Rééducation fonctionnelle : Maladie coronaire

Mise à jour : 11 mars 2011
Introduction
La réadaptation fait pleinement partie du traitement des patients coronariens. Elle est initialement entreprise dans une structure spécialisée, puis en ambulatoire. Elle diminue en moyenne de 30 % la mortalité cardiovasculaire.
Elle est indiquée dans les suites d'infarctus du myocarde, de pontages et d'angioplastie, d'angor stable, mais aussi en cas d'insuffisance cardiaque chronique par cardiopathie ischémique stabilisée.
Elle est contre-indiquée en cas de rétrécissement aortique serré, angor instable, troubles du rythme sévères, thrombus intracavitaire récent, poussée d'insuffisance cardiaque, HTA importante.
Elle est basée sur une équipe pluridisciplinaire (cardiologues, médecins de réadaptation, nutritionnistes, tabacologues, diabétologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, etc.) et un programme personnalisé dont le versant éducatif est fondamental.
Objectifs
Aide à la réinsertion socioprofessionnelle.
Stabilisation du processus athéromateux.
Techniques
Leur choix est basé sur une évaluation de chaque patient : risque cardiaque, facteurs de risque cardiovasculaire, déconditionnement à l'effort, contexte professionnel et capacités d'adhésion à la prévention secondaire. Un test d'effort, pratiqué le plus souvent à la phase initiale de la réadaptation, évalue les capacités physiques et la tolérance cardiaque. Il guide, avec les tests fonctionnels (force musculaire, marche, etc.), les techniques de reconditionnement.
Le réentraînement (adapté aux déficiences ostéoarticulaires, neurologiques, respiratoires souvent associées) comporte le plus souvent :
Des exercices globaux sur ergomètres (vélo, tapis roulant, manivelle, etc.), 15 à 30  minutes, à une puissance comprise entre 60 et 80 % des capacités maximales, régulée à partir de la fréquence cardiaque et de la perception de l'effort.
Des exercices musculaires analytiques, intéressant des groupes musculaires suffisamment volumineux (grands dorsaux, quadriceps, ischiojambiers). Ils représentent une alternative au travail global (au même titre que l'électrostimulation musculaire) lorsque le déconditionnement est majeur ou lorsqu'il existe une insuffisance cardiaque chronique sévère.
Des séances de relaxation.
La balnéothérapie.
Après la réadaptation, l'atteinte des objectifs doit être réévaluée régulièrement et une reprise séquentielle de la réadaptation éventuellement proposée.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster