Situation hebdomadaire de la pandémie de Covid-19 n° 7 - 30 mai 2020

Par MIGLIANI RENé -
1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 919 lecteurs


Mesvaccins.net

Mesvaccins.net

Bulletins précédents.

Situation globale

Le total des cas déclarés depuis le 20 janvier 2020 dans le monde, à la date du dimanche 24 mai 2020, s'élève à environ 5 205 000 cas dont 338 000 décès (+55 % et +41 % respectivement par rapport au 3 mai). La région OMS Europe et celle des Amériques représentent 83,5% des cas et 92,4 % des décès déclarés dans le monde (Figures 1, 2 et 3). Depuis le 3 mai (Situation de la pandémie n°6) on note: i) un fort ralentissement de la pandémie en Europe de l'Ouest, et ii) une forte transmission communautaire qui persiste aux États-Unis, épicentre principal de la pandémie, ainsi qu'en Amérique du sud au Brésil, au Pérou et au Chili notamment.

Il reste, à la date du 24 mai, 18 pays et territoires n'ayant déclaré aucun cas :

  • en région OMS de l'Europe : Turkménistan ;
  • en région OMS du Pacifique occidental : Corée du Nord et 16 micro-états et territoires du Pacifique.

Le 24 mai le nombre de malades rétablis, sortis guéris des hôpitaux ou de leur domicile, dans le monde s'élève à environ 2 113 000 (+93 % par rapport au 3 mai) (Figure 4).

Figure 1 : Poids de la pandémie de Covid-19 déclarés selon les régions OMS le 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 2 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans le monde le 24 mai 2020 [Nombre de cas indiqués pour les pays avec au moins 60 000 cas cumulés] (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères santé de Taïwan-Italie-Espagne, CDC États-Unis, Université John Hopkins)

Figure 3 : Décès cumulés de Covid-19 déclarés dans le monde le 24 mai 2020 [Nombre de décès indiqués pour les pays avec au moins 10 000 décès cumulés] (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères santé de Taïwan-Italie-Espagne, CDC États-Unis, Université John Hopkins)

Figure 4 : Cas cumulés de personnes rétablies* de Covid-19 dans le monde le 24 mai 2020 (Nbre de cas indiqués pour les pays avec au moins 60 000 personnes rétablies) * Personnes rétablies : Personnes sorties d'hôpital ou des soins à domicile (Source des données : Université John Hopkins)

 

Région OMS du Pacifique occidental

En Chine, à Taïwan, en Australie et en Nouvelle-Zélande, l'épidémie de SARS-CoV-2 est sous contrôle avec des létalités cumulées égales respectivement à 5,5 % (4 638 décès/84 084 cas), 1,6 % (7 décès/441 cas), 1,4 % (102 décès/7 106 cas) et 1,8 % (21décès/1 154 cas) (Figures 5 à 7, 13).

En Corée du Sud on observe une persistance des cas avec une légère recrudescence depuis début mai (Figure 8). La létalité cumulée reste peu élevée à 2,4 % (266 décès/11 190 cas).

Au Japon et à Singapour la baisse du nombre de nouveaux cas est régulière, depuis respectivement le 12 avril et le 21 avril. Mais cette baisse est plus lente à Singapour (Figures 9 et 10). Les létalités cumulées sont respectivement égales à 5,0 % (820 décès/16 550 cas) et 0,1 % (23 décès/31 068 cas). Cette dernière reste une des plus faibles du monde pour un nombre de cas aussi élevé.

Toujours aucun cas déclaré à l'OMS par les autorités de Corée du Nord (Figure 2). Le Royaume-Uni a fermé temporairement son ambassade à Pyongyang à cause des restrictions à l'entrée en Corée du Nord rendant impossibles les rotations des diplomates et le maintien des opérations de l'ambassade (Référence 1).

Dans le reste de la région la situation de la pandémie de Covid-19 est hétérogène : peu développée (Vietnam, Laos, Brunei), en décrue depuis plusieurs semaines (Australie, Nouvelle-Zélande), en progression modérée (Philippines, Malaisie) ou en progression exponentielle (Indonésie) (Figures 11 à 13). De nombreux micro-états et territoires îliens sont toujours indemnes. Deux des trois territoires français du Pacifique sont touchés :

  • la Polynésie française (60 cas localisés sur les îles de de Tahiti et de Moorea, 0 décès) en déconfinement progressif depuis début mai et total depuis le 21 mai avec reprise des vols aériens domestiques seulement (Référence 2) ; à noter la survenue d'un foyer de 29 cas confirmés de COVID-19 sur un bateau de pêche équatorien le 20 mai 2020 que l'OMS comptabilise sur la situation polynésienne (89 cas sur le Rapport de situation de l'OMS du 24 mai 2020) ; ce bateau de pêche a quitté la Polynésie le 25 mai et les 29 cas ont été décomptés du total de la Polynésie par l'OMS ;
  • la Nouvelle Calédonie (18 cas, 0 décès) en déconfinement, frontières toujours fermées, depuis 5 semaines sans aucun nouveau cas (Figure 13).

Le territoire de Wallis et Futuna est toujours indemne (Figure 13). Cette situation est en grande partie liée, comme dans la plupart des pays et territoires du Pacifique, aux mesures prises très rapidement par les autorités locales : quatorzaine obligatoire depuis le 14 mars pour tous les passagers en provenance des zones à risque, vols en provenance de la Nouvelle-Calédonie tous les 10 jours prioritaire pour le fret et recommandation de ne plus se rassembler (Référence 3).

Figure 5 : Évolution quotidienne des cas et des décès déclarés de Covid-19 en Chine du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : Ministère de la santé de Taïwan)

Figure 6 : Évolution quotidienne des cas et des décès déclarés de Covid-19 à Taïwan du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : Ministère de la santé de Taïwan)

Figure 7 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 en Australie du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 8 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 en Corée du Sud du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 9 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 au Japon du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 10 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 à Singapour du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 11 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 à Singapour du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 12 : Évolution quotidienne des cas, des décès déclarés de Covid-19 en Indonésie du 20 janvier au 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 13 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans les pays et territoires du Pacifique le 24 mai 2020 (Source des données : OMS, CDC)

 

Région OMS de l'Europe

Le Turkménistan reste toujours le dernier pays de la région OMS de l'Europe à n'avoir déclaré aucun cas (Figure 14).

Les dix pays les plus touchés le 24 mai sont par ordre décroissant des cas :

  • Fédération de Russie : 344 481 cas, 3 541 décès (!) et 107 936 rétablis (OMS, UJH*) ;
  • Royaume-Uni : 257 158 cas, 36 675 décès et 1 141 rétablis (!!!) (OMS, UJH) ;
  • Espagne : 232 833 cas, 26 671 décès et 150 376 rétablis (Ministère de la santé, UJH) ;
  • Italie : 229 858 cas, 32 785 décès et 140 479 rétablis (Ministère de la sécurité civile) ;
  • Allemagne : 178 281 cas, 8 247 décès et 159 716 rétablis (OMS, UJH) ;
  • Turquie : 155 686 cas, 4 308 décès et 117 602 rétablis (OMS, UJH) ;
  • France : 144 921 cas, 28 367 décès [dont 10 345 décès en ESMS**] et 63 988 rétablis (SPF, UJH) ;
  • Belgique : 56 810 cas, 9 27 décès et 15 155 rétablis (OMS, UJH) ;
  • Pays-Bas : 45 064 cas, 5 811 décès et 174 rétablis (!!!) (OMS, UJH) ;
  • Biélorussie : 35 244 cas, 194 décès (!? [15,6 % population ≥65 ans])et 13 244 rétablis (OMS, UJH).
  • * Université John Hopkins
  • ** Établissements sociaux et médico-sociaux (champs des personnes âgées).

Le nombre de nouveaux cas et celui des décès dans le foyer de l'Europe de l'Ouest sont toujours en baisse (Figures 15 à 20). Les plans de déconfinement se poursuivent (Italie, Espagne, Allemagne, France).

Au Royaume-Uni la courbe épidémique évolue maintenant à la baisse depuis un mois (Figure 18). La létalité cumulée est égale à 14,3 % (36 675 décès/257 158 cas).

En Suède, pays qui n'a jamais adopté la stratégie de confinement généralisé strict comme en France, on observe toujours depuis début mars une recrudescence modérée des cas et des décès, dont 30 % sont liés aux décès en maisons de retraite. La courbe des nouveaux cas évolue maintenant en « plateau » avec de fortes ondulations durant environ une semaine. La létalité cumulée est égale à 12,0 % (3 992 décès/33 188 cas) (Figure 18).

En France, les principaux indicateurs de suivi de l'épidémie sont toujours en baisse depuis fin mars (Figure 19). On observe entre le 3 et le 24 mai une lente baisse du nombre de cas hospitalisés et des cas en réanimation dans toutes les régions (Figures 20 à 22). La mortalité hospitalière cumulée pour 100 000 habitants montre une hétérogénéité régionale « en ondes amorties ». La mortalité a été la plus élevée dans le Grand-Est (61,1 pour 100 000) et celle de la Nouvelle Aquitaine, la plus basse, est environ 10 fois moins élevée (6,4 pour 100 000) (Figure 23).

L'épidémie de Covid-19 a été à l'origine d'une surmortalité dans la population française (Référence 4). Cette surmortalité est également liée à un effet sanitaire indirect qui commence à être documenté. Ainsi une équipe de l'Inserm vient de publier les résultats d'une étude observationnelle portant sur l'incidence des arrêts cardiaques extrahospitaliers (ACEH) pendant le confinement (16 mars au 26 avril 2020) comparée à celle des années précédentes pendant la même période à partir de la base de données de la Brigade des pompiers de Paris. Cette étude montre un doublement de l'incidence hebdomadaire maximale (13,4 par million d'habitants avant la pandémie vs 26,6 pendant le confinement). Cette augmentation de l'incidence des ACEH est un effet indirect du confinement et la Covid-19, confirmée ou suspectée, représenterait environ un tiers de cette augmentation d'incidence (Référence 5). Cet impact sanitaire indirect, qui peut être très important, a été étudié pendant et après de l'épidémie d'Ébola de l'Afrique de l'Ouest (2013-2016) (Référence 6).

Figure 14 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés par les pays de la région Europe OMS le 24 mai 2020 [Nombre de cas indiqué pour les pays avec au moins de 60 000 cas] (Sources des données : OMS, Santé publique France, Ministères de la Sécurité civile italienne et d'Espagne*, UJH ; * Cas de l'Espagne sauf : Iles Canaries, Ceuta et Melilla [voir carte Afrique en Figure 36])

Figure 15 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en Espagne entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Sources des données : Ministère Santé Espagne*, ECDC) * Base de données du ministère disponible jusqu'au 20 mai 2020 (mise en ordre et corrections depuis cette date)

Figure 16 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en Italie entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : Ministère Sécurité Civile Italie)

Figure 17 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en Allemagne entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : ECDC)

Figure 18 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés au Royaume-Uni entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 19: Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en Suède entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 20 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en France entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : Santé Publique France) * Les décès en ESMS comptabilisés à compter du 6 avril sont pris en compte séparément dans cette figure

Figure 21 : Cas de Covid-19 hospitalisés dans les départements métropolitains et de Corse le 24 mai 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 22 : Cas de Covid-19 en réanimation dans les départements métropolitains et de Corse le 24 mai 2020 (Source des données : Santé publique France)

Figure 23 : Mortalité hospitalière pour 100 000 et nombre de décès par Covid-19 en France selon la région le 24 mai 2020 (Source des données : Santé publique France)

 

Dans l'ensemble des outremers français, même s'il ne s'agit pas de la région Europe de l'OMS, 2 695 cas et 51 décès cumulés ont été déclarés le 24 mai, soit une augmentation modérée de 69 % des cas et de 42 % des décès depuis le 3 mai. Les taux cumulés pour 100 000 personnes montrent que dans les territoires d'outre-mer français touchés par l'infection à SARS-CoV-2, l'amélioration de la situation persiste excepté dans l'île de Mayotte qui présente le taux le plus élevé égal à 544 pour 100 000, 2,5 fois plus élevé que celui de France métropolitaine (222) et en Guyane française (Figure 24).

Lorsque l'on compare l'évolution quotidienne de l'incidence pour 100 000 personnes des malades hospitalisés et de ceux en soins intensifs/réanimation pour Covid-19 déclarés en Italie et en France, la diminution de ces indicateurs est la plus marquée pour celui des malades les plus graves dans les deux pays (Figure 25). Il reste en France encore 1 603 lits de réanimation occupés le 24 mai, 14 jours après la phase 1 du déconfinement, soit une baisse de 57 % des lits occupés depuis le 3 mai (Figure 22). Par contre l'incidence des malades hospitalisés pour Covid-19 diminue toujours moins rapidement en France qu'en Italie (Figure 25).

Dans les pays d'Europe orientale, l'épicentre de Turquie régresse toujours régulièrement depuis le 12 avril (Figure 26). La létalité cumulée est égale à 2,8 % (4 308 décès/155 686 cas). La jeunesse de la population explique sans doute en partie cette faible létalité associée à la qualité des structures de prise en charge des formes graves.

En fédération de Russie, qui est maintenant le pays avec le plus grand nombre de cas (344 481 cas, 3 541 décès et 107 936 rétablis le 24 mai), l'épidémie a atteint son pic depuis environ 2 semaines (Figures 2, 3, 4, 14 et 27). La létalité cumulée déclarée parait particulièrement basse égale à 1 % dans une population où les moins de 65 ans représentent 15,5 %. Les autorités expliquent cette très faible létalité par la préparation des hôpitaux et la mise en place d'une politique massive de dépistage (Référence 7).

Figure 24 : Incidence pour 100 000 des cas de Covid-19 en France et dans les outremers du 5 mars au 24 mai 2020 (Source des données : Santé publique France, OMS)

Figure 25 : Évolution quotidienne des taux d'incidence pour 100 000 personnes des cas de Covid-19 hospitalisés et en soins intensifs/réanimation depuis la mise en confinement généralisé des populations en Italie et en France (Sources des données: Ministère de la Sécurité Civile Italie, Santé Publique France)

Figure 26: Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés en Turquie entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

Figure 27 : Évolution quotidienne des cas et des décès à l'hôpital* de Covid-19 déclarés dans la Fédération de Russie entre le 21 janvier et le 24 mai 2020 (Source des données : OMS)

  

Région OMS de la Méditerranée orientale

Dans cette région, où le virus a diffusé dans tous les pays, l'Iran est toujours l'épicentre de l'épidémie avec 133 521 cas, 7 359 décès et 104 072 rétablis cumulés le 24 mai. La létalité cumulée est égale à 5,5 %. Cette létalité peut s'expliquer en partie par la jeunesse de la population (6,6 % de personnes âgées de plus de 65 ans, soit 3 fois moins qu'en France environ). Si on observait depuis le début du mois d'avril une baisse continue du nombre de nouveaux cas, on observe à l'inverse depuis début mai une forte augmentation (« rebond ») de ce nombre en lien avec un déconfinement mal maitrisé avec reprise des activités économiques  (Référence 8), (Figures 2, 3, 4 et 28).

Figure 28: Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés en Iran entre le 20 février et le 24 mai 2020 (Sources des données : OMS)

 

Région OMS des Amériques

Depuis mi-avril le virus est présent dans tous les pays et territoires des Amériques (Figures 2 et 29).

Les États-Unis d'Amérique restent, le 24 mai, l'épicentre mondial de la pandémie avec 1 152 372 cas et 67 456 décès cumulés, soit une augmentation de 42 % des cas et de 45 % des décès depuis le 3 mai (Situation de la pandémie n°6) (Figures 2 et 30). On observe que le nombre de cas commence à diminuer lentement depuis début mai. Le nombre de décès est également en baisse depuis début mai. La ville de New-York (8,5 millions d'habitants) a toujours le plus lourd bilan du pays avec 197 000 cas et 21 000 décès, respectivement 12 % et 31 % des cas et des décès du pays. La létalité nationale cumulée est égale à 6,0 % et celle de New-York à 11 %.

Figure 29: Cas cumulés de Covid-19 déclarés dans les pays et territoires de la mer des Caraïbes le 24 mai 2020 (Sources des données : OMS, Santé Publique France, Université John Hopkins)

Figure 30: Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés aux États-Unis entre le 21 février et le 24 mai 2020 (Source des données : CDC)

 

Le Brésil, dont les autorités nationales n'ont pas adopté la stratégie de confinement de la population, est de plus en plus le 24 mai l'épicentre de la pandémie en Amérique du sud avec 330 890 589 cas et 21 048 décès cumulés, soit une augmentation de 261 % des cas et de 233 % des décès depuis le 3 mai. L'épidémie évolue toujours de manière exponentielle (Figures 31 et 36). Dans sept états le nombre de cas est supérieur à 20 000, par ordre décroissant : São Paulo, Rio de Janeiro, Ceara, Amazonas, Pernambouc, Pará et Maranhão (Figure 32). Dans cinq états le nombre de décès est supérieur à 1 000, par ordre décroissant : São Paulo, Rio de Janeiro, Pernambouc, Pará et Amazonas (Figure 34). L'incidence pour 100 000 et la mortalité pour 100 000 sont les plus élevées dans l'État d'Amazonas dont la capitale est Manaus (Figures 33 et 35). La létalité nationale cumulée déclarée est égale à 6,4 % (21 048 décès/330 890 cas) avec une population âgée de 65 ans et plus égale à 9,6 % (proportion inférieure de moitié à celles des pays de l'Europe de l'Ouest). Cette létalité est sans doute très sous-évaluée selon un collectif de scientifiques brésiliens (Référence 9).

Les autres pays les plus touchés le 24 mai sont :

  • le Pérou : 111 698 cas, 3 244 décès et 47 915 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Canada : 82 892 cas, 6 277 décès et 43 318 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Chili : 65 393 cas, 673 décès et 26 546 rétablis (OMS, UJH) ;
  • le Mexique : 62 527 cas, 6 989 décès et 44 424 rétablis (OMS, UJH) ;
  • l'Équateur : 36 258 cas, 3 096 décès et 3 557 rétablis (OMS, UJH).

Au Canada le nombre de cas baisse depuis début mai (Figure 37). Dans les 4 autres pays l'épidémie évoluent de façon exponentielle.

Le nombre de cas cumulés le 24 mai dans l'ensemble des territoires français de l'arc caraïbe a très peu progressé depuis la situation du 3 mai, en rapport sans doute avec le confinement généralisé de la population et l'application des mesures de protection (distanciation, lavage des mains, masques). Par contre le virus circule de plus en plus en Guyane française (Figure 24). Saint-Pierre et Miquelon a déclaré un seul cas non décédé le 19 avril.

Figure 31 : Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés au Brésil entre le 21 février et le 24 mai 2020 (Source des données : CDC)

Figures 32 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés au Brésil le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

Figures 33 : Incidence cumulée pour 100 000 habitants déclarée au Brésil le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

Figures 34 : Décès cumulés de Covid-19 déclarés au Brésil le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

Figures 35 : Mortalité cumulée pour 100 000 habitants déclarée au Brésil le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

Figure 36 : « Allez les brésiliens ! » (Dessin René Migliani)

Figure 37 : Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés au Canada entre le 21 février et le 24 mai 2020 (Source des données : ECDC)

 

Afrique et sud de l'Océan indien

Cette zone est formée dans ce document du continent africain, englobant les pays de la région OMS Afrique et ceux de la région OMS Méditerranée orientale (Annexe 1), les pays et territoires du sud de l'Océan indien et les territoires espagnoles des Canaries et des enclaves de Ceuta et Melilla au Maroc.

Tous les pays ont déclaré plus d'un cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie dans cette zone (Figures 2 et 38). Le Lesotho a déclaré son premier cas le 14 mai.

Les pays les plus touchés le 24 mai sont par principale région géographique :

  • au sud du continent : l'Afrique du sud (21 343 cas, 407 décès et 10 104 rétablis) (OMS, UJH) ;
  • au nord : l'Egypte (16 513 cas, 735 décès et 4 628 rétablis), le Maroc (7 406 cas, 198 décès et 4 638 rétablis), l'Algérie (8 113 cas, 592 décès et 4 426 rétablis), les îles Canaries (2 322 cas, 157 décès et 1 166 rétablis) et la Tunisie (1 048 cas, 48 décès et 914 rétablis) (OMS, UJH) ;
  • en Afrique intertropicale : le Nigéria (7 526 cas, 221 décès et 2 174 rétablis), le Ghana (6 617 cas, 31 décès et 1 978 rétablis), le Cameroun (4 400 cas, 159 décès et 1 822 rétablis), la Guinée (3 318 cas, 20 décès et 1 701 rétablis), le Sénégal (2 976 cas, 34 décès et 1 416 rétablis) et la Côte d'Ivoire (2 366 cas, 30 décès et 1 188 rétablis) et (OMS, Ministère Santé Guinée, UJH) ;
  • dans le sud de l'Océan indien : Mayotte (1 521 cas, 19 décès), La Réunion (452 cas, 1 décès), Maurice (332 cas, 10 décès et 322 rétablis) et Madagascar (488 cas, 2 décès et 138 rétablis).

La pandémie continue de progresser dans cette zone avec 109 865 cas et 3 239 décès le 24 mai (+137 % de cas et +72 % de décès depuis le 3 mai) (Figure 38). Cette progression reste toujours limitée, sans doute en rapport avec plusieurs facteurs spécifiques intriqués : i) mesures précoces prises par les autorités, ii) jeune âge des populations qui développent dans la majorité des cas des infections non ou peu symptomatiques et iii) conditions climatiques moins favorables à la transmission du SARS-CoV-2, plus fortes températures atmosphériques et hygrométrie plus élevée, contrairement à plusieurs pays d'Amérique du sud.

La létalité reste modérée notamment en Afrique sub-saharienne, loin d'être comparable à celle observée en Europe de l'Ouest. Cette différence est sans doute liée au fait que les sujets âgés de 65 ans et plus représentent en moyenne 3 % de la population dans presque tous les pays de cette zone. Cette létalité sera sans doute réévaluée en fin de pandémie en tenant compte des inévitables décès survenus à domicile, fréquents dans cette région du monde.

En Guinée, 3 318 cas et 20 décès hospitaliers cumulés ont été déclarés le 24 mai (+101 % de cas depuis le 3 mai et +186 % de décès), plus de 750 malades ont été ou sont hospitalisés et 1 701 sont rétablis. Comme dans plusieurs autres pays, comme par exemple la Côte d'Ivoire avec 95 % des cas localisés à Abidjan, la majorité des cas (94%) en Guinée résident à Conakry, capitale du pays (environ 2 millions d'habitants). Les autres cas sont situés dans les Préfectures de Boké (5 cas), de Coyah (107 cas), de Dubréka (45 cas), de Faranah (1 cas), Fria (20 cas) et de Kankan (1 cas), de Kindia (20 cas), de Labé (1 cas), de Pita (1 cas) et de Télimélé (1 cas). Près de 11 500 sujets contacts ont été identifiés depuis le diagnostic du 1er cas le 12 mars dont 80 % sont sortis du suivi quotidien (« Contact tracing ») (Figure 39).

Figure 38 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés en Afrique* et dans le sud de l'Océan indien les 26 avril et 24 mai 2020 (Sources : OMS, Ministère de la santé espagnoles)

Figure 39 : Hommage au griot guinéen Mory Kante avec sa kora décédé à l'âge de 70 ans (qui n'est pas mort de la Covid) et encouragement à la Guinée dans la lutte contre le coronavirus (Dessin René Migliani)

 

Région OMS d'Asie du Sud-Est

Le virus progresse toujours dans cette région avec 191 966 cas et 5 748 décès cumulés déclarés le 24 mai, soit une augmentation égale à 200 % des cas et à 142 % des décès par rapport au 3 mai.

En Inde le nombre de cas progresse toujours (131 868 cas, 3 867 décès et 54 441 rétablis), soit une augmentation de 230 % des cas et de 197 % des décès par rapport au 3 mai. La létalité cumulée égale à 2,9 % reste faible, dans un pays où la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus est égale à 6,6 % (Figure 40). L'État le plus touché est toujours celui de Maharashtra dont la capitale est Mumbai (anciennement Bombay) (34 % des cas et 26 % des décès) (Figures 41 à 43). L'incidence nationale pour 100 000 indiens est peu élevée dans un des deux pays les plus peuplés du monde. L'incidence pour 100 000 dans l'État de Maharashtra, deux fois plus peuplé que la France, est près de 6 fois moins élevée qu'en France (37,8 vs 222) (Figure 42).

Le sous-continent indien comme l'Afrique doit toujours continuer à être surveillé.

Figure 40 : Évolution quotidienne des cas et des décès de Covid-19 déclarés en Inde entre le 21 février et le 24 mai 2020 (Source des données : ECDC)

Figures 41 : Cas cumulés de Covid-19 déclarés en Inde le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

Figures 42 : Incidence pour 100 000 habitants déclarés en Inde le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

  Figure 43 : Décès cumulés de Covid-19 déclarés en Inde le 24 mai 2020 (Sources : OMS, Google)

 

Références

  1. AFP. Londres ferme temporairement son ambassade à Pyongyang et évacue ses diplomates. Sud-Ouest le 28 mai 2020.
  2. LGT. Déconfinement total de la Polynésie. France Info le 20 mai 2020.
  3. Maniulua F. Coronavirus : Wallis et Futuna encore épargnés. France Info le 25 mars 2020.
  4. Insee. Nombre de décès quotidiens par département. Comparaison 2019-2020 par département (en nombre de décès supplémentaires).
  5. Marijon E et al. Out-of-hospital cardiac arrest during the COVID-19 pandemic in Paris, France: a population-based, observational study. Lancet Public Health  May 27 2020.
  6. Center for Disease Control and Prevention. Coût de l'épidémie d'Ébola 2014.
  7. AFP. En Russie un nombre record de décès dus au Covid 19 en 24 heures. Sud-Ouest le 16 mai 2020.
  8. NHK. Recrudescence des cas de coronavirus en Iran. NHK Japon le 11 mai 2020.
  9. AFP. Insee. Nombre de décès quotidiens par département. Comparaison 2019-2020 par département (en nombre de décès supplémentaires).

Quelques liens intéressants pour suivre la situation de la pandémie et comme sources de données

Autres liens intéressants

Annexes

Annexe 1 : Carte des régions OMS

 

Annexe 2 : Les différentes sources du système de surveillance du Covid-19 (Source Santé publique France : https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2020/surveillance-epidemiologique-du-Covid-19)

Abréviations :

  • CepiDC : Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès ;
  • CNR : Centre national de référence ;
  • INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques ;
  • IRA : Infections respiratoires aiguës ;
  • Oscour : Organisation de la surveillance coordonnée des urgences ;
  • SIVIC : Système d'information pour le suivi des victimes d'attentats et de situations sanitaires exceptionnelles.

 

Annexe 3 : Modes de transmission du nouveau Coronavirus 2019 (schéma René Migliani version du 22 mars 2020)

Pour recevoir gratuitement toute l’actualité par mail
Je m'abonne !
Voir toutes les actualités

Vidal News du 2020-07-02

Archives des Vidal News