Voyages : recommandations sanitaires

Mise à jour : 09 mars 2022
A savoir

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Contexte

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Quels patients traiter ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Objectifs de la prise en charge

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Prise en charge
Stratégie vaccinale avant un voyage
Stratégie vaccinale avant un voyage
1
Vérification et mise à jour des vaccins courants
Quelle que soit la destination, une vérification et une mise à jour éventuelle des vaccins courants s'imposent (voir Traitements). Insister sur la nécessité pour être immunisé que le schéma vaccinal soit terminé 10 à 15 jours avant le départ.
2
Choix des vaccins en fonction de la destination
COVID-19 : recommandé pour tout voyage à travers le monde, exigé dans un certain nombre de pays. Se renseigner sur le site diplomatie.gouv.fr ou auprès des consulats des pays concernés.
Fièvre jaune : indispensable, même en l'absence d'obligation administrative, pour tout séjour dans une zone endémique intertropicale d'Afrique ou d'Amérique du Sud. Pays à risque : cf. tableau 3, pages 13-20 du BEH 2021.
Encéphalite japonaise : séjour en zone rurale plusieurs semaines ou pendant la saison de transmission (saison des pluies), plus particulièrement dans les zones où l'irrigation par inondation est pratiquée (rizières), à proximité d'élevages de porcs, du Pakistan à l'ouest, aux Philippines à l'est, de la Chine au nord, à l'Indonésie au sud (Japon compris) ; cf. BEH 2021, pages 8-10.
Encéphalite à tiques : séjour en zone rurale ou forestière d'endémie (cf. BEH 2021, pages 10-11).
Infections invasives à méningocoques : séjour en zone d'endémie, notamment Afrique subsaharienne, au moment de la saison sèche ou séjour en zone d'épidémie, en cas de contact étroit et prolongé avec la population locale.
3
Choix des vaccins en fonction du type de séjour
Hépatite A : séjour dans un pays où les conditions d'hygiène sont précaires, particulièrement en cas de maladie chronique du foie, de mucoviscidose, et pour les personnes âgées.
Fièvre typhoïde : séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions dans les pays où l'hygiène est précaire et/ou la maladie endémique (sous-continent indien, Asie du Sud-Est).
Hépatite B : séjour fréquent ou prolongé dans les pays à forte ou moyenne prévalence.
Rage : séjour prolongé ou aventureux (voir Cas particuliers).
Grippe saisonnière : pour tous les âges à partir de 6 mois, lors de voyage en groupe (croisières notamment), personnel des bateaux de croisière et des avions.
Tuberculose : BCG recommandé dès la naissance et jusqu'à 15 ans, en cas de séjours fréquents ou prolongés dans les pays à forte incidence tuberculeuse. (Lire Vaccinations.)
Choléra : ce vaccin n'est recommandé que dans certaines situations (voir Cas particuliers).
Poliomyélite : certains pays exigent une vaccination à jour pour l'entrée sur leur territoire (voir Cas particuliers).
1
Vérification et mise à jour des vaccins courants
Quelle que soit la destination, une vérification et une mise à jour éventuelle des vaccins courants s'imposent (voir Traitements). Insister sur la nécessité pour être immunisé que le schéma vaccinal soit terminé 10 à 15 jours avant le départ.
2
Choix des vaccins en fonction de la destination
COVID-19 : recommandé pour tout voyage à travers le monde, exigé dans un certain nombre de pays. Se renseigner sur le site diplomatie.gouv.fr ou auprès des consulats des pays concernés.
Fièvre jaune : indispensable, même en l'absence d'obligation administrative, pour tout séjour dans une zone endémique intertropicale d'Afrique ou d'Amérique du Sud. Pays à risque : cf. tableau 3, pages 13-20 du BEH 2021.
Encéphalite japonaise : séjour en zone rurale plusieurs semaines ou pendant la saison de transmission (saison des pluies), plus particulièrement dans les zones où l'irrigation par inondation est pratiquée (rizières), à proximité d'élevages de porcs, du Pakistan à l'ouest, aux Philippines à l'est, de la Chine au nord, à l'Indonésie au sud (Japon compris) ; cf. BEH 2021, pages 8-10.
Encéphalite à tiques : séjour en zone rurale ou forestière d'endémie (cf. BEH 2021, pages 10-11).
Infections invasives à méningocoques : séjour en zone d'endémie, notamment Afrique subsaharienne, au moment de la saison sèche ou séjour en zone d'épidémie, en cas de contact étroit et prolongé avec la population locale.
3
Choix des vaccins en fonction du type de séjour
Hépatite A : séjour dans un pays où les conditions d'hygiène sont précaires, particulièrement en cas de maladie chronique du foie, de mucoviscidose, et pour les personnes âgées.
Fièvre typhoïde : séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions dans les pays où l'hygiène est précaire et/ou la maladie endémique (sous-continent indien, Asie du Sud-Est).
Hépatite B : séjour fréquent ou prolongé dans les pays à forte ou moyenne prévalence.
Rage : séjour prolongé ou aventureux (voir Cas particuliers).
Grippe saisonnière : pour tous les âges à partir de 6 mois, lors de voyage en groupe (croisières notamment), personnel des bateaux de croisière et des avions.
Tuberculose : BCG recommandé dès la naissance et jusqu'à 15 ans, en cas de séjours fréquents ou prolongés dans les pays à forte incidence tuberculeuse. (Lire Vaccinations.)
Choléra : ce vaccin n'est recommandé que dans certaines situations (voir Cas particuliers).
Poliomyélite : certains pays exigent une vaccination à jour pour l'entrée sur leur territoire (voir Cas particuliers).

Ce contenu est en accès réservé : Connectez-vous pour acéder à ce contenu

Conseils aux patients
La facilité d'accès à des destinations touristiques de plus en plus variées ne doit pas faire sous-estimer les risques potentiellement encourus en voyage, notamment pour les personnes fragilisées (enfants, personnes âgées, femmes enceintes, femmes allaitantes, personnes atteintes de maladies chroniques, etc.).
L'âge et l'état de santé des participants doivent être pris en compte pour le choix de la destination et les modalités du séjour.
Le site du ministère français des Affaires étrangères propose également des informations régulièrement mises à jour sur les risques climatiques, sanitaires ou liés à la situation politique et sociale de l'ensemble des destinations touristiques ou professionnelles, classées par pays.
La vérification du statut vaccinal et son éventuelle mise à jour en fonction de la destination, de la durée et du type de séjour est une étape indispensable à la préparation du voyage. La plupart des vaccins peuvent être prescrits et administrés par le médecin traitant. En France métropolitaine, le vaccin contre la fièvre jaune est uniquement disponible dans les centres agréés. Pour être immunisé, il faut que le schéma vaccinal soit terminé 10 à 15 jours avant le départ.
La nécessité d'un traitement préventif du paludisme doit être évaluée au cas par cas, en fonction de la destination, des conditions du séjour et de sa durée.
Les voyageurs qui souhaiteraient plus de détails sur les maladies pouvant être transmises par les animaux (surtout les arthropodes) sont invités à se reporter aux pages 30 à 36 du BEH 2021.
La composition de la trousse à pharmacie doit être définie conjointement par le candidat au voyage et son médecin traitant, en tenant compte de chaque situation particulière. La prescription d'antibiotiques à visée préventive doit rester l'exception (patient à risque, destination éloignée de toute infrastructure médicale, etc.), leur utilisation inappropriée pouvant faire courir des risques supérieurs aux bénéfices escomptés.
L'application de gestes simples (se protéger contre le soleil et contre les moustiques, se laver systématiquement les mains, ne pas consommer de glaçons, consommer avec prudence crudités et pâtisseries, etc.) permet de prévenir de nombreuses pathologies lors du voyage.
La vente fréquente de médicaments contrefaits dans beaucoup de pays exotiques doit inciter à la plus grande prudence quant à l'utilisation de médicaments achetés sur place.
Des renseignements sur chaque pays, notamment d'ordre sanitaire (épidémie, médecins, hôpitaux et cliniques identifiés par l'ambassade de France dans le pays), sont fournis sur les sites du ministère des Affaires étrangères.
Il doit être rappelé aux parents, ainsi qu'aux jeunes filles mineures, le risque de mutilation sexuelle (excision, infibulation) ou de mariage forcé lors du séjour. La prévention repose sur l'identification d'ethnies (ou de pays) pratiquant ces mutilations et sur l'information des familles sur la gravité et l'interdit juridique de ces gestes qui sont passibles d'amende et d'emprisonnement en France (renseignements au numéro vert : 3919 ou sur le site internet : www.stop-violences-femmes.gouv.fr).
Traitements

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Références

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster