Symptômes et complications des lymphœdèmes

Mis à jour : Jeudi 02 Décembre 2021

L’étendue et la localisation d’un lymphœdème sont variables.

Quels sont les symptômes du lymphœdème ?

Lorsqu’un membre est atteint de lymphœdème, la personne ressent dans le membre une lourdeur qui peut gêner la mobilité, parfois de la douleur. La peau du membre touché peut devenir rouge et dure. Lorsque le bras est touché, le lymphœdème peut être limité à la main, s’étendre à l’avant-bras, voire parfois au bras complet. Plus rarement, le lymphœdème peut affecter le visage, le cou, le tronc ou les organes génitaux. Un lymphœdème n’apparaît pas forcément immédiatement après l’événement qui en est la cause (chirurgie, traitement anticancéreux, etc.). Il peut se déclencher 1 à 2 ans après.

Pour cette raison, les personnes qui ont subi un traitement pouvant provoquer un lymphœdème sont invitées à surveiller la possible apparition de symptômes évocateurs pendant plusieurs années, avec une consultation médicale rapide au moindre doute.

Comment détecter précocement un lymphœdème du bras ?

Après une opération du cancer du sein au cours de laquelle un ou des ganglions lymphatiques ont été retirés, l’apparition d’un lymphœdème du bras débute souvent de manière discrète. Le gonflement de la main ou de l’avant-bras peut apparaître et disparaître spontanément. Il peut y avoir également un gonflement de l’aisselle, de la région de l’omoplate ou du sein. Les signes qui doivent alerter et inviter à rapidement consulter son médecin sont :

  • une sensation de tension ou de lourdeur dans le bras sans raison évidente ;
  • un épaississement de la peau du bras ou de la main par rapport à celle de l’autre bras ;
  • une mobilité réduite du bras ou de la main ;
  • l’impression que les bijoux (alliance, bagues, bracelets, montre) sont trop serrés.

Quelles sont les complications des lymphœdèmes ?

Les complications infectieuses liées au lymphœdème

Lorsque la lymphe stagne dans un membre, les protéines de grande taille qu’elle contient s’accumulent dans les vaisseaux lymphatiques et les tissus. Elles agissent en stimulant les fibroblastes, les cellules qui sont en charge du renouvellement de la peau. La peau tend à s’épaissir et à devenir moins souple, de petites poches de graisse peuvent s’y former. De plus, cette stagnation de la lymphe perturbe l’immunité locale : la peau devient plus vulnérable aux infections, en particulier à celles dues aux streptocoques. Lorsque ces streptocoques ne sont plus contrôlés par le système immunitaire de la peau, une infection peut apparaître : l’érysipèle.

Cette complication est assez fréquente puisqu’elle concernerait de 20 à 40 % des personnes qui souffrent de lymphœdèmes. Elle se traduit par une forte réaction inflammatoire qui touche les couches profondes de la peau (le derme et l’hypoderme, sa sous-couche graisseuse). La peau est rouge, luisante, gonflée, chaude et très douloureuse. Dans 80 % des cas, ces lésions sont accompagnées d'une fièvre d'apparition soudaine et élevée. Pour éviter l’érysipèle et autres infections de la peau, les personnes qui souffrent de lymphœdème doivent respecter une bonne hygiène corporelle et systématiquement désinfecter et surveiller la moindre plaie.

Le handicap fonctionnel lié aux lymphœdèmes

Un lymphœdème peut évoluer de différentes façons. Dans certains cas, il est temporaire et disparaît en quelques mois. Mais il peut persister et devenir fluctuant mais sans jamais complètement régresser. On parle alors de lymphœdème chronique.

Lorsqu’il persiste et que le membre est volumineux, le lymphœdème peut interférer avec la mobilité du membre atteint, voire être à l’origine de douleurs chroniques. Ce handicap fonctionnel est souvent lié aux conséquences du lymphœdème sur les articulations (une inflammation, par exemple au niveau de l’épaule), sur la peau (avec des rétractions cicatricielles qui peuvent limiter l’amplitude des mouvements) ou sur les nerfs (avec des douleurs chroniques de type neuropathie ou syndrome du canal carpien).

Les conséquences psychologiques et sociales des lymphœdèmes

Lorsqu’il devient chronique, un lymphœdème peut exercer un effet négatif sur la qualité de vie de la personne qui en souffre. Des difficultés psychologiques peuvent apparaître :

  • perturbation de l’image de soi et de son corps ;
  • perte de l’estime de soi ;
  • anxiété (dans le contexte du cancer, le lymphœdème est un rappel constant du cancer et de la possibilité d’une récidive) ;
  • dépression.

Dans la vie sociale, un lymphœdème chronique peut être à l’origine de problèmes de couple (en particulier lorsque la dégradation de l’image de soi perturbe la vie intime). De plus, il peut interférer avec la vie professionnelle et nécessiter un réaménagement de poste ou un changement de profession.

Pour toutes ces raisons, la prise en charge médicale d’un lymphœdème chronique inclut une dimension de soutien psychologique.

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster