VICTRELIS, risque d'IAM avec des inhibiteurs de protéase du VIH

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 527 lecteurs



Le laboratoire MSD France, en accord avec l'ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé) et l'EMA (Agence européenne du médicament), informe les professionnels de santé sur les interactions médicamenteuses de VICTRELIS 200 mg gélule avec des inhibiteurs de protéase du VIH (virus de l'immunodéficience humaine) boostés par le ritonavir (rtv).
Selon une étude pharmacocinétique menée sur des volontaires sains, l'administration concomitante de bocéprévir avec l'atazanavir / ritonavir, le darunavir / ritonavir ou le lopinavir / ritonavir conduit aux résultats suivants :
  • exposition aux inhibiteurs de protéase du VIH nettement réduite, avec une réduction des concentrations minimales moyennes de 49 % avec atazanavir/rtv, 59 % avec darunavir/rtv et 43 % avec lopinavir/rtv ;
  • diminution de l'exposition au bocéprévir de 45 % avec lopinavir/rtv et de 32 % avec darunavir/rtv. Cependant, la coadministration avec atazanavir/rtv n'a pas substantiellement modifié l'exposition au bocéprévir.
Sur la base de ces données, le RCP (résumé des caractéristiques du produit) a été mis à jour afin de mentionner les points suivants :
  • la coadministration de bocéprévir avec darunavir/rtv ou lopinavir/rtv n'est pas recommandée ;
  • la coadministration d'atazanavir/rtv avec le bocéprévir a conduit à une réduction de l'exposition à l'atazanavir, ce qui peut entraîner une moindre efficacité et une perte de contrôle virologique du VIH. Cette coadministration pourrait être envisagée au cas par cas si elle était jugée nécessaire, chez des patients avec une charge virale VIH indétectable et en l'absence de résistance au traitement antirétroviral. Une surveillance clinique et biologique renforcée est recommandée.
Ces interactions pharmacocinétiques pourraient avoir une traduction clinique chez les patients infectés à la fois par le VHC (virus de l'hépatite C) et le VIH, en réduisant l'efficacité de ces traitements quand ils sont coadministrés.
Il n'y a pas de données pharmacocinétiques sur la coadministration de bocéprévir avec d'autres inhibiteurs de la protéase boostés par le ritonavir.

En pratique :
Les professionnels de santé doivent évoquer ces résultats avec tous les patients qui reçoivent actuellement du bocéprévir et un traitement concomitant par inhibiteur de protéase du VIH.
La réponse au traitement VHC de ces patients doit être étroitement surveillée ainsi qu'un rebond possible virologique VHC et VIH.
Il est recommandé aux patients de contacter leur médecin avant d'arrêter l'un de leurs traitements.

Pour mémoire :
VICTRELIS 200 mg gélule est indiqué dans le traitement de l'hépatite C chronique due au virus VHC de génotype 1, en association avec le peginterféron alfa et la ribavirine, chez le patient adulte atteint de maladie hépatique compensée, non préalablement traité ou en échec à un précédent traitement.

Sources : Laboratoire MSD, AFSSAPS, EMA (European Medicines Agency), ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2018-11-08

Archives des Vidal News