VIRAFERONPEG, dysfonctionnements du stylo injecteur et recommandations aux patients

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 214 lecteurs



A la suite de signalements relatifs au dysfonctionnement du stylo injecteur de VIRAFERONPEG poudre et solvant pour solution injectable SC (sous-cutané) en stylo prérempli, l'ANSM (Agence française de sécurité du médicaments et des produits de santé) conseille aux patients de reprendre contact avec les professionnels de santé qui les suivent afin que ces derniers s'assurent avec eux de l'utilisation correcte de leur stylo injecteur et de l'efficacité de leur traitement.
Ce dysfonctionnement se traduit par des difficultés d'utilisation pouvant aboutir à la non-injection par blocage du piston ou à l'injection partielle du produit.
Dans ce contexte, l'ANSM prévoit de mettre en place dans les prochains jours un comité d'experts chargé de préciser les risques liés à ces dysfonctionnements et de proposer les mesures adaptées à la garantie de l'efficacité du traitement.

Pour mémoire :
VIRAFERONPEG poudre et solvant pour solution injectable SC en stylo prérempli est indiqué :
  • Chez les patients adultes, dans le traitement de l'hépatite C chronique ayant un ARN du virus de l'hépatite C positif (ARN-VHC), y compris les patients ayant une cirrhose compensée et/ou co-infectés avec une infection VIH cliniquement stable. La meilleure façon d'utiliser VIRAFERONPEG dans cette indication est de l'associer à la ribavirine. Cette association est indiquée chez les patients naïfs, y compris les patients co-infectés avec une infection VIH cliniquement stable et chez les patients en cas d'échec à un précédent traitement par interféron alpha (pégylé ou non pégylé) et ribavirine en traitement combiné ou par interféron alpha en monothérapie. L'interféron en monothérapie, dont VIRAFERONPEG, est indiqué principalement en cas d'intolérance ou de contre-indication à la ribavirine.
  • Dans la population pédiatrique, en association avec la ribavirine, pour le traitement des enfants âgés de 3 ans et plus et des adolescents atteints d'hépatite C chronique, non préalablement traités, en l'absence de décompensation hépatique, et ayant un ARN-VHC positif. Au moment de prendre la décision de ne pas différer le traitement à l'âge adulte, il est important de tenir compte du fait que le traitement combiné a provoqué une inhibition de la croissance. La réversibilité de l'inhibition de la croissance n'est pas certaine. La décision de traiter doit être prise au cas par cas. VIRAFERONPEG est administré en une injection sous-cutanée par semaine, à l'aide du stylo injecteur qui permet d'adapter la dose en fonction du poids du patient.

Sources : AFSSAPS, ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News