Dermatite atopique de l'adulte

Mise à jour : 16 juin 2021
La maladie

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Diagnostic

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Quels patients traiter ?

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Objectifs de la prise en charge

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Prise en charge
Dermatite atopique de l'adulte
Dermatite atopique de l'adulte
1
Lésions inflammatoires
Elles sont caractérisées par des plaques érythémateuses, squameuses, excoriées le plus souvent (vésicules grattées), pouvant être papuleuses ou œdémateuses. Un suintement doit faire éliminer une surinfection bactérienne ou virale.
Une exposition récente à un allergène doit être recherchée en cas de poussée sévère, en particulier si une zone du corps est particulièrement atteinte.
2
Dermocorticoïdes
La crainte d'effets secondaires ne doit pas limiter leur prescription.AE
Les dermocorticoïdes d'activité faible (classe IV) sont inefficaces dans la dermatite atopique.
Ceux d'activité modérée (classe III) et forte (classe II) sont prescrits en cures courtes (7 à 15 jours) sur les lésions inflammatoires, ou plus prolongées si les lésions sont lichénifiées.AE
Ceux d'activité très forte (classe I) sont indiqués, en cures courtes sur les lésions très inflammatoires, en particulier des mains et des pieds. Ils sont à éviter sur le visage.
La forme galénique à prescrire dépend des lésions : crème pour lésions suintantes et plis, pommade pour lésions sèches et/ou lichénifiées, lotion ou mousse pour cuir chevelu.
3
Antihistaminiques H1
Ils n'améliorent pas l'eczéma, ni ne réduisent les poussées (Cochrane Database, 2019). Ils peuvent être prescrits à visée sédative en cas de prurit important pour des durées courtes.
4
Mesures adjuvantes
Les émollients ont une efficacité démontrée sur la sécheresse cutanée et la prévention des rechutes.Grade B Ils sont utilisés quotidiennement d'une part pendant les poussées, en alternance avec les dermocorticoïdes (dermocorticoïdes le matin et émollients le soir), et d'autre part seuls, entre les poussées. L'effet émollient est potentialisé par l'utilisation d'enveloppements humides (« wet wrapping »).
Les mesures d'hygiène servent à lutter contre la xérose (bain tiède, pains ou gels sans savon) et prévenir les surinfections.
5
En cas d'échec du traitement
Le tacrolimus topique peut être proposé dans les poussées sévères réfractaires aux corticoïdes et peu étendues, principalement du visage et du cou, mais n'a pas de place en prévention des récidives (HAS, novembre 2013).
Le dupilumab et le baricitinib sont réservés à la dermatite atopique modérée à sévère en cas d'échec, d'intolérance ou de contre-indication à la ciclosporine (HAS, juillet 2018 et février 2021).
1
Lésions inflammatoires
Elles sont caractérisées par des plaques érythémateuses, squameuses, excoriées le plus souvent (vésicules grattées), pouvant être papuleuses ou œdémateuses. Un suintement doit faire éliminer une surinfection bactérienne ou virale.
Une exposition récente à un allergène doit être recherchée en cas de poussée sévère, en particulier si une zone du corps est particulièrement atteinte.
2
Dermocorticoïdes
La crainte d'effets secondaires ne doit pas limiter leur prescription.AE
Les dermocorticoïdes d'activité faible (classe IV) sont inefficaces dans la dermatite atopique.
Ceux d'activité modérée (classe III) et forte (classe II) sont prescrits en cures courtes (7 à 15 jours) sur les lésions inflammatoires, ou plus prolongées si les lésions sont lichénifiées.AE
Ceux d'activité très forte (classe I) sont indiqués, en cures courtes sur les lésions très inflammatoires, en particulier des mains et des pieds. Ils sont à éviter sur le visage.
La forme galénique à prescrire dépend des lésions : crème pour lésions suintantes et plis, pommade pour lésions sèches et/ou lichénifiées, lotion ou mousse pour cuir chevelu.
3
Antihistaminiques H1
Ils n'améliorent pas l'eczéma, ni ne réduisent les poussées (Cochrane Database, 2019). Ils peuvent être prescrits à visée sédative en cas de prurit important pour des durées courtes.
4
Mesures adjuvantes
Les émollients ont une efficacité démontrée sur la sécheresse cutanée et la prévention des rechutes.Grade B Ils sont utilisés quotidiennement d'une part pendant les poussées, en alternance avec les dermocorticoïdes (dermocorticoïdes le matin et émollients le soir), et d'autre part seuls, entre les poussées. L'effet émollient est potentialisé par l'utilisation d'enveloppements humides (« wet wrapping »).
Les mesures d'hygiène servent à lutter contre la xérose (bain tiède, pains ou gels sans savon) et prévenir les surinfections.
5
En cas d'échec du traitement
Le tacrolimus topique peut être proposé dans les poussées sévères réfractaires aux corticoïdes et peu étendues, principalement du visage et du cou, mais n'a pas de place en prévention des récidives (HAS, novembre 2013).
Le dupilumab et le baricitinib sont réservés à la dermatite atopique modérée à sévère en cas d'échec, d'intolérance ou de contre-indication à la ciclosporine (HAS, juillet 2018 et février 2021).
Cas particuliers
Lichénification
Un dermocorticoïde d'activité forte (classe II) ou très forte (classe III) en cure prolongée peut être prescrit, éventuellement sous occlusion, après avis spécialisé, jusqu'à la guérison complète.
Érythrodermie
Il s'agit d'une éruption érythémateuse et squameuse, souvent suintante et généralisée (> 90 % de la surface cutanée), sans espace de peau saine, d'installation aiguë ou subaiguë.
Elle doit être prise en charge en milieu spécialisé, en hospitalisation, afin d'éliminer une autre cause d'érythrodermie et de discuter d'un traitement : intensification des soins locaux (dermocorticoïdes forts à très forts 30 à 40 g/jour + émollients ± ciclosporine ou dupilumab ou mycophénolate selon les antécédents).
Atteinte isolée des paupières
Le tacrolimus pommade trouve une bonne indication sur l'atteinte isolée des paupières de l'adulte.
Conseils aux patients
Bien expliquer le bon maniement des dermocorticoïdes et leurs effets indésirables, dont la crainte ne doit pas en limiter l'usage. Préciser qu'il ne faut pas les appliquer en quantité excessive, ni sur la peau saine.
L'utilisation des émollients doit être la plus large possible. Ils doivent être hypoallergéniques et comporter le moins d'excipients possibles, pour éviter les sensibilitations (eczéma de contact).
Pains ou gels sans savon doivent être conseillés pour la toilette.AE
Les régimes d'éviction alimentaire n'ont pas d'intérêt.
Le port de vêtements en laine et tissus synthétiques à même la peau est déconseillé : préférer le coton ou la soie.
Une personne ayant une poussée d'herpès doit absolument éviter d'entrer en contact direct avec un patient atteint de dermatite atopique du fait du risque d'infection herpétique grave chez celui-ci, surtout en période de poussée.
Traitements

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Références

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Ressources laboratoire17Dermatovénérologie
Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster