle-même s'accompagner d'une élévation du tonus musculaire. Bien que la récupération soit spontanée, une surveillance et une prise en charge adéquates de ces patients devront être mises en œuvre pour permettre une récupération complète après l'utilisation de propofol.
    Les effets du propofol disparaissent généralement au bout de 12 heures.
  • Il est nécessaire de prendre en compte la nature du geste réalisé, les traitements concomitants, l'âge et l'état du patient dans le cadre de recommandations concernant :
    • la nécessité de se faire accompagner lors du départ du lieu où l'administration du propofol a été réalisée ;
    • le délai nécessaire avant la reprise d'activités spécialisées ou à risque telle que la conduite de véhicule ;
    • l'utilisation d'autres agents pouvant entraîner une sédation (exemple : benzodiazépines, opiacés, alcool).
  • Population pédiatrique :
    • L'utilisation du propofol n'est pas recommandée chez les nouveau-nés en induction ou en entretien de l'anesthésie car cette catégorie de population n'a pas été complètement étudiée. Les données pharmacocinétiques indiquent que la clairance est considérablement réduite chez les nouveau-nés avec une variabilité interindividuelle très élevée. Un surdosage relatif pourrait survenir lors de l'administration des doses recommandées pour les enfants plus âgés et provoquer une dépression cardiovasculaire sévère.
    • Diprivan ne doit pas être utilisé chez les enfants âgés de moins de 16 ans pour la sédation en soins intensifs, étant donné que la sécurité et l'efficacité, pour la sédation dans ce groupe d'âge, n'ont pas été démontrées (cf Contre-indications).
  • Étant donné la nature lipidique de l'émulsion de ce produit, il sera nécessaire d'en tenir compte chez les patients hyperlipidémiques et chez ceux pour lesquels ces émulsions doivent être administrées avec précaution.
    Il est recommandé de surveiller le taux sanguin de lipides lorsque Diprivan est administré à des patients considérés comme étant à risque de surcharge lipidique.
    Si le suivi indique que les lipides sont insuffisamment éliminés de l'organisme, l'administration de Diprivan devra être ajustée de façon appropriée.
    Si le patient reçoit de façon concomitante d'autres lipides intraveineux, une réduction des quantités administrées doit être réalisée afin de prendre en compte les quantités de lipides apportées par Diprivan : 1 ml de Diprivan 20 mg/ml (20 mg de propofol) contient 0,1 g de lipides.
  • Quelques cas de bradycardies, parfois sévères, et d'asystolies ont été rapportés. L'administration d'atropine doit être envisagée avant l'induction ou pendant l'entretien de l'anesthésie, notamment dans les situations où le tonus vagal est prédominant ou lorsque le propofol est associé à des médicaments susceptibles d'induire une bradycardie.
  • Des précautions particulières doivent être prises lors du traitement de patients atteints de maladies mitochondriales. Ces patients peuvent être sujets à des exacerbations de leur maladie lors de l'anesthésie, de la chirurgie ou des soins en unités de soins intensifs. Le maintien d'une normothermie, l'apport de glucides et une bonne hydratation sont recommandés pour ces patients.
    L'apparition rapide d'exacerbation de la maladie mitochondriale et du « syndrome de perfusion de propofol » peuvent être similaires.
  • Diprivan ne possède pas de conservateur antimicrobien et est véhiculé dans une émulsion lipidique susceptible de favoriser la croissance microbienne en cas de non-respect strict des règles d'asepsie. Diprivan doit être utilisé immédiatement après ouverture du récipient.
  • L'EDTA, excipient utilisé avec Diprivan, chélate les ions métalliques, y compris le zinc et n'a pas d'action antimicrobienne ; par conséquent, la présence d'EDTA ne permet pas de réduire les risques de contamination bactérienne extrinsèque des émulsions lipidiques de propofol. Les règles d'asepsie usuelles doivent, par conséquent, être toujours strictement respectées.
  • Les règles d'asepsie s'appliquent pendant toute la durée d'utilisation aussi bien à Diprivan (mode de prélèvement et d'administration) qu'au matériel de perfusion (seringue et ligne de perfusion stériles).
  • La nécessité d'une supplémentation en zinc doit être envisagée en cas d'administration prolongée de propofol, notamment chez les patients prédisposés à un déficit en zinc tels que les brûlés, lors de diarrhées et/ou de sepsis majeur.
  • Diprivan et tout soluté administré sur la ligne de perfusion doivent être injectés le plus près possible de la veine. Diprivan ne doit pas être administré au travers d'un filtre antimicrobien.
  • Diprivan et tout matériel de perfusion ou contenant le médicament sont à usage unique et réservés à un seul patient.
  • En accord avec les règles établies d'utilisation des émulsions lipidiques, une même perfusion de Diprivan ne devra pas excéder 12 heures. A la fin de toute perfusion ou au plus tard après 12 heures d'utilisation, le réservoir contenant Diprivan et le matériel de perfusion doivent être jetés et remplacés chaque fois que nécessaire.
  • Ce médicament contient du sodium. Le taux de sodium est inférieur à 1 mmol par flacon, c'est-à-dire « sans sodium ».
  • Ce médicament contient de l'huile de soja et peut provoquer des réactions d'hypersensibilité (urticaire, choc anaphylactique).
DC

INTERACTIONS

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Des études chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique).

Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.

En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou fœtotoxique du propofol lorsqu'il est administré pendant la grossesse.

En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser le propofol pendant la grossesse (sauf bien entendu en cas d'interruption de grossesse) sauf en cas de nécessité absolue.

Le propofol traverse le placenta et peut provoquer une dépression néonatale.


Allaitement :

L'utilisation de propofol chez la femme qui allaite n'est pas recommandée. Des études ont montré que de petites quantités de propofol sont excrétées dans le lait des femmes allaitant. Par conséquent, les femmes ne doivent pas allaiter pendant les 24 heures qui suivent une administration de propofol. Le lait produit durant cette période devra être jeté.

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Diprivan a une influence importante sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.
La conduite automobile ou l'utilisation de machines est contre-indiquée durant la journée de l'anesthésie au propofol. Si d'autres médicaments ont été associés, la conduite peut être déconseillée durant une période plus longue. Les effets du propofol disparaissent généralement au bout de 12 heures.
DC

EFFETS INDÉSIRABLES

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Un surdosage accidentel provoquerait vraisemblablement une dépression respiratoire et cardiovasculaire.

La dépression respiratoire sera traitée par assistance respiratoire et oxygène. La dépression cardiovasculaire par mise en position déclive et, si elle est accentuée, par remplissage vasculaire et analeptiques cardiovasculaires.

PP

PHARMACODYNAMIE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

PHARMACOCINÉTIQUE

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Des études publiées chez l'animal (y compris chez les primates) ont mis en évidence que l'utilisation d'agents anesthésiques, à des doses entraînant une anesthésie légère à modérée, pendant la période de croissance cérébrale rapide ou de synaptogenèse, entraîne une perte de cellules dans le cerveau en développement pouvant être associée à des déficiences cognitives prolongées. La pertinence de ces observations non cliniques pour une utilisation chez l'homme n'est pas connue.

DP

INCOMPATIBILITÉS

L'atracurium et le mivacurium ne doivent pas être administrés sur la même ligne de perfusion que le propofol sans nettoyage et rinçage de celle-ci au préalable.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
2 ans.

A conserver à une température ne dépassant pas 25 °C.

Ne pas congeler.

A conserver dans le conditionnement primaire d'origine, à l'abri de la lumière.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

  • Agiter la seringue avant l'utilisation.
  • Diprivan seringue pré-remplie peut être perfusé non dilué.
  • Toute fraction de seringue restant après usage devra être jetée.
  • Si un pousse-seringue électrique programmable présentant des options pour l'utilisation de différentes seringues est utilisé, il est nécessaire de choisir la position « B-D » 50/60 ml Plastipack avec la seringue pré-remplie de Diprivan.
  • Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Réservé à l'usage hospitalier.
Médicament pouvant être administré par tout médecin spécialisé en anesthésie-réanimation ou en médecine d'urgence dans les cas où il intervient en situation d'urgence ou dans le cadre d'une structure d'assistance médicale mobile ou de rapatriement sanitaire (article R.5121-96 du code de la Santé publique).
AMM3400956361168 (2002, RCP rév 21.09.2020).
Collect.

Informations laboratoire

ASPEN FRANCE
21, av Édouard-Belin. 92500 Rueil-Malmaison
Tél : 01 39 17 70 00
Fax : 01 47 08 21 96
E-mail : pharma@aspenpharma.eu
Voir la fiche laboratoire
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster