Sites d’information sur l’IVG : Marisol Touraine appelle les internautes à se mobiliser pour le site public

Par Stéphane KORSIA-MEFFRE

Date de publication : 11 Janvier 2016

IVG.gouv.fr, le site officiel d’information sur l’IVG s’est à nouveau fait doubler dans les résultats de recherche Google par un site dit "pro-vie", ou "anti-avortement". Or ce site se présente comme un site d'information neutre sur l'IVG, alors qu'il ne l'est pas (présentation uniquement négative et dissuasive).

Afin de tenter de faire remonter le site officiel devant ce site qui peut induire en erreur les internautes en quête d'informations, Marisol Touraine a appelé les citoyens-internautes "à la mobilisation", en leur demandant de cliquer sur ce site pour le faire remonter en première place.

Mais cette action ponctuelle suffira-t-elle ? Il est permis d'en douter, comme l'a notamment exprimé le Dr Dominique Dupagne*, un des pionniers de l'internet santé : un meilleur référencement sur le moteur de recherche le plus utilisé des Français passe par d'autres actions structurelles et éditoriales plus complexes.

 

Capture d'écran du site IVG.gouv.fr.


Le 6 janvier 2015, pour la deuxième fois en quelques mois, le site d'information sur l'IVG du Ministère de la Santé, sante.gouv.fr/IVG, s'est fait devancer par un site dit "pro-vie", ou "anti-IVG", pour la première place dans les résultats de recherche Google pour l'acronyme "IVG"

Retour sur cette notion de référencement et sur les caractéristiques des deux sites internet concernés par cet appel ministériel.

Précision : nous ne nommons pas le site visé par l'appel du ministère afin de ne pas influer sur son référencement... 


Le référencement sur Google, une des clefs du succès d'un site internet
Pour les services publics, comme pour les industriels, l'optimisation du référencement par les moteurs de recherche est un souci constant. Comment mettre toutes les chances de son côté pour apparaître tout en haut d'une page de résultats de recherche, lorsqu'on sait que le premier résultat est, dans 40 % des cas, celui consulté par l'internaute lambda ?

Pour cela, il faut déjà appréhender la façon dont les moteurs de recherche classent les résultats de recherche en ligne. Ce classement se fait grâce à des algorithmes ultracomplexes, tenus secrets et modifiés régulièrement, qui prennent en compte une grande variété de caractéristiques des sites. La qualité d'un moteur de recherche (pertinence, rapidité, réactivité) est directement liée à son algorithme. 

Plusieurs facteurs susceptibles d'influencer le référencement d'un site sur Google
Aujourd'hui, en France, Google est le moteur de recherche le plus utilisé. Son algorithme est l'objet de spéculations sans fin par les développeurs de site.

Malgré la persistance d'opacités, les développeurs savent que le référencement se décide sur 
des facteurs propres au site (structure et pertinence du contenu, adaptabilité aux divers supports électroniques, clarté de la conception, mots-clés, etc.), mais également sur des facteurs de popularité (fréquentation, probabilité d'être choisi par un internaute dans les résultats de sa recherche, nombre de sites faisant un lien vers ce site, partage de ses contenus sur les réseaux sociaux, durée de temps passé sur le site visité à partir de Google, etc.).

Plus généralement, les professionnels s'accordent à dire qu'un site qui apporte un véritable service aux internautes sera toujours mieux référencé du fait de sa popularité, meilleure garantie de pertinence aux yeux de Google.

Les sites "pro-vie" ou "anti-IVG", une stratégie de référencement habile et bien rôdée
Certains sites orientés vers la lutte contre l'avortement, comme celui visé par le ministère de la santé, ont choisi de se présenter comme des sites d'information, destinés à soutenir les femmes qui envisagent une interruption de grossesse. Leur aspect graphique rassurant, leur ton mesuré et empathique, la présence d'un numéro vert gratuit pour le site visé par le ministère, tout concourt à les faire passer pour des sites officiels.

Mais les messages distillés et les témoignages majoritairement négatifs ou dramatiques sélectionnés par les éditeurs de ces sites visent clairement à dissuader les internautes de recourir à l'IVG, comme l'avait montré début 2013 une enquête effectuée par l'AFP et relayée par Le Figaro sur les contenus et méthodes du site "pro-vie" concerné par l'appel de Marisol Touraine.

L'objectif des promoteurs de ces sites est donc de se faire passer pour des sites d'information objective, voire officielle, afin de tenter de propager leurs convictions. Mission d'autant plus facile si ces sites apparaissent tout en haut d'une page de résultats de recherche. C'est pour cela qu'en sus de son apparence officielle, le site visé par Marisol Touraine présente des témoignages fréquemment renouvellés, ainsi qu'un jeu de mots clefs destiné à répondre aux interrogations des internautes. 

Le site officiel d'information sur l'IVG, un site peu tourné vers l'internaute qui cherche des réponses rapides et, si possible, personnalisées 
Pour les professionnels du web, la relégation du site officiel sur l'IVG à la deuxième place des résultats Google pour la recherche "IVG" n'est pas uniquement liée à l'achat de mots clefs ou à l'habileté des sites anti-IVG, mais aussi aux propres défauts du site gouvernemental : contenus statiques, peu renouvelés, pas d'interactions avec les utilisateurs. 

Des défauts persistants pointés notamment par le Dr Dominique Dupagne, fondateur du site Atoute.org: "l'Administration (…) cherche à se valoriser elle-même avant de remplir sa mission d'information. (…) Il manque cruellement un forum d'échange, ou au moins un espace d'interactivité. Cet espace permettrait aux candidates à l'IVG de lire les témoignages des autres jeunes femmes, et de poser une question qui n'aurait pas de réponse dans la FAQ". 

Le Dr Dupagne regrette également que le site ne soit pas optimisé pour une consultation sur smartphone, alors que cette adaptabilité est recherchée par Google et que plus de la moitié des recherches sur Google se font désormais sur smartphone.
 
Appel de Marisol Touraine à cliquer sur le site gouvernemental
Dans un tweet posté le 7 janvier 2016, Marisol Touraine a appelé les internaut-es à cliquer sur le site officiel pour améliorer son référencement :
 
Ce tweet, rapidement suivi d'un autre, a été très partagé, mais cela suffira-t-il à maintenir le site public en tête sur Google ? Comme nous l'avons vu ci-dessus, ce n'est pas le seul paramètre pris en compte par Google, loin de là.  De plus, si l'algorithme Google est sensible au choix du résultat fait par l'internaute, il prend également en compte le temps passé (et le nombre de pages vues) sur le site en question.

Donc cliquer peut éventuellement aider au référencement, mais seulement si l'internaute prend la peine de rester un moment sur le site et d'en faire le tour. Sinon, Google considèrera que l'internaute a immédiatement compris que ce site ne convenait pas à sa recherche… et le fera dégringoler de sa sélection !
 
Pour doubler les sites ambigus ou anti-IVG, la solution de la pertinence et de la popularité
Plutôt que de compter sur un sursaut citoyen aux effets positifs au mieux ponctuels le Ministère de la Santé pourrait plutôt, comme le suggère Dominique Dupagne, transformer le site officiel d'information sur l'IVG en site interactif centré sur l'aide et le soutien des femmes, à l'instar de la démarche des sites anti-avortement.

Que cherchent les jeunes filles ou femmes qui tapent "IVG" dans un moteur de recherche ? Information, soutien, réponse à une question précise, contact avec un médecin ? Comment leur apporter le service qu'elles souhaitent en quelques clics sur un smartphone ? Comment les inciter à faire (discrètement) la promotion de ce site de forte valeur ajoutée ? Autant de questions qui, pour peu que l'on y réponde de manière pratique et pertinente, assureraient au site officiel d'information sur l'IVG une pérennité durable au sommet du classement effectué par les moteurs de recherche.

* Le Dr Dominique Dupagne est consultant pour les éditions VIDAL.
 
Pour aller plus loin :
Le site officiel d'information sur l'IVG du Ministère de la Santé
IVG - La guerre des sites - Des clics ou des claques, Atoute.org, 9 janvier 2016
Lien direct vers le premier tweet de Marisol Touraine, 7 janvier 2016
La stratégie insidieuse des anti-IVG sur le Net, Le Figaro, 25 février 2013
 
Sur VIDAL.fr :
IVG : lancement d'un numéro national d'information anonyme et gratuit, campagne de réaffirmation du droit à l'avortement (octobre 2015)
 

Sources : Ministère des Solidarités et de la Santé