Toxoplasmose

Mis à jour : Lundi 01 mars 2021

La toxoplasmose est une infection due à un parasite microscopique. Chez la femme enceinte, cette infection est grave car elle peut affecter le développement du fœtus et, plus tard, du jeune enfant. La prévention de cette infection repose sur des mesures d'hygiène strictes pour éviter une contamination pendant la grossesse.

Qu'est-ce que la toxoplasmose ?

femme enceinte et son chat

La toxoplasmose est une infection due à un parasite qui se reproduit dans l’intestin des chats et peut se trouver, sous forme de kystes, dans les muscles de nombreux animaux de boucherie. Chez l’homme, cette infection est le plus souvent bénigne, sauf chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli par une maladie ou par un traitement médicamenteux. Lorsque la toxoplasmose a lieu pendant la grossesse, l’infection peut toucher le fœtus et, dans certains cas, provoquer des lésions du cerveau et des yeux.

Quels sont les symptômes de la toxoplasmose

Chez une personne en bonne santé, la toxoplasmose provoque peu de symptômes et ceux-ci évoquent une grippe : fièvre légère, douleurs musculaires, fatigue, ganglions enflés. Ils disparaissent spontanément.

Chez les personnes immunodéprimées, la toxoplasmose se traduit par des symptômes neurologiques sévères, comme des convulsions, parfois par une pneumonie.

Chez le fœtus, l’infection par le toxoplasme est plus sévère lorsqu’elle survient en début de grossesse. Elle peut entraîner des anomalies importantes du développement, voire une fausse couche.

Lorsque la contamination a lieu plus tard dans la grossesse, les troubles du développement des yeux peuvent survenir. De plus, le nouveau-né peut présenter une jaunisse, une augmentation de la rate et du foie, ou des convulsions.

Quelles sont les complications de la toxoplasmose ?

Les enfants nés d’une mère ayant la toxoplasmose pendant la grossesse sont suivis jusqu’à l’adolescence. Dans de rares cas, il arrive que l’enfant développe un retard mental ou une perte de la vue, voire de l’audition. Dans la très grande majorité des cas, aucune complication n’est observée.

Comment est-on contaminé par le toxoplasme ?

La contamination se fait par ingestion de viande mal cuite contenant des toxoplasmes (le toxoplasme peut rester sous la forme de kyste dormant dans les muscles et le cerveau des animaux de boucherie), ou à partir des selles d’un chat (ou d’objets souillés par ces selles, comme la terre, la litière ou des fruits et légumes poussant près du sol). À l’exception de la transmission materno-fœtale, il n’y a pas de transmission du toxoplasme de personne à personne.

La contamination par le toxoplasme peut se faire en portant les doigts à la bouche, lorsqu’on vient de jardiner, de changer la litière du chat, de manipuler de la viande crue ou des fruits et légumes contaminés, ou par les ustensiles de cuisine ayant servi à préparer ces aliments. L’hygiène est donc essentielle à la prévention de la toxoplasmose.

La toxoplasmose est-elle une maladie fréquente ?

De très nombreuses personnes sont contaminées par le toxoplasme pendant leur enfance. Le plus souvent sans symptôme, cette première infection permet la production d’anticorps qui les protègeront toute leur vie, notamment pendant la grossesse. C’est pour cette raison que la recherche d’anticorps contre le toxoplasme est systématique en début de grossesse.

En France, on estime que 40 à 45 % des personnes adultes présentent des anticorps contre le toxoplasme (le pourcentage est plus élevé en Île-de-France et en Aquitaine). Ce chiffre est en recul du fait de l’amélioration de la santé animale et de l’hygiène. Ainsi, de plus en plus de femmes arrivent à l’âge de procréer sans immunité contre cette infection.

Pendant la grossesse, les cas de contamination avec passage du toxoplasme au fœtus sont rares : environ trois cas sur dix mille grossesses en France. Les contaminations de la mère au fœtus sont rares en début de grossesse (chez 5 à 10 % des enfants dont la mère a été récemment contaminée) mais elles ont des conséquences plus sévères. Elles sont plus fréquentes lorsque l’infection de la mère survient en fin de grossesse (environ 30 % des enfants).

Dans la très grande majorité des cas, les contaminations du fœtus sont sans séquelle. Néanmoins, le risque existe.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster