BRINTELLIX 10 mg cp pellic

Mise à jour : Mercredi 26 mai 2021
VORTIOXETINE (bromhydrate) 10 mg cp (BRINTELLIX)
Commercialisé
N/A Soyez très prudent N/A N/A N/A N/A N/A
N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A N/A

MONOGRAPHIE

Documents de référence 2

  • Avis de la transparence (SMR/ASMR) (2)

SYNTHESE

Classification pharmacothérapeutique VIDAL : Psychiatrie - Antidépresseurs : Autres antidépresseurs (Vortioxétine)
Classification ATC : SYSTEME NERVEUX : PSYCHOANALEPTIQUES - ANTIDEPRESSEURS : AUTRES ANTIDEPRESSEURS (VORTIOXETINE)
Excipients :
mannitol, cellulose microcristalline, hyprolose, amidon glycolate sodique, magnésium stéarate

pelliculage :  hypromellose, macrogol 400

colorant (pelliculage) :  titane dioxyde, fer rouge oxyde

Présentations
BRINTELLIX 10 mg Cpr pell 98Plq/1

Cip : 3400958617584

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Commercialisé
BRINTELLIX 10 mg Cpr pell Plq/28

Cip : 3400927708190

Liste 1

Agréé aux Collectivités

Remboursement : 30%

Commercialisé

FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé pelliculé (en forme d'amande, 5 x 8,4 mm) à 5 mg (rose, gravé « TL » sur une face et « 5 » sur l'autre face), à 10 mg (jaune, gravé « TL » sur une face et « 10 » sur l'autre face), à 15 mg (orange, gravé « TL » sur une face et « 15 » sur l'autre face), à 20 mg (rouge, gravé « TL » sur une face et « 20 » sur l'autre face) : Boîtes de 28, sous plaquettes thermoformées transparentes.

Modèles hospitaliers : Boîtes de 98, sous plaquettes thermoformées unitaires perforées.

COMPOSITION

 p comprimé
Vortioxétine bromhydrate exprimé en vortioxétine 
5 mg
ou10 mg
ou15 mg
ou20 mg
Excipients (communs) : Noyau : mannitol, cellulose microcristalline, hydroxypropylcellulose, glycolate d'amidon sodique (type A), stéarate de magnésium. Pelliculage : hypromellose, macrogol 400, dioxyde de titane (E171), oxyde de fer rouge (E172) [comprimés à 5, 15 et 20 mg], oxyde de fer jaune (E172) [comprimés à 10 et 15 mg].
DC

INDICATIONS

Brintellix est indiqué dans le traitement des épisodes dépressifs majeurs (c'est-à-dire caractérisés) chez l'adulte.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Population pédiatrique :
Brintellix n'est pas recommandé pour le traitement de la dépression chez les enfants âgés de 7 à 11 ans, car la sécurité et l'efficacité de la vortioxétine n'ont pas été établies dans ce groupe d'âge. Brintellix ne doit pas être utilisé chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans souffrant d'un trouble dépressif majeur (TDM) en raison d'une efficacité non démontrée (cf Pharmacodynamie). D'une manière générale, le profil de sécurité de la vortioxétine chez les adolescents était comparable à celui observé chez les adultes, à l'exception des événements associés à une douleur abdominale et des idées suicidaires observés avec des incidences plus élevées chez les adolescents par rapport aux adultes (cf Effets indésirables, Pharmacodynamie). Des études cliniques menées chez des enfants et des adolescents traités par des antidépresseurs ont montré une fréquence supérieure des comportements de type suicidaire (tentative de suicide et idées suicidaires) et de type hostile (principalement agressivité, comportement d'opposition, colère) par rapport à ceux traités par placebo.
Suicide/idées suicidaires ou aggravation clinique :
La dépression est associée à une augmentation du risque de pensées suicidaires, d'auto-agressivité et de suicide (événements liés au suicide). Ce risque persiste jusqu'à l'apparition d'une rémission significative. Comme l'amélioration peut ne pas apparaître au cours des toutes premières semaines ou plus de traitement, les patients doivent être surveillés étroitement jusqu'à ce qu'une telle amélioration apparaisse. L'expérience clinique générale laisse penser que le risque de suicide peut augmenter au cours des premières périodes du rétablissement.
Les patients ayant des antécédents de comportement de type suicidaire ou ceux exprimant des idées suicidaires significatives avant de débuter le traitement présentent un risque plus élevé de survenue d'idées suicidaires ou de tentatives de suicide, et doivent faire l'objet d'une surveillance étroite pendant le traitement. Une méta-analyse d'essais cliniques contrôlés versus placebo sur l'utilisation d'antidépresseurs chez l'adulte présentant des troubles psychiatriques a montré une augmentation du risque de comportement de type suicidaire chez les patients de moins de 25 ans traités par antidépresseurs par rapport à ceux recevant un placebo.
Une surveillance étroite des patients, et en particulier de ceux à haut risque, doit accompagner le traitement, particulièrement au début du traitement et lors des changements de dose. Les patients (et leur entourage) doivent être avertis de la nécessité de surveiller la survenue d'une aggravation clinique, l'apparition de comportements ou d'idées suicidaires et tout changement anormal du comportement et de solliciter immédiatement un avis médical si ces symptômes survenaient.
Convulsions :
La survenue de convulsions est un risque potentiel associé au traitement par antidépresseurs. Par conséquent, la vortioxétine doit être introduite prudemment chez les patients ayant des antécédents de convulsions ou les patients présentant une épilepsie instable (cf Interactions). Le traitement doit être arrêté chez tout patient développant des convulsions ou chez qui une augmentation de la fréquence des convulsions est observée.
Syndrome sérotoninergique (SS) ou syndrome malin des neuroleptiques (SMN) :
Le syndrome sérotoninergique (SS) ou le syndrome malin des neuroleptiques (SMN), qui sont des affections mettant en jeu le pronostic vital, peuvent survenir avec la vortioxétine. Le risque de SS ou de SMN est augmenté lors de l'utilisation concomitante de substances actives sérotoninergiques (dont les triptans), de médicaments qui altèrent le métabolisme de la sérotonine (dont les IMAO), d'antipsychotiques et d'autres antagonistes de la dopamine. L'apparition de signes et symptômes de SS ou de SMN chez les patients doit être surveillée (cf Contre-indications, Interactions).
Les symptômes associés au syndrome sérotoninergique incluent des modifications de l'état mental (par exemple agitation, hallucinations, coma), une instabilité du système autonome (par exemple tachycardie, pression artérielle labile, hyperthermie), des aberrations neuromusculaires (par exemple hyperréflexie, incoordination) et/ou des symptômes gastro-intestinaux (par exemple nausées, vomissements, diarrhée). Le cas échéant, le traitement par vortioxétine doit être arrêté immédiatement et un traitement symptomatique doit être instauré.
Épisodes maniaques/hypomanie :
La vortioxétine doit être utilisée avec précaution chez les patients présentant des antécédents d'épisodes maniaques/hypomanie et elle doit être arrêtée en cas d'accès maniaque.
Agressivité/agitation :
Les patients traités par antidépresseurs, y compris par la vortioxétine, peuvent également ressentir des sentiments de colère, de l'agressivité, de l'agitation et de l'irritabilité. L'état de santé du patient et le statut de la maladie doivent être surveillés attentivement. Les patients (et leurs aidants) doivent être informés de la nécessité de consulter un médecin en cas de survenue ou d'aggravation d'un comportement agressif ou agité.
Hémorragie :
Des anomalies hémorragiques, comme des ecchymoses, un purpura et d'autres troubles hémorragiques, comme des hémorragies gastro-intestinales ou gynécologiques, ont été rarement rapportés avec les antidépresseurs possédant un effet sérotoninergique, dont la vortioxétine. Les ISRS et IRSNA peuvent augmenter le risque d'hémorragie du post-partum, et ce risque pourrait également concerner la vortioxétine (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement). La prudence est recommandée chez les patients prenant des anticoagulants et/ou des médicaments connus pour altérer la fonction plaquettaire [par exemple antipsychotiques atypiques et phénothiazines, la plupart des antidépresseurs tricycliques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), l'acide acétylsalicylique (AAS)] (cf Interactions) et chez les patients présentant des tendances/troubles hémorragiques connus.
Hyponatrémie :
Une hyponatrémie, probablement due à une sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique (SIADH), a été rapportée dans de rares cas lors de l'utilisation d'antidépresseurs possédant un effet sérotoninergique (ISRS, IRSN). Il convient de faire preuve de prudence chez les patients à risque, tels que les personnes âgées, les patients présentant une cirrhose du foie ou en cas d'association avec des médicaments connus pour provoquer une hyponatrémie.
L'arrêt de la vortioxétine doit être envisagé chez les patients présentant une hyponatrémie symptomatique et une prise en charge médicale adaptée doit être instituée.
Glaucome :
Des cas de mydriase associés à l'utilisation d'antidépresseurs, y compris la vortioxétine, ont été rapportés. Cet effet mydriatique peut provoquer un rétrécissement de l'angle irido-cornéen avec pour conséquences une augmentation de la pression intraoculaire et la survenue d'un glaucome par fermeture de l'angle. La prudence est recommandée lors de la prescription de vortioxétine à des patients présentant une pression intraoculaire augmentée ou à risque de glaucome aigu à angle fermé.
Personnes âgées :
Les données sur l'utilisation de Brintellix chez les patients âgés ayant un épisode dépressif majeur sont limitées. Ainsi, il convient de faire preuve de prudence lors du traitement des patients âgés de 65 ans et plus, avec des posologies supérieures à 10 mg de vortioxétine une fois par jour (cf Posologie et Mode d'administration, Effets indésirables, Pharmacocinétique).
Insuffisance rénale ou hépatique :
Compte tenu de la vulnérabilité des patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique et dans la mesure où les données sur l'utilisation de Brintellix dans ces sous-populations sont limitées, il convient d'être prudent lors du traitement de ces patients (cf Posologie et Mode d'administration, Pharmacocinétique).
Brintellix contient du sodium :
Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par comprimé, c'est à dire qu'il est essentiellement « sans sodium ».

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

FERTILITÉ/GROSSESSE/ALLAITEMENT

Grossesse :

Les données relatives à l'utilisation de la vortioxétine chez des femmes enceintes sont limitées.

Les études menées chez l'animal ont montré une toxicité sur la reproduction (cf Sécurité préclinique).

Les symptômes suivants peuvent survenir chez le nouveau-né après la prise maternelle d'un médicament sérotoninergique en fin de grossesse : détresse respiratoire, cyanose, apnée, convulsions, température instable, difficultés à s'alimenter, vomissements, hypoglycémie, hypertonie, hypotonie, hyperréflexie, tremblements, trémulations, irritabilité, léthargie, pleurs persistants, somnolence et troubles du sommeil. Ces symptômes pourraient être dus à l'arrêt du traitement ou à une activité sérotoninergique excessive. Dans la majorité des cas, ces complications ont débuté immédiatement ou très rapidement (< 24 heures) après la naissance.

Des données épidémiologiques suggèrent que l'utilisation d'ISRS pendant la grossesse, en particulier en fin de grossesse, pourrait augmenter le risque d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) persistante du nouveau-né. Bien que l'association entre l'HTAP persistante du nouveau-né et le traitement par vortioxétine n'ait pas été étudiée, ce risque potentiel ne peut pas être exclu si l'on tient compte du mécanisme d'action associé (augmentation des concentrations de sérotonine).

Brintellix ne doit être administré chez la femme enceinte que si les bénéfices attendus l'emportent sur les risques potentiels pour le fœtus.

Les données issues d'études observationnelles ont mis en évidence un risque accru (moins de 2 fois supérieur) d'hémorragie du post-partum faisant suite à une exposition aux ISRS ou aux IRSNA dans le mois précédant la naissance. Bien qu'aucune étude n'ait permis d'analyser l'association entre le traitement par vortioxétine et l'hémorragie du post-partum, un risque potentiel existe, étant donné le mécanisme d'action associé (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).


Allaitement :

Les données disponibles obtenues chez des animaux ont montré l'excrétion de la vortioxétine/des métabolites de la vortioxétine dans le lait. Il est probable que la vortioxétine soit excrétée dans le lait maternel humain (cf Sécurité préclinique).

L'existence d'un risque pour l'enfant allaité ne peut pas être exclue.

La décision doit être prise d'arrêter l'allaitement ou d'arrêter/interrompre le traitement par Brintellix en tenant compte des bénéfices de l'allaitement pour l'enfant et des bénéfices du traitement pour la femme.

Fertilité :

Les études de fertilité conduites chez des rats mâles et femelles n'ont pas montré d'effet de la vortioxétine sur la fertilité, la qualité du sperme ou la capacité d'accouplement (cf Sécurité préclinique).

Des cas rapportés chez l'homme avec des médicaments issus de la classe pharmacologique des ISRS ont montré un effet sur la qualité du sperme qui est réversible. Aucun effet sur la fertilité humaine n'a été observé à ce jour.


DC

CONDUITE et UTILISATION DE MACHINES

Brintellix n'a pas d'effet ou un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Toutefois, comme des effets secondaires tels que des sensations vertigineuses ont été rapportés, les patients doivent faire preuve de prudence lors de la conduite de véhicules ou de l'utilisation de machines dangereuses, en particulier lors du démarrage d'un traitement par vortioxétine ou lors d'un changement de dose.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

DC

SURDOSAGE

L'ingestion de vortioxétine lors d'essais cliniques dans l'intervalle posologique de 40 mg à 75 mg a causé une aggravation des effets indésirables suivants : nausées, vertiges posturaux, diarrhée, gêne abdominale, prurit généralisé, somnolence et bouffées de chaleur.

L'expérience acquise après commercialisation concerne principalement les surdosages de vortioxétine jusqu'à 80 mg. Dans la majorité des cas, aucun symptôme ou des symptômes légers ont été signalés. Les symptômes les plus fréquemment rapportés étaient des nausées et des vomissements.

Les données concernant les surdosages de vortioxétine au-delà de 80 mg sont limitées. Pour les dosages plusieurs fois supérieurs à l'intervalle posologique thérapeutique, des cas de convulsions et de syndrome sérotoninergique ont été signalés.

La prise en charge des surdosages consiste en un traitement des symptômes cliniques et une surveillance appropriée. Un suivi médical dans un environnement spécialisé est recommandé.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

PP

SÉCURITÉ PRÉCLINIQUE

L'administration de vortioxétine dans les études de toxicité générale chez des souris, des rats et des chiens a été essentiellement associée à des signes cliniques touchant le SNC. Ceux-ci incluaient une salivation (rat et chien), une dilatation des pupilles (chien) et deux épisodes de convulsions chez les chiens. Concernant les convulsions, une dose sans effet a été établie avec une marge de sécurité de 5, en rapport avec la dose thérapeutique maximale recommandée de 20 mg/jour. En ce qui concerne la toxicité, les organes cibles étaient limités aux reins (rats) et au foie (souris et rats). Les modifications des reins chez les rats (glomérulonéphrite, obstruction des tubules rénaux, substances cristallines dans le tubule rénal) et des foies chez les souris et les rats (hypertrophie hépatocellulaire, nécrose des hépatocytes, hyperplasie des canaux biliaires, substances cristallines dans les canaux biliaires) ont été observées à des expositions plus de 10 fois (souris) et 2 fois (rats) supérieures à l'exposition humaine à la dose thérapeutique maximale recommandée de 20 mg/jour. Ces résultats ont été attribués essentiellement à l'obstruction des tubules rénaux et des canaux biliaires par des substances cristallines liées à la vortioxétine, spécifiques aux rongeurs ; elle est considérée comme à faible risque pour l'espèce humaine.

La vortioxétine n'a pas montré de potentiel génotoxique dans une batterie standard de tests in vitro et in vivo.

Sur la base des résultats des études conventionnelles de cancérogenèse de 2 ans conduites chez des souris ou des rats, la vortioxétine n'est pas considérée comme présentant un risque cancérigène dans l'espèce humaine.

La vortioxétine n'a pas eu d'effet sur la fertilité, les capacités d'accouplement, les organes reproducteurs ni la morphologie et la motilité du sperme chez les rats. La vortioxétine n'a pas eu d'effet tératogène chez les rats ou les lapins. Une toxicité sur la reproduction en termes d'effets sur le poids fœtal et de retard de l'ossification a été observée chez le rat à des expositions plus de 10 fois supérieures à l'exposition humaine à la dose thérapeutique maximale recommandée de 20 mg/jour. Des effets similaires ont été observés chez le lapin à des expositions sous-thérapeutiques.

Dans une étude pré- et post-natale chez le rat, la vortioxétine a été associée à une augmentation de la mortalité des nouveau-nés, une réduction de la prise de poids et un retard du développement des nouveau-nés, à des doses n'ayant pas conduit à une toxicité maternelle et avec des expositions similaires à celles atteintes dans l'espèce humaine après l'administration de vortioxétine à la dose de 20 mg/jour (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).

Les substances liées à la vortioxétine étaient distribuées dans le lait des rates allaitantes (cf Fertilité/Grossesse/Allaitement).

Dans les études de toxicité juvénile chez le rat, tous les résultats liés au traitement par vortioxétine étaient cohérents avec ceux observés chez des animaux adultes.

Des études d'évaluation des risques pour l'environnement ont montré que la vortioxétine peut potentiellement être persistante, bioaccumulable et toxique pour l'environnement (dangereuse pour les poissons). Néanmoins, le risque d'utilisation de la vortioxétine dans les conditions recommandées est considérée comme étant négligeable pour l'environnement aquatique et terrestre (cf Modalités de manipulation et d'élimination).

DP

MODALITÉS DE CONSERVATION

Durée de conservation :
4 ans.

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation.

DP

MODALITÉS MANIPULATION/ÉLIMINATION

Ce médicament peut présenter un risque pour l'environnement (cf Sécurité préclinique).

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE

LISTE I
AMMEU/1/13/891/002 ; CIP 3400927708022 (2013) 28 cp 5 mg.
EU/1/13/891/004 ; CIP 3400958617416 (2013) 98 cp 5 mg.
EU/1/13/891/010 ; CIP 3400927708190 (2013) 28 cp 10 mg.
EU/1/13/891/014 ; CIP 3400958617584 (2013) 98 cp 10 mg.
EU/1/13/891/019 ; CIP 3400927708251 (2013) 28 cp 15 mg.
EU/1/13/891/023 ; CIP 3400958617645 (2013) 98 cp 15 mg.
EU/1/13/891/028 ; CIP 3400927708312 (2013) 28 cp 20 mg.
EU/1/13/891/032 ; CIP 3400958617706 (2013) 98 cp 20 mg.
RCP rév 16.12.2020.
  
Prix :11,81 euros (28 comprimés à 5 mg).
23,56 euros (28 comprimés à 10 mg).
28,93 euros (28 comprimés à 15 mg).
35,36 euros (28 comprimés à 20 mg).
Remb Séc soc à 30 %. Collect.
Modèle hospitalier : Collect.

Titulaire de l'AMM : H. Lundbeck A/S, Ottiliavej 9, 2500 Valby, Danemark.

Informations laboratoire

LUNDBECK SAS
Tour W, 102, terrasse Boieldieu
92085 Paris-La Défense cdx
Tél : 01 79 41 29 00
Info médic et Pharmacovigilance :
Tél : 01 79 41 29 79
Voir la fiche laboratoire
VIDAL Recos 1
Voir les actualités liées
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster