Mise à jour : 22 mars 2024
Publicité

Les traitements de l’hépatite C chronique visent à éradiquer le VHC, à prévenir, stabiliser ou faire régresser les lésions du foie, et à éviter que ne se développent des complications comme la cirrhose ou le cancer du foie. Ils doivent également permettre à terme de réduire le nombre de nouveaux cas de personnes atteintes d’hépatite C en France.

Comment traite-t-on l'hépatite C ?

Le traitement de l'hépatite C a pour objectif d'éliminer le virus qui en est responsable, ce qui est aujourd'hui possible dans environ 98 % des cas avec la mise à disposition de médicaments antiviraux dits à action directe. Ces antiviraux, efficaces et le plus souvent bien tolérés, ont profondément modifié la prise en charge de la maladie. Si ces médicaments ne parviennent pas à éliminer le virus de l'hépatite C, les soins médicaux visent alors à ralentir la progression de la fibrose du foie afin de prévenir l'apparition d'une cirrhose.

Tous les malades atteints d’hépatite C chronique peuvent désormais bénéficier d’un traitement antiviral s’ils le souhaitent.
Tous les médecins ont désormais la possibilité de traiter leurs patients infectés par le VHC, sans recours aux structures hospitalières (sauf cas particuliers comme les personnes co-infectées par l’hépatite B, ou celles souffrant d’insuffisance rénale, de cirrhose sévère, de cancer du foie, etc. ou celles pour qui un premier traitement contre le VHC s’est avéré inefficace).

Le traitement par antiviraux à action directe nécessite :

  • généralement un électrocardiogramme (ECG) avant de débuter le traitement pour rechercher un trouble du rythme cardiaque ;
  • la mise en place de consultations régulières dont la fréquence est fixée au cas par cas par le médecin. Ces consultations de suivi permettent de s’assurer de la bonne prise de l’antiviral (observance) et de l’absence d’effets indésirables gênants (tolérance) ;
  • un contrôle par le médecin, avant et pendant le traitement, des possibles interactions médicamenteuses (y compris avec des médicaments d'automédication) ou alimentaires.

L’inclusion dans un programme d'éducation thérapeutique est recommandée.

La prise en charge du traitement par l’Assurance maladie
Les antiviraux d’action directe sont désormais pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie pour tous les adultes présentant une hépatite C chronique.

Quels sont les médicaments utilisés dans l'hépatite C chronique ?

En 2014, une nouvelle génération d’antiviraux dits « à action directe » a été mise à disposition des malades. Ces antiviraux empêchent le virus d’infecter de nouvelles cellules en bloquant l’action des protéines indispensables à sa multiplication.

Ils peuvent être organisés en 3 classes différentes selon leurs cibles :

  • inhibiteurs de protéase NS3A/4A (voxilaprévir, glécaprévir),
  • inhibiteurs de la protéine NS5A (lédipasvir, elbasvir, pibrentasvir, velpastavir),
  • inhibiteurs de NS5B (sofosbuvir).

Le traitement référence de l’hépatite C fait appel à des médicaments contenant des associations fixes d’antiviraux de classes différentes pour une durée de 8 ou 12 semaines, parfois 16 semaines selon le médicament.

Pour évaluer l’efficacité du traitement antiviral, une prise de sang est effectuée 12 semaines après la fin du traitement anti-VHC. Si aucun virus de l’hépatite C n’est retrouvé dans le sang, la personne est considérée comme guérie (mais elle gardera des anticorps contre le VHC dans son sang, comme témoins de la maladie).

Si le foie était en bon état (peu ou pas de fibrose) au moment du traitement, aucun suivi ultérieur n’est nécessaire (mais la personne doit respecter les conseils de protection pour éviter une réinfection par le VHC, toujours possible).

Si le foie présentait des lésions, ou si la personne est à risque de troubles hépatiques (co-infection par l’hépatite B, alcoolodépendance, obésité, syndrome métabolique, par exemple), un suivi régulier est maintenu pour s’assurer de la santé du foie (en particulier pour dépister précocement un éventuel cancer du foie).

Attention en cas de diabète
Les antiviraux d'action directe peuvent abaisser la glycémie des patients diabétiques traités. Une surveillance étroite du taux de sucre dans le sang est donc nécessaire pendant les premiers mois du traitement contre l'hépatite C. Les traitements antidiabétiques doivent parfois être ajustés par le médecin.

Que se passe-t-il en cas d’échec d’un premier traitement contre le VHC ?

Les causes d’échec des traitements contre le VHC sont essentiellement :

  • une mauvaise observance (le patient ne prend pas son traitement comme indiqué), 
  • des interactions médicamenteuses qui diminuent l’efficacité du traitement anti-VHC, 
  • un arrêt prématuré du traitement (par exemple à cause d’une mauvaise tolérance par le patient),
  • l’existence de souches de VHC résistantes au traitement,
  • une réinfection par le VHC au cours du traitement.

Dans ce cas, le patient est suivi par une équipe hospitalière qui va rechercher les causes de l’échec et trouver des moyens d’y remédier. En cas de souches résistantes, des examens complémentaires sont pratiqués pour identifier les médicaments antiviraux actifs contre cette souche résistante.

La greffe de foie

Lorsque la cirrhose ou le cancer du foie met en danger la vie du patient, le seul traitement reste la greffe de foie. Elle devient plus rare dans le cadre de l’hépatite C en raison de l’efficacité des traitements antiviraux.

Les patients qui nécessitent une greffe de foie sont classés par ordre de gravité décroissante. Ce n’est pas la date d’inscription qui compte mais la gravité de l’insuffisance hépatique. Le délai moyen d’attente pour une greffe de foie est de 6 à 12 mois. Dans certains cas, les patients en attente de greffe sont traités contre le VHC avant la greffe. Après la greffe, tous les patients sont traités contre le VHC pour prévenir une infection du foie greffé par du VHC présent dans l’organisme.

Publicité

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Publicité
Actualités liées 5
Publicité
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster