CELOCURINE 50 mg/ml sol inj

Mise à jour : Mardi 13 Novembre 2018
SUXAMETHONIUM CHLORURE 50 mg/ml sol inj (CELOCURINE)
Commercialisé
N/A N/A Attention, danger : ne pas conduire N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A Non disponible en ville N/A N/A N/A

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Anesthésie - Réanimation - Anesthésie générale : Curarisants (Dépolarisants)
Classification ATC : MUSCLE ET SQUELETTE : MYORELAXANTS - MYORELAXANTS A ACTION PERIPHERIQUE : DERIVES DE LA CHOLINE (SUXAMETHONIUM)
Excipients :
acide succinique, sodium hydroxyde, eau ppi
Présentation
CELOCURINE 50 mg/ml S inj 10Amp/2ml

Cip : 3400956304448

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Solution injectable à 50 mg/ml :  Ampoules de 2 ml, boîte de 10.

COMPOSITION

 p ampoule
Suxaméthonium chlorure 
100 mg
Excipients : acide succinique, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.
DC

INDICATIONS

Chez l'adulte :
Adjuvant de l'anesthésie générale pour notamment faciliter l'intubation endotrachéale :
  • pour l'induction en séquence rapide,
  • lors des traitements par électroconvulsivothérapie.
Chez l'enfant :
Adjuvant de l'anesthésie générale pour notamment faciliter l'intubation endotrachéale :
  • pour l'induction en séquence rapide.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Lors de la dépolarisation des muscles squelettiques, on observe une sortie extracellulaire immédiate de potassium et une augmentation de la concentration plasmatique en potassium, ce qui peut avoir des conséquences graves chez certains sujets à risques : patients souffrant de brûlures, traumatismes musculaires graves, neuropathies, myopathies, infections intra-abdominales prolongées et sérieuses ou insuffisance rénale.

Le déficit congénital ou acquis en pseudocholinestérase peut être la cause d'un effet prolongé du chlorure de suxaméthonium. En présence d'une curarisation prolongée, il faut poursuivre la ventilation contrôlée jusqu'à réapparition spontanée d'une respiration et la normalisation de la fonction musculaire.

En cas de brûlures, de malnutrition, d'affections hépatiques sévères, d'anémie grave, on peut observer un effet prolongé du chlorure de suxaméthonium dû à une diminution de l'activité des pseudo-cholinestérases.

Étant donné que le suxaméthonium peut être utilisé conjointement à d'autres agents anesthésiques (halogénés) et considérant qu'une hyperthermie maligne en cours d'anesthésie est possible cela même en absence de facteurs déclenchant connus, les praticiens doivent être familiarisés avec les signes précoces, le diagnostic et le traitement de l'hyperthermie maligne.

Le spasme des masséters peut survenir isolement et gêner l'intubation alors que les autres muscles sont relâchés, mais il peut être un signe d'une hyperthermie maligne débutante et doit faire rechercher d'autres signes d'une crise d'hyperthermie maligne.

Compte tenu que les effets indésirables du suxaméthonium chez l'enfant sont importants et plus fréquents (arrêt cardiaque, spasme des masséters, rhabdomyolyses, hyperthermie maligne), notamment en association avec l'halothane (par exemple en cas de myopathie non diagnostiquée), il convient d'être particulièrement vigilant.

Des fasciculations transitoires peuvent être observées lors de l'installation de la paralysie induite par le suxaméthonium. Elles peuvent être prévenues par l'administration préalable d'une faible dose de curare non dépolarisant.

La stimulation du nerf pneumogastrique (X) et des ganglions parasympathiques peut provoquer une bradycardie, une arythmie et une hypotension, phénomènes qui peuvent être aggravés par l'hyperkaliémie. La bradycardie sinusale est plus fréquente chez l'enfant et peut être prévenue par l'administration d'atropine.

Des cas de tachycardie et d'hypertension artérielle par stimulation des ganglions sympathiques ont également été rapportés.

Le chlorure de suxaméthonium peut également, par l'effet muscarinique, augmenter les sécrétions salivaires, bronchiques et gastriques. Cet effet peut être limité par l'administration, à titre préventif, d'un antimuscarinique, comme l'atropine.

Des réactions anaphylactiques allergiques ou non allergiques sont décrites en cours d'induction, parfois chez des sujets n'ayant jamais été exposés aux curares. Elles se manifestent le plus souvent par une éruption cutanée (de type érythème) ou rash, généralisée ou limitée au point d'injection, souvent inaugurale, puis compliquée d'état de choc anaphylactique et/ou de bronchospasme. Dans certains cas, le bronchospasme et/ou l'état de choc ne s'accompagnent pas de manifestation cutanée. Des œdèmes de Quincke ont été également rapportés.

L'apparition des premiers signes impose l'arrêt définitif de l'administration de Celocurine, si elle n'a pas été entièrement réalisée, et l'administration d'un traitement symptomatique.

Selon les recommandations de la Société française d'anesthésie-réanimation, il est nécessaire de réaliser des prélèvements immédiats à visée étiologique, ainsi que des tests cutanés à distance, pour vérifier l'imputabilité de Celocurine.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :
Premier trimestre :
Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène.
En clinique, aucun effet malformatif ou fœtotoxique particulier n'est apparu à ce jour.
Toutefois, le suivi de grossesses exposées au suxaméthonium est insuffisant pour exclure tout risque.
En conséquence, l'utilisation de suxaméthonium ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire.
Fin de grossesse :
La fin de grossesse, d'un point de vue anesthésique, expose au syndrome de Mendelson (pneumopathie acide par inhalation de suc gastrique) et à des difficultés d'intubation.
Dans ces conditions, l'intubation doit être rapide et il importe de privilégier un curare d'action rapide (inférieur à 1,5 minute) et de durée d'action courte.
Le relais peut être pris par un curare non dépolarisant.
Le passage transplacentaire des curares est faible et le risque de curarisation néonatal est exceptionnel.

Allaitement :

L'allaitement peut être poursuivi au décours d'une anesthésie par suxaméthonium.

DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Celocurine 50 mg/ml solution injectable a une influence importante sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.
Il est déconseillé d'utiliser une machine potentiellement dangereuse ou de conduire un véhicule au cours des 24 heures qui suivent la complète disparition de l'action curarisante du suxaméthonium.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

Il se caractérise par la persistance de signes de curarisation en l'absence d'injection d'un autre type de curare.
Le patient doit alors être maintenu intubé, ventilé, jusqu'à reprise d'une respiration spontanée efficace et réapparition d'une force musculaire normale.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DP

INCOMPATIBILITÉS

Ne pas mélanger dans la même seringue cette solution de chlorure de suxaméthonium à des barbituriques ou à tout autre produit alcalin.

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation avant ouverture :
18 mois.

A conserver entre +2 °C et +8 °C (au réfrigérateur).

Durée de conservation après ouverture :
Le produit doit être utilisé immédiatement.
DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Pas d'exigences particulières.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
Réservé à l'usage hospitalier.
Médicament pouvant être administré par tout médecin spécialisé en anesthésie-réanimation ou en médecine d'urgence dans les cas où il intervient en situation d'urgence ou dans le cadre d'une structure d'assistance médicale mobile ou de rapatriement sanitaire (article R. 5121-96 du code de la Santé publique).
AMM3400956304448 (2001, RCP rév 16.10.2017).
Collect.

Informations laboratoire

NEURAXPHARM France
84, rue de Grenelle. 75007 Paris
Tél : 01 53 63 42 90
Fax : 01 45 48 48 44
Contact pharmacovigilance :

E-mail : pv.neuraxpharm@biodim.fr
Voir la fiche laboratoire
VIDAL Recos 1
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster