Cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Par DAVID PAITRAUD -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 4671 lecteurs


Sur recommandation de la HAS (Haute Autorité de Santé), le protocole de dépistage du cancer du col de l'utérus s'appuie : 
  • sur le test HPV (recherche d'ADN des papillomavirus humains à haut risque oncogène) chez les femmes de 30 à 65 ans ;
  • sur l'examen cytologique pour les femmes de 25 à 29 ans. 

Dans la tranche d'âge 30-65 ans, le test HPV est plus efficace, alors qu'il ne se justifie pas avant 30 ans. 
Qu'il s'agisse du test HPV ou de l'examen cytologique, ces tests de dépistage s'effectuent à partir d'un prélèvement de cellules du col de l'utérus (frottis cervical). 


Pour informer les femmes sur ces nouvelles recommandations de dépistage, la HAS propose sur son site un document questions/réponses. Ce document élaboré avec l'INCa (Institut national du cancer) et Santé Publique France décrit les modalités pratiques, techniques et économiques du dépistage du cancer du col de l'utérus.
Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).


Dans un communiqué mis en ligne le 6 juillet 2020, la HAS recommande l'utilisation du test HPV pour dépister le cancer du col de l'utérus chez les femmes de plus de 30 ans, en remplacement de l'examen cytologique (cf. Tableau I). 

Tableau I - Différences entre le test HPV et l'examen cytologique
Le test HPV L'examen cytologique
Détecte la présence du virus HPV dans les cellules du col de l'utérus.
Recherche l'ADN (acides nucléiques) des génotypes de papillomavirus humains (HPV) à haut risque oncogène, pouvant entraîner des anomalies cellulaires et des cancers du col de l'utérus.
Si ce test de dépistage HPV est positif, on recherchera la présence d'anomalies des cellules sur le même prélèvement.
Examen au microscope de cellules du col de l'utérus, à la recherche d'anomalies morphologiques des cellules du col de l'utérus.
Détecte d'éventuelles lésions précancéreuses au niveau du col de l'utérus.
Permet de les traiter et ainsi, de prévenir le développement d'un cancer.
Si le résultat de ce test est anormal, on recherchera la présence de virus HPV à haut risque sur le même prélèvement.

Ainsi, de 30 à 65 ans, le protocole de dépistage du cancer du col de l'utérus est le suivant : 
  • un test HPV réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique, si le résultat normal ;
  • puis un test HPV tous les 5 ans jusqu'à 65 ans, si le résultat précédent est négatif.

La prise en charge de ce test est fixée à 100 % par l'Assurance maladie dans le cadre du PNDO (cf. Encadré 1), et à 70 % en dehors de ce programme. 
 
Encadré 1 - Le programme national de dépistage organisé (PNDO) - Cancer du col de l'utérus
Le PNDO (programme national de dépistage organisé) du cancer du col de l'utérus a été mis en place en mai 2018. 

Les modalités de ce programme sont définies par l'arrêté du 4 mai 2018 et prévoient : 
  • l'envoi d'une invitation pour dépistage à toutes les femmes de 25 à 65 ans, non dépistées (les femmes bénéficiant de dépistages réguliers, selon les intervalles recommandés, ne sont pas intégrées à ce programme) ;
  • un remboursement à 100 % de l'examen de dépistage.

L'examen cytologique reste la référence pour les moins de 30 ans
L'examen cytologique (identification au microscope de cellules cervicales anormales) reste l'examen de référence chez les femmes de 25 à 29 ans, selon le protocole suivant :
  • 2 premiers examens cytologiques à 1 an d'intervalle,
  • puis examen cytologique tous les 3 ans si les résultats des tests sont normaux.

La HAS précise en effet qu'"avant 30 ans, les infections à HPV transitoires sont très fréquentes : en identifiant des infections qui auraient spontanément disparu, le dépistage par test HPV risquerait d'entraîner des examens et des traitements inutiles."
 
Le frottis cervical : étape préalable au dépistage
Qu'il s'agisse du test HPV ou de l'examen cytologique, ces tests de dépistage sont réalisés à partir d'un frottis cervical, pour lequel la HAS recommande un prélèvement en milieu liquide.
De cette manière, si l'examen cytologique se révèle positif (détection de cellules anormales) chez une femme de 25 à 29 ans, il peut être complété par un test HPV réalisé sur le même prélèvement, à la recherche de virus HPV à haut risque.
De la même façon, si le test HPV se révèle positif chez une femme de 30 à 65 ans, il peut être complété par un examen cytologique, à la recherche d'anomalies cellulaires sur le même prélèvement. 

Mise à disposition d'un document questions/réponses

Déjà émises en juillet 2019, ces recommandations de dépistage du cancer du col de l'utérus validées par la HAS avaient été élaborées en partenariat avec l'INCa (Institut national du cancer) et Santé Publique France. 

La place de l'autoprélèvement vaginal (APV) y était abordée et présentée comme une alternative au prélèvement cervical réalisé par un professionnel de santé, dans l'objectif de faciliter le prélèvement et le dépistage par test HPV chez les femmes âgées de 30 ans ou plus, non dépistées ou insuffisamment dépistées.


Ces recommandations sont a présent complétées par un document pédagogique sous forme de questions/réponses sur le dépistage du cancer du col de l'utérus
Celui-ci présente notamment les deux examens recommandés (test HPV et examen cytologique) selon l'âge des femmes, leurs modalités techniques et leur prise en charge par l'Assurance maladie. 


Ce document rappelle par ailleurs que la vaccination et le dépistage sont deux méthodes de prévention complémentaires du cancer du col de l'utérus. Le dépistage régulier est recommandé pour toutes les femmes de 25 à 65 ans, qu'elles soient vaccinées ou non contre les HPV. En effet, la vaccination contre le virus HPV ne permet pas de protéger contre tous les virus responsables des cancers du col de l'utérus.

Pour aller plus loin
Dépistage du cancer du col de l'utérus : le test HPV recommandé chez les femmes de plus de 30 ans (HAS, 6 juillet 2020)
Questions/réponses sur l'infection à papillomavirus humains (HPV), cause de cancer du col de l'utérus, et le dépistage (HAS, 6 juillet 2020)
Évaluation de la recherche des papillomavirus humains (HPV) en dépistage primaire des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus et de la place du double immuno-marquage p16/Ki67 (HAS, 11 juillet 2019)
Conduite à tenir devant une femme ayant une cytologie cervico-utérine anormale - Thésaurus (INCA, janvier 2017)
Arrêté du 4 mai 2018 relatif à l'organisation du dépistage organisé du cancer du col de l'utérus (Journal officiel du 6 mai 2018, texte 13)

 

Sources : HAS (Haute Autorité de Santé)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités Archives des Vidal News