Dyslipidémies

Mise à jour : 17 mai 2022
La maladie

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Diagnostic

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Quels patients traiter ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Objectifs de la prise en charge

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Prise en charge
Dépistage d'une dyslipidémie chez le patient à risque cardiovasculaire
Dépistage d'une dyslipidémie chez le patient à risque cardiovasculaire
1
Facteurs de risque cardiovasculaire
Ils sont à rechercher systématiquement : homme ≥ 50 ans, femme ≥ 60 ans ou ménopausée ; antécédents familiaux de maladie coronaire précoce ; tabagisme actuel ; HTA ; diabète de type 2. Par ailleurs, l'hypo-HDL-c < 0,40 g/l (0,9 mmol/l) et l'hyper LDL-c ≥ 1,60 g/l (4,1 mmol/l) sont des facteurs de RCV.
2
Exploration d'une anomalie lipidique (EAL)
Elle comprend : dosage du CT, du HDL-c, des TG, et calcul du LDL-c. Le prélèvement doit être fait après 12 heures de jeûne strict.
Le dosage des apolipoprotéines A1 et B est réservé aux hypercholestérolémies majeures, aux hyper- ou hypo-HDLémies importantes (> 1 g/l ou < 0,25 g/l), aux hypertriglycéridémies sévères ≥ 4 g/l.
Les seuils retenus sont différents selon les recommandations. Il était admis que, en cas de risque cardiovasculaire élevé à très élevé, le niveau de LDL-c devait être < 1,30 g/l, voire < 1 g/l. Selon les recommandations récentes, l'objectif thérapeutique (LDL-c cible), dépend des facteurs de RCV.
3
Formule de Friedewald : calcul du LDL-c
Le plus souvent, le LDL-c n'est pas dosé, mais calculé selon la formule de Friedewald.
LDL-c = CT - HDL-c - (TG/5) en g/l, ou
LDL-c = CT - HDL-c - (TG/2,2) en mmol/l.
Ce calcul n'est possible que si les TG sont inférieurs à 3,4 g/l (3,75 mmol/l) et en l'absence de chylomicrons.
4
Mesure de la glycémie à jeunGrade C
Elle est systématique, le diabète étant associé à une dyslipidémie : hausse des TG et baisse du HDL-c.
5
L'hypo-HDLémie
Elle est le plus souvent associée à une hypertriglycéridémie, un diabète ou une obésité, ainsi qu'à la sédentarité.
6
Stratégie thérapeutiqueAE
Hypertriglycéridémie et hyper-LDLémie peuvent être associées (voir Cas particuliers).
L'abaissement du LDL-c est le meilleur indicateur d'efficacité de prévention cardiovasculaire par hypolipémiant.Grade A La cible thérapeutique est établie selon les facteurs de RCV (voir Évaluation).
Dépistage d'une dyslipidémie chez le patient sans risque cardiovasculaire
Dépistage d'une dyslipidémie chez le patient sans risque cardiovasculaire
1
Facteurs de risque cardiovasculaire
Ils sont à rechercher systématiquement : homme ≥ 50 ans, femme ≥ 60 ans ou ménopausée ; antécédents familiaux de maladie coronaire précoce ; tabagisme actuel ; HTA ; diabète de type 2. Par ailleurs, l'hypo-HDL-c < 0,40 g/l (0,9 mmol/l) et l'hyper LDL-c ≥ 1,60 g/l (4,1 mmol/l) sont des facteurs de RCV.
2
Exploration d'une anomalie lipidique (EAL)
Elle comprend : dosage du CT, du HDL-c, des TG, et calcul du LDL-c. Le prélèvement doit être fait après 12 heures de jeûne strict.
Le dosage des apolipoprotéines A1 et B est réservé aux hypercholestérolémies majeures, aux hyper- ou hypo-HDLémies importantes (> 1 g/l ou < 0,25 g/l), aux hypertriglycéridémies sévères ≥ 4 g/l.
Les seuils retenus sont différents selon les recommandations. Il était admis que, en cas de risque cardiovasculaire élevé à très élevé, le niveau de LDL-c devait être < 1,30 g/l, voire < 1 g/l. Selon les recommandations récentes, l'objectif thérapeutique (LDL-c cible), dépend des facteurs de RCV.
3
Formule de Friedewald : calcul du LDL-c
Le plus souvent, le LDL-c n'est pas dosé, mais calculé selon la formule de Friedewald.
LDL-c = CT - HDL-c - (TG/5) en g/l, ou
LDL-c = CT - HDL-c - (TG/2,2) en mmol/l.
Ce calcul n'est possible que si les TG sont inférieurs à 3,4 g/l (3,75 mmol/l) et en l'absence de chylomicrons.
4
Mesure de la glycémie à jeunGrade C
Elle est systématique, le diabète étant associé à une dyslipidémie : hausse des TG et baisse du HDL-c.
5
L'hypo-HDLémie
Elle est le plus souvent associée à une hypertriglycéridémie, un diabète ou une obésité, ainsi qu'à la sédentarité.
6
Stratégie thérapeutiqueAE
Hypertriglycéridémie et hyper-LDLémie peuvent être associées (voir Cas particuliers).
L'abaissement du LDL-c est le meilleur indicateur d'efficacité de prévention cardiovasculaire par hypolipémiant.Grade A La cible thérapeutique est établie selon les facteurs de RCV (voir Évaluation).

Ce contenu est en accès réservé : Connectez-vous pour acéder à ce contenu

Conseils aux patients
La dyslipidémie est un facteur de risque cardiovasculaire, au même titre que le tabagisme, la surcharge pondérale ou l'hypertension artérielle. Sa prise en charge n'est donc pas isolée, mais s'inscrit dans une prise en charge globale de tous les facteurs de risque susceptibles d'être corrigés par des règles hygiénodiététiques et/ou par un traitement médicamenteux.
L'importance du régime alimentaire et de l'exercice physique doit être rappelée avec force. Voir Traitements non médicamenteux.
La nécessité d'une observance régulière en cas de traitement médicamenteux doit être soulignée, en sachant qu'une bonne observance est souvent difficile à obtenir lorsque le traitement n'entraîne pas d'amélioration immédiatement perceptible.
Il est recommandé d'informer les patients des effets indésirables des hypolipémiants dès l'instauration d'un traitement, et de leur indiquer la conduite à tenir en cas de survenue d'événements nouveaux.
Il est nécessaire de les avertir des interactions médicamenteuses possibles.
Traitements

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Références

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster