Mise à jour : 18 juin 2024

CRYSVITA 30 mg sol inj

Commercialisé

Sommaire

Documents de référence
  • Synthèse d'avis HAS (2)
  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (10)

SYNTHÈSE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL
Métabolisme - Diabète - Nutrition > Correction des anomalies métaboliques > Trouble du métabolisme de la vitamine D (Hypophosphatémie : burosumab)
Classification ATC
MUSCLE ET SQUELETTE > MEDICAMENTS POUR LE TRAITEMENT DES DESORDRES OSSEUX > MEDICAMENTS AGISSANT SUR LA STRUCTURE OSSEUSE ET SUR LA MINERALISATION > AUTRES MEDICAMENTS AGISSANT SUR LA STRUCTURE OSSEUSE ET LA MINERALISATION (BUROSUMAB)
Substance

burosumab

Excipients
histidine, polysorbate 80, méthionine, acide chlorhydrique, eau ppi
Excipients à effet notoire :

EEN sans dose seuil :  sorbitol

Présentation
CRYSVITA 30 mg S inj Fl/1ml

Cip : 3400930145234

Modalités de conservation : Avant ouverture : 2° < t < 8° durant 36 mois (Conserver à l'abri de la lumière, Conserver dans son emballage, Conserver au réfrigérateur, Ne pas congeler)

Commercialisé
Photo de conditionnement
Source : RCP du 06/07/2023

FORMES et PRÉSENTATIONS

CRYSVITA 10 mg solution injectable

Solution injectable (limpide à légèrement opalescente, incolore à marron clair-jaunâtre).
Flacon. Boîte de 1.

CRYSVITA 20 mg solution injectable

Solution injectable (limpide à légèrement opalescente, incolore à marron clair-jaunâtre).
Flacon. Boîte de 1.

CRYSVITA 30 mg solution injectable

Solution injectable (limpide à légèrement opalescente, incolore à marron clair-jaunâtre).
Flacon. Boîte de 1.

COMPOSITION

CRYSVITA 10 mg solution injectable

Chaque flacon contient 10 mg de burosumab dans 1 mL de solution.

CRYSVITA 20 mg solution injectable

Chaque flacon contient 20 mg de burosumab dans 1 mL de solution.

CRYSVITA 30 mg solution injectable

Chaque flacon contient 30 mg de burosumab dans 1 mL de solution.

Le burosumab est un anticorps IgG1 monoclonal humain recombinant anti-FGF23 et il est produit par la technologie de l'ADN recombinant en culture de cellules de mammifère (cellules d'ovaire de hamster chinois, CHO).

Excipient à effet notoire :

Chaque flacon contient 45,91 mg de sorbitol.


Excipients :

L-histidine, D-sorbitol E420, polysorbate 80, L-méthionine, acide chlorhydrique 10 % (pour l'ajustement du pH), eau pour préparations injectables.


INDICATIONS

CRYSVITA est indiqué dans le traitement de l'hypophosphatémie liée à l'X chez les enfants et adolescents âgés d'1 an à 17 ans présentant des signes radiographiques d'atteinte osseuse et chez les adultes.

CRYSVITA est indiqué dans le traitement de l'hypophosphatémie liée au FGF23 chez les enfants et adolescents âgés d'1 an à 17 ans et chez les adultes atteints d'ostéomalacie oncogénique associée aux tumeurs mésenchymateuses phosphaturiques qui ne relèvent pas d'une exérèse à visée curative ou ne peuvent pas être localisées.


POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

CONTRE-INDICATIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Traçabilité

Afin d'améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement enregistrés dans le dossier du patient.

Minéralisation ectopique

Des cas de minéralisation ectopique, se manifestant par une néphrocalcinose, ont été observés chez des patients atteints d'HLX traités par phosphate oral et analogues de la vitamine D actifs ; ces médicaments doivent être arrêtés au moins une semaine avant le début du traitement par le burosumab (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Il est recommandé de surveiller l'apparition de signes et symptômes de néphrocalcinose, par exemple par échographie rénale, au début du traitement puis tous les 6 mois pendant les 12 premiers mois de traitement, et une fois par an ensuite. Il est recommandé de surveiller les taux plasmatiques de phosphatase alcaline, de calcium, d'hormone parathyroïdienne (PTH) et de créatinine tous les 6 mois (tous les 3 mois chez les enfants âgés de 1 à 2 ans) ou en fonction du tableau clinique.

Une surveillance de la calciurie et de la phosphaturie tous les 3 mois est conseillée.

Hyperphosphatémie

Les valeurs de la phosphatémie à jeun doivent être surveillées en raison du risque d'hyperphosphatémie. Pour diminuer le risque de minéralisation ectopique, il est recommandé de cibler une phosphatémie à jeun à la limite inférieure de l'intervalle de référence pour l'âge. Une interruption du traitement et/ou une réduction de la dose peuvent être nécessaires (voir rubrique Posologie et mode d'administration). Il est recommandé de mesurer régulièrement la phosphatémie postprandiale.

Pour prévenir une hyperphosphatémie, le traitement par le burosumab doit être interrompu chez les patients atteints d'ostéomalacie oncogénique qui bénéficient d'un traitement de la tumeur sous-jacente. Le traitement par le burosumab ne doit être repris que si la phosphatémie du patient reste en dessous de la limite inférieure des valeurs de référence (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Taux sérique d'hormone parathyroïdienne

Des augmentations du taux sérique d'hormone parathyroïdienne ont été observées chez certains patients atteints d'HLX pendant le traitement par le burosumab. Il est recommandé de mesurer régulièrement le taux sérique d'hormone parathyroïdienne.

Réactions au site d'injection

L'administration de burosumab peut provoquer des réactions locales au site d'injection.

L'administration doit être arrêtée chez tout patient présentant des réactions au site injection sévères (voir rubrique Effets indésirables) et un traitement médical approprié doit être administré.

Hypersensibilité

Le traitement par le burosumab doit être arrêté en cas de survenue de réactions d'hypersensibilité graves et un traitement médical approprié doit être mis en place.

Excipient à effet notoire

Ce médicament contient 45,91 mg de sorbitol par flacon, équivalent à 45,91 mg/mL.


INTERACTIONS

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse

Il n'existe pas de données ou il existe des données limitées sur l'utilisation du burosumab chez la femme enceinte.

Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction (voir rubrique Sécurité préclinique).

Le burosumab n'est pas recommandé pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de contraception.

Allaitement

On ne sait pas si le burosumab/ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel.

Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons ne peut être exclu.

Une décision doit être prise soit d'interrompre l'allaitement soit d'interrompre/de s'abstenir du traitement avec le burosumab en prenant en compte le bénéfice de l'allaitement pour l'enfant au regard du bénéfice du traitement pour la femme.

Fertilité

Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence des effets sur les organes reproducteurs mâles (voir rubrique Sécurité préclinique). Il n'existe pas de données cliniques concernant l'effet du burosumab sur la fertilité humaine. Il n'a pas été effectué d'études spécifiques de la fertilité chez l'animal avec le burosumab.


CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Le burosumab peut avoir une influence mineure sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Des sensations vertigineuses peuvent survenir après l'administration du burosumab.


EFFETS INDÉSIRABLES

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

SURDOSAGE

Il n'existe pas de données concernant un surdosage de burosumab. Dans les études cliniques menées chez des enfants et adolescents atteints d'HLX, le burosumab a été administré à des doses allant jusqu'à 2,0 mg/kg de poids corporel avec une dose maximale de 90 mg toutes les deux semaines sans toxicité dose-limitante. Dans les études cliniques menées chez des adultes atteints d'HLX, il n'a pas été observé de toxicité dose-limitante à des doses allant jusqu'à 1,0 mg/kg ou à une dose totale maximale de 128 mg toutes les quatre semaines. Dans les études cliniques menées chez des adultes atteints de TIO, il n'a pas été observé de toxicité dose-limitante avec des doses allant jusqu'à 2,0 mg/kg ou à une dose totale maximale de 184 mg toutes les quatre semaines.

Conduite à tenir

En cas de surdosage, il est recommandé d'arrêter le traitement par le burosumab et de surveiller la réponse biochimique.


PHARMACODYNAMIE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

PHARMACOCINÉTIQUE

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

Dans les études précliniques effectuées chez des animaux normaux, des effets indésirables ont été observés à des expositions entraînant une phosphatémie supérieure aux limites normales. Ces effets concordaient avec une réponse exagérée à l'inhibition du taux normal de FGF23, entraînant ainsi une augmentation supraphysiologique de la phosphatémie au-delà de la limite supérieure de la normale.

Les études effectuées chez le lapin et chez le singe cynomolgus adulte et juvénile ont montré des élévations dose-dépendantes de la phosphatémie et du taux sérique de 1,25(OH)2D confirmant les actions pharmacologiques du burosumab chez ces espèces. Une minéralisation ectopique de plusieurs tissus et organes (par exemple rein, cœur, poumon et aorte), ayant des conséquences cliniques comme la néphrocalcinose, dans certains cas, due à une hyperphosphatémie, a été observée chez des animaux normaux à des doses de burosumab entraînant des valeurs de la phosphatémie supérieures à 8 mg/dL (2,6 mmol/L) approximativement. Dans un modèle murin d'HLX, il a été constaté une réduction significative de l'incidence de minéralisation ectopique à des valeurs équivalentes de la phosphatémie, ce qui semble indiquer un risque moindre de minéralisation en présence de FGF23 en excès.

Les effets osseux observés chez les singes adultes et juvéniles consistaient en des modifications des marqueurs du métabolisme osseux, des augmentations de l'épaisseur et de la densité de l'os cortical, une augmentation de la densité de l'os total et un épaississement des os longs. Ces modifications étaient une conséquence des valeurs de la phosphatémie supérieures à la normale, ce qui accélérait le remodelage osseux et entraînait également une hyperostose périostique et une diminution de la solidité osseuse chez les animaux adultes, mais pas chez les animaux juvéniles aux doses testées. Le burosumab n'a pas favorisé un développement osseux anormal, car il n'a pas été constaté de modifications de la longueur du fémur ou de la solidité osseuse chez les animaux juvéniles. Les modifications osseuses étaient cohérentes avec la pharmacologie du burosumab et avec le rôle du phosphate dans la minéralisation, le métabolisme et le remodelage osseux.

Dans les études de toxicologie en administration répétée d'une durée allant jusqu'à 40 semaines effectuées chez le singe cynomolgus, une minéralisation du rete testis et des tubules séminifères a été observée chez les animaux mâles, mais il n'a pas été constaté de modifications du spermogramme. Il n'a pas été observé d'effets indésirables sur les organes reproducteurs femelles dans ces études.

Dans l'étude de toxicité sur la reproduction et le développement effectuée chez des guenons cynomolgus gestantes, une minéralisation modérée du placenta a été observée chez les animaux recevant 30 mg/kg de burosumab et est survenue chez les animaux ayant une phosphatémie maximale supérieure à environ 8 mg/dL (2,6 mmol/L). Une diminution de la durée de gestation et l'incidence plus élevée de naissances prématurées ont été observées chez les femelles gestantes aux doses ≥ 0,3 mg/kg qui correspondaient à des expositions au burosumab représentant ≥ 0,875 à 1,39 fois les concentrations attendues chez l'homme. Le burosumab a été détecté dans le sérum des fœtus, ce qui indique qu'il était transporté jusqu'au fœtus en traversant la barrière placentaire. Il n'a pas été mis en évidence d'effets tératogènes. Il n'a pas été observé de minéralisation ectopique chez les fœtus ou les petits, et le burosumab n'a pas eu d'effets délétères sur le développement prénatal et postnatal, y compris sur la capacité de survie des petits.

Dans les études précliniques, la minéralisation ectopique a été observée plus fréquemment au niveau rénal chez des animaux normaux recevant le burosumab à des doses entraînant des valeurs de la phosphatémie supérieures à 8 mg/dL (2,6 mmol/L). Il n'a pas été observé d'apparition ou d'aggravation cliniquement significative de néphrocalcinose ni de minéralisation ectopique dans les études cliniques menées chez des patients atteints d'HLX traités par le burosumab pour atteindre des valeurs normales de la phosphatémie.


INCOMPATIBILITÉS

En l'absence d'études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments.


DURÉE DE CONSERVATION

3 ans.


PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES DE CONSERVATION

À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C). Ne pas congeler.

À conserver dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.


PRÉCAUTIONS PARTICULIÈRES D'ÉLIMINATION ET DE MANIPULATION

Chaque flacon est à usage unique.

Ne pas agiter le flacon avant utilisation.

Le burosumab doit être administré en utilisant une technique aseptique et des seringues et aiguilles à injection à usage unique stériles.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.


PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

CRYSVITA 30 mg, solution injectable
Liste I
Médicament soumis à prescription initiale hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en pédiatrie, en endocrinologie, diabète et nutrition, en néphrologie, en rhumatologie, en médecine interne, en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMM
EU/1/17/1262/003 ; CIP 3400930145234 (Fl/1ml).
Prix :
7211,81 euros (Fl/1ml).

Agréé aux Collectivités et Remb Séc soc à 65 % :

- dans le traitement de l'hypophosphatémie liée à l'X avec signes radiographiques d’atteinte osseuse chez les enfants âgés d’un an et plus et les adolescents en phase de croissance. Cette prise en charge est subordonnée à :

  • la réalisation des deux premières injections en milieu hospitalier;
  • des décisions d’instauration et d’arrêts de traitement prises après proposition documentée issue de réunion de concertation pluridisciplinaire au sein des centres de référence et de compétence des maladies rares du métabolisme du calcium et du phosphore ainsi que des maladies rénales rares.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les adolescents ayant des signes radiographiques d’atteinte osseuse ayant terminé leur croissance osseuse et chez les adultes atteints de forme sévère réfractaire au traitement conventionnel ou de forme sévère compliquée.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les patients pédiatriques et les adolescents ayant débuté un traitement par CRYSVITA (burosumab) en période de croissance osseuse et pour lesquels une poursuite de traitement est nécessaire au-delà de la fin de cette période.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée au FGF23 chez les enfants et adolescents âgés de 1 ans à 17 ans et chez les adultes atteints d’ostéomalacie oncogénique associée aux tumeurs mésenchymateuses phosphaturiques qui ne relèvent pas d’une exérèse à visée curative ou ne peuvent pas être localisées.



CRYSVITA 10 mg, solution injectable
Liste I
Médicament soumis à prescription initiale hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en pédiatrie, en endocrinologie, diabète et nutrition, en néphrologie , en rhumatologie, en médecine interne, en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMM
EU/1/17/1262/001 ; CIP 3400930145210 (Fl/1ml).
Prix :
2492,96 euros (Fl/1ml).

Agréé aux Collectivités et Remb Séc soc à 65 % :

- dans le traitement de l'hypophosphatémie liée à l'X avec signes radiographiques d’atteinte osseuse chez les enfants âgés d’un an et plus et les adolescents en phase de croissance. Cette prise en charge est subordonnée à :

  • la réalisation des deux premières injections en milieu hospitalier;
  • des décisions d’instauration et d’arrêts de traitement prises après proposition documentée issue de réunion de concertation pluridisciplinaire au sein des centres de référence et de compétence des maladies rares du métabolisme du calcium et du phosphore ainsi que des maladies rénales rares.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les adolescents ayant des signes radiographiques d’atteinte osseuse ayant terminé leur croissance osseuse et chez les adultes atteints de forme sévère réfractaire au traitement conventionnel ou de forme sévère compliquée.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les patients pédiatriques et les adolescents ayant débuté un traitement par CRYSVITA (burosumab) en période de croissance osseuse et pour lesquels une poursuite de traitement est nécessaire au-delà de la fin de cette période.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée au FGF23 chez les enfants et adolescents âgés de 1 ans à 17 ans et chez les adultes atteints d’ostéomalacie oncogénique associée aux tumeurs mésenchymateuses phosphaturiques qui ne relèvent pas d’une exérèse à visée curative ou ne peuvent pas être localisées.



CRYSVITA 20 mg, solution injectable
Liste I
Médicament soumis à prescription initiale hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en pédiatrie, en endocrinologie, diabète et nutrition, en néphrologie , en rhumatologie, en médecine interne, en oncologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.
AMM
EU/1/17/1262/002 ; CIP 3400930145227 (Fl/1ml).
Prix :
4852,38 euros (Fl/1ml).

Agréé aux Collectivités et Remb Séc soc à 65 % :

- dans le traitement de l'hypophosphatémie liée à l'X avec signes radiographiques d’atteinte osseuse chez les enfants âgés d’un an et plus et les adolescents en phase de croissance. Cette prise en charge est subordonnée à :

  • la réalisation des deux premières injections en milieu hospitalier;
  • des décisions d’instauration et d’arrêts de traitement prises après proposition documentée issue de réunion de concertation pluridisciplinaire au sein des centres de référence et de compétence des maladies rares du métabolisme du calcium et du phosphore ainsi que des maladies rénales rares.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les adolescents ayant des signes radiographiques d’atteinte osseuse ayant terminé leur croissance osseuse et chez les adultes atteints de forme sévère réfractaire au traitement conventionnel ou de forme sévère compliquée.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée à l’X chez les patients pédiatriques et les adolescents ayant débuté un traitement par CRYSVITA (burosumab) en période de croissance osseuse et pour lesquels une poursuite de traitement est nécessaire au-delà de la fin de cette période.

- dans le traitement de l’hypophosphatémie liée au FGF23 chez les enfants et adolescents âgés de 1 ans à 17 ans et chez les adultes atteints d’ostéomalacie oncogénique associée aux tumeurs mésenchymateuses phosphaturiques qui ne relèvent pas d’une exérèse à visée curative ou ne peuvent pas être localisées.

Titulaire de l'AMM : Kyowa Kirin Holdings B.V., Bloemlaan 2, 2132NP Hoofddorp, Pays-Bas.

Laboratoire

KYOWA KIRIN PHARMA
18-19, place des Reflets. 92400 Courbevoie

Pour commander CRYSVITA :
Ventes directes auprès d'Alloga
Tél : 09 72 72 27 84
Du lundi au vendredi :
09h00 - 12h30 et 14h00 - 18h00
Heure limite de commande pour livraison à J+1 : 14h00
En dehors de ces horaires, possibilité de laisser ses coordonnées afin d'être recontacté

Pharmacovigilance :
E-mail : pvfrance@kyowakirin.com

Information médicale :
E-mail : infomedfr@kyowakirin.com

Réclamation qualité produit :
E-mail : pharmaceutique-fr@kyowakirin.com

Voir la fiche laboratoire
Actualités liées
Voir plus
Presse - CGU - CGV VIDAL Expert - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster