Ménopause : traitement hormonal

Mise à jour : 19 janvier 2021
A savoir

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Contexte

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Quels patients traiter ?

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Objectifs de la prise en charge

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Prise en charge
Ménopause
Ménopause
1
Troubles du climatère
Seuls les troubles perçus par la patiente comme altérant sa qualité de vie justifient la prescription d'un THM.
2
Évaluation du risque fracturaire
Doivent être pris en compte : l'âge (> 55 ans), les antécédents personnels (fractures à l'âge adulte, ménopause précoce, immobilisation prolongée, carence vitaminocalcique, corticothérapie prolongée ancienne ou actuelle), les antécédents familiaux (fracture du col fémoral chez les parents de 1er degré).
Sont à considérer également : insuffisance de masse corporelle (< 19 kg/m2), tabagisme, troubles neuromusculaires.
Une densité osseuse évaluée par un T-score ≤ − 2,5 est un facteur de risque fracturaire majeur.
3
THM et risque fracturaire
Un traitement est indiqué en cas d'ostéoporose avérée ou d'ostéopénie avec risque fracturaire élevé et de contre-indication d'un traitement de l'ostéoporose (bisphosphonate, raloxifène ou ranélate de strontium). Les doses minimales d'estrogènes permettant de freiner la déminéralisation osseuse sont variables selon les patientes et les types de traitement (médicament, voie d'administration). Une surveillance par ostéodensitométrie est discutée mais non codifiée.
4
Troubles du climatère
L'estrogénothérapie améliore les troubles du climatère.
Il est recommandé de traiter à une dose minimale efficace et pour une durée limitée.
Pour la sécheresse vaginale, les traitements estrogéniques locaux peuvent être également efficaces.
5
Surveillance annuelle
Un arrêt de traitement peut être proposé 1 fois par an pour évaluer la nécessité de poursuivre le THM.AE
La mesure de la pression artérielle et la palpation mammaire doivent être au minimum annuelles, et une mammographie de dépistage doit être réalisée tous les 2 ans.
6
Prise en charge complémentaire
Un apport journalier de 1 000 à 1 200 mg de calcium, au mieux alimentaire, est recommandé. Une supplémentation en vitamine D peut être associée par intermittence. Un traitement de l'ostéoporose peut être prescrit si nécessaire. Lire Ostéoporose.
1
Troubles du climatère
Seuls les troubles perçus par la patiente comme altérant sa qualité de vie justifient la prescription d'un THM.
2
Évaluation du risque fracturaire
Doivent être pris en compte : l'âge (> 55 ans), les antécédents personnels (fractures à l'âge adulte, ménopause précoce, immobilisation prolongée, carence vitaminocalcique, corticothérapie prolongée ancienne ou actuelle), les antécédents familiaux (fracture du col fémoral chez les parents de 1er degré).
Sont à considérer également : insuffisance de masse corporelle (< 19 kg/m2), tabagisme, troubles neuromusculaires.
Une densité osseuse évaluée par un T-score ≤ − 2,5 est un facteur de risque fracturaire majeur.
3
THM et risque fracturaire
Un traitement est indiqué en cas d'ostéoporose avérée ou d'ostéopénie avec risque fracturaire élevé et de contre-indication d'un traitement de l'ostéoporose (bisphosphonate, raloxifène ou ranélate de strontium). Les doses minimales d'estrogènes permettant de freiner la déminéralisation osseuse sont variables selon les patientes et les types de traitement (médicament, voie d'administration). Une surveillance par ostéodensitométrie est discutée mais non codifiée.
4
Troubles du climatère
L'estrogénothérapie améliore les troubles du climatère.
Il est recommandé de traiter à une dose minimale efficace et pour une durée limitée.
Pour la sécheresse vaginale, les traitements estrogéniques locaux peuvent être également efficaces.
5
Surveillance annuelle
Un arrêt de traitement peut être proposé 1 fois par an pour évaluer la nécessité de poursuivre le THM.AE
La mesure de la pression artérielle et la palpation mammaire doivent être au minimum annuelles, et une mammographie de dépistage doit être réalisée tous les 2 ans.
6
Prise en charge complémentaire
Un apport journalier de 1 000 à 1 200 mg de calcium, au mieux alimentaire, est recommandé. Une supplémentation en vitamine D peut être associée par intermittence. Un traitement de l'ostéoporose peut être prescrit si nécessaire. Lire Ostéoporose.
Suivi et adaptation du traitement
La patiente traitée par THM doit faire l'objet d'une surveillance régulière  :
surveillance clinique au minimum annuelle : persistance de signes de carence estrogénique gênants ou, à l'inverse, présence de mastodynies, recherche de saignements anormaux, mesure du poids, de la pression artérielle, palpation mammaire ;
mammographie tous les 2 ans, avec échographie mammaire le plus souvent car l'estrogénothérapie augmente la densité mammaire et peut gêner la lecture des clichés ;
échographie utérine au moindre doute en cas de métrorragies récidivantes et/ou abondantes, voire hystéroscopie en cas de saignements anormaux abondants.
Conseils aux patients
La ménopause est un phénomène physiologique qui peut entraîner des troubles dits « climatériques » liés à la carence estrogénique (bouffées de chaleur, prise de poids, troubles vaginaux, troubles urinaires, troubles de l'humeur, insomnie). Elle est aussi responsable d'une déminéralisation osseuse qui peut favoriser le développement de l'ostéoporose.
L'intensité des troubles étant très variable d'une femme à l'autre, la décision d'instaurer un traitement hormonal de la ménopause est strictement individuelle et doit tenir compte à la fois des symptômes ressentis et des risques encourus.
À l'instauration du THM, une information claire et adaptée doit être fournie aux patientes. Les risques inhérents au traitement doivent leur être communiqués : l'augmentation du risque de survenue d'un cancer du sein, d'affections cardiovasculaires ou de thromboses liée à la prise d'un THM doit être clairement exposée.
La nécessité de poursuivre le traitement doit être réévaluée annuellement. Un arrêt de traitement peut être proposé pour mieux évaluer sa nécessité.
Un guide grand public sous forme de questions/réponses, « Vous et votre traitement hormonal de la ménopause », est publié par l'ANSM (juillet 2006).
Traitements

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Références

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster