ABASAGLAR : nouvelle insuline glargine, biosimilaire de LANTUS

Par DAVID PAITRAUD

Date de publication : 27 Janvier 2016

ABASAGLAR 100 unités/mL solution injectable SC est une nouvelle spécialité d'insuline glargine, présentée en cartouche et en stylo prérempli KwikPen.
ABASAGLAR est un biosimilaire de LANTUS

Cet analogue de l'insuline humaine, d'action lente, est indiqué dans le traitement du diabète sucré de l'adulte, de l'adolescent et de l'enfant à partir de 2 ans.

L'autorisation de mise sur le marché d'ABASAGLAR a été octroyée sur la base des études ayant démontré sa bioéquivalence et sa non-infériorité, en termes de variation de l'hémoglobine glyquée après 6 mois de traitement, par rapport l'insuline LANTUS

Pour la Commission de la transparence, ABASAGLAR se place dans la stratégie thérapeutique du diabète sucré comme un :

En pratique, ABASAGLAR est une insuline à durée d'action prolongée, nécessitant 1 administration sous-cutanée par jour, en alternant les sites d'injection.

Le taux de prise en charge par l'Assurance maladie d'ABASAGLAR est de 65 %.
Son prix de vente s'élève à 44,54 € TTC (1 boîte de 5 cartouches ou de 5 stylos injecteurs préremplis KwikPen, de 3 mL).

L'insuline glargine est un analogue de l'insuline humaine, d'action lente, indiqué dans le traitement du diabète sucré (illustration).


ABASAGLAR, médicament biosimilaire de LANTUS
ABASAGLAR 100 unités/mL solution injectable SC (sous-cutanée) est une nouvelle spécialité d'insuline glargine, présentée en cartouche de 3 mL ou en stylo préremplie KwikPen de 3 mL.

ABASAGLAR est un médicament biosimilaire de LANTUS avec lequel il partage les mêmes indications dans le traitement du diabète sucré de l'adulte, de l'adolescent et de l'enfant à partir de 2 ans

Leur composition ne diffère que par un de leurs excipients, de l'oxyde de zinc dans ABASAGLAR et du chlorure de zinc dans LANTUS.

Contrairement à LANTUS, ABASAGLAR n'est pas disponible en flacon.

ABASAGLAR, bioéquivalent et non-inférieur à LANTUS
L'équivalence pharmacocinétique et pharmacodynamique entre ABASAGLAR et LANTUS ont été établies dans 4 études de phase I, conduites :
La non-infériorité d'ABASAGLAR par rapport à LANTUS a été étudiée dans 2 essais de phase III, ELEMENT-1 (Blevins TC and al. Diabetes Obes Metab 2015) et ELEMENT-2 (Rosenstock J and al. Diabetes Obes Metab. 2015), ayant comparé l'efficacité et la tolérance de ces deux insulines d'action lente chez 1 291 adultes diabétiques au total. 

L'étude ELEMENT-1 a inclus 535 patients diabétiques de type 1, traités pendant 24 semaines (dont 1 phase de titration et une phase d'entretien de 12 semaines) par 1 injection sous-cutanée quotidienne d'ABASAGLAR ou de LANTUS à l'aide d'un stylo prérempli, suivie d'une phase d'extension de 28 semaines (soit 52 semaines au total), et d'une phase de suivi de 4 semaines.
Un traitement associé par insuline lispro était administré 3 fois par jour en tant qu'insuline prandiale dans le cadre du schéma basal-bolus.

L'étude ELEMENT-2 a inclus 756 patients diabétiques de type 2, traités pendant 24 semaines (dont 1 phase de titration et une phase d'entretien de 12 semaines) par 1 injection sous-cutanée quotidienne d'ABASAGLAR ou de LANTUS et par l'antidiabétique par voie orale en cours à l'inclusion. 

Le critère principal d'inclusion était la variation du taux sanguin d'hémoglobine glyquée HbA1c, après 6 mois (24 semaines) de traitement

Ces 2 études ont démontré la non-infériorité d'ABASAGLAR par rapport à LANTUS aux seuils de non-infériorité prédéfinis de 0,4 % et de 0,3 % (Tableaux I et II).
 
Tableau I  - Variations moyennes des taux d'HbA1c - Etude ELEMENT-1
Variation du taux d'HbA1c
(valeur initiale – valeur à la fin du traitement)
ABASAGLAR LANTUS Différence ABASAGLAR - LANTUS
Moyenne des moindres carrés (%)
IC 95 %
p
-0,350 %

< 0,001
-0,456 %
 
< 0,001
0,106 %
[-0,005 ; 0,217]
0,061
 
Tableau II  - Variations moyennes des taux d'HbA1c - Etude ELEMENT-2
Variation du taux d'HbA1c
(valeur initiale – valeur à la fin du traitement)
ABASAGLAR LANTUS Différence ABASAGLAR - LANTUS
Moyenne des moindres carrés (%)
IC 95 %
p
-1,286 %

< 0,001
-1,338 %
 
< 0,001
0,052 %
[-0,070 ; 0,242]
0,403

 
Un profil de tolérance similaire également
Les profils de tolérance d'ABASAGLAR et de LANTUS sont par ailleurs également similaires.
Les effets secondaires les plus fréquents dans les études ELEMENT-1 et 2 ont été : nasopharyngite, infection respiratoire haute, diarrhée, douleurs dorsales.

Les principaux effet indésirables mentionnés dans le résumé des caractéristiques du produit d'ABASAGLAR sont l'hypoglycémie, comme pour toute insulinothérapie, les affections oculaires (altération transitoire de la vue) et les affections de la peau et du tissu sous-cutané (lipodystrophie au site d'injection).

Les risques potentiels identifiés dans le plan de gestion des risques sont le développement de cancers et le développement d'anticorps anti-insuline.

Traitement de 1re ou 2e intention selon l'âge et le type de diabète
Dans son avis du 23 septembre 2015, la Commission de la transparence a estimé qu'ABASAGLAR présentait un service médical rendu (SMR) important, avec un rapport efficacité/effets indésirables important, excepté dans le diabète sucré de l'enfant de 2 à 5 ans où il est mal établi.

La place d'ABASAGLAR dans la stratégie thérapeutique du diabète est la même que celle de LANTUS, à savoir : 
ABASAGLAR en pratique L'insuline glargine est un analogue de l'insuline à durée d'action prolongée.
ABASAGLAR doit être administré 1 fois par jour par voie SC
La posologie ainsi que le moment d'administration doivent être ajustés individuellement. Il est important que l'horaire d'administration soit régulier.

L'injection par voie sous-cutanée est réalisée dans le ventre, les cuisses ou les bras, avec le stylo KwikPen ou, pour la présentation en cartouche, avec un stylo réutilisable recommandé pour l'utilisation avec les cartouches d'insuline Lilly.
Il est recommandé d'effectuer une rotation des sites d'injection dans une même zone d'injection, d'une injection à l'autre.
  Quand on remplace une insuline d'action intermédiaire ou d'action prolongée par ABASAGLAR, il peut être nécessaire de modifier la dose d'insuline et/ou d'ajuster la posologie du traitement antidiabétique concomitant (doses et horaires d'administration des insulines rapides ou des analogues rapides de l'insuline ou posologies des antidiabétiques oraux associés).

Afin de réduire le risque de survenue d'une hypoglycémie nocturne ou de début de journée, les patients qui remplacent leur schéma d'insuline basale de 2 injections journalières d'insuline NPH par une injection quotidienne d'ABASAGLAR doivent réduire leur dose quotidienne d'insuline basale de 20 à 30 % durant les premières semaines de traitement.

Durant les premières semaines, cette réduction doit, au moins en partie, être compensée par une augmentation de l'insuline couvrant les repas ; après cette période, le traitement devra être ajusté individuellement.
Il est recommandé d'assurer une surveillance métabolique étroite pendant la période de transition et les premières semaines qui suivent
  ABASAGLAR est à conserver au réfrigérateur entre 2 °C et 8 °C, dans l'emballage extérieur et à l'abri de la lumière.

Après la 1re utilisation, les stylos et les cartouches peuvent être conservés pendant 28 jours au maximum à une température ne dépassant pas 30 °C à l'abri de la chaleur directe ou de la lumière directe. 

Les stylos en cours d'utilisation ne doivent pas être conservés au réfrigérateur.

Le capuchon du stylo doit être remis sur le stylo après chaque injection afin de le protéger de la lumière.

Identité administrative
Pour aller plus loin
Les études
Les VIDAL Recos relatives au diabète

Pour en savoir plus...

Consultez les monographies VIDAL :

Consultez les VIDAL Recos :

Sources : J.O. (Journal Officiel), EMA (European Medicines Agency), HAS (Haute Autorité de Santé), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)