Les symptômes et l'évolution de l'hépatite B

Mis à jour : Vendredi 02 avril 2021

Quels sont les symptômes de l'hépatite B ?

Après la contamination, la période d’incubation de l’hépatite B peut durer plusieurs semaines. Ensuite, des signes de type grippe apparaissent pendant quelques jours puis disparaissent. Dans 20 à 40 % des cas, des symptômes apparaissent ensuite : fatigue importante, jaunisse, urines foncées, nausées, perte d’appétit, maux de ventre du côté droit, et parfois démangeaisons. Cette phase dure quelques mois. Si, après 6 mois, le virus de l’hépatite B est toujours présent dans le sang, on parle d’hépatite B chronique.

Pendant les deux à trois mois qui suivent la contamination, la quantité de virus présent dans l’organisme est très importante, même si la personne contaminée ne présente aucun symptôme. Elle est donc contagieuse pour son entourage.

Qu'est-ce qu'une hépatite fulminante ?
Dans de très rares cas (moins d'un cas pour deux cents cas d'hépatite B aiguë), la contamination par le virus de l'hépatite B peut entraîner une inflammation très sévère et une destruction du foie, dite hépatite « fulminante », qui peut provoquer des hémorragies, un coma et le décès. La greffe d'un nouveau foie est le seul traitement de l'hépatite fulminante, qui peut également être causée par des produits toxiques (plantes, produits chimiques, etc.).

Comment évolue l'hépatite B ?

Dans la très grande majorité des cas (98 % des infections), l’évolution de l’hépatite B est sans gravité. Neuf personnes sur dix vont éliminer le virus grâce à leurs défenses immunitaires : elles guérissent spontanément et sont immunisées parce qu’elles ont fabriqué des anticorps contre le VHB.

Chez 10 % des personnes infectées (15 % chez les hommes, 5 % chez les femmes), le virus de l’hépatite B va rester dans le foie où il sera plus ou moins actif. Cette activité entraîne une hépatite chronique. Les personnes dites « immunodéprimées », c’est-à-dire dont les défenses immunitaires sont affaiblies (par exemple, chimiothérapie contre le cancer, dialyse, VIH/sida), développent une hépatite chronique plus fréquemment (40 % des cas).

Les personnes qui souffrent d’hépatite B chronique sont porteuses du VHB, en général sans problème de santé particulier. Mais chez 20 % de ces personnes, des complications apparaissent en l’absence de surveillance médicale et de traitement.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster