Contraception féminine

Mis à jour : Vendredi 18 septembre 2020

On estime que 71 % des Françaises en âge de procréer utilisent une méthode de contraception et que, parmi celles-ci, plus d’un tiers choisissent de prendre la pilule.

Pendant des siècles, les méthodes de contraception dites « naturelles » étaient les seules disponibles : nos grands-mères les ont testées, souvent sans succès ! Certaines femmes, qui ne souhaitent pas recourir aux méthodes actuelles pour des raisons éthiques, médicales ou religieuses, les utilisent encore malgré leur manque de fiabilité. Signalons donc, pour mémoire, la méthode des températures (la température du corps s’élève juste après l’ovulation sous l'effet de la progestérone), la méthode Ogino (mise au point dans les années 1930, basée sur le calendrier des cycles) ou la méthode des glaires (modification de la glaire du col de l’utérus au moment de l’ovulation). Sans oublier également la technique du « coït interrompu » à l’origine de… nombreuses naissances ! L'efficacité contraceptive de ces méthodes est estimée à 75 % (voir tableau comparatif des moyens de contraception de l'INPES).

 contraception féminine

Aujourd’hui, la France est le pays qui propose le plus grand nombre de méthodes contraceptives aux femmes. La pilule n’est plus le seul moyen de bénéficier d’une méthode contraceptive hormonale fiable. Il existe d’autres dispositifs qui délivrent de faibles doses d’hormones et évitent d’avoir à penser chaque jour à prendre un comprimé : le dispositif intra-utérin hormonal (stérilet hormonal), le dispositif transdermique (patch), l’anneau intravaginal, l’implant sous-cutané et les injections retard. La contraception d’urgence (pilule du lendemain) est également disponible, même si elle ne doit jamais être considérée comme une méthode de contraception régulière.

Enfin, pour les femmes qui ne peuvent ou ne veulent pas avoir recours à la contraception hormonale, le stérilet au cuivre, le préservatif féminin, les capes et les diaphragmes constituent des alternatives fiables.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
Lea1875 Il y a 10 jours 1 commentaire associé

Bonjour, 

Je suis actuellement sous pilule Qlaira. En prenant mon premier comprimé rouge de la plaquette, il est tombé, impossible de le retrouver. J'ai donc pris le prochain. Y'a t'il un risque vu que j'aurais un comprimé rouge en moins sur le mois ?

Merci d'avance pour votre réponse.

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Modérateur Il y a 9 jours 0 commentaire associé

Bonjour

Non, cela n'a généralement pas d'importance. Il reste tout de même préférable de sacrifier une autre plaquette pour garder le même calendrier. Conservée au réfrigérateur (mais surtout pas congelée), cette plaquette de secours restera utilisable au moins 3 ans après sa date de péremption.

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Choupinette05 Il y a 2 mois 1 commentaire associé

Bonjour, j'aurai une dernière question. Est ce que la pilule si on ne la supporte plus, peut entrainer des mycoses vaginales à répétition ? J'ai arrêté la pilule pendant 3 ans après l'avoir prise pendant 11 ans. J'ai décidé de la reprendre en mai 2021, et depuis juin je rencontre les problèmes gynécologiques récidivant. En juin, j'ai commencé à faire une première mycose vaginale, et s'en est suivie jusqu'à aujourd'hui des mycoses à répétitions. J'ai changé de pilule en septembre. Entre temps j'ai fait une prise de sang qui indiquait que ma glycémie était haute, mais ma gynéco a décidé de ne pas faire d'examen plus approfondie.

Je me pose la question d'arrêter vraiment le pilule et voir si tout revient en place, parce que je suis fatiguée de tout ça. Qu'en pensez vous ?

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Modérateur Médecine générale Il y a 2 mois 0 commentaire associé

Bonjour

C'est tout à fait possible, mais c'est avec votre médecin qu'il faut en discuter en face à face, pas sur un forum.

Signaler un contenu inapproprié

Vous venez de signaler ce commentaire. Confirmez-vous votre choix?

+0 -0
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster