Crise convulsive de l'adulte

Mise à jour : 08 août 2018
La maladie

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Diagnostic

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Quels patients traiter ?

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Objectifs de la prise en charge

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Prise en charge
Crise convulsive de l'adulte
Crise convulsive de l'adulte
1
Décision d'adresser ou non le patient aux urgences
En cas de survenue, chez un épileptique connu, d'une crise identique aux crises habituelles, et si l'entourage est fiable, le recours au service d'urgences n'est pas nécessaire.
Dans les autres cas, il est recommandé d'adresser le patient aux urgences hospitalières. Dans l'attente : position latérale de sécurité et prévention de tout risque de blessure. En cas d'incertitude, appeler le 15 pour avis.
2
À l'arrivée aux urgences
Surveillance des constantes et de la vigilance.
Protection du patient : position latérale de sécurité, libération des voies aériennes, prévention des risques de blessure.
Le plus souvent, la crise est finie ; le patient se « réveille » lentement. Interrogatoire du patient et des témoins.
3
Crise convulsive accompagnée ou isolée ?
La CC est dite « accompagnée » si au moins un des critères suivants est présent : répétition de la crise aux urgences, état de mal convulsif, confusion mentale > 30 minutes, fièvre > 38 °C, déficit post-critique, alcoolisation, sevrage alcoolique, éthylisme chronique, intoxication, trouble métabolique, traumatisme crânien, maladie générale (cancer, lymphome, sida), prise d'anticoagulants oraux, grossesse.
La CC est dite « isolée » dans les autres cas.
4
Exploration aux urgences
Un scanner cérébral est recommandé en urgence notamment chez les patients > 40 ans. Un EEG en urgence n'est pas systématique, mais est indiqué en cas de suspicion d'état de mal non convulsif, de crise non épileptique psychogène ou de suspicion de crises partielles fréquentes chez un patient non communiquant. La décision d'hospitalisation dépend des résultats du scanner (±EEG) et du contexte social.
5
Critères d'hospitalisation
Patients > 60 ans ou en cas de CC accompagnée.
Examens biologiques selon la clinique. Ponction lombaire indiquée en urgence (après l'imagerie) si fièvre > 38 °C, si confusion persistante, si immunodépression.
6
Prise en charge ambulatoire
Après une CC isolée chez un patient de moins de 60 ans, les examens complémentaires et une consultation neurologique peuvent être programmés en ambulatoire.
Après une CC, la prévention des récidives n'est pas systématique. Si elle est jugée nécessaire : benzodiazépine per os jusqu'à la consultation avec le neurologue.
1
Décision d'adresser ou non le patient aux urgences
En cas de survenue, chez un épileptique connu, d'une crise identique aux crises habituelles, et si l'entourage est fiable, le recours au service d'urgences n'est pas nécessaire.
Dans les autres cas, il est recommandé d'adresser le patient aux urgences hospitalières. Dans l'attente : position latérale de sécurité et prévention de tout risque de blessure. En cas d'incertitude, appeler le 15 pour avis.
2
À l'arrivée aux urgences
Surveillance des constantes et de la vigilance.
Protection du patient : position latérale de sécurité, libération des voies aériennes, prévention des risques de blessure.
Le plus souvent, la crise est finie ; le patient se « réveille » lentement. Interrogatoire du patient et des témoins.
3
Crise convulsive accompagnée ou isolée ?
La CC est dite « accompagnée » si au moins un des critères suivants est présent : répétition de la crise aux urgences, état de mal convulsif, confusion mentale > 30 minutes, fièvre > 38 °C, déficit post-critique, alcoolisation, sevrage alcoolique, éthylisme chronique, intoxication, trouble métabolique, traumatisme crânien, maladie générale (cancer, lymphome, sida), prise d'anticoagulants oraux, grossesse.
La CC est dite « isolée » dans les autres cas.
4
Exploration aux urgences
Un scanner cérébral est recommandé en urgence notamment chez les patients > 40 ans. Un EEG en urgence n'est pas systématique, mais est indiqué en cas de suspicion d'état de mal non convulsif, de crise non épileptique psychogène ou de suspicion de crises partielles fréquentes chez un patient non communiquant. La décision d'hospitalisation dépend des résultats du scanner (±EEG) et du contexte social.
5
Critères d'hospitalisation
Patients > 60 ans ou en cas de CC accompagnée.
Examens biologiques selon la clinique. Ponction lombaire indiquée en urgence (après l'imagerie) si fièvre > 38 °C, si confusion persistante, si immunodépression.
6
Prise en charge ambulatoire
Après une CC isolée chez un patient de moins de 60 ans, les examens complémentaires et une consultation neurologique peuvent être programmés en ambulatoire.
Après une CC, la prévention des récidives n'est pas systématique. Si elle est jugée nécessaire : benzodiazépine per os jusqu'à la consultation avec le neurologue.

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Conseils aux patients
Pour les patients non hospitalisés après une 1re CC isolée, un arrêt de travail sera prescrit jusqu'à la consultation avec le neurologue.
Éviter toute situation entraînant un risque de surmenage et dormir suffisamment.
Proscrire la prise de médicaments potentiellement convulsivants (ex. : antidépresseurs tricycliques).
Proscrire la prise irrégulière de médicaments ayant des propriétés anticonvulsivantes (ex. : benzodiazépines).
Ne pas pratiquer d'activité potentiellement dangereuse : natation, escalade.
La conduite automobile est à proscrire après une 1re crise tant que le bilan étiologique n'est pas fait. Même en cas d'épilepsie équilibrée sous traitement, la conduite automobile professionnelle est très encadrée. Pour la conduite individuelle, le médecin doit conseiller au patient de passer devant la commission départementale du permis de conduire.
Éviter la consommation d'alcool.
Traitements

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Références

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster