Diététique : Insuffisance rénale chronique avant le stade de la dialyse et hors transplantation

Mise à jour : Mardi 16 février 2021
Contexte
La prise en charge diététique de l'insuffisance rénale chronique (IRC) répond à plusieurs objectifs : préservation de l'équilibre hydro-électrolytique, préservation de l'équilibre phosphocalcique, ralentissement de la vitesse de détérioration de la fonction rénale, prévention de la dénutrition et prévention des complications cardiovasculaires.
L'insuffisance rénale chronique est un facteur de risque majeur d'accident cardiovasculaire. Les régimes prescrits doivent donc tenir compte des facteurs de risque associés, notamment le diabète, l'hypertension artérielle et la dyslipidémie.
Les recommandations diététiques varient en fonction du stade de l'IRC.
Objectifs diététiques
Hors dialyse, les apports liquidiens ne doivent être ni restreints ni forcés. Contrairement aux idées reçues, il est inutile de boire beaucoup lorsqu'on souffre d'une insuffisance rénale.
De nombreux insuffisants rénaux chroniques étant hypertendus, un régime limité en sodium, avec des apports de l'ordre de 4 à 5 g de chlorure de sodium par jour, est souvent nécessaire.
Un apport protidique de 0,8 g/kg par jour est recommandé. Des restrictions plus sévères, à 0,6 g/kg par jour (voire moins si supplémentation en acides aminés ou cétoanalogues), justifient un suivi diététique très spécialisé. Les équivalences du contenu en protéines de quelques aliments sont les suivantes :
10 g de protéines = 50 g de viande (veau, bœuf, porc, mouton, cheval) = 50 g de volaille (poulet, canard, oie, pintade) = 50 g de lapin = 50 g d'abats (foie, cervelle, cœur, rognon) = 50 g de poisson d'eau de mer et d'eau douce = 1 œuf entier.
5 g de protéines = 150 ml de lait entier = 1 yaourt = 2 petits- suisses de 30 g = 70 g de fromage blanc battu = 1 coupe viennoise = 20 g de gruyère = une portion de camembert = ¼ de baguette de pain = 5 biscottes = 250 g de pommes de terre = 50 g de pâtes (avant cuisson) = 60 g de riz (avant cuisson).
En IRC sévère (stades 4 et 5), les patients diminuent souvent leurs apports caloriques. Des apports énergétiques de 20 à 35 kcal par jour doivent être assurés.
L'acidose métabolique chronique doit être traitée. L'objectif est de maintenir une bicarbonatémie au-dessus de 23 mmol/l. Cet objectif peut être atteint par la supplémentation en eau de Vichy (Vichy Célestins = 3 g de bicarbonates par litre), ou en poudre de bicarbonate de soude (conditionnement alimentaire ou pharmaceutique).
La réduction du débit de filtration glomérulaire, l'acidose métabolique, la prescription fréquente de médicaments bloqueurs du système rénine-angiotensine entraînent fréquemment une élévation de la kaliémie. L'absorption des aliments riches en potassium doit donc être limitée : artichauts, champignons, citrouille, épinards, fenouil, oseille, purée de tomates, fèves, haricots blancs, fruits secs, avocats, bananes, châtaignes, amandes, cacahuètes, noix, noisettes, pistaches, lait en poudre, café soluble, chocolat, ketchup, poissons en conserve.
En IRC sévère (stades 4 et 5), une tendance à l'hyperphosphorémie est présente. L'hyperphosphorémie est un puissant facteur d'hyperparathyroïdisme secondaire. Un avis diététique spécialisé aura pour but de limiter l'apport en phosphore en respectant l'apport protidique. L'alternative est l'utilisation des chélateurs du phosphore.
Conseils aux patients
Il n'existe pas de régime spécial de l'IRC. Les besoins nutritionnels de chacun dépendent entre autres de l'âge, des comorbidités, du stade de l'insuffisance rénale, du niveau d'activité physique.
Ce que le patient peut ou ne peut pas manger peut changer avec le temps, en fonction de son état rénal, des maladies associées, de nouveaux médicaments prescrits.
L'avis et le suivi du nutritionniste, du diététicien (de préférence spécialisé dans les maladies rénales) sont des éléments importants de la prise en charge.
Outre une alimentation saine, les aspects suivants sont importants à rappeler aux patients dans la gestion de leur IRC : arrêter de fumer, maintenir un poids idéal, faire de l'exercice régulièrement.
Les ateliers d'éducation thérapeutique font partie de la prise en charge de l'IRC. Y assister est aussi important que de prendre le traitement ; toutes les informations y seront expliquées.
Lire les Recos concernées :
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster