Convulsion fébrile

Mise à jour : 15 avril 2019
La maladie

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Diagnostic

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Quels patients traiter ?

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Objectifs de la prise en charge

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Prise en charge
Convulsion fébrile
Convulsion fébrile
1
Traitement d'une crise > 5 minutes par benzodiazépine
Diazépam intrarectal : 0,5 mg/kg, à renouveler 1 fois après 5 à 10 minutes si persistance de la crise, sans dépasser 10 mg (1 ampoule) au total.
Ou midazolam par voie transmuqueuse buccale à partir de 6 mois : 0,5 mg/kg sans dépasser 10 mg.
2
Traitement antipyrétique
3
Information des parents
Les parents doivent être informés que les CF simples sont bénignes, que le risque d'épilepsie ultérieure est faible mais que les récidives sont fréquentes.
4
Bilan étiologique
Il est guidé par le contexte clinique et l'âge de l'enfant.
La ponction lombaire (PL) est systématique si l'enfant présente des signes méningés et/ou en cas de CF complexe.
L'imagerie cérébrale n'est indiquée qu'en cas de crise convulsive fébrile atypique.
L'électroencéphalogramme (EEG) n'est jamais indiqué en cas de CF simple. Il est systématique avant la mise en route d'un traitement préventif au long cours.
5
Conseils en cas de récidive à domicile
Installation de l'enfant en position latérale de sécurité, tête à plat, en libérant les voies aériennes supérieures.
Diazépam intrarectal : voir Conseils aux patients.
Observation de la crise et de sa durée.
6
Traitement préventif des CF simples
Un traitement préventif continu n'est pas indiqué, sauf en cas de récidives fréquentes.
Le traitement antipyrétique est peu efficace sur la prévention des récidives (crise souvent inaugurale révélant la fièvre).
L'administration de diazépam en solution buvable en cas de poussée fébrile ne se discute qu'exceptionnellement en raison d'un effet modeste et d'une mauvaise tolérance (sédation).
7
Traitement préventif des CF complexes
Seul le valproate de sodium a une AMM en prévention de la récidive de crises après une ou plusieurs convulsions fébriles complexes, après échec d'une prophylaxie intermittente par benzodiazépines.
1
Traitement d'une crise > 5 minutes par benzodiazépine
Diazépam intrarectal : 0,5 mg/kg, à renouveler 1 fois après 5 à 10 minutes si persistance de la crise, sans dépasser 10 mg (1 ampoule) au total.
Ou midazolam par voie transmuqueuse buccale à partir de 6 mois : 0,5 mg/kg sans dépasser 10 mg.
2
Traitement antipyrétique
3
Information des parents
Les parents doivent être informés que les CF simples sont bénignes, que le risque d'épilepsie ultérieure est faible mais que les récidives sont fréquentes.
4
Bilan étiologique
Il est guidé par le contexte clinique et l'âge de l'enfant.
La ponction lombaire (PL) est systématique si l'enfant présente des signes méningés et/ou en cas de CF complexe.
L'imagerie cérébrale n'est indiquée qu'en cas de crise convulsive fébrile atypique.
L'électroencéphalogramme (EEG) n'est jamais indiqué en cas de CF simple. Il est systématique avant la mise en route d'un traitement préventif au long cours.
5
Conseils en cas de récidive à domicile
Installation de l'enfant en position latérale de sécurité, tête à plat, en libérant les voies aériennes supérieures.
Diazépam intrarectal : voir Conseils aux patients.
Observation de la crise et de sa durée.
6
Traitement préventif des CF simples
Un traitement préventif continu n'est pas indiqué, sauf en cas de récidives fréquentes.
Le traitement antipyrétique est peu efficace sur la prévention des récidives (crise souvent inaugurale révélant la fièvre).
L'administration de diazépam en solution buvable en cas de poussée fébrile ne se discute qu'exceptionnellement en raison d'un effet modeste et d'une mauvaise tolérance (sédation).
7
Traitement préventif des CF complexes
Seul le valproate de sodium a une AMM en prévention de la récidive de crises après une ou plusieurs convulsions fébriles complexes, après échec d'une prophylaxie intermittente par benzodiazépines.
Cas particuliers
Convulsions récidivantes
La récidive n'est habituellement pas le signe d'une épilepsie.
En cas de convulsions fébriles récidivantes, il y a cependant lieu de penser au syndrome de Dravet. Lire Épilepsie de l'enfant.
Conseils aux patients
La survenue d'un ou plusieurs épisodes de convulsions fébriles dans l'enfance n'augmente le plus souvent pas le risque de survenue d'une épilepsie.
Un enfant ayant un antécédent de convulsion fébrile peut être gardé normalement en collectivité.
Un traitement préventif n'est le plus souvent pas nécessaire.
En cas de fièvre, un traitement antipyrétique doit être administré sans attendre la survenue d'importantes variations thermiques.
La prise de diazépam par voie orale en cas de fièvre est généralement inutile.
Les modalités d'administration et les doses du diazépam par voie intrarectale à administrer en cas de nouvelle convulsion, doivent faire l'objet d'une démonstration aux parents et aux personnes en charge de l'enfant.
L'administration s'effectue à l'aide d'une seringue de 1 ou 2,5 ml, adaptée à une canule intrarectale spécialement destinée à cet usage, en vente en pharmacie. En l'absence de canule, la seringue seule peut éventuellement être introduite dans la marge anale et vidée dans le rectum, en prenant garde de ne pas blesser l'enfant. Il est conseillé de maintenir ensuite les fesses de l'enfant bien serrées pour éviter la fuite du produit.
En cas de traitement par valproate de sodium, informer les patients du risque d'hépatopathie et en décrire les signes annonciateurs devant conduire à l'arrêt du traitement (asthénie, anorexie, somnolence).
Traitements

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Références

Ce contenu est en accès réservé : cliquez-ici pour en savoir plus

Presse - CGU - Données personnelles - Configuration des cookies - Mentions légales - Donnez votre avis sur vidal.fr - Contact webmaster