Suivre et comprendre la croissance chez l’enfant

Mis à jour : Lundi 16 mai 2022

SOMMAIRE Patient

Comment surveille-t-on la croissance des enfants ?

Pour suivre la croissance d’un enfant, le médecin mesure trois paramètres : le périmètre crânien (chez les nourrissons, en centimètres, voir encadré ci-dessous), la taille ainsi que le poids (en kilogrammes). À partir de la taille et du poids, il calcule la corpulence (IMC, indice de masse corporelle). Ces quatre valeurs sont notées sur des graphiques figurant dans la partie « Courbes de croissance » du carnet de santé. Ces pages permettent de garder la trace de ces mesures et de les comparer avec les valeurs habituellement observées en France.

Pour tracer les courbes de croissance, il est conseillé de mesurer et de peser son enfant :

  • tous les 3 mois, de la naissance jusqu’à 1 an ;
  • au minimum tous les 6 mois de 1 à 4 ans ;
  • au moins tous les ans jusqu’à la puberté.
Qu’est-ce que la courbe de périmètre crânien ?

Cette courbe permet de surveiller la croissance en général et celle du cerveau en particulier. Les mesures du tour de tête sont généralement faites par le médecin. Elles sont particulièrement importantes la première année car elles permettent la détection précoce d’anomalies de développement du système nerveux.

Comprendre les courbes de croissance

Dans le carnet de santé, les courbes de croissance se trouvent aux pages 78 à 87 (il existe deux courbes pour chaque sexe : une allant de 1 mois à 3 ans, une autre de 1 à 18 ans). Ces courbes présentent deux bandes prédessinées de couleur plus claire : la bande la plus large est limitée par deux lignes continues et contient la bande la plus étroite, limitée par deux lignes pointillées. La ligne continue qui court au centre de ces deux bandes représente, pour chaque âge et chaque sexe, la valeur moyenne observée chez les enfants français.

Courbe de croissance des garçons

La courbe de taille des garçons de la naissance à 3 ans

Source : Carnet de santé 2018 - Ministère de la Santé

Cependant, tous les enfants qui ne se situent pas dans la moyenne ne présentent pas pour autant un problème de croissance. Les bandes plus claires des graphiques reflètent cette variabilité (ce qu’on appelle également la « déviation standard » ou DS) : à un âge donné, 2 enfants sur 3 (ou 1 enfant sur 2 selon les courbes) se situent dans la bande limitée par des lignes pointillées (1 déviation standard) et 94 % d’entre eux se situent dans la bande limitée par des lignes continues (2 déviations standard). Une mesure située hors de la zone plus claire peut donc être considérée comme inhabituelle, et ce d’autant plus qu’elle en est éloignée.

Néanmoins, pour une bonne interprétation des mesures, il est nécessaire de considérer l’évolution des courbes de croissance dans son ensemble et de ne pas tirer des conclusions hâtives sur une mesure unique située hors de la zone plus claire. L’essentiel est que la croissance de l’enfant soit harmonieuse, qu’il grandisse et prenne du poids régulièrement. Ses courbes de poids, de taille et de corpulence doivent progresser parallèlement aux bandes plus claires, qu’elles se situent plutôt vers le haut ou vers le bas de celles-ci.

Sur la courbe de taille, la taille de l'enfant doit augmenter régulièrement et parallèlement aux limites de la zone plus claire. Si la taille de l'enfant se situe régulièrement au-dessous de la limite basse, cela peut signifier un retard de croissance, en particulier s'il y a une cassure ou une stagnation dans la progression de la courbe. Néanmoins, la taille d'un enfant né de parents de petite taille se situe le plus souvent dans la partie basse de la zone plus claire, sans qu’il y ait un retard de croissance.

Qu’est-ce que la « taille cible » ?

La taille d'une personne adulte dépend de la taille de ses parents, de son origine ethnique et de son alimentation pendant l'enfance. En l'absence de facteurs exceptionnels (malnutrition, troubles hormonaux, etc.), la taille adulte d'un enfant peut être estimée à partir de sa taille à la naissance et de celle de ses parents.

Pour estimer cette « taille cible », il existe une formule de calcul, dite « de Tanner », qui figure dans le carnet de santé :

  • pour les filles : la taille cible = (taille du père en cm + taille de la mère en cm - 13)/2
  • pour les garçons : la taille cible = (taille du père en cm + taille de la mère en cm + 13)/2.

Néanmoins, certains pédiatres remettent en question l’usage systématique de cette formule de calcul. En effet, elle est imprécise lorsqu’un parent est très petit ou très grand, ou lorsque les parents sont d’une taille très différente. Elle tend à surestimer la taille cible des garçons et à sous-estimer celle des filles. De plus, certains pédiatres remplacent le nombre 13 par 12 qui leur paraît plus adapté aux tailles observées en France. Enfin, certains pédiatres préfèrent calculer non pas la taille cible, mais la déviation standard cible de l’enfant à partir de la déviation standard des parents par rapport à la moyenne française.

En France, à l’âge adulte, 95 % des garçons se situeront entre 1,62 et 1,90 m (moyenne : 1,76 m) et 95 % des filles entre 1,52 et 1,77 m (moyenne : 1,64 m).

* En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Presse - CGU - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster