Mise à jour : 15 Octobre 2021

Le syndrome des jambes sans repos (également appelé impatiences, impatiences nocturnes, syndrome d'impatiences musculaires d'éveil ou maladie de Willis et Ekbom) est l'une des causes de troubles du sommeil. Il provoque également des troubles de la mémoire et de la concentration. Dans les formes très graves, un traitement médicamenteux peut être envisagé en complément des mesures hygiénodiététiques.

Qu'est-ce que le syndrome des jambes sans repos ?

Le syndrome des jambes sans repos, également appelé impatiences nocturnes, provoque des troubles du sommeil, de la mémoire et de la concentration. Les impatiences tendent à devenir plus fréquentes avec l’âge. Au-delà de 50 ans, 5 à 10 % des personnes en souffrent occasionnellement. Les personnes atteintes de maladies comme le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, l'insuffisance rénale chronique, l'hypothyroïdie, la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson sont plus exposées aux impatiences, ainsi que les personnes obèses ou en surpoids.

Quels sont les symptômes du syndrome des jambes sans repos ?

Les personnes qui souffrent d’impatiences se plaignent d’un besoin impérieux de bouger les jambes, voire de fourmillements, de picotements ou de sensations de courant électrique, essentiellement au repos : au lit, dans un fauteuil, au spectacle, etc. Le plus souvent, ces symptômes touchent les deux jambes, parfois une seule, rarement les bras. Même si la personne qui en souffre n’a pas conscience de se réveiller, les impatiences entraînent souvent des microréveils de quelques secondes. Le matin, la personne a l’impression que son sommeil n’était pas réparateur.

En effet, pendant le sommeil, leurs jambes font des mouvements incontrôlés : le pied se redresse, la jambe se plie brutalement. Ces soubresauts, présents chez 80 % des patients, sont très gênants pour le conjoint. Le phénomène se reproduit par épisodes qui durent de cinq à vingt minutes, avec des mouvements toutes les trente secondes environ. Les symptômes des impatiences nocturnes sont différents de ceux observés lors de crampes nocturnes, souvent plus douloureuses.

Quelles sont les complications du syndrome des jambes sans repos ?

Les formes très graves de syndrome des jambes sans repos, qui représentent 4 % de l’ensemble des cas, peuvent entraîner des perturbations importantes du sommeil et avoir un retentissement sur la vie quotidienne familiale, sociale ou professionnelle.

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Les plus récents
Les plus récents Les plus suivis Les mieux votés
nicolasdu31 Il y a 3 mois 0 commentaire associé

Bonjour

Je suis atteint de SJSR depuis une dizaine d'année, depuis 5 ans environ je suis sous SIFROL. Dès que je n'en prends pas les crisent revienent au bout de 1 à 2 nuits.
J'ai parfois essayé de me passer du sifrol en essayant des régimes à base d'aliments riches en fer ou autre mais rien n'y faisait. Ces derniers temps j'étais même réveillé jusqu'à 2 fois par nuit, j'avais des impatiences dans les jambes et dans les bras.

Récemment j'ai tenté de boire de l'eau minérale à la place de l'eau du robinet et j'ai vu du mieux. Je me suis dit que le problème venait peut-être d'un manque de magnésium et donc j'ai fait une petite cure de cachet de magnésium (en vente libre) et du jour au lendemain je n'ai plus eu de SJSR alors que ça faisait des années que j'en souffrais toutes les nuits! J'ai arrêté de prendre les cachets de magnésium au bout de 2 semaines, depuis je bois de l'eau Hépar ou Contrex riche en magnésium et cela fait plus de 2 mois que je n'ai plus eu une seule crise! Je n'ai plus pris de Sifrol non plus bien sûr.

J'espre que ça pourra aider d'autres personnes ou que a pourra faire avancer la recherche.

Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster