Mise à jour : 13 Décembre 2023
La maladie

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Diagnostic

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Quels patients traiter ?

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Objectifs de la prise en charge

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Prise en charge
COVID-19
COVID-19
1
Évaluation de la gravité
On distingue la COVID-19 non sévère (absence de signes de COVID-19 sévère ou critique) ; sévère (SpO2 < 90 % en air ambiant, signes de pneumonie, signes d'insuffisance respiratoire sévère) ; critique (nécessité de manœuvre de réanimation, syndrome de détresse respiratoire aiguë - SDRA, sepsis, choc septique).
2
Facteurs de risque (FDR) de forme grave
La liste des facteurs de risque de forme grave a été actualisée par le groupe AvATher. Voir rubrique « Population à risque de forme grave ».
3
Prise en charge ambulatoire
Traitement symptomatique adapté (paracétamol).
Traitement antiviral pour les patients dont le début des symptômes ≤ 5 jours, non oxygéno-requérants et présentant un risque accru d'évolution vers une forme grave de COVID-19 : association fixe nirmatrelvir/ritonavir. En cas de contre-indication, notamment liée aux interactions médicamenteuses ou en cas d'insuffisance rénale chronique sévère (DFG < 30 ml/min) et/ou d'hémodialyse : remdésivir IV, si la souche de SARS-CoV-2 est sensible. En 3e intention, en l'absence totale d'alternative, et tant que les variants XBB sont majoritaires : sotrovimab.
4
Prise en charge hospitalière en service de médecine
En absence d'oxygéno-requérance : paracétamol associé en cas de FDR d'évolution vers une forme grave au nirmatrelvir/ritonavir ou au remdésivir IV et à une thromboprophylaxie 7-10 jours ; en dernier recours, en l'absence totale d'alternative : sotrovimab.
En cas d'oxygéno-requérance et d'âge < 70 ans : oxygénothérapie conventionnelle + dexaméthasone (6 mg/j à dose fixe, 10 jours au maximum). Le tocilizumab peut être rajouté en cas d'aggravation de la fonction respiratoire, en l'absence d'immunosuppression. Le baricitinib, recommandé par le NIH, n'a pas d'AMM en France et n'a pas été évalué par la HAS.
5
Prise en charge en réanimation
Le traitement repose sur la dexaméthasone, le tocilizumab. Le baricitinib (hors AMM) peut y être associé, selon le NIH et l'OMS, ± le remdésivir.
Le traitement de support comporte oxygénothérapie et assistance respiratoire, paracétamol, thromboprophylaxie. Dans les formes sévères ou graves de COVID-19, les données ne permettent pas de proposer de fortes doses d'HBPM.
1
Évaluation de la gravité
On distingue la COVID-19 non sévère (absence de signes de COVID-19 sévère ou critique) ; sévère (SpO2 < 90 % en air ambiant, signes de pneumonie, signes d'insuffisance respiratoire sévère) ; critique (nécessité de manœuvre de réanimation, syndrome de détresse respiratoire aiguë - SDRA, sepsis, choc septique).
2
Facteurs de risque (FDR) de forme grave
La liste des facteurs de risque de forme grave a été actualisée par le groupe AvATher. Voir rubrique « Population à risque de forme grave ».
3
Prise en charge ambulatoire
Traitement symptomatique adapté (paracétamol).
Traitement antiviral pour les patients dont le début des symptômes ≤ 5 jours, non oxygéno-requérants et présentant un risque accru d'évolution vers une forme grave de COVID-19 : association fixe nirmatrelvir/ritonavir. En cas de contre-indication, notamment liée aux interactions médicamenteuses ou en cas d'insuffisance rénale chronique sévère (DFG < 30 ml/min) et/ou d'hémodialyse : remdésivir IV, si la souche de SARS-CoV-2 est sensible. En 3e intention, en l'absence totale d'alternative, et tant que les variants XBB sont majoritaires : sotrovimab.
4
Prise en charge hospitalière en service de médecine
En absence d'oxygéno-requérance : paracétamol associé en cas de FDR d'évolution vers une forme grave au nirmatrelvir/ritonavir ou au remdésivir IV et à une thromboprophylaxie 7-10 jours ; en dernier recours, en l'absence totale d'alternative : sotrovimab.
En cas d'oxygéno-requérance et d'âge < 70 ans : oxygénothérapie conventionnelle + dexaméthasone (6 mg/j à dose fixe, 10 jours au maximum). Le tocilizumab peut être rajouté en cas d'aggravation de la fonction respiratoire, en l'absence d'immunosuppression. Le baricitinib, recommandé par le NIH, n'a pas d'AMM en France et n'a pas été évalué par la HAS.
5
Prise en charge en réanimation
Le traitement repose sur la dexaméthasone, le tocilizumab. Le baricitinib (hors AMM) peut y être associé, selon le NIH et l'OMS, ± le remdésivir.
Le traitement de support comporte oxygénothérapie et assistance respiratoire, paracétamol, thromboprophylaxie. Dans les formes sévères ou graves de COVID-19, les données ne permettent pas de proposer de fortes doses d'HBPM.

Ce contenu est en accès réservé : Connectez-vous pour acéder à ce contenu

Conseils aux patients
Il est rappelé qu'il faut savoir refaire un test en cas de persistance des symptômes, et qu'un autotest positif devrait, selon les recommandations, faire l'objet d'une confirmation par un test RT-PCR.
En ambulatoire, il est conseillé de s'isoler, de porter un masque médical, d'observer les gestes barrières (Ameli, août 2023), de réaliser régulièrement un lavage ou une friction hydro-alcoolique des mains, de contrôler la saturation en oxygène à l'aide d'un oxymètre de pouls en cas de dyspnée.
Il est conseillé de consulter rapidement en cas de dyspnée importante ou s'aggravant, et/ou en cas de SpO2 < 95 %.
L'évaluation du retentissement psychologique peut être nécessaire.
Ultérieurement, il conviendra d'effectuer les vaccinations selon le schéma recommandé.
Pour les patients ayant présenté une forme sévère ou critique et les patients présentant des symptômes persistants, un bilan de contrôle en centre spécialisé devra évaluer l'existence de séquelles éventuelles et la nécessité de suivre un programme de réhabilitation (neurologique, cardiorespiratoire, ORL).
Traitements

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Références

Connectez-vous pour accéder à ce contenu

Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster