#Recommandations #Bonne pratique

Recommandations sanitaires aux voyageurs : les points clés de l'édition 2023

Le HCSP a publié l'édition 2023 des recommandations sanitaires pour les voyageurs. Comme chaque année, ce document de référence, à destination des professionnels de santé, actualise les données et les conseils à adresser aux voyageurs, selon leur profil et leur destination.

David Paitraud 10 juillet 2023 Image d'une montre5 minutes icon Ajouter un commentaire
1
2
3
4
5
4,3
(3 notes)
Publicité
Des conseils avant de partir.

Des conseils avant de partir.

Le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) a mis en ligne l'édition 2023 des Recommandations sanitaires pour les voyageurs [1, 2].

Comme chaque année, cette version est actualisée en tenant compte de l'évolution des données épidémiologiques, des connaissances médicales et thérapeutiques, et des dispositions réglementaires. 

Pour faciliter le repérage, les éléments actualisés dans la version 2023 sont indiqués par la couleur orange. 

Vaccination : les pharmaciens et les infirmiers aussi

La mise à jour des vaccinations est importante chez tous les voyageurs. 

Les auteurs rappellent que depuis le 7 novembre 2022, plusieurs vaccins peuvent être réalisés par les infirmiers et les pharmaciens d'officine, en complément des médecins et des sages-femmes (cf. Calendrier vaccinal 2023). 

Pour mémoire, les pharmaciens d'officine et les infirmiers peuvent administrer, sur prescription médicale, chez les personnes de 16 ans et plus, des vaccins visant à protéger contre les 14 maladies suivantes :

  • diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hépatite A, hépatite B, infections invasives à pneumocoque, infections invasives à méningocoques A, C, W, Y et B, rage et papillomavirus (HPV).

Fièvre jaune, poliomyélite, tuberculose, encéphalite japonaise : mise à jour des pays à risque 

Pour un ensemble de pathologies, les listes des pays (ou parties de pays) dans lesquels un risque de circulation et de contamination est identifié sont mises à jour :

  • fièvre jaune : nouveaux pays pour lesquels il existe une recommandation vaccinale antiamarile.
  • En page 25, des précisions sont apportées pour l'utilisation du vaccin antiamaril chez les patients drépanocytaires :
    • chez les patients drépanocytaires non traités, le vaccin antiamaril n’est pas contre-indiqué ;
    • chez ceux traités par hydroxycarbamide (HYDREA, SIKLOS), l’association est déconseillée avec tout vaccin vivant atténué comme le vaccin antiamaril, sans être contre-indiquée, sous réserve de l'absence de leucopénie. Une sérologie de fièvre jaune est recommandée pour contrôle de l'immunité avant une nouvelle dose de vaccin antiamaril ;
  • poliomyélite : actualisation des pays où circulent les poliovirus sauvages et les poliovirus dérivés de souches vaccinales ; 
  • tuberculose : actualisation des pays à forte incidence tuberculeuse, dont la Roumanie ; 
  • encéphalite japonaise : actualisation des pays à risque de transmission.

Un nouveau chapitre consacré à la leptospirose

Un chapitre dédié à la leptospirose a été ajouté en page 35. L'incidence de cette maladie augmente, y compris en France dans les territoires ultramarins.

La recommandation vaccinale systématique n'est pas recommandée.

Chez l'adulte, la vaccination avec le vaccin SPIROLEPT est recommandée si le sérovar Icterohaemorrhagiae circule dans la région donnée, en l’absence de mesures de protection, lors de la pratique régulière d’activités en eau douce à risque d'exposition, activités agricoles en eau douce, chez les personnes exposées spécifiquement au risque de contact fréquent avec les lieux infestés par des rongeurs. 

Risques liés aux arthropodes

Plusieurs éléments du chapitre consacré aux risques liés aux arthropodes ont été mis à jour : 

  • le tableau 5, en page 43, résume les maladies transmises par différents arthropodes, la période d'activité, les zones à risque et les moyens de prévention : les données concernant les moustiques ont été complètement révisées ; 
  • en page 44, le paragraphe sur les punaises de lit a été complété par des recommandations à suivre durant le voyage ; 
  • en pages 45 et 46, le paragraphe sur les tiques a été complété. Il est notamment précisé que « la persistance des pièces buccales de tiques dans la peau suite à l'extraction ne doit pas donner lieu à un geste médical ou chirurgical, mais à une désinfection et une surveillance régulière du site de la piqûre ».

Paludisme et bon usage de la chimioprophylaxie antipaludique

La version 2023 actualise les données épidémiologiques relatives au paludisme et la carte des zones à risque (à partir de la page 51).

La protection personnelle antivectorielle (PPAV) repose sur le port de vêtements longs et couvrants, l'utilisation de répulsifs cutanés et d'une moustiquaire imprégnée d’insecticide la nuit.
La chimioprophylaxie antipaludique (CPAP) est toujours indiquée pour les séjours en Afrique subsaharienne. Les voyageurs revenant de ces pays représentent la majorité des contaminations diagnostiquées en France. 

Outre le pays, le type de séjour (conventionnel, non conventionnel) guide la stratégie de prévention à prescrire aux voyageurs (page 58). En page 59, le tableau 8 présente les indications de la CPAP et des autres moyens de prévention en zone d'endémie, selon le continent et les conditions de séjour. 

En page 63, le tableau 9 résume les recommandations posologiques, les précautions d'emploi à respecter et les conseils d'administration pour améliorer l'observance, pour les médicaments utilisables en chimioprophylaxie du paludisme, chez l'enfant et l'adulte (atovaquone-proguanil, doxycycline, méfloquine).

Diarrhée du voyageur : place de l'azithromycine

En page 69, le chapitre consacré à la diarrhée du voyageur et aux risques liés au péril fécal a été complété pour préciser la place de l'azithromycine

L’azithromycine peut être prescrite dans toutes les diarrhées graves. Compte tenu de la prévalence de la résistance des salmonelles et de Campylobacter Spp aux fluoroquinolones dans le monde (Asie notamment), l’azithromycine est le traitement de première intention en cas de syndrome dysentérique et en cas de diarrhée grave non dysentérique au cours ou au décours d’un séjour en Asie.

Le traitement présomptif médicamenteux recommandé pour les diarrhées du voyageur (avec posologies pour les adultes) est résumé dans le tableau 11 (page 72).

Autres nouveaux paragraphes ajoutés dans la version 2023 : mélatonine et ciguatera

Parmi les autres nouveautés de cette version 2023, des paragraphes ont été ajoutés : 

  • dans le chapitre relatif à la prévention des effets du décalage horaire : nouveau paragraphe pour préciser les indications et les modalités d'utilisation de la mélatonine (page 73) ; 
  • dans le chapitre présentant les risques liés à certains comportements ou situations : nouveau paragraphe mettant en garde contre l'icthyosarcotoxisme (ciguatera) et la consommation de certains poissons dans des zones à risque (pages 85 et 86). 

Population des voyageurs à risque : un chapitre remanié

Le chapitre 9 est consacré aux conseils à destination des populations particulières (à partir de la page 96) : 

  • les personnes atteintes d’affections chroniques ;
  • les enfants ;
  • les femmes enceintes ou allaitantes ;
  • les personnes âgées.

Ce chapitre a été profondément remanié pour aborder des précautions particulières dans ces populations fragiles. 

Commentaires

Ajouter un commentaire
En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez être âgé(e) d'au moins 16 ans et avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires" . Nous vous invitons à signaler tout effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament en le déclarant en ligne.
Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail Je m'abonne !
Presse - CGU - CGV VIDAL Expert - Données personnelles - Politique cookies - Mentions légales - Contact webmaster